Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 07:32

Robert Ervin Howard ouvrit les yeux à Peaster (Texas) le 22 janvier 1906 et les ferma le 11 juin 1936 à Cross Plains (Texas, encore!). Cela fait cent ans. C'est l'opportunité de lui rendre hommage alors que ses créations sont célèbres et qu'il n'occupe pas la place qui lui revient.

Son père, Isaac Mordecai Howard est médecin et aime à se déplacer, ce qui amène la famille, composée, en plus du père et du fils, de la mère, Hester Jane Ervin, à déménager souvent.

En 1919 elle s'installe à Cross Plains.

 

Le jeune Robert a beaucoup d'imagination et commence à écrire pour la canaliser. Sa première histoire professionnelle, ''Spear and Fang'', paraît dans Weird Tales en juillet 1925. En 1928 il se fait un nom avec la parution des aventures de Solomon Kane tout en plaçant d'autres textes dans les revues, les ''pulps'', qui fleurissent à l'époque, chacun ayant sa spécialité. Il s'impose en 1930 avec des nouvelles qui se détachent du lot de la production habituelle et entame une correspondance avec H. P. Lovecraft, elle durera jusqu'à sa mort.

En 1932 il crée le personnage de Conan le Cimmérien, c'est grâce à lui qu'il accédera à la postérité bien que restant dans l'ombre de son héros comme de l'acteur qui l'incarna sur le grand écran.

Sa vie personnelle est moins réussie, ses parents ne s'entendent plus et c'est à lui que revient la charge de s'occuper de sa mère dont l'état de santé se dégrade rapidement. Il rencontre pourtant en 1934 Novalyne Price, jeune enseignante nouvellement nommée à Cross Plains. Leur relation prend fin début 1936 alors que la maladie de Hester Jane s'aggrave et que ses jours apparaissent comptés.

 

Début juin elle sombre dans le coma, les médecins affirment à Robert qu'elle n'en sortira plus. Robert qui a acheté un Colt 380 Automatic à son ami Lindsey Tyson monte dans sa voiture et se tire une balle dans la tête. Solide, presque autant que Conan malgré un coeur fragile qu'il soignait avec de la digitaline, il mettra des heures à mourir. Depuis longtemps Howard était hanté par le suicide, l'écriture fut sans doute un moyen de le repousser, de trouver une utilité à son existence. Difficile pourtant de trouver une cause unique à cette mort, les spécialistes de sa vie et de son œuvre débattent encore, complexe d’œdipe envahissant, dépression, stress croissant. Probablement un peu de tout cela.

 

Sur trente ans de vie, la moitié fut consacrée à l'écriture, à la création de personnages nombreux traversant les styles, les cadres et les époques. Depuis quelques temps il se consacrait au western, genre à la mode et plus rentable que d'autres. Ses recueils de textes connurent un grand succès, son éditeur, Lyon Sprague de Camp l'exploita sans vergogne, récupérant des brouillons de Conan pour en faire un être brutal et simpliste. Les ventes lui donnèrent raison, bien aidé par les couvertures de Frank Frazetta. En 1970 Conan s'imposa à la force du dessin, celui de Barry Smith, avec des scénario de Roy Thomas qui réussit à convaincre Stan Lee de l'éditer chez Marvel. Alors que pour Howard, Conan était ''le Cimmérien'', il devint pour des raisons marketing : le Barbare.

Quand Smith quittera la série c'est John Buscema qui la reprendra, pour imposer sa vision du personnage et lui permettre d'accéder à un nouveau niveau de popularité que le cinéma fera encore croître quand il fut incarné par Arnold Scharwzenegger.

Chez Bragelonne vous pouvez trouver des traductions plus fidèles et respectueuses de l’œuvre de REH. Les lire c'est embarquer pour un voyage dont il est regrettable qu'il nous ramène à notre point de départ.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article

commentaires

chenzen, le seul 18/06/2016 22:40

Bonjour Lee.

Les fameux célèbres illustres dont les thèmes sont pourtant des mises en scènes cultes. Le héros inventé prends le dessus sur l'écrivain qui lui a donné vie.
On ne devrait écrire que des personnages stupides, des niais, des sans-âmes, comme ça ils ne feraient plus d'ombre à leurs auteurs ! :+))

Lee Rony 19/06/2016 09:02

Bonjour chenzen, le seul

De tels personnages ressembleraient trop à leurs auteurs... Ceux-ci ne vivent-ils pas au travers de leur héros des aventures au dessus de leurs moyens, des situations qu'ils ne pourraient assumer, des crimes qu'ils craindraient de commettre ?
Heureusement que je ne me relis pas, je me ferais peur.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages