Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 09:01

No  Otoko  脳男

Mariko est neuropsychiatre, elle sort de son lieu de travail où elle vient de présenter une nouvelle pratique consistant à provoquer le rapprochement entre des criminels et leur victime, ou les personnes proches de celle-ci si cette dernière est morte. Par exemple une mère rencontre les assassins de son fils et finit par leur pardonner. Ses chefs trouvent l'idée saugrenue et impossible à mettre en œuvre.

Alors que la pluie tombe à verse elle sort du métro et court pour prendre son bus. Pas assez vite cependant pour qu'il ne lui parte pas devant le nez, non sans que des enfants derrière une vitre se moquent d'elle.

Elle enrage mais n'a pas d'autre solution que chercher un taxi pour rentrer chez elle. Alors qu'elle s'apprête à y monter elle lève la tête et voit le car qu'elle devait prendre exploser à quelques dizaines de mètres devant elle.

N'en descend qu'un des enfants moqueurs qui titube et vers lequel elle se précipite. Le suspens est inutile, le gosse mourra des suites de ses brulures, avec les 22 autres occupants du véhicule, poseur de bombe compris.

La police est sur les dents, cet attentat n'est pas le premier sans qu'elle trouve une piste, cette fois pourtant des particules particulières découvertes sur les restes de la bombe vont permettre de sélectionner les lieux où elles pourraient se trouver.

 

Le détective Chaya et son jeune collègue arrivent sur des endroits sélectionnés, à l'ouverture de la porte une explosion ravage le local. Les enquêteurs vont découvrir les preuves que des explosifs furent utilisés là, mais surtout, au milieu des décombres ils vont trouver un homme, blessé sans paraître en souffrir, qu'ils arrêtent en pensant qu'il est le, ou un des, tueur(s) recherché(s).

Homme étrange, peu communicatif, réglé comme une machine, mangeant à heure fixe, allant aux toilettes une heure après, à la minute près, parlant de lui au minimum, répondant mécaniquement aux questions comme s'il récitait une leçon parfaitement apprise. Il ne manifeste aucune émotion, pas de sensations de douleurs et s'adapte aux questions les plus saugrenues. Quand dans un couloir il croise un assassin il lui saute dessus.

Plus tard quand il tentera de s'évader, que les véritables terroristes seront découverts, la vérité lentement se fera jour et la nature exacte de ''brain man'' sera connue, riche en surprises, en violences, lourde d'un étrange passé.

Vous aurez compris que le titre de ce film s’inspire de Rain Man, ici le héros dispose d'une intelligence hors du commun, apprend vite, enregistre tout. Est-il condamné à rester ce qu'il semble être ou peut-il s'ouvrir à une sensibilité qui semble lui être étrangère sans que pour autant il puisse être considéré comme un psychopathe.

Les émotions nous aident à vivre, à percevoir le monde autour de nous, la place que nous y occupons et nos relations avec les autres, eux qui nous renvoient une image nous permettant de nous définir.

L'argument du film est intéressant autant qu'improbable sous cette forme, mais la question n'est pas là. Autre question soulevée ici, celle du pardon, de la seconde chance qui peut être octroyée à un criminel.

Mariko veut y croire et sa vision ''humaniste'' se heurte à Brain Man qui en semble si loin bien qu'au final, ne pas être envouté par ses propres émotions et les mythes qu'elles génèrent lui donnent un avantage salvateur. Si vous voulez en savoir plus il ne sera pas difficile de trouver ce film sur le Net, d'autant qu'il ne semble pas licencié, comme tant de films asiatiques qui sans la toile ne nous parviendraient jamais.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages