Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2017 2 07 /11 /novembre /2017 09:00
La couronne de Golconde

Henri VernesGérald Forton – 1965 - Michel Deligne

 

Le paquebot ''Gange'' fend les eaux claires et bleues de l'Océan Indien de toute la puissance de ses diesels. Dans le salon des secondes une partie de poker acharnée a lieu. Hubert Jason gagne, normal pour un professionnel. Se trouvant sans adversaire il provoque Bob Morane qui passait par là et décide de lui donner une leçon. Un moment plus tard Morane a lessivé son adversaire, mais, trop beau joueur il lui propose un quitte ou double et fait semblant d'avoir perdu. Une jeune femme pourtant l'a remarqué et vient en faire compliment à Bob.

La couronne de Golconde

Un peu plus tard c'est lui qui surprend une conversation étrange entre Jason et un inconnu, il y est question de Miss Savadra Diamond, la jeune femme qui vint le voir sur le pont, dont il faudra ''tirer les vers du nez'', et du magot de Savadra Khan : la couronne de Golconde. Et d'un certain Monsieur Ming !

Chevaleresque il averti la jeune femme. Celle-ci décide alors de lui faire confiance et lui parle de son père, Savadra Khan, l'ancien Rajah de Phâli, de la mort de celui-ci dans des conditions étranges, de l'héritage qu'elle doit retrouver, les fameux trésors de Golconde dont la couronne est l'élément le plus important. Jason commandait la garde personnelle de Savadra avant d'être renvoyé, lui aussi connaissait l'existence du trésor et semble désirer s'en emparer.

Comment Bob pourrait-il laisser la jeune femme seule face à ses ennemis ! Seul problème, elle ne connait pas de Ming.

La couronne de Golconde

Pour assurer sa mission Morane joue les poivrots et espionne Jason, ainsi peut-il apercevoir M. Ming, vision impressionnante, même pour un aventurier comme lui. Savadra ne renonce pas pour autant et nos amis repartent pour le nord de l'Inde où les attend Dhumpa Raï dans son monastère.

La couronne de Golconde

Les difficultés commencent rapidement, le nouveau Rajah Singh les fait arrêter, qu'il soit le cousin de Savadra ne change rien. Ce dernier leur met le marché en main, leur liberté contre le secret du trésor. Devant leur refus il les fait jeter au cachot, pensant qu'un peu de fraîcheur sera favorable à leur réflexion. Pour être plus convaincant il leur montre une ouverture dans le mur par où passeraient des crocodiles si certaines vannes étaient ouvertes.

De l'eau commence à couler...

La couronne de Golconde

Quelques minutes plus tard ce sont les sauriens qui apparaissent, Morane doit avertir Singh qu'il est prêt à parler quand un homme ouvre discrètement la grille de leur cellule, Bob jurerait qu'il s'agissait de Ming.

La couronne de Golconde

Libres Bob et Savadra remontent, trouvent le corps d'un garde, poignardé, quand un cri retentit, une longe plainte modulée, déchirante et lugubre. Ils trouvent d'autres cadavres, dont celui du Rajah. Dehors ils trouvent une voiture dont le moteur tourne. Il ne leur reste qu'à prendre la direction du monastère. Ils y trouvent Dhumpa Raï. La discussion commence quand résonne à nouveau le terrifiant cri. Dhumpa Raï les informe qu'il s'agit de l'appel des Dacoïts, secte qui sema la terreur dans le pays ; il connaît aussi Ming, Satan personnifié dont on dit qu'il aurait le moyen de prolonger son existence et ne serait autre que le Ming qui régna sur la Chine de 1368 à 1644.

La couronne de Golconde

Maintenant qu'il connaît le chemin Morane se propose d'aller seul, inutile de risquer la vie de la jeune femme. Il retrouve les reste de Savadra Khan et ainsi le secret de l'ouverture de la salle au trésor mais au moment où il y pénètre Ming surgit dans son dos en compagnie de Jason et de Dacoïts.

La couronne de Golconde

Ming ne compte pas lui laisser la vie sauve mais Bob parvient à s'échapper et à se perdre dans la jungle. Caché il voit passer Ming, seul, portant la couronne. Il le suit, le voit entrer dans un temple, s'approche encore mais heurte une statue qui en tombant attire l'attention de Ming qui vient vers lui, non pas pour l'attaquer mais pour le paralyser en l'hypnotisant.

Bob ne peut plus bouger, tout juste peut-il voir son ennemi s'approcher d'une statue de Civa, l'escalader, quand un bras de pierre armé d'un sabre s'abat et tranche la main de l'imprudent qui bascule au pied de Morane qui ne peut pas bouger alors que Ming se vide de son sang. Il force sa volonté et parvient à briser le joug hypnotique. Après quoi il fait un garrot pour arrêter l'hémorragie, puis utilise un tige d'acier rougie pour cautériser la plaie. Ming ne poussera pas le moindre gémissement pendant cette action.

La couronne de Golconde

Ming pour le remercier consent à ce qu'il reparte avec Savadra, et la couronne, sans risque d'être inquiété, pour cela il lui confie un pendentif lui assurant de passer devant ses Dacoïts. Quand il croise Jason celui-ci admet qu'il a, une fois encore, tirée la bonne carte.

 

Une aventure particulière pour Morane, il y fait la rencontre de celui qui sera son meilleure ennemi : Monsieur Ming, également connu sous le surnom de … mais nous en reparlerons bientôt !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 08:00

Christophe BecPhilippe ThiraultStefano Raffaele

Les Humanoïdes Associés

Otto Kämper est dans un sale état, une injection de sérum n'a aucun effet. Peut-être les autochtones auront-ils un remède actif. Un homme se présente, fait sortir tout le monde, prononce quelques phrases puis fait boire au malade une potion avant de dessiner sur sa poitrine, avec la pointe de son couteau, les signes qui le protégeront, s'il renonce à entrer dans le sanctuaire.

Le soir suivant le général von Götz revient en compagnie de Garnier, le gouverneur français de la région. Il apprend ce qui s'est passé et montre quelque irritation du peu de progrès et s'en prend à Hermann Klause, son représentant sur place. Mais Kämper est sur pied, il se dit prêt à l'emmener où il voudra, à ses conditions.

Alors qu'il rentre Garnier est arrêté sur la route, lui qui se voyait déjà riche...

Klause joue son va-tout pour se montrer à la hauteur de la situation, il utilise la dynamite pour se frayer un chemin. En matière de discrétion il y a mieux. Von Götz est satisfait, pourquoi perdre du temps ? Les ouvriers fuient, terrorisé qu'un passage ait été ouvert sur le ''puits des abîmes''.

L'odeur est pestilentielle, normal pour un tombeau !

À l'extérieur tout s'accélère, les soldats se sont entretués, comme les chevaliers, autrefois.

Dans la nuit Otto fait un rêve étrange, un voyage dans le passé, il assiste à une cérémonie Ougarite, des dizaines de sacrifices humains. Au dehors des cris mettent fin à ce cauchemar. Les ouvriers qui avaient fui ne sont pas allé loin, des chiens les ont attaqués et entraînés dans un ravin. Des chiens... en apparence. Autre chose en réalité puisqu'ils ne ressentent pas les balles alors qu'ils reviennent finir leur repas.

Reste le couple Delorme que les circonstances rapprochent. Otto sent que Marlène va retourner vers Lucas, il se précipite dans la tente du général pour lui affirmer que lui seul peut le faire accéder à la puissance qui n'attend que cela. Il affirme que Delorme les guidera dans des pièges dont ils ne sortiront pas vivant. Marlène n'en peut plus, elle s'enfuie et demande de l'aide aux hommes en bleu qui attendent à proximité du camp. Alors que Kämper cède de plus en plus à la force qui l'envahie et se prend pour l'élu alors que le camp est envahi par des milliers de scorpions.

Il n'entend pas les paroles de l'homme qui l'a sauvé, qui lui dit que son peuple est le descendant des Ougarit, qu'il ne faut pas réveiller une puissance incontrôlable. Qu'importe Marlène, il ne peut plus reculer.

Les ouvriers sont morts, beaucoup des soldats ont subis le même sort, mais la porte est ouverte, il est temps de prendre le chemin que suivirent, 7 siècles plus tôt, des chevaliers et un évêque. Contre toute attente Delorme fait son retour. Il connaît la vérité, sait que le peuple Ougarit s'est suicidé pour attirer un démon dans un piège et l'y enfermer afin de sauver l'humanité.

Il sait que personne ne doit sortir vivant, personne.

 

Otto Kämper pourtant trouve la sortie, lui aussi est le seul survivant. Il brûle tout alors que le vent se lève pour tout recouvrir d'un linceul de sable.

Ou presque !

Au large de la Syrie, le 24 juin 2029, un sous marin reçoit un écho sonar de type B4 qui ressemble à un appel de détresse. S'en approchant il découvre l'épave un submersible Soviétique...

Le démon est immortel. 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 07:57

Christophe Bec – Philippe Thirault – Stefano Raffaele

SANCTUAIRE GENESIS

Première partie

 

Syrie, Djebel Angarieh, 1220 ap jc. Conrad de Wittelsbach aperçoit enfin le but de sa quête. Aucun doute, la porte sculptée dans la montagne est surmonté du signe ! La colonne de chevaliers teutoniques entre, cheminant entre des parois sculptées de motifs étranges et inquiétants jusqu'à apercevoir une silhouette colossale, celle d'un démon aux cornes, crocs et griffes implacables. L’évêque, Conrad de Wittelsbach, fuit les combats en psalmodiant des formes qu'il espère protectrices, sans doute fut-ce le cas puisqu'il parvient à sortir du temple.

Mais ce n'est pas son dieu qui l'a épargné !

Syrie, Désert de Ras Shawra, 1934, un laboureur est accroché à sa charrue que tire une vache famélique quand le sol cède et que l'ensemble tombe dans un trou. L'animal est mort, pas le paysan qui regarde autour de lui, pensant avoir trouvé un trésor. C'est d'abord une tablette gravée qu'il ramasse puis une croix, celle qu'aurait pu perdre des siècles plus tôt un évêque terrorisé. Il revient un peu plus tard accompagné d'un gendarme. Ensemble ils observent l'orifice, ils doivent attendre la venue du haut-commissaire Garnier.

Celui finit par arriver en compagnie de l'archéologue Lucas Delorme qui reconnaît l'écriture, celle des Ougarit, civilisation disparue dont il cherche les traces depuis des années. Il veut s'installer dans le coin et faire venir sa femme pour lui tenir compagnie. Mais il va falloir que les fouilles se fassent discrètement, pour garantir celle du paysan il est destiné à passer quelques temps en prison. Ce qui lui déplait, aussi s'évade-t-il de l'automobile qui l'emmenait en sautant. Puisqu'il est gravement blessé pense Garnier, autant l'achever, cela assurera son silence.

Le crime pourtant a eu des témoins, des hommes en bleu, qui viennent récupérer le corps.

De son bureau Garnier appelle le général von Götz à propos d'un certain évêque qui prétendait avoir visité la mystérieuse cité Ougarit. Il en profite pour rappeler à son correspondant qu'une importante récompense était promise si cela arrivait.

En Bavière le professeur Kämper est amené devant le général von Götz qui lui demande son avis sur un objet. Le codex de Conrad de Wittelsbach. Le professeur est un spécialiste de l'expédition des chevaliers teutoniques cherchant la civilisation Ougarit. Il sait que l’évêque devint fou à son retour de Syrie, mais le général sait le convaincre de diriger les fouilles.

Celles-ci ont commencé, un incident se produit alors que Delorme est absent, un ouvrier s'est mis à vomir son sang après avoir découvert une statuette. Il va la ramasser quand le camp est attaqué, par des hommes en bleus. Heureusement la police est là, et tire.

 

Alors que Delorme retourne sur le chantier, averti des incidents, avec son épouse, Marlène. Sur la route il est arrêté par des hommes, en bleu, qui le préviennent qu'il se trompe s'il pense qu'il n'y a que des choses mortes sous la terre. Le malheur s'abattra sur lui, ses hommes, son épouse, si les recherches continuent.

Justement, les vrais problèmes commencent, avec l'arrivée des soldats allemands qui tuent les policiers français. Ils vont exécuter aussi les Delorme, Lucas refusant de s'associer à des nazis, quand Kämper intervient et le persuade de le rejoindre. Delorme ne veut pas céder, mais son épouse, menacée, avoue qu'elle est enceinte.

Il accepte donc de rejoindre la nouvelle direction des fouilles. Il apprend ce que cherchait Conrad, le pouvoir des Ougarit, celui que convoite également les allemands.

Marlène est furieuse que son époux ait failli la laisser mourir au nom de ses principes, elle cherche refuge auprès de Kämper.

Le lendemain les explorations continuent alors que Marlène passe dans le lit de Kämper. Il la protégera mieux que son mari.

Ce qui reste à prouver ! La statuette semble l'avoir perturbée.

Mais pas autant que la piqure du scorpion qui s'est glissé dans son lit !

Voir les commentaires

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 07:48

Texte de VERNES – Dessins de FORTON – 1965 – Dargaud

Dans un hôtel de Félicidad-City, capitale de la république du même nom, une jeune femme demande à changer de chambre sous prétexte que la douche marche mal, que le lit est mauvais et que la climatisation ne fonctionne pas. Mais c'est impossible, aucune chambre n'est disponible. Morane, et Ballantine, qui entendent la conversation intervienne et le premier propose un échange. Rose Sunday accepte puis se présente comme envoyée spéciale du New York Herald.

Le secret des sept temples

Pour Morane un mauvais lit n'est pas un problème, il a souvent dormi sur des supports moins accueillants. Il dort donc quand on frappe violemment à sa porte. Bob se lève, ouvre, découvre un homme qui n'a que le temps de s'étonner de le voir avant de s'écrouler. Morane constate qu'il tient quelque chose à la main, s'en saisit, une carte grossière quine lui évoque rien. Le blessé a le temps de murmurer ''Les 7 temples... danger... agir... vite...''.

Bob appelle rapidement la réception, dix minutes plus tard une ambulance arrive, le blessé est emmené, sous les yeux de Rose Sunday qui le reconnaît mais se tait. À la police Morane ne parlera pas de la carte, discrétion ! Sur une carte, avec son ami Bill il localisera le dessin en sa disposition. Il s'agit du haut Rio Spirito Malo, avec ses sept affluents. Les mayas auraient élevé une temple à chaque source, ceux-ci ont été repéré par avion mais pas encore atteint physiquement. De quel danger est-il question ? Mystère !

Le secret des sept temples

La nuit suivante un inconnu s'introduit dans la chambre et vole la carte sans que Morane ait le temps de l'arrêter, mais il l'a toujours en mémoire, ce sera suffisant. Nos amis sont trop curieux pour ne pas désirer aller sur place, projet que nourrit également une journaliste... non sans difficultés les aventuriers trouvent une embarcation pour leur voyage. En route ils cherchent un guide chez les indiens rencontrés et n'en trouve un que jusqu'à l'embranchement des 7 rivières. La croisière fluviale n'est pas sans incident mais rien que nos amis ne peuvent aisément surmonter jusqu'à ce qu'ils entendent des coups de feu. Ils interviennent et retrouvent Miss Sunday, comme par hasard. Cette fois elle évoque sa mission, une série de reportages sur les tribus du haut Rio Spirito Malo. Bill et Bob font mine de croire à son histoire, trop simple. Puisqu'ils vont au même endroit pourquoi ne pas voyager de conserve ?

Le secret des sept temples

Arrivés ils trouvent un village abandonné, un indien s'approche et leur demande de l'aide, une balle l'empêche d'en dire plus.

Mais pas question d'arrêter. Le lendemain ils arrivent au confluent des 7 rivières. Il faut continuer à pied. Pris pour cible par un tireur embusqué ils se dissimulent, Morane fait un détour, trouve le sniper. Après une bagarre celui-ci tombe dans le vide. Un peu plus tard c'est un hélicoptère qui leur tire dessus, sans les atteindre. Mais Morane est un as avec un fusil, il a tôt fait de toucher l'appareil qui doit s'éloigner pour se poser.

Notre quatuor tombe plus tard sur un container d'acier, encore relié à un parachute, ce qu'il contenait est une question de plus. Plus loin ils trouvent l'hélicoptère, vide,quelques heures de plus et ils atteignent le premier temple. Entrent, visitent mais s'étonnent d'entendre, venant du sous-sol, le ronronnement d'un moteur sans qu'ils trouvent de porte. La nuit arrive, leur guide indien prend la première garde mais quand il aperçoit à l'extérieur une espèce de bête préhistorique la peur est la plus forte et il s'enfuit.

Le secret des sept temples

Les cris de l’animal ont également réveillé les autres, eux préfèrent les armes et tirent sur la créature sans que les balles aient d'effet sur elle. Pourtant elle se détourne et s'en va. Pas question d'en rester là et le trio restant se lance sur ses traces, pour tomber sur un simple camouflage.

De retour au temple ils subissent les effets d'un gaz qui les endort, sauf Bob qui trouve la force de sortir mais tombe au bas des escaliers. Retrouvant ses esprits, au matin, il constate les disparitions de Rose et Bill. À force de recherche il trouve une porte dérobée et s'engouffre dans le passage ouvert. La porte d'acier qu'il découvre est close et impossible à enfoncer, quand il remonte le mur s'est refermé. Explorant son environnement il trouve une fissure, s'y glisse, avance comme il peut et découvre un ancien temple souterrain probablement consacré aux dieux de la mort. Une autre voie est accessible, elle lui permet de découvrir une grotte gigantesque où arrivent des wagonnets apportant les gravats d'une mine souterrain très active.

Le secret des sept temples

Malheureusement il se fait prendre dans un filet, et capturer. Enfin il peut rencontrer le responsable de cette organisation : Orgonetz, un ancien ennemi [dans les romans]. Celui-ci lui explique les travaux qui sont effectués ici : construire des rampes de lancement dont les missiles seraient dirigés vers les États-unis.

Les travaux sont sur le point d'être achevés

 

Morane et ses amis peuvent-ils laisser cela arriver ?

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 08:00

Henri VernesGérald Forton – 1965 (Éditions Michel DELIGNE 1980)

La fin d'après-midi est pluvieuse mais cela n'empêche pas Bob Morane et Bill Ballantine de chercher ''la'' boutique où il dénicheront une antiquité digne de ce nom. Justement un homme leur indique l'adresse d'un spécialiste en bronzes de Haute Époque et autres poteries Ming...

Bob se laisse tenter, pour fêter ça l'antiquaire leur propre un verre d'alcool de riz, bienvenue par ce temps n'est-ce pas ?

 

Mais c'est un piège et la boisson contient un somnifère qui ne tarde pas à endormir nos amis. Quand Bob se réveille il n'a pour compagnie qu'un violente mal de tête. Il est dans une pièce inconnue, devant un coffre ouvert. Les sirènes de police le renseigne : il est tombé dans un piège.

La rivière de perles

Pas question d'être arrêté, il s'enfuit donc, de justesse, apercevant son ami emmené par les policiers. Il rejoint son hôtel et commence à réfléchir à ce qui vient d'arriver. Dans la poche de son manteau, une pièce à conviction sans doute, il trouve un collier de trois rangs de perles roses qui doivent valoir cher.

Alors qu'il réfléchit sur la conduite à tenir on frappe à sa porte. Il découvre une jeune femme qui se propose de l'aider. Elle se présente : Nathalie Wong, journaliste désireuse de se lancer dans le métier. Par ses relations dans la police elle fut mise au courant de la situation et reconnu Ballantine, il était évident que Morane ne pouvait être loin. Elle ne tarda pas à le retrouver.

La rivière de perles

Ensemble ils vont mener l'enquête. Pourquoi ne pas commencer par la boutique où Bob fut drogué ? Là ils rencontrent M. Foo, lui ne possède aucun vase Ming, et quand Morane lui propose le collier de perles il refuse, avant de se raviser. Après un coup de fil il prétend avoir trouvé un acheteur. Il suffit que le vendeur se rende, seul, à un mystérieux rendez-vous à l'usine Stanton.

Nathalie insiste pour l'accompagner, Bob est en avance pour reconnaître les lieux. Il tombe sur le gardien, l’assomme, enfile sa tenue.

Quand un homme arrive il reconnaît celui qui lui indiqua la boutique. Mais celui-ci se rebiffe, parvient à s'échapper, tend un piège à Morane qui serait en mauvaise position si Mlle Wong n'intervenait à temps pour le tirer d'un mauvais pas en abattant le malandrin dans la valise duquel ne se trouve que des rouleaux de pièces de cinq cents. Mais le criminel n'était pas seul, ses complices interviennent, assiègent nos amis qui ne s'en sortent qu'en dénichant un camion.

La rivière de perles

Morane réfléchit, puis pense aux pièces trouvées, sûrement venant d'une salle de jeu, celle du Miami-foot dont il a trouvé un prospectus. C'était la piste dont il avait besoin. Inutile de perdre du temps, Morane et Nathalie se rendent sur place et le premier va entrer dans le club, demandant à son amie de l'attendre, une demi-heure, s'il n'est pas de retour, elle devra prévenir la police.

À l'intérieur de l'établissement Bob cherche les locaux de la direction et quand il se fait surprendre avoue qu'il cherche des poteries Ming, ce que son vis-à-vis ne paraît pas comprendre. Usant de son arme il se fait ouvrir les bureaux pour voir le patron, mais, une fois encore il se fait surprendre et assommer.

Le chef de la bande l'avertit qu'il va le faire disparaître, mais il faut que ça ait l'air d'un accident.

Encore une fois il se retrouve dans les vapes, d'abord, puis sur le toit d'un monte charge avec l'écrasement contre le plafond pour perspective.

La rivière de perles

Mais il retrouve vite ses réflexes et se sort de ce mauvais pas pour retrouver sa partenaire et leur poste d'observation devant la porte. Ils n'auront pas longtemps à attendre avant que sorte un homme dissimulant, mal, une petite valise sous son manteau. Autant le suivre ! Bien sûr le gibier va réaliser sa situation et accélère, mal lui en prendra, perdant le contrôle de son véhicule dans un virage il tombe dans le ravin, et perd la vie. C'est pas de chance ! Pour lui, mais ainsi les bijoux qui étaient dans la valise sont-ils récupérés. Il ne reste qu'à les rendre pour faire libérer Bill. Pour une fois celui-ci n'aura servi à rien mais Morane, avec Nathalie, n'aura pas perdu au change.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 08:00

TEXTE : HENRI VERNES – DESSINS : GERALD FORTON – DARGAUD S.A. ÉDITEUR – 1967

Il pleut sur la Dordogne et sur le vieux monastère appartenant à Bob Morane. Bill Ballantine ronchonne, heureusement il a du whisky pour s'occuper. Alors qu'ils se préparent à aller se coucher on sonne à la porte. Le professeur Hunter demande à voir le commandant. C'est un vieil ami, un scientifique qui mit au point une machine à explorer le temps basée sur les vibrations de la lumière avec laquelle nos amis vécurent une étonnante aventure [mais non réalisée en bédé avant celle-ci]. Le savant améliora son engin et vient demander à B&B de la tester pour lui, il vient en effet d'avoir un accident qui l'en rend incapable.

Morane accepte, évidemment !

L'appareil est apporté en pièces détachées, monté, prêt à l'action.

Un essai est prévu pour le lendemain mais la nuit même un homme s'introduit dans l'espèce de soucoupe, tente de l'activer, mais il ignore qu'une pièce manque sans laquelle il ne fonctionne plus. Pour en savoir plus il se cache dans l'engin.

L'heure est venue du test, Morane fait décoller l'engin au-dessus du monastère, active le système de déplacement temporel... et se retrouve au Moyen-âge. Les aventuriers atterrissent puis partent en exploration de la région, suivi de peu par l'intrus qui a compris qu'une pièce manquait.

C'est l'hiver, la neige recouvre la région, les loups sont en manque de proie et portent leur curiosité vers nos amis qui luttent tant qu'ils peuvent. Le combat tourne à leur désavantage mais une troupe de cavaliers menés par une belle jeune fille vêtue de noir et au visage triste survient et font déguerpir les canidés.

Ils se présentent comme des seigneurs étrangers ayant fait vœu de se rendre en Terre Sainte en voyageant tels des troubadours. La cavalière se présente : Comtesse Yolande de Mauregard, puis les invite à égayer les soirées tristes et froides de son château. Alors qu'ils s'y rendent ils notent que les manants croisés semblent craindre la jeune femme. Le soir c'est l'heure du spectacle mais les invités s'amusent peu. Yolande demande alors s'ils savent chanter. Morane s'exécute, avec des chansons de son époque, forcément inconnues de tous.

L'épée du Paladin

L'ambiance se réchauffe, finalement la belle comtesse raconte son histoire et pourquoi on l'appelle la Princesse Maudite. Cela remonte au temps de Charlemagne quand celui-ci fut trahit par Ganelon, lequel par la suite aurait épousé une Mauregard dont Yolande serait la descendante, comme celle du traître.

De son côté le clandestin s'ennuie et décide de se rendre au village. Dans l'auberge il surprend une conversation où il est question de deux hommes accueillis par la Comtesse. Pour notre homme c'est l'occasion qu'il guettait. Il se fait passer auprès d'ennemis de Yolande, les seigneurs de la Hénaurmerie, de son état de chasseur de sorciers, une opportunité que ne vont pas laisser passer Norbert, Sigbert et Ostrebert !

La rumeur commence à courir puis une troupe menée par les Hénaurmes s'approche. L'assaut est donné, violent, mais les agresseurs sont forcés de reculer.

L'épée du Paladin

Mais ce n'est que partie remise. La seule solution est de prouver que Yolande n'est pas la descendante de Ganelon, et la machine à voyager dans le temps va les aider. Bob et Bill sortent discrètement du château et se mettent en route. Ils assistent au piège tendu par les sarrasins qui tuent Roland et sa troupe. Les troupes de Charlemagne arrivent trop tard mais se lancent en chasse des assassins, laissant l'épée de Roland dont Morane entend s'emparer. De leur position Morane et Ballantine voient s'approcher les envahisseurs et vont avertir les Francs, assurant ainsi leur victoire. Pour prix de leur aide ils ne demandent qu'un acte signé de l'Empereur certifiant que l'épouse du traître était une Beauregard et non une Mauregard.

L'épée du Paladin

Retour vers Yolande, avec le précieux manuscrit qu'ils transmettent au roi Charles V qui s'ennuyant après avoir mis les anglais en déroute décide de venir en aide à la Comtesse. Les frères de la Hénaurmerie doutent et Morane leur montre l'épée de Roland comme preuve. Sans se démonter les triplés demandent une preuve, cette épée fracassa un rocher, elle peut le refaire. Le roi accepte l'épreuve et Morane s'approche du bloc, lève sa lame, craignant pour son avenir. Et l'incroyable se produit, la bloc est vendu. Mais ça ne suffit pas à nos trois forbans qui demandent le jugement de dieu.

Pas de suspens, une fois encore Bob et Bill seront vainqueurs !

 

Mais l'heure du départ approche, impossible pour nos voyageurs du temps de rester. Sur le chemin de retour ils sont agressés, assommés, la pièce de la machine est ainsi récupérée par leur passager. Quand ils reprennent conscience c'est pour constater que la machine a disparu. La nuit tombe, impossible de repartir chez Yolande. Ils s'endorment.

 

L'épée du Paladin

Morane se réveille dans son lit avec l'impression d'avoir rêvé et la bouche sèche. Il se lève, se fait mal en marchant sur quelque chose dans le noir puis se rend dans la salle de bains où il trouve qu'il a une sale tête.

C'est à cet instant que l'on sonne à la grille. Le professeur Hunter voudrait voir le commandant Morane. Ballantine se réveille, après avoir fait le même songe que son ami, de plus il est vêtu de la tenue qu'il avait dans ce rêve.

 

Le plus incroyable est encore qu'en rentrant dans sa chambre Morane voit l'objet sur lequel il a marché : l'épée de Roland ! L'épée du Paladin !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 07:31

Texte de Vernes – Dessins de Forton – 1969 – Dargaud S.A. Éditeur

Bob Morane et Bill Ballantine traversent le désert du nouveau Mexique quand leur voiture les lâche. D'une colline ils découvrent une vallée verdoyante et un ranch. Ils s'approchent et son surpris par une jeune femme qui leur demande de lever les mains, elle les prend pour des espions et les fait raccompagner jusqu'à Palo Verde.. ils s'installent dans un hôtel. Le lendemain ils retrouvent leur véhicule accompagné d'une lettre signée Ish Kay Nay, la jeune femme de la veille, qui reconnaît ses tort.

Leur véhicule réparé ils repartent mais en chemin aperçoivent une voiture effrayant un cheval jusqu'à le faire tomber. Impossible pour nos amis de rester sans rien faire. Une fois les agresseurs rossés ils retrouvent Ish Kay Nay qui les convie dans son ranch. Elles leur parlent de Stanley Barbary, son voisin, avec qui elle est en conflit. Celui-ci convoite ses terre et doit recouvrer une dette paternelle dans quelques semaines. Si elle ne peut pas payer, il pourra mettre la main sur le ranch et les territoires qui l'entourent.

La motivation de Barbary pourrait être la vallée des crotales, lieu où les apaches auraient entassés leurs richesse lors de l'avance des conquistadores espagnols.

La retrouver serait une solution, en attendant ils vont donner un coup de main à la belle princesse apache en détruisant le barrage détournant la rivière. Cela fait ils peuvent se consacrer à la recherche de la vallée. Avec ses jumelles Morane aperçoit un vieil indien qui disparaît soudainement. Il s'approche mais se fait assommer.

Sur les lieux, avec Bob et Ish Kay Nay Morane a une idée, la rivière disparaît dans une falaise, pourquoi ne pas aller voir. Sans matériel de plongée il ne peut aller loin. Il faudra aller à la ville le commander. Alors qu'ils rentrent ils voient le ranch attaqué et incendié. Ils mettent en fuite les assaillants mais il ne reste que ruines fumantes de la maison.

Pour la jeune femme c'est une vrai déclaration de guerre !

Bill et Bob doivent agir, mais en ville ils sont arrêtés par le shérif, à la solde de Barnaby. Le lendemain ils sont expulsés, ce qui ne les fera pas changer d'avis. Dans une autre ville, Flat Waters, ils trouvent des tenues de plongées, il ne leur este qu'à aller voir. Un fort courant les attire et ils débouchent dans une grand salle, et, finalement, découvrent la vallée des crotales.

Mais le vieil indien les surprend, gardien de la vallée il veille sur son secret et veut exécuter nos si indiscrets amis. Il se met à jouer de la flûte, ce qui attire les vrais crotales ayant élu domicile dans la caverne.

Heureusement Ballantine a une arme secrète...

Une nouvelle aventure du commandant Morane et de son fidèle ami, comme d'habitude le suspens est faible mais l'histoire se laisse lire agréablement. Chaque album est un regard que je jette sur le passé, vous pourriez avoir envie d'en faire autant.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 07:38

Henri VernesGérald Forton – Marabout 1963

Singapour, le quartier chinois semble calme. Une inconnue dans un taxi voit qu'elle est suivie par un véhicule qui brusquement la dépasse et bloque sa voiture. Des hommes en descendent, ils se ressemblent comme trois gouttes d'eau et invitent miss Evans à descendre pour grimper dans leur voiture.

Fort opportunément arrive Bob Morane et son inséparable ami, Bill Ballantine. Ils se lancent à la poursuite des kidnappeurs. Morane, pour les tromper, sort de la route, se cache, éteint ses phares avant de repartir.

Ainsi voient-ils l'autre voiture s'engager sur une route à flanc de colline. Bob et Bill s'arrêtent puis s'approchent discrètement. Ils voient donc les triplés questionner miss Evans sur le voyage de son père à Bornéo, à Batang-Lupar, dans la zone ''Z''. Elle répond que celui-ci est allé étudier les mœurs des orangs-outans. La réponse n'est pas acceptée par les trois hommes qui commencent à évoquer de la couper en morceaux, à commencer par un doigt.

Il faut agir, nos amis frappent à la porte puis se dissimulent dans un fourrés, à la faveur d'un nouveau stratagème ils pénètrent dans la maison, repèrent les lieux puis attaquent les frères pour libérer leur victime.

3 contre 2, c'est trop facile pour eux, mais alors qu'ils pensent l'avoir emporté d'autres hommes surviennent, armés. Bill brise l'ampoule éclairant la pièce, profitant de la pénombre il s'enfuit avec son partenaire. La poursuite automobile s'inverse.

Mais Morane manque perdre le contrôle de leur cabriolet à la suite de l'éclatement d'un pneu. Arrêtés ils sont rejoint et doivent suivre les malfaiteurs jusqu'à un yacht où l'interrogatoire de la jeune femme reprend. Le chef de la bande raconte. Il y est question d'un aérolithe apparemment fait d'un métal capable de supporter de très hautes températures. Synthétisé le métal fut utilisé pour construire une fusée expérimentale qui, échappant au contrôle, s'écrasa, à Bornéo. La région fut nommé zone ''Z''. un gouvernement mandata un truand pour récupérer un peu de cette fusée, lequel fit enlever miss Evans, pensant que son père était parti récupérer l'engin spatial.

Pour gagner du temps Morane affirme connaître les chefs des tribus Dayaks.

Bien vu, il fera partie de l'expédition.

Au cours du voyage ils croisent une jonque d'où un homme leur affirme avoir été attaqué par les dayaks et être le seul survivant. Morane insiste pour s'approcher, ils pourraient en savoir plus. Mais il s'agit d'un piège et l'homme sort une arme, se présente, Guen Hong, le pirate. Il met une arme sur le chef des criminels et impose sa loi.

Dans leur cabine, enfermés, Bob et Bill entendent des bruits de fête, puis le silence. Pourquoi ne pas aller voir ?

Ils découvrent Guen Hong et ses hommes, ivres. Leurs geôliers ont disparus. C'est l'occasion de s'enfuir, en barque. Direction la côte. En chemin ils croisent des dayaks, dont justement Kayan, un chef important, et un ami des deux aventuriers. Il va cacher les trois évadés quand, contre toute attente, pirates et criminels se seront mis d'accord.

La course commence pour rejoindre le professeur Evans. Morane et ses amis sont avantagés par leur connaissance du terrain et des autochtones qui vont les aider à progresser pour atteindre Evans puis l'avion sans ailes. Il ne leur faudra pas beaucoup de temps pour retrouver l'épave. De leur côté les truands n'ont pas chômés et arrivent derrière eux, les menaçant encore une fois pour aller jusqu'à la fusée.

 

Impossible de refuser. Morane accepte donc, n'attendant que l'occasion de renverser les rôles. Mais entre temps le métal s'est mis à fondre, une goutte tombe même sur le chef, qui n'y prête pas d'importance. Jusqu'à ce qu'il ait un malaise sur le chemin du retour. L'occasion est trop belle pour nos amis qui reprennent la fuite. Alors qu'ils reviennent au camp et retrouvent leur ami Awat, celui-ci leur fait part de ce qui arrivé au chef des criminels.

 

Il est mort mais d'une manière incroyable, alors que la fusée semble se liquéfier.

 

Que se passe-t-il dans cette région de Bornéo ? Comment Bob et ses amis vont-ils s'en sortir, car il est évident que ce sera le cas ?

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 07:14

Scénario : Xavier Dorison – Dessin : Christophe Bec – douleurs : Homer Reyes – Les Humanoïdes Associés – 2002

 

1935, Désert du RAS, Shamra, Syrie. Herr Gotz s’impatiente, mais Kämper n'est pas devin, il ne peut préjuger de ce qu'il trouvera. De plus il est conscient des risques, lui.

Un manœuvre vient leur annoncer qu'un accès a été trouvé.

Le puits des abîmes a été découvert ! La grande découverte promise est là.

Sanctuaire - T 03 - MÔTH

Dans la méditerranée récupérer le bathyscaphe est périlleux, June manque d'air, il doit se dépêché.

Les explorateurs du sanctuaire avancent, essayant d'échapper à la créature qui hante les lieux. Le climat n'est pas à l'entente, loin de là.

Le Nebraska a un nouveau chef, Collins. Lui aussi ne pense qu'à s'en sortir, avec le bathyscaphe, et tant pis s'il faut sacrifier le reste de l'équipage. Heureusement June n'est pas de cet avis et se fait un plaisir de le lui faire comprendre. C'est lui qui est en charge maintenant, en attendant le retour, improbable, du commandant. En discutant avec le médecin, celui-ci évoque une espèce de suggestion venue de l'extérieur qui serait à l'origine des symptômes comme des comportements présentés. Nouvelle difficulté, le bathyscaphe a des réserves d'énergie faible, peut-être insuffisante pour le retour après avoir posé la bombe contre le plafond. Le médecin se propose, ce soir c'est lui qui est ''de garde''.

 

Il est l'heure d'aller placer la bombe ! Avec le bathyscaphe d'abord, puis quand il a lâché, avec le scaphandre. Le médecin s'éloigne, mais pas assez.

La bombe explose.

Le temps presse, s'il veut avoir une chance, le Nebraska doit partir, il ne peut attendre le commandant et ses hommes qui n'ont plus donné de nouvelles depuis un moment.

Sanctuaire - T 03 - MÔTH

 

Retour sur Otto Kämper, professeur d'archéologie à Düsseldorf, découvreur de la civilisation Ougarit, disparu en 1937. Les Russes auraient récupéré ses découvertes, et, comme les nazis, pris au pied de la lettre l'existence d'un dieu de la mort. Les textes parlent aussi d'un puits ayant permis la construction du sanctuaire, à l'époque l'endroit n'était pas immergé. Kämper affirma ne pas l'avoir découvert, un mensonge. N'étant pas nazi il est possible qu'il n'ait pas voulu que sa découverte tombât entre de mauvaises mains. Dans son livre une photo pourrait en être l'entrée.

Il faut repartir, June communique au commandant Hamish sa décision de partir et lui donne une sortie possible, direction plein nord. En attendant il continue à s'intéresser à la lecture des textes Ougarit trouvés. Il y est question d'une entité à l'appétit sans fin : Môth.

 

Justement Hamish fait face au puits, il peut passer s'il l'ouvre, et l'évidence s'impose que s'il le fait l'habitant du sanctuaire pourra sortir, retrouver le monde... alors que le commandant ne pense qu'à son fils, seul sur son lit d'hôpital.

 

Sanctuaire - T 03 - MÔTH

Plutôt qu'un sanctuaire c'est d'une prison qu'il s'agit !

La conclusion est évidente, nul ne doit en sortir vivant, il parlerait, d'autres expéditions seraient mises sur pied, et Môth sortirait.

 

June veut saborder le Nebraska, il est le seul. L'équipe se mutine, l’assomme, envoie un missile en direction du sanctuaire en poussant les machines pour remonter. Et ça marche.

Môth est libéré, ne reste pour June qu'à faire sauter les torpilles atomiques du submersible alors que le commandant...

Sanctuaire - T 03 - MÔTH
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 08:00

Scénario : Xavier Dorison – Dessin : Christophe Bec – douleurs : Homer Reyes – Les Humanoïdes Associés – 2002

 

Un des premiers plongeurs progresse dans les ruines. Une lumière au bout du tunnel, il se précipite et découvre un espace immense, et des araignées qui grimpent vers lui. Qu'importe, il n'a pas peur et descend. Et tombe !

Sanctuaire - T02 - Le puits des abîmes

27 juin, le médecin, North, de l'USS Nebraska fait le point. D'abord la projection des films 8 mm retrouvés. On y voit l'embarquement à bord du Youbrenin, la présence de Nikita Khrouchtchev prouve l'importance de la mission, la quête d'une arme absolue. Le lieutenant n'y croit pas, il a d'autres préoccupations. Un des présents remarque sur le quai un homme tenant le livre d'un archéologue allemand livrant sa théorie sur l'existence d'une hypothétique seconde cité Ougarit.

Sanctuaire - T02 - Le puits des abîmes

Dans le sanctuaire la seconde équipe continue son exploration à la poursuite de l'équipe Alpha. À l'intérieur du submersible les travaux continuent pour remettre les réacteurs en marche. Il reste une heure pour trouver une idée, passé ce délai la seule solution sera l'emploi du bathyscaphe, qui n'a que six places !

 

Les explorateurs retrouvent le second plongeur, lui aussi présente les signes d'une grave infection, trop pour être sauvé. Les analyses montrent qu'il a fait une réaction à des piqures d'araignées ! Pour ne rien arranger un des marins est tué sans que les autres voient comment, à bord un autre est assassiné par un matelot l'ayant pris pour une créature étrange alors que d'autres affichent des comportements aberrants.

Le lieutenant prend la parole, et le pouvoir. Tout n'est-il pas de la responsabilité du commandant, qui n'est plus là ? À côté de lui son second, sûr que ses dents sont pleines de vers, se tire une balle dans la tête.

Petite éclaircie, le médecin a imaginé une sortie. Le sommet de la caverne sous-marine la plus haute n'est qu'à trente mètres de la surface, il suffirait de faire sauter ce barrage.

Simple, sur le principe !

Sanctuaire - T02 - Le puits des abîmes

Dans le temple de la discussion naît l'impression que les Ougarit ne l'auraient pas creusé pour leur dieu mais pour... autre chose, qui pourrait être encore là.

Il vont en avoir la preuve, brutalement. Se peut-il qu'une créature ait pu survivre des siècles, sinon des millénaires, seule, dans ce sanctuaire ?

Le lieutenant Kowaks préfère tenter sa chance avec le bathyscaphe sans tenir compte de l'avenir de ses collègues, qui essaient de l'arrêter. Sans cet engin tout espoir de survie disparaitrait.

Sanctuaire - T02 - Le puits des abîmes

Dans le temple les survivants découvrent une salle immense, des milliers de niches, et de squelettes. Les Ougarit probablement, il semble qu'ils soient tous venus volontairement, pour se donner la mort. Le seul moyen d'échapper à la créature qui les torturait pour se nourrir de leur souffrance.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages