Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 08:00

Il paraît... on m'a dit, mais j'hésite à vous en faire part, les mots ont un sens pour qui les prononce, un autre pour qui les entend. La couleur des paroles variant suivant l'acuité visuelle, ou intellectuelle, de qui les perçoit. Un commentaire murmuré dans une oreille attentive peut y croître, y embellir parfois, y pourrir le plus souvent suivant si le locuteur est espiègle ou non. Il paraît que le chef est un... mais la hiérarchie peut m'entendre, se méprendre, je devrais me défendre et risquerais de finir en sacrifice propitiatoire, en symbole de l'autorité s'affirmant détentrice de ce qu'il faut, de ce qui convient, du véritable sens des mots, strict et hors des interprétations personnelles riches en confusion.
 

Il paraît que je fais courir des rumeurs, que je rapporte des médisances, colporte des ragots, dissimulé derrière un pseudo, hantant les réseaux soucieux, insinuant que je pourrais dire, que je devrais, mais la peur met sa main sur ma bouche, retient ma main, modère mes explications pour rester sur les rails du consensus mou, ceux qui mènent à ce monde parfait que chacun prétend souhaiter, peignant sur ses sombres pensées un sourire hypocrite et social.

 

Mais je ne vous ai rien dit, spéculateur mutique je prie mais ne romps pas.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 09:48

Alors, c'est déjà la fin ?

Je n'ai pas souvenance du premier cri que je poussai alors que j'ouvrais les yeux sur un monde que je n'avais pas choisi.

Bien plus tard j'appris que ma mère était morte en m'imposant le jour.

Je crus longtemps que c'était de m'avoir vu qui lui avait causé le choc fatal, je peux penser que ce fut surtout à cause de l'hémorragie.

À l'époque les moyens d'assistance rapide n'existaient pas en pleine campagne.

Humain ou bête mieux valait éviter les problèmes de santé.

Mon père n'eut jamais l'idée de se manifester, sût-il seulement que j'étais né, peut être des suites d'une soirée trop alcoolisée et d'une rencontre lors d'un petit bal perdu.

Balloté de famille en famille, je gardai toute ma vie ce besoin d'être ailleurs alors que l'endroit qui m'accueillait semblait supportable,, le confort n'était pas pou moi qui étais con mais faible.

Je parcourus le monde sans savoir où j'allais, à pieds, à cheval, en voiture ou bateau.

Parfois je levais la tête vers le ciel, me disant que là-haut peut-être se trouverait le monde qui me recevrait.

J'avais tout, je le sais maintenant.

L'évidence me crevait les yeux, j'ai atteint le bout du monde, la Corée, péninsule comme le doigt du destin m'indiquant la suite de la route.

Allongé dans la mer, la lame du rasoir recouverte par l'eau.

Né dans le sang il semble normal qu'il accompagne mon dernier soupir, celui-ci sera de soulagement alors que la marée me charriera.

Je pourrais dire, atteignant l'autre rive, que ce fut la nuit sur le pays du matin calme.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 08:00

J'ouvre la porte et je regarde autour de moi. Du perron légèrement surélevé la rue est visible de chaque côté, si longue qu'elle semble venir de toujours pour continuer jusqu'à jamais.

Moi, originaire de Carcassonne, dans l'Aude, je n'avais pas l'habitude de ces espaces immenses, de ces distances improbables, les remparts de ma ville me ressemblaient en rien à la grande muraille de Chine.

Un long moment je restai debout, bouche mi-ouverte tel un congre dubitatif cherchant dans sa mémoire une certitude dont ne subsistait que l'ombre déjà oxydée par l'incompréhension ; battant le rappel de mes souvenirs je ne vis revenir que des séquences de vieilles scènes muettes de Charlot alors que Chaplin mon film préféré reste monsieur Verdoux, charmante évocation de Henri Désiré Landru.

Je fis un pas, butai sur la gamelle pleine de canigou de mon chien. Je savais en avoir eu un mais j'aurais juré qu'il était décédé depuis longtemps. Une réminiscence peut-elle être si forte qu'elle s'incarne dans la réalité ? Encore que, celle-ci me laissât une sensation de fausseté troublante comme si j'étais en train de rêver, voir de rêver que je rêvai, et ainsi de suite... Mirages gigognes sans plus de finalité que cette avenue immense et vide semblant un fleuve asséché par l'oubli et la solitude.

Qui étais-je ? Quel était mon nom ? Cette maison était-elle la mienne ? Je craignais d'y retourner, de savoir, de découvrir un puits obscur sur lequel je me pencherai dans l'attente d'une réponse introuvable.

Si, pourtant, je me souviens, j'étais chimiste, blouse blanche, couloirs blancs, salles blanches aux odeurs inquiétantes, éprouvettes pleines de substances bizarres, menaces en cages de verre qu'il me fallait dompter, dresser, pour en faire les serviteurs zélés d'intérêts auxquels je ne comprenais rien.

Alors que je descendais les marches jusqu'au gazon des précisions me revinrent et je ne fus pas étonné que l'herbe sous mes pieds tombât en cendres à mesure que j'avançai : Avant de quitter mon labo j'avais réunis ma famille de monstres en une seule arène, les laissant s'affronter, se mélanger, se fondre jusqu'à ce que le plus fort, ayant ingéré les autres, survive et se sublimant, sorte du piège et me rejoigne afin qu'ensemble nous retournions au bar de mes jeunes années : À l'infini du temps qui passe !

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 09:45

C'était si... loin, si moi ! Un temps de nuit gravement à la santé, entre bouteille et.... ce que j'ai oublié, gommé, avalé, absorbé. Un pur bonheur, insupportable du moment présent, d'un temps que je voulais arrêter, une pensée figée dans un écho infini, l'ombre du présent qui déjà se délitant, se transformait en regrets d'une belle beauté, disparue sitôt née, embellie encore, transformée et retransformée.

C'était si bien que je trouvais du courage pour la bagarre contre la peur du jour prochain, de devoir voir à nouveau, attendre en corps et à cri une nouvelle promesse du futur qui me guettait comme l’araignée observe l'insecte sachant qu'il ne lui échapperait pas.

Ai-je dormi, ou rêve que je dormais ? L'aube est quand même venue d'une clarté aveuglante qui ne me fit pas baisser les yeux un défi que je ne voulais pas perdre, non, surtout pas moi.

C'est éveillé que je supporte les cauchemars, ceux qui me montre où sont les hommes libres, cet endroit où je ne veux jamais aller.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 08:15

''Je t'attendais'' lance-t-il d'une voix calme à l'homme qui s'approche lentement, routine pour que son client ait le temps de se faire à son approche. Le bruit de ses pas dans le couloir bétonné ressemblait au destin se grattant la gorge. Il se leva, dans le miroir scellé au mur il s'observa rapidement, remit en place le col de sa chemise, blanche, sa préférée, autant se faire plaisir.

''C'est l'heure'' dit-il lentement, conscient d'énoncer une lapalissade, s'il était là ce n'était pas pour une visite de courtoisie.

''Vous passez devant. Vous connaissez le chemin mieux que moi''.

Sitôt dit, sitôt fait. Les deux hommes se succédèrent, marchant vers la petite cour intérieure du pénitencier. D'autres personnes étaient là, des officiels, la famille. Il s'attendait à des regards tristes, des mains tripotant des mouchoirs ou chapelets. Il n'en était rien. Les visages souriaient malgré l'ombre de l'échafaud que le soleil, surpassant le mur, tendait vers lui comme une invitation.

Son avocat s'approcha, lui aussi arborait un air réjoui.

''J'ai une bonne nouvelle, annonça-t-il à son client, votre demande de grâce a été acceptée par le président''.

Les mots résonnèrent dans l'esprit de l'ex condamné, son cœur s'accéléra sous l'effet de l'émotion. Trop, beaucoup trop, pour que le muscle usé par une maladie sournoise le supporte. Il s’arrêta net.
 

Le néo gracié eut le temps de murmurer en tombant sur le sol ''C'est vraiment trop con !'' Il aurait voulu trouver mieux comme dernières paroles.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2020 6 10 /10 /octobre /2020 08:00

Dans un quartier de France, un beau matin, en cette heure étrange entre la fin de la nuit et la venue du jour, un homme erre, frais et dispo, allant sans savoir où, cherchant peut-être un fromager qui lui fournirait la source de calcium dont il a besoin. S'est-il rendu compte qu'il était suivi, peut-être, mais quand les hommes l'abordent l'évidence s'impose.

- Tu vas où toi, dit le premier, t'as vu ton look avec ton tee-shirt de Fifi brin d'acier, on te remarque comme un fanal dans la nuit.

- T'as plus douze ans, ajouta son collègue, différant du premier par une haleine qui aurait fait tousser un fennec.

L'homme ne répondit pas mais sourit intérieurement d'une remarque qui dans un autre contexte eut été poétique.

La tension montait au rythme de l'alcoolémie des 2 agresseurs, sans doute auraient-ils montré plus d'agressivité si leur courage avait été proportionné au degré des bières qu'ils ingurgitaient. Mais non, 2 contre 1 était insuffisant et ils se détournent pour rajouter de la rancoeur au mal avant que le sommeil trop complaisant ne gomme ces instants.

Une vitrine éclairée attira notre promeneur, il entra dans l'échoppe.

- Je vous sers quelque chose ? demande la femme du boulanger, mon mari est dans le pétrin.

L'homme sourit, une chatte vint se frotter à ses jambes.

- Bonjour Pomponette, dit-il !

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 08:00

Un crépitement confus, l'épaisseur de l'huis moud le son de l'imprimante reliée à l'ordinateur en une mélopée monochromatique semblable à l'aveu chuchoté d'une intimité redoutant d'être entendue, pire, de s'entendre, elle, de se comprendre. Qui dit se trahit, en quête d'un pardon impossible puisque péché il n'y a pas, seulement une ou plusieurs faute(s), erreur de l'être commises sans savoir, sans vouloir, sans pouvoir.

L'oreille se colle au bois, le bas son, audible, est incompréhensible, seule la curiosité de l'auditeur, sa culpabilité en quête de rédemption le mute en une confession enfin autorisée par l'impression que nul ne l'ouïe dire ce qu'il cache au tréfonds d'une conscience ne sachant s'exprimer que par gestes, les mots faisant si mal que le mal devient soulagement.

Nul code de la déroute à violer, laid(e)ucation fit taire mythes et prières, musela confiance et attente, enfance et futur. Le jardin se crée au fur et à mesure, y croissent les fleurs inodores des convenances.

Les cartouches de l'imprimante sont à blanc, le bac, sans papiers, a été reconduit à la frontière de la confiance depuis longtemps, de visa pour le réel il n'obtint que celui de sa carte bleu, bleu fiel, encombré d'oiseux le volant dans tous les sens, le prix à payer, à acquitter, sa condamnation est à perpette, son dossier est incomplet, tant mieux.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2020 7 27 /09 /septembre /2020 09:19

Les coups résonnent dans la forge, l'ambition étant le moteur de la réussite. M. Héphaïstos s'acharnait à une création dont il ne parvenait pas à saisir l'utilité, une commande de Dédale, spécialiste en architecture. La forme était bizarre, la représentation de deux principes : ''un couple'', avait dit le savant. Le terme avait laissé songeur l'artisan qui, pensif, observait les flammes dansant devant lui alors que la chaleur envahissait sa forge. ''Vous avez le temps'' avait ajouté son client. Mais qu'en faire ? S'était dit Hépha. Le jet rotatif caressait son œuvre alors que ses mains pétrissaient le métal donnant 3 dimensions à la description reçue. Les formes enfin plurent au maître des lieux, il tira sur la chaîne pour les plonger dans un bain froid, la tension l'avertit quand il fut temps de les en arracher. Une rapide inspection le rassura.

- Voilà vos bonhommes.

Dédale les observa, sourit : ''C'est une commande de Zeus, je crois qu'il s'ennuie''.

- Ce sont ses nouveaux jouets ?

- Exactement. Il va les animer, les placer sur une scène où il pourra les observer dans des rôles qu'ils joueront sans le savoir.

- C'est digne de lui et quand il en aura marre il les détruira, en fera une boule de fer qu'il jettera dans le néant.

- Non, non. Cette fois il va les laisser se détruire eux-même. C'est un pervers. Son plaisir est le principe seul et unique qui l'anime. Il va les transformer, d’inerte ils deviendront de chairs, vides ils gagneront un esprit, une âme peut-être, sans peur ils connaîtront l'angoisse du lendemain.

- Sans comprendre d'où ils viennent ?

- Ils imagineront, peindront sur le vide pour ne pas le voir...

Ils se turent, se regardèrent avec dans les yeux la même lueur inquiète, et si eux aussi...

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 08:00

La gamme mourut dans la gueule ouverte du présent. Bulles d'air, les mots éclatèrent sans personne pour en profiter, nul vamprissario n'était là pour les récolter et les transmettre.

L'archet courait sur les tendons à vif, écorché le corps du roadie était la harpe attendant le concertiste capable d'en arracher l'anacrouse marquant l'éveil de cette conscience imprécise cherchant l'air pour pousser son premier cri, alors que, dit-on, seul le dernier a de la valeur.

Le Nostromo tanguait tel l'ivre violon d'un paganini cosmique, de ses coursives, montant de l'ombre de la peur, des fa dièses inondaient le sol, linceul mouvant de corpuscules quantiques affamés.

Nulle onde, marte no ou marte yes, ne ride les surfaces de l'absence interdit, nulle dissonance ne s'ouïe dans l'éther glacé des galaxies égoïstes que seuls arpentent les esprits dénués du besoin de respirer, sans plisser l'appeau, pierre de Rosette scotchant les curieux sur le piège.

 

N'espérez pas, n'implorez pas, ne fuyez pas; votre agonie n'aura pas d'écho ! Dans l'espace nul ne vous entendra hurler !

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 09:28

Le calendrier me regarde, moqueur, comme à son habitude, sachant que je vais me tourner vers lui pour savoir quelle nouvelle contrainte saugrenue sera à observer aujourd'hui. Une fête probablement, la mienne un jour, que nul ne me souhaite jamais. Qui voudrait me faire un cadeau qu'il jugerait dispendieux ? Moi-même ne peut m'y résoudre, le manque d'argent étant plus une excuse qu'une explication.

Des dates bien rangées, le temps maîtrisé, mais si, palimpseste moderne, nous regardions derrière l'apparence imprimée pour voir la réalité verrions-nous des mots ou des secrets dépassant nos intelligences, nous montrant que notre cerveau n'est qu'un cartilage, une masse limitant son activité au minimum.

La nouvelle année est encore jeune mais sûre déjà de son existence et qu'aucun pouvoir, fut-ce celui d'un roi, ne pourra entraver sa marche en avant. Quelle faculté prodigieuse serait de pouvoir se téléporter au dernier jour, faisant de l'an qui passe une fulgurance épiphanique, une respiration fugace, le battement d'un cœur immortel, celui des ailes d'un papillon de papier, menace d'une catastrophe attendant de fondre sur l'impudent imprudent.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Archives

Pages