Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 07:11

Slvain Meyniac, jean-François Cros

mise en scène : Éric Civanyan

Pierre maillard est un avocat dont la vie est rythmée par sa rigueur et ses tocs, il ne peut supporter qu'il manque un stylo, que son cochon-tirelire ne soit pas à sa place, que l'honnêteté ne soit pas scrupuleuse. Il est à la veille d'un important procès qui va déterminer son avenir. Lui qui ne pense qu'à être envoyé à Londres pense que de sa réussite dépend cette mutation.

Tout est en place, il a tout vérifié, et revérifié, il y a une chose qu'il ignore pourtant, c'est que ses associés sont malhonnêtes et veulent qu'il perde, ce qui leur rapporterait beaucoup d'argent, tout en permettant de le virer pour faute. Pour ce faire ils s'introduisent de nuit dans le cabinet et vont changer une importante pièce du dossier que Maillard doit apporter et qui est censé assurer son triomphe.

La journée commence, Pierre arrive, énervé comme à l'habitude, de mauvaise humeur, stressé et tout ce que vous voudrez, il découvre une nouvelle secrétaire, en effet aucune ne peut rester et supporter ses exigences plus d'une ou deux semaines. Le pire est qu'il connaît celle-ci pour avoir eu une relation avec elle quelques années plus tôt.

Tout va donc de mal en pis, surtout quand Maillard se rend compte que quelque chose est bizarre, n'a-t-il pas déjà signé ces papiers que lui présente la nouvelle secrétaire, son patron n'est-il pas déjà venu lui piquer un cigare, et cet homme qui vient le voir pour lui parler de quelque chose d'important. Mais il n'a pas le temps, pas aujourd'hui, prenez rendez-vous avec ma secrétaire !

Ainsi commence, rapidement résumée, la pièce de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros. Créée en 2013 au Théâtre des Bouffes Parisien. Je l'ai vu avec Laurent Gamelon dans le rôle de Pierre Maillard, Zinedine Zoualem dans celui de Michel Verdier, cet homme qui ne comprend pas pourquoi il se retrouve devant la porte de l'avocat alors que la femme, ou devrais-je dire, la veuve... mais je vous en ai déjà trop dit, et je ne voudrais pas que vous relisiez encore et encore cet article, bien qu'il le mérite.

 

Non ?

Recommencer une situation encore et encore est un bon point de départ de comédie, celle-ci tient autant sur son histoire que sur l'énergie, et le talent, de ses interprètes. 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu theâtre
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 07:14

Ivan Calberac

Bernard et Annie ont deux fils, ils sont mariés depuis trente cinq ans. Tout semble aller pour le mieux, si ce n'est que le premier reproche à son épouse de refuser tout ''devoir conjugal'' depuis six mois, situation qui le désespère, lui n'a pas raccroché. Elle finit par lui dire qu'il peut aller voir ailleurs, que s'il a des ''besoins'' peu lui importe qu'il les satisfasse avec une autre.

Une phrase facile à prononcer mais qui peut amener une situation plus difficile à supporter. En fait Bernard avait pris les devants et entretenait une liaison avec la voisine d'en face, ce qui est bien pratique. Celle-ci pourtant ne l'entend pas de cette oreille et voudrait que Bernard quitte son épouse pour elle.

Logique !

Il veut faire durer la situation, garder son épouse, ses habitudes avec elle, sans perdre sa maîtresse.

Re-logique, n'importe quel homme dans cette situation aurait le même souhait.

N'est-ce pas ?

Les choses se compliquent quand les enfants découvrent la situation, chacun faisant face à des complications dans sa vie personnelle, et quand la maîtresse sera mise dehors pour défaut de paiement de son loyer. Dommage, tout s'était organisé pour que Bernard passe deux jours avec l'une, deux avec l'autre, alterne les weekends... c'était le bon temps. Le trio va se retrouver sous le même toit, et s'organiser.

 

Une famille banale ! Et une comédie se moquant, gentiment, des convenances, du mariage, et des hypocrisies que se doit de respecter une famille ''modèle''.

Patrick Chesnais est parfait dans ce rôle d'un homme entre 2 femmes, hésitant, reculant devant l'aveu, essayant de conserver le meilleur de chaque situation ; Évelyne Buyle tient très bien son rôle de femme satisfaite d'être une épouse. L'ensemble de la distribution tient cette comédie, vous l'avez deviné, au thème assez banal, mais qui permet de passer une bonne soirée face à une situation que certains connaissent peut-être... mais pas moi !

 

Cette pièce est encore à l'affiche, ne la manquez pas !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu theâtre
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 09:00

Fred attend dans la salle d'attente du célèbre Dr Stern quand arrive un second malade, Vincent, chauffeur de taxi de son état et qui ne craint pas de le dire. Celui-ci est surpris quand il entend son voisin l'insulter. Il est prêt à répondre quand celui-ci lui explique qu'il n'y est pour rien car il souffre d'une affection appelé le syndrome Gilles de la Tourette. Il est justement là parce que le docteur Stern est réputé pour soigner les tocs, troubles obsessionnels compulsifs. Vincent de son côté ne peut s'empêcher de compter tout ce qui se passe.

Résultat de recherche d'images pour "toc toc baffie"

 

Voilà qu'arrive une nouvelle personne, elle ne peut s'empêcher de vérifier et revérifier, dix fois, vingt fois, et elle n'est pas sûr que la porte soit bien fermée ou le gaz bien coupé. Blanche qui arrive ensuite est une maniaque de la propreté. Lily souffre de palilalie et d'écholalie, elle répète tout ce qu'elle dit deux fois, et souvent le dernier mot des autres.

En dernier arrive Bob, jeune homme obsédé par la symétrie et qui fait beaucoup d'effort pour éviter les lignes.

La salle d'attente est pleine mais voilà que la secrétaire vient voir nos amis et leur dit que le professeur sera en retard, en effet il revient d'Allemagne et son avion a du retard, mais il va arriver, c'est sûr. Les patients hésitent sur la conduite à tenir, rester, partir... Dans le premier cas, que faire ? Pourquoi ne pas utiliser un des jeux présents dans la bibliothèque : le monopoly. Rien de tel pour passer le temps.

Finalement Bob qui a déjà testé une thérapie de groupe propose de passer le temps en essayant cette technique, chacun a son tour doit essayer de tenir un moment sans céder à son toc.

Y parviendront-ils ?

La première pièce de Laurent Baffie, plusieurs fois reprise à l'étranger. Bâtie sur une idée inattendue avec des comédiens qui donnent vraiment le meilleur pour être à la hauteur de rôles difficiles. Une mention pour Tiphaine Haas, jeune, et jolie, dans son rôle de Lily elle est fantastique. Je n'oublie pas les autres.

La mécanique est bien huilée, les répliques s'enchaînent, s'enchaînent, sans une seconde de répit. Une vraie comédie. Une vraie comédie.

Attention, si vous n'aviez pas de toc en y allant vous pourriez vous en trouvez en partant !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu theâtre
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages