Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 08:00
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 08:00

Il ne faut pas se mettre en colère contre les choses: cela ne leur fait absolument rien. 

Les jouissances de l'esprit sont faites pour calmer les orages du cœur.

La poésie doit être le miroir terrestre de la Divinité, et réfléchir, par les couleurs, les sons et les rythmes, toutes les beautés de l’univers.

J'avais appris la vie dans les poètes ; elle n'est pas ainsi ; il y a quelque chose d'aride dans la réalité, que l'on s'efforce en vain de changer.

Et l'on oublie que les désirs repoussés des jeunes gens, deviendront les regrets éternels des vieillards.

Les femmes aiment la peine, pourvu qu'elle soit bien romanesque.

L'amour du plaisir vaut encore mieux qu'un égoïsme aride.

Le mérite des Allemands, c'est de bien remplir le temps ; le talent des français, c'est de le faire oublier.

Le génie est presque toujours plein de bonté. La méchanceté vient non pas de ce qu'on a trop d'esprit, mais de ce qu'on n'en a pas assez [...] si l'on se croyait assuré de l'emporter sur les autres par ses talents naturels, on ne chercherait pas à niveler le parterre sur lequel on veut dominer.

Les idées nouvelles déplaisent aux personnes âgées, elles aiment à persuader que le monde n'a fait que perdre au lieu d'acquérir, depuis qu'elles ont cessé d'être jeunes.

La gloire elle-même ne saurait être pour une femme qu'un deuil éclatant du bonheur.

L'éducation de la vie déprave les hommes légers et perfectionne ceux qui réfléchissent.

La Première condition pour écrire, C'est une manière de sentir vive et forte.

Quand le malheur est irrévocable l'âme retrouve une sorte de sang froid qui permet de penser sans cesser de souffrir.

C'est mon sort d'aimer mieux qu'on ne m'aime.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 07:26

Une œuvre éclipse parfois un nom, surtout si à celle-ci un autre patronyme est associé. Il en va ainsi de Robert Bloch, quand à l’œuvre c'est Psychose. Ce mot évoque sûrement quelque chose pour vous, le film d'Alfred Hitchcock, ce dernier le porta à l'écran, avec un tel résultat qu'il semble en être l'auteur.

Vous voyez Marion Crane s'arrêter devant un motel, être reçu par un jeune homme qui semble bien sous tout rapport, vous vous souvenez de la scène de la douche, de la musique de Bernard Herrmann...

Dommage pour Bloch ! La genèse de ce roman vaudrait un article, idéal en conclusion de la série Bates Motel. Mais ce n'est pas le sujet !

Robert Bloch nait le 5 avril 1917, le Printemps Lovecraft tombe on ne peut mieux, il vit à Chicago dans un milieu où se côtoient violence et prohibition dans un cadre bétonné si laid qu'il en gardera l'horreur des cités modernes. Très tôt l'écriture l'intéresse, il participe aux réunions des Milwaukee Fictionners et en 1932 écrit à Lovecraft pour exprimer tout le bien qu'il pense de ses textes et demander des conseils. Probablement n'espère-t-il pas de réponse, sa surprise est donc grande quand il en reçoit une. Il ignore encore que Howard est un épistolier (presque) compulsif et aime conseiller et aider les jeunes écrivains. En 1934 il est publié par Weird Tales où paraissent plusieurs de ses amis et relations. Lovecraft lui montre comment rédiger une nouvelle.

Bloch l'explique lui-même : Alors que j'étais jeune, je commençais à lire les histoires de Lovecraft dans Weird Tales. À 15 ans je lui écrivis et lui demandais où trouver ses textes que je n'avais pu me procurer. Non seulement il m'envoya ses propres exemplaires mais en plus m'adressa une liste de livres de littérature fantastique qu'il possédait dans sa bibliothèque et qu'il mettait à ma disposition ! Ainsi je devins le correspondant et l'ami de l'homme que je considère comme le plus grand écrivain contemporain de fantastique en Amérique, si ce n'est dans le monde entier. Je lui envoyais régulièrement mon travail, il lisait mes histoires puis les commentait ; il me donna la permission de m'inspirer de lui pour le caractère d'un de mes personnages dans ''The Shambler From the Stars''.

Lovecraft répondit à son jeune correspondant en l'incluant, sous le nom de Robert Blake, dans sa nouvelle Celui qui hantait les ténèbres. Après la mort de son maître Bloch ajouta un troisième texte, L'ombre du clocher.

Bloch rédige de nombreuses et excellentes nouvelles, il participa au Mythe de Cthulhu en inventant le livre maudit De Vermis Mysteriis, attribué à Ludwig Prinn, Lovecraft le glissera dans plusieurs de ses contes. Le natif de Chicago est aussi, et comme HPL, un admirateur d'Edgar Allan Poe.

Il finira par s'éloigner du fantastique pour s'attaquer à la science-fiction avant de se consacrer au roman policier. En 1959 Hitchcock lui achète les droits de son roman Psychose pour en faire un de ses films les plus célèbres. Bloch travaillera pour le cinéma mais aussi pour la télévision. Entre autre il utilisera plusieurs fois notre ami Jack l'Éventreur.

En 1979 Bloch retrouvera le chemin menant à Arkham, publiant Strange Eons, qui en français deviendra Retour à Arkham. Dans ce roman le héros découvre un tableau qui s'avère être celui du Modèle de Pickman. Lovecraft lui même apparaît au détour d'un chapitre, et le texte de se conclure par une fin digne de l'homme de Providence. Je ne vous en dis pas plus.

Les deux auteurs partagent une vision similaire du genre humain face à des forces qu'il ne comprend pas alors qu'elles ne se soucient pas de lui. il y rajoute de l'humour, noir et de l'ironie (forcément) que son ''parrain'' n'exprimait pas, du moins par écrit.

 

Il est bon de parler d'un écrivain injustement méconnu, si j'ai ainsi contribué à lui apporter quelques lecteurs supplémentaires j'en serais ravi. Si vous n'en faisiez pas partie faites attention à ce qui pourrait vous arriver.

 

 

Robert Bloch est décédé le 23 septembre 1994. 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 08:00

Lovecraft est parti rejoindre les Grands Anciens il y a déjà 80 ans, en temps terrestre. Pour obtenir Leurs bonnes grâces et avoir une chance de survivre quand Ils reviendront. PatiVore a eu l'idée d'un Printemps Lovecraft appelant le maximum d'humains à se pencher sur l’œuvre du maître de Providence. Appel auquel j'ai répondu immédiatement.

Ce printemps ira du 15 mars au 21 juin, 99 jours où chacun sera invité à poser sur son blog, ou Facebook (Bouc... si bien nommé!) articles et autres interventions.

Selon leurs participations les impétrants recevront les grades suivant :

Nyarlatotep : au moins un billet (hors celui de présentation).

Hastur : de 2 à 5 billets,

Cthulhu : de 6 à 10 billets,

Azatoth : de 11 à 15 billets.

Il n'est pas recommandé de dépasser ce nombre sous peine de sentir son esprit préférer la démence à une trop grande connaissance de secrets qu'il n'est pas capable de dominer.

Des logos sont disponibles pour illustrer ces participations, libre pourtant à chacun de créer le sien.

 

 

L'appel de LovecraftL'appel de Lovecraft
L'appel de Lovecraft
L'appel de Lovecraft

Tant de phrases que j'aurais pu écrire, mais qui, de les avoir lues, m'ont influencé d'une manière... indicible. Forcément !

[...] notre race humaine n'est qu'un incident trivial dans l'histoire de la création : l'humanité est peut être une erreur, une excroissance anormale, une maladie du système de la Nature.

 

Ce qui est, à mon sens, pure miséricorde en ce monde, c'est l'incapacité de l'esprit humain à mettre en corrélation tout ce qu'il renferme. Nous vivons sur une île de placide ignorance, au sein des noirs océans de l'infini, et n'avons pas été destinés à de longs voyages. Les sciences, dont chacune tend dans une direction particulière, ne nous ont pas fait trop de mal jusqu'à présent ; mais un jour viendra où la synthèse de ces connaissances dissociées nous ouvrira des perspectives terrifiantes sur la réalité et la place effroyable que nous y occupons ; alors cette révélation nous rendra fous, à moins que nous ne fuyions cette clarté funeste pour nous réfugier dans la paix et la sécurité d'un nouvel âge de ténèbres.

 

Les hommes doués intellectuellement savent qu'il n'y a pas de différence nette entre le réel et l'irréel, que les choses ne nous apparaissent qu'à travers la délicate synthèse physique et mentale qui s'opère subjectivement en chacun de nous. Mais le matérialisme prosaïque de la majorité condamne comme folie les éclairs de voyance qui déchirent, chez certains, le voile habituel de l'empirisme banal. Extrait de La tombe. 

 

Certaines qualités vocales sont le propre des hommes, d'autres le propre des bêtes; rien n'est plus terrifiant que d'entendre les unes jaillir de la gorge des autres.

Il y aura toujours une certaine proportion de gens qui ressentiront une curiosité brûlante à propos des espaces extérieurs inconnus, et un désir brûlant d'échapper à la prison du connu et du réel, pour atteindre ces pays enchantés de l'aventure incroyable que nous ouvrent les rêves […

"Il y a des horreurs au-delà des limites de la vie, dont nous n'avons pas idée, et les prières diaboliques d'un homme peuvent en un instant les faire surgir dans notre propre réalité."

Ma première impression n'était qu'un aspect de l'éternelle tendance humaine à détester, craindre et repousser ce qui est radicalement différent."

 

"Ce que je m'attendais à trouver m'était très progressivement devenu clair, mais d'y parvenir était près de paralyser l'ensemble de mes facultés."

Qui a jamais écrit une histoire où l’homme est considéré comme une tare du cosmos qu’il faut éliminer ? 

 

L'émotion la plus ancienne et la plus forte de l'humanité est la peur. Et le genre le plus ancien et le plus fort de la peur est la peur de l'inconnu.

 

L'ironie participe, souvent même, aux pires horreurs.

 

Nul ne saurait décrire le monstre ; aucun langage ne saurait peindre cette vision de folie, ce chaos de cris inarticulés, cette hideuse contradiction de toutes les lois de la matière et de l'ordre cosmique.
 

Malheureux celui auquel les souvenirs d'enfance n'apportent que crainte et tristesse.

 

Il y a des horreurs, aux frontières de la vie, que nous ne soupçonnons pas, et de temps à autre, la funeste curiosité d'un homme les met à portée de nous nuire.

Il est très malheureux que l'humanité dans son ensemble soit trop limitée dans sa vision morale pour peser avec patience et intelligence des phénomènes isolés, éprouvés seulement par quelques individus au psychisme particulièrement pénétrant, et qui, par leur exceptionnelle sensibilité, se situent bien au-delà de l'expérience commune.

 

L’endroit était vieux, si vieux, avec des étagères montant aux plafonds, remplies de volumes pourrissants.

 

Il est absolument indispensable, pour la paix et la sécurité de l'humanité, qu'on ne trouble pas certains recoins obscurs et morts, certaines profondeurs insondées de la Terre, de peur que les monstres endormis ne s'éveillent.

Être précautionneux est le premier réflexe de ceux qui sont habitués à croise occasionnellement l'imposture, voire la charlatanerie." à une nouvelle vie.

 

Les rêves sont en nous tous ; mais peu de mains peuvent saisir leurs ailes de papillon sans les anéantir.

 

C'est une chose de pourchasser une entité sans nom, mais autre chose est de la trouver.

 

Tu as été mon seul ami sur cette planète, la seule âme qui m’ait deviné et recherché dans la répugnante dépouille gisant sur cette couche.

N'est pas mort ce qui à jamais dort

Et au long des siècles peut mourir même la mort !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 08:20
快樂消防雞年

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 17:22
Un gag pas drôle

Quand je pense à tous les ... qui sont encore là pour nous ...

Salut Marcel !

Un gag pas drôle
Un gag pas drôle
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers Des fakes
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 07:33

기적의 피아노 (Gi-jeog-eui pi-a-no) Documentaire de Lim Seong-goo (임성구) 2015 – 80'

Yoo Ye-eun naquit sans globe oculaires et, pour cette raison, fut abandonnée par ses parents qui supportaient difficilement de la regarder.

Elle fut adoptée par une famille dont le père était paralysée et la mère directrice d'une institution pour la protection sociale, elle était donc à même de comprendre la nature et les besoins spécifiques de Ye-eun et de l'accepter.

C'est d'avoir trouvée la petite fille, alors âgée de trois ans, en train de jouer, seule, du piano, qui convainquit cette famille de lui donner l'opportunité de mieux découvrir cet instrument pour voir ce qui arriverait. De fait la jeune pianiste révéla un don pour cette activité. Après quelques années d'apprentissage elle se lança dans la compétition où elle connut de nombreuses défaites, au point de vouloir arrêter. Le soutien et la présence d'un professionnel permit à Ye-eun de reprendre confiance en elle pour finalement surmonter des craintes plus inhibantes que son handicap afin de gagner la compétition qu'elle ambitionnait.

Ce reportage nous permet de suivre le chemin emprunté par Yoo Ye-eun et sa famille de cœur qui la soutint et lui permit de s'affirmer.

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers Corée
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 07:24

(한류 hangeul, 韓流 hanja) est la ''vague'' culturelle venue de Corée du Sud.

Le terme fut popularisé en Chine quand l'influence de la culture sud-coréenne de divertissement commença à se faire sentir. En effet l'Empire du Milieu fut le premier marché d'exportation auquel s'attaqua le Pays du Matin Calme. D'abord par la diffusion des dramas, feuilletons qui devinrent rapidement populaire par leur façon d'aborder les thèmes universels, l'amour, la famille, le respect, et l'obéissance, dus aux parents, les conflits entre la tradition et l'influence grandissante de l'évolution technologique. Violence et sexualité étant plus souvent suggérées que montrées. Du moins à cette époque pour ce qui concerne la première.

La musique suivit les dramas, puis vinrent le cinéma, les jeux en ligne... La Chine fut suivie par le Japon, Hong Kong, Taïwan et le Viêt Nam. La Hallyu se répandit sur toute l'Asie, aidé par les proximités géographique et culturelle.

La vague profita de la croissance économique que commença à connaître l'Asie avec pour effet l'accroissement du pouvoir d'achat et une nouvelle curiosité pour d'autres cultures. Vis à vis de la Chine la Corée présentait l'avantage de n'être ni les États-unis, ni le Japon, de plus les productions chinoises étaient insuffisantes pour répondre aux besoins de la population. La jeunesse en particulier exigeait des réalisations à son image, plus les séries et émissions qu'appréciaient ses parents.

En 2006 les programmes sud-coréens représentaient plus que tous les autres, d'importations, réunis.

Le succès grandissant de ces œuvres amena les autorités de Pékin à tenter à plusieurs reprises de réduire le nombre des dramas comme des concerts venant de Séoul. À Hong Kong en revanche des chaînes spécialisées furent créées, les dramas étant adaptés aux goûts de ses habitants.

Les ''experts'', il y en a pour tout et, surtout, pour n'importe quoi, affirmèrent que cette mode passerait vite. La réalité est, bien sûr, à l'inverse.

Effet secondaire de l'Allyu, le tourisme en Corée connut une augmentation importante. J'ai toujours l'ambition, ou l'illusion, d'y participer.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers Corée
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 07:53

L'homme regarde devant lui, au loin, attendant son invité, presque pressé de le voir surgir sur l'horizon. En attendant il se souvient de son passé, du moins de celui qu'il a reconstruit en fonction de ses préférences plutôt que de la réalité. Son père qui lui racontait la vie de ses patients, les pauvres, qui espéraient être soignés, ce qui, par hasard ou par chance, arrivait parfois.

Sa scolarité ? Banale, ses études universitaires ? Prétextes à l'amusement plutôt qu'à l'apprentissage. Et puis il débarque à la capitale et s'intéresse au théâtre. Mais son caractère est ombrageux et au cours d'un duel il blesse son adversaire. Pour éviter un séjour en prison il préfère prendre la direction de l'Italie et arrive à Rome en décembre.

Mais il faut bien assurer la matérielle, pour ce faire il s'engage dans l'armée, un moyen idéal pour voyager à travers l'Italie. Le métier ne lui prend pas tout son temps, celui qui lui reste il le met à profit pour lire les classiques antiques et les auteurs italiens. Mais ce métier n'est pas de tout repos, lors d'une importante bataille il est gravement blessé, un nerf de sa main est atteint, désormais elle ne lui servira plus à rien. Heureusement c'était la gauche et il est droitier. Six mois d'hôpital et le voilà sur pied, les deux lui restait. La malchance pourtant rodait et lors d'un voyage maritime il se fait enlever par des pirates et emmener en esclavage à Alger. Finalement racheté par les frères Trinitaires il est libéré après cinq ans de servitude.

Son retour en Espagne se passe mieux. Il a un enfant avec une serveuse de bistrot, se marie avec une jeune fille, avec laquelle pourtant il ne s'entendra pas longtemps. La chance fut rarement de son côté dans sa vie, et il fit plusieurs séjours en prison pour des raisons différentes. Maintenant qu'il fait le bilan de son existence il peut sourire même de ces instants qu'il transforma en encriers. Au final le succès finit par arriver, qu'en sera-t-il de sa pérennité il ne … mais une silhouette se détache sur fond de crépuscule, un homme sur un cheval, un chevalier en armure sur une monture décharnée et maigre accompagné d'un petit homme bedonnant chevauchant ce qui semble être un âne. Tous deux suivi d'une troisième silhouette équine et obscure. Il sourit, ce destrier est pour lui, il était temps...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers
commenter cet article
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 20:16

Un excellent article de Tchintcha :

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers Corée
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages