Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 07:06

Neill Blomkamp – 2015 – 120'

Johannesburg connaît une criminalité galopante contre laquelle les moyens habituels se révélèrent inefficaces, dans le but de changer les statistiques les dirigeants de la ville décident d'utiliser les robots mis au point par la société d'armements Tetravaal, dirigée par Michelle Bradley mais réellement conçus par Deon Wilson, lequel pu leur donner une esquisse d'intelligence artificielle dans un corps résistant et rapide. Leur efficacité permet à la police de remporter de nombreux succès et de mettre fin aux agissements de plusieurs dizaines de bandes criminelles.

Parmi celles-ci intéressons-nous à celle composée de Amerikano, Ninja et Yolandi. Triplette dont l'efficacité n'est pas à la hauteur des ambitions, ce qui leur vaut une dette de 20 millions de rand auprès d'un autre gangster, bien trop dangereux pour l'oublier.

De son côté Deon travaille sur son programme. Il ne lui suffit pas d'avoir créer un système sophistiqué capable de mimer les activités humaines, il veut une véritable conscience.

Ambition qui n'est pas au-dessus de ses moyens, après de nombreux essais infructueux il parvient à son but, aidé par sa consommation régulière d'une célèbre boisson énergisante, laquelle ne m'a pas payé pour que je la cite ici. Ce résultat acquit il lui faut le vérifier en le testant, aussi va-t-il demander l'aide de sa patronne. Laquelle va la refuser, ça n'entre pas dans les objectifs d'une société fabriquant des armes !

Deon ne va pas en rester là, après un moment d'hésitation il suit le conseil d'une affiche lui recommandant de ne pas se laisser gratter par la vie. Il prend son courage à deux mains et va ''emprunter'' dans les locaux de Tetravaal un robot gravement endommagé pendant une mission et subtiliser la clé permettant de modifier le programme de la machine. Il prend le tout, le charge dans son véhicule et prend la direction de son domicile. Il n'avait pas prévu que la trio que nous avons vu plus tôt avait eu l'idée de l'enlever pour lui ''demander'' comment arrêter le fonctionnement des robots.

Nos quatre personnages vont donc se rencontrer, brutalement.

Mis au pied du mur, littéralement, et violemment frappé, Deon affirme à ses ravisseurs que leur exigence est impossible, il n'y a pas d'interrupteur qui éteindrait les robots comme de simples lampes. Quand ceux-ci découvrent le contenu de sa voiture il doit leur avouer son projet : implanter une véritable conscience dans le N° 22. ils n'y croient pas et menacent de le tuer mais il est convaincant. Une idée va donc germer dans l'esprit des criminels, pourquoi ne pas utiliser une machine pour lutter contre d'autres ? Mais Deon leur affirme que ça n'est pas possible, la conscience implantée le robot serait comme un enfant auquel il faudrait tout apprendre.

Parfait pour Ninja qui voit là un complice sur-mesures.

L'expérience va fonctionner et dépasser les espérances de Deon. Il ne sera plus question de 22 mais... justement, quel nom lui donner ?

C'est Yolandi va trouver son nom Chappie, suivant l'expression anglo-saxonne ''Happy Chappie'' à l'image de notre ''Relax Max''.

Chappie a tout a découvrir mais le milieu dans lequel il se trouve n'est pas le plus favorable à son éducation, il va prendre les tics de ses ''parents'', Yolandi sera sa ''maman'', Ninja son ''papa'' et Deon son ''créateur'', il va connaître bien des vicissitudes à cause des méthodes de son ''père'' qui veut qu'il apprenne vite, l'échéance du remboursement approche...

Chappie est intelligent, rapide, efficient, mais naïf, comme peut l'être un enfant qui ne peut que croire ses ''parents''. Sans oublier Vincent Moore, autre ingénieur, et ancien militaire, dont le projet à l'intérieur de Tetravaal a souffert de sa concurrence avec celui de Deon, il faut dire qu'il voit grand et imagine un robot géant, guidé par un opérateur au moyen d'un casque neuronal, et capable d'affronter seul une (petite) armée. Celui-ci a suivi son concurrent et est prêt à tout pour que son projet soit promu.

 

Autre souci pour Chappie, endommagée dans un combat sa batterie ne peut être remplacée ou rechargée, le temps lui est compté et la mort est un concept qu'il comprend. Une vie courte qui lui suffit pour découvrir le pire de la nature humaine : bêtise, violence, appât du gain, mensonge... Lui ne connaît pas tout cela pas plus qu'il n'en voit l'utilité. Heureusement face au danger le meilleur vient parfois de qui on ne l'attendait pas, et Chappie peut utiliser son intelligence et sa conscience en même temps qu'aux capacités nées de la science.

 

Blomkamp ne manque pas d'imagination et de maîtrise, son Chappie est simpliste mais attachant, il oppose l'intelligence artificielle à la méchanceté naturelle sans que celle-ci soit irrémédiable en même temps qu'il propose une fusion possible entre créature et créateur. Y voyant une promesse quand Vincent Moore ne voit qu'un affront au Créateur alors qu'il ne voit pas ainsi ses crimes.

 

Deux heures de spectacle, de bons et de méchants qui s'affrontent et une fin positive. Qu'en sera-t-il dans la réalité quand naîtra une IA digne de ce nom, sera(it)-elle aussi sympathique que celle de Chappie ? Impossible de le dire. Qui sait si même elle n'existe pas déjà, à l'image de l'intelligence naturelle elle saurait qu'il est vain de se montrer et que le troupeau est là pour lui permettre de vivre.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

chenzen, le seul 18/09/2015 19:26

Bonjour Lee.
Ca à l'air d'un film intéressant avec beaucoup de rebondissements.
L'Afrique du sud se lance donc dans le thriller hi-tech ; à découvrir.

Lee Rony 19/09/2015 23:25

Et quand l'écho se fait entendre impossible de ne pas lui tendre une oreille attentive.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages