Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 07:15

Safy Nebbou – 2016 – 105'

Teddy est las du monde, du bruit, du temps qui passe si vite qu'il s'en rend à peine compte. Son métier l'étouffe, les autres l'enferment. Pourquoi ne pas tenter une véritable rupture, couper les ponts avec son milieu pour se retrouver dans une ambiance toute autre où il ferait connaissance avec le froid, le silence, la solitude...

Quel meilleur endroit pour trouver tout cela que la Sibérie. Et, mieux ou pire encore, les rives du lac Baïkal ?

L'installation est rapide, un ami l'accompagne en camion avec le matériel nécessaire jusqu'à la maison qu'il comptait louer, or son propriétaire souhaite maintenant la vendre. Teddy hésite, demande le prix, accepte. Désormais il est chez lui, à la frontière de nulle part, espérant sans doute se retrouver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dépaysement est total, le silence est absolu et le froid intense. L'imaginer est une chose, le vivre dans des conditions précaires est différent. Le décor est fascinant, la glace semble s'étendre jusqu'au bout du monde. Bien vite il va comprendre que c'est à lui de faire avec son environnement, que le confort occidental n'existe plus, il n'a même pas l'électricité.

Mais il a un fusil, pour chasser l'ours lui a-t-on dit, ce n'est pas son intention, mais alors qu'il est plongé dans le lac par un trou creusé dans la glace il voit un plantigrade s'approcher. Impossible de rester à sa place, sortir est risqué, heureusement l'animal se détourne et va faire un tour dans la maison, histoire de vérifier qu'il n'y ait pas quelque chose à grignoter.

À nouveau seul Teddy, un prénom prédestiné, constate les dégâts, la porte n'opposa aucune résistance et son logement ressemble à une poubelle. Une pendaison de crémaillère version ours !

Une expérience parmi d'autres, comme cette tempête de neige dans laquelle il s'aventure, c'est le mot, pour récupérer des buches. Sans feu sa survie serait limitée et il n'en avait pas assez chez lui. Le décor est uniformément blanc, le vent hurle dans ses oreilles, il trouve le bois mais plus son chemin. Impossible d'avancer, par réflexe il tire, plusieurs fois, tombe, se couche, ça se présente mal.

De l'univers blanc sort une silhouette qui le prend, le jette sur son dos, le ramène et le pose sur son lit. À son réveil il constate mais n'a personne à remercier. Il lui faudra attendre un entraînement, laborieux, au tir, pour rencontrer le même homme qui va lui donner la bonne position.

 

Se peut-il qu'il s'agisse de cet homme, Aleksei, installé dans les bois il y a dix ans pour fuir la police après avoir tué quelqu'un en attendant que son crime fut prescrit ?

La solitude n'empêche pas les rencontres et celle-ci est loin de celles de son ancienne vie.

Inspiré, librement, de l'essai de Sylvain Tesson, un film qui pourrait donner envie d'une telle expérience, à condition d'être sur qu'elle se finira bien. Un tel endroit n'est pas fait pour les hommes affirme Aleksei qui sait de quoi il parle pour y survivre depuis 12 ans. Qu'en sera-t-il du retour à la ''civilisation'' de Teddy, l'histoire ne le dit pas mais chacun peu l'imaginer.

 

J'hésite à prendre mon billet, allez-y d'abord !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages