Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 06:07

Zabala part vite, très vite, il a l'ambition de battre son record lors de ce marathon des jeux olympiques de 1936 mais il ne va pas tenir la distance et abandonner au 32e km alors que Son Ki-chong l'a dépassé au 29e.

Pour la première fois dans l'histoire de l'olympisme un champion asiatique remporte cette épreuve. Malheureusement, coréen, il est obligé de courir pour la Japon alors puissance occupante de son pays. Lors de la remise de la médaille et d'une couronne de laurier, c'était l'usage alors, il s'efforce de dissimuler le drapeau nippon sur son maillot.

Il signe à cette occasion la meilleure performance mondiale en 2 h 29 ' et 19''. Entendant l'hymne japonais il baissera la tête en signe de patriotisme accompagné sur le podium de Nam Seung-yong qui obtint la médaille de bronze.

Il refusera par la suite de participer à d'autres compétition jusqu'à la libération.

À Séoul le quotidien Dong-a Libo titrera ''Victoire coréenne à Berlin'', ce qui lui vaudra plusieurs mois d'interdiction et l'arrestation de ses dirigeants.

Né le 29 août 1912 il manifesta rapidement un talent inné pour la course, à douze ans il remporte la victoire contre des adultes sur une distance de 5 kilomètres et remportera son premier marathon international en 1932. Jusqu'en 1936 il remportera 10 victoires sur 13 compétitions dont le marathon de Tokyo le 3 novembre 1935.

 

Sohn Ki-chong devint un symbole pour ses compatriotes, celui de la victoire possible, la vraie allait venir quelques années plus tard.

À Londres, en 1948 il fut porte drapeau de la délégation de son pays enfin indépendant. Plus tard il fut entraîneur et président du comité olympique sud-coréen. Il alluma la flamme olympique lors des Jeux de Séoul en 1988. En 1992, à Barcelone, Hwang Young-co obtint à son tour le titre suprême, avouant ce qu'il devait à son aîné.

Il mourut à Séoul, à l'hôpital Samsung, des suites d'une pneumonie le 15 novembre 2002, preuve que la course de fond conserve et que je devrais m'y mettre.

PrintempsCoree2.jpg

Partager cet article
Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 06:07

Le 1er mai est la fête du travail, c'est donc l'occasion de ne rien faire... mais pourquoi avoir choisi ce jour-là ?

En 1886 c'est la date choisi à Chicago pour manifester en vue d'obtenir la journée de travail de huit heures. Au moment ou August Spies va prendre la parole devant les manifestants plusieurs centaines de policiers font irruption et chargent les ouvriers faisant 1 mort et une dizaine de blessés. Spies, militant anarchiste, va appeler à une nouvelle manifestation le 4 du même moi, demandant aux travailleurs de venir armés dans le but de se défendre...

Tout se passe bien, c'est la fin de la manifestation, les derniers ouvriers vont rentrer chez eux, sans raison plusieurs dizaines de policiers chargent violemment la foule d'où quelqu'un jette une bombe sur les assaillants. Un policier va être tué sur le coup, sept le seront et des dizaines de manifestants.

August Spies et sept de ses camarades seront arrêtés, accusés des meurtres de Haymarket.

Le procès aura lieu le 21 juin 1886, le 19 août sur les huit accusés sept seront condamnés à mort. Trois verront leurs peines commuées en prison à perpétuité, avant d'être graciés le 26 juin 1893;un autre se suicidera en prison, les trois derniers seront pendus le 11 novembre 1887.

La Seconde Internationale ouvrière décidera dès 1889 de créer une ''journée internationale de revendication des travailleurs''.

Quelques années plus tard, le 1er mai 1891 une manifestation est organisée pour réclamer la journée de huit heures mais aussi des hausses de salaires.

Là encore tout se passe bien jusqu'à ce que des manifestants soient arrêtés par des gendarmes. Dès lors le mot d'ordre n'est plus de réclamer les huit heures mais les quatre homme arrêtés.

Devant la mairie se font face deux cents manifestants et 30 soldats, le climat est tendu, les militaires tirent en l'air pour faire reculer leurs opposants, sans effet ; le porte drapeau des ouvriers s'avance, ce geste semblant une agression le commandant Chapus donne l'ordre de tirer.

 

Quarante cinq secondes suffiront pour faire neuf morts et des dizaines de blessés.

Et bon anniversaire à ...

Partager cet article
Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 06:07

Né le 30 décembre 1917 à Longjing, en Mandchourie dans une famille chrétienne, Yun était le quatrième enfant de Yun Yeong-seok et de Kim Yong. Son éducation préserve l'identité coréenne.

Quelques jours avant son vingt-quatrième anniversaire il est diplômé de l'école Yeonhul devenue depuis l'université Yonsei. Il a toujours écrit des poèmes et en sélectionne dix-neuf pour un recueil qu'il intitule Ciel, vent étoiles et poèmesqu'il espérait publier, ce qui ne fut pas le cas. Son séjour à l'école lui révèle la réalité d'une colonisation qu'il n'avait pas encore éprouvé réellement. Son œuvre va porter autant sur le constat de ce contexte oppressant que sur, en effet de balancier, la quête de soi. Comment vivre dans une telle société où la pensée est encadrée, surveillée, contrainte.

 

En 1942 Yun quitte la Corée pour aller étudier la littérature anglaise à l'université Rikkyo de Tokyo mais en pleine guerre le nationalisme nippon bat son plein et il doit quitter l'université après seulement un semestre pour être transféré avant d'être arrêté en juillet 1943, accusé d'activités anti-japonaises. Condamné à deux ans de pénitencier il purge sa peine à Fukuoka où il est torturé et affamé. Il meurt le 16 février 1945 quelques mois avant la libération de la Corée.

Il avait 27 ans.

 

En 1948 sera publié un recueil intitulé Ciel, vent, étoiles et poèmes reprenant 31 textes sous l'égide de Chong Ji-yong. Il aura, en cette période de renaissance, un très fort impact sur un pays apprenant à marcher sans ses chaînes. En 1976 sortira ses ''œuvres complètes'', elles sont riches de 116 textes. (Il ne reste qu'à espérer qu'ils soient un jour traduits et publiés en français.)

Du 10 au 12 aout 2012 un spectacle musical ''Yun DDong-ju tire sur la lune'' (la compagne idéale du poète disait-il) met en scène les derniers jours du poète. Il sera joué trois jours avec un grand succès au Centre des Arts de Séoul.

Yun Dong-ju fait partie du patrimoine culturel Coréen, incarnant l'intellectuel, le patriote, le poète chantant dans son œuvre son attente d'une Corée libre et indépendante qu'il n'aura jamais connu mais dont il ne doutait pas qu'elle survienne un jour. Est-elle l'une et l'autre ?

 

Dénombrement nocturne des étoiles

 

Les cieux nocturnes sont remplis d'automne.

Je pense pouvoir compter toutes les  étoiles dans le ciel automnal, sans aucune

inquiétude.

Un souvenir à une étoile,

Un amour à une étoile,

Une solitude à une étoile,

Une admiration à une étoile,

Un poème à une étoile,

Et à une étoile, mère, ma mère.

Mère, j'applique un beau mot à chaque étoile.

 

 

PrintempsCoree2.jpg

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 06:07

An Chang-ho ou Ahn Chang-ho (1878-1938) est un peu en Corée ce que Jean Moulin est pour nous, un héros de la résistance et de la lutte pour l'indépendance de son pays mais en pariant sur l'éducation plutôt que sur l'affrontement armé. L'un n'empêchant pas l'autre !

Ahn Chang-ho (1878-1938) freedom fighter

Né à proximité de Pyongyang il profitera d'une école de l'Armée du Salut pour ses études. Naîtra ainsi sa conviction que l'avenir de la Corée passe par l'éducation. La Période Joseon touche à sa fin, le pouvoir est déliquescent, fin août 1894 il signe une alliance militaire avec le Japon. Officiellement la Corée est un protectorat, elle sera purement et simplement annexée en 1910, ses ressources et sa population exploitée par le Japon.

En 1897 An adhère au Club de l'Indépendance et fonde une école primaire pour tenter de mettre ses idées en pratique. Cinq ans plus tard, jeune marié, il embarque pour San Francisco afin d'y aider les coréens ayant quitté le sol natal. Il revient en 1906 où il tente de fonder une nouvelle école en créant une usine de céramique pour la financer. Après un nouveau séjour aux États-Unis il crée le Hung sa dan en 1913, une académie destinée à la jeunesse des huit régions de Corée pour lui insuffler ses idéaux.

Installé à Shanghai il y forme un gouvernement provisoire en exil dont il sera le premier ministre. Il y sera arrêté d'abord en 1927 puis en 1932 pour un attentat qui lui fut attribué à tort, mais volontairement. Il passera quatre ans en prison avant de reprendre son bâton de pèlerin. De nouveau emprisonné sa santé périclite rapidement, il meurt en 1938.

Il est l'emblème de la nécessité de l'éducation comme seul moyen de construire une société pérenne et digne de ce nom.

Quel dommage que nulle part cette idée ne soit appliquée !

Il est enterré avec sa femme dans le parc Tosan.

Le 6 janvier 2012 il fut le premier asiatique intégré au Hall of Fame des droits civils d'Atlanta

PrintempsCoree2.jpg

Partager cet article
Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 07:07

Catherine après le challenge du Dragon 2012 a la bonne idée de proposer le Printemps coréen qui, comme son nom l'indique, durera un trimestre, je ne pourrai être aussi productif que je le fus pour le Dragon mais je ferai de mon mieux.

Pour le débuter d'une façon inhabituelle pour moi je vais vous présenter la présidente de la République de Corée, en effet il n'est, officiellement, pas question de Corée du Sud, son voisin du nord, et siamois inséparable de fait, s'appelant République populaire démocratique de Corée, quand un pays se qualifie lui-même de populaire et de démocratique nous pouvons être sûrs qu'il n'est ni l'un, ni l'autre. Mais peut-être en parlerais-je plus tard.

Une présidente donc, en attendant qu'il y en ait une en France. Que les féministes se rassurent, ils n'en manquent pas qui soient aussi incompétentes que les hommes qui, eux, furent élus.

 

Park Geun-hye (le nom de famille en Asie est placé en premier) a été élue le mercredi 19 décembre 2012, à 60 ans (elle est née le 2 février 1952) c'est l'aboutissement d'une vie entièrement dédiée à la politique. Vocation dont elle hérita de son père, lui-même président de 1961 à 1979, si ce n'est que lui le devint par le biais d'un putsch et que son mandat se termina quand il fut assassiné. Sa fille n'ayant pas commencé de la même façon il serait logique que la fin de son mandat (non renouvelable) diffère aussi de l'exemple paternel. Moon Jae-in, son adversaire, fut aussi celui de son père, preuve qu'il est constant dans l'opposition comme dans l'échec. Une différence : cette fois il ne sera pas emprisonné pour ses convictions, et dans cinq ans il pourra à nouveau tenter sa chance. Park père étant un dictateur dont la principale, sinon unique, réussite fut le renouveau économique de son pays après la guerre de Corée (1950-1953).

Licenciée en génie électrique en 1974 elle devient ''première dame'' de Corée après l'assassinat de sa mère la même année et le restera jusqu'à celui de son père (jamais 2 sans 3 ?) en 1979. En 1987 elle obtint un doctorat de culture chinoise.

Sa carrière politique est une alternance de succès et d'échecs jusqu'à ce qu'elle arrive à la tête du parti conservateur pour en changer le nom et les mots d'ordres, basant son programme sur trois piliers : la sécurité sociale, l'emploi et l'économie de marché équitable elle finit par gagner les élections législatives puis les primaires de son propre parti pour affronter, en finale, Moon Jae-in, avec le résultat évoqué plus haut.

 

 

S'en tenir à son programme se heurte souvent au principe de réalité d'une économie de plus en plus implacable. L'avenir nous dira de quoi elle aura été capable.

Partager cet article
Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 11:03

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 14:55

S'il est un sujet qui semble loin de moi c'est bien le bonheur, c'est pourquoi je saisis l'offre de Heide, transmise par Catherine, pour me pencher sur ce concept mystérieux, son contraire me siérait davantage, encore que, en y repensant, ils ne semblent pas s'opposer mais se compléter. Le premier est-il l'oubli du second ? Il y a peu je le voyais emplissant le regard de bovin ignorant de leur sort et synonyme d'un état quasi végétatif et pour tout dire proche de l'idiotie.

C'est l'opportunité d'une remise en cause de ce point de vue.

Homme de mots (de maux aussi parfois...) je vois que l'étymologie donne à ce mot ''Eür'' le sens de ''l'accroissement accordé par les dieux'' et le fait voisiner avec ''fondateur'', ''auteur'' et les diverses formes de ces termes.

Ainsi se pose la question du bonheur comme satisfaction présente dégagée de toute projection dans le futur sous quelque forme que ce soit. Faut-il suivre Épicure et chercher la paix de l'âme et du corps, une forme de momification, la vie existe-t-elle hors du temps qui passe et des changements qu'il instille en nous. Faudrait-il se rapprocher de Blaise Pascal qui fait du bonheur le fruit de la foi, fruit amer aujourd'hui mais qui serait délicieux au paradis. Autant dire que je ne suis pas près de le déguster.

Et vous ?

Peut-être la vision de Baruch Spinoza est-elle préférable : ''Bien agir et être dans la joie''. Réaliser des désirs raisonnables sans être troublé par ses passions dans le cadre d'une nature amicale. 

Bref, s'em...nuyer grave ! Pour user d'une terminologie moderne loin du style spinozien mais ayant l'avantage de la précision dans la concision.

 

Reste la vision kantienne, celle pour laquelle j'avoue le maximum de connivences qui voit dans le bonheur un concept oublieux de son sens originel et sujet philosophique propre à d'autant plus de thèse que chercher à le définir devient synonyme de le connaître. Cette fois le fruit n'a même plus de goût sinon l'idée de celui qu'il pourrait avoir. Vous faut-il la santé, l'argent, une famille aimante, un travail plaisant, une voiture, un...

Chacun veut ceci ou cela mais sa nature, pour ne pas dire LA nature, le porte à céder à des passions qui n'en sont pas opposées à cette dernière mais sa progéniture.

Vaste sujet, les questions qu'il soulève justifieraient des pages et des pages, quoi de plus difficile à définir que ce qui, au final, ressemble à une idole. Une idée que l'on perçoit mais qui se modifie à mesure que l'on s'en approche pour la voir mieux. Mais savoir que l'horizon est une ligne imaginaire n'empêche pas de vouloir s'en approcher n'est-ce pas ?

Passez devant !

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 06:00
Partager cet article
Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 06:07

Éboleevirus

 

Origine

_______________________________________________________

Le nom de virus Ébolee est la combinaison du virus Ébola et de Lee Rony, psychosophe qui aurait vécu de la fin du XXème siècle à une date indéterminée du XXIème, certains le disent encore vivant. Ce pléonasme fut créé pour la similitude entre l'action du virus : une fièvre hémorragique foudroyante et celle de l’œuvre de Lee : un afflux de pensées anormales envahissant l'esprit, poussant son propriétaire à vouloir comprendre et communiquer. Il apparut vers 1999, année dramatique s'il en fut.

 

L'origine de cette chose semble être lointaine, des pensées se transmettant par la lecture et la parole depuis les premiers hominidés, on pense généralement qu'il évolua dans une catégorie de primates si proche de l'homo sapiens que celui-ci s'avérait incapable de distinguer la différence. L'autopsie ne donnait rien, le sujet soupçonné devait être examiné vivant pour être classifié correctement.


Écoépidémiologie

_______________________________________________________

 

Par son évolution au contact des homo sapiens, sa capacité à imiter ce dernier cette forme virale, avec l'apparition de l'Internet, put se diffuser dans le monde entier, si l'espèce porteuse ne semble pas en souffrir il en va autrement de l'homo sapiens sapiens, son développement cortical est encore trop riche en liaison avec les parties archaïques de son cerveau.


Pouvoir pathogène

_______________________________________________________

La période d'incubation est courte, en quelques jours la personne infectée exprime des opinions personnelles, refuse les rites sociaux qui depuis si longtemps encadrent les sociétés humaines. Il provoque des hallucinations pouvant aller jusqu'à la prise de conscience, la curiosité, provoquant questions et mise en doute, activant des zones neuronales peu utilisées.


Modes de transmission

 

La lecture est le moyen le plus répandu, la parole, le bouche à oreille, les mots sont le support nécessaire pour qu'il fasse effet. Des mots à priori anodins peuvent rapidement faire effet. C'est d'abord l'envie d'en lire davantage qui doit attirer l'attention, hors les ouvrages officiellement prescrits il n'est pas de territoire à la sûreté assurée.


Symptômes

_______________________________________________

Une fièvre soudaine, une énergie nouvelle, un regard soucieux de transpercer les apparences, voilà qui doit attirer l'attention et amener à une intervention immédiate.


Bioterrorisme

_______________________________________________________

Les autorités insinuent qu'il s'agirait d'une manœuvre délibérée de déstabilisation, d'aucuns, plus alarmistes, que c'est le signe de l'Apocalypse à venir, chacun devant être contaminé, certains étant amenés à survivre.

Lesquels, sur quels critères, mystère ! Ne nous fions pas à ces rumeurs colportées par des individus mal-intentionnés.

Une secte existerait d'individus s'exposant volontairement à la contamination, ce n'est sans doute là qu'une rumeur...


Traitement

_______________________________________________________

Aucun vaccin n'a été encore mis au point, le plus simple est de réduire les risques de contamination en ne lisant rien ne comportant pas le sceau officiel d'innocuité. Leexorcisme même est inactif.


 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 06:07

 

Le nouvel an bouddhique se dit Songkran en Thaïlande, ce jour là les Thaïlandais aspergent les bouddhas et leurs amis, l'eau purifiant en même temps qu'elle éloigne la malchance. C'est aussi l'occasion de montrer son respect à ses aînés en leur versant de l'eau parfumée sur les mains. Durant les trois jours que durent les célébrations il est impossible de circuler dans les rues des grandes villes sans se faire asperger plusieurs fois, malheureusement cette période est propice à une hausse importante des accidents de la circulation.

Au Laos c'est l'occasion de se retrouver en famille en présences de bonzes pour des bénédictions collectives, dans les rues de Luang Prabang (ຫລວງພຣະບາງ), ancienne capitale royale et cité sainte du bouddhisme depuis 1353, s'organise une grande procession au cours de laquelle sont sortis les masques protecteurs de la ville.

Cette fête est célébrée en Birmanie par les Karens (Kayin), et au Cambodge (Bon Chaul Chhnam), c'est l'occasion pour moi de leur souhaiter une merveilleuse année 2555.

Bien sûr ce mini article trouve sa place dans le cadre du Dragon2012feu.jpg

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages