Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 09:00

Nightmare alley est considéré comme un chef d’œuvre du film noir combinant un super scénario – d'après le roman de William Lindsay Gresham – une mise en scène impeccable et une interprétation parfaite, dominée par un Tyrone Power n'hésitant pas à s'enlaidir.

Stan Carlisle est jeune et ambitieux, l'inverse se prêtait moins à produire un bon film. Il est employé dans un cirque de second rang où il apprend les ficelles du métier de magicien et de voyant.

Un peu comme le mentaliste !

Doté d'un vrai talent de séducteur il va user de celui-ci pour assouvir sa soif d'argent et de célébrité, connaissant de grands succès et désireux ensuite de tromper de riches hommes d'affaires.

Mais à malin, main et demi ! Comme souvent dans le cadre d'un film ''noir'' c'est une femme qui va précipiter sa perte, une femme plus intelligente et sournoise que lui, sachant exploiter sa vanité pour endormir sa lucidité.

Une méthode qui marche toujours !

C'est que la marche est haute entre le petit cirque régional, aux attractions banales, et les cabarets de Chicago ; entre les forains et la classe fortunée de la capitale de l'Illinois sans qu'à aucun moment les uns ou les autres soient méprisés ou méprisant, mis en valeur ou rabaissés.

Carlisle sait si bien jouer son personnage qu'il semble y croire parfois lui-même, ce qui peut l'aider dans un premier temps mais lui faire perdre le contact avec la réalité par la suite. Ainsi quand il évoque un esprit à la demande de sa veuve paraît-il dépassé par la situation. Il affirme sa personnalité mais celle-ci s'effritera de l'intérieur face à Helen Walker, plus forte, plus stable, plus manipulatrice. Mentir aux autres est une chose, se mentir à soi-même en est une autre. C'est comme jouer au-dessus de ses moyens, ça ne peut fonctionner toujours. Se surestimer n'amène jamais qu'à la plus sordide des conclusions.

Au moins Carlisle aura-t-il tenu son rôle aussi longtemps que possible, qui sait si quelque part il ne savait pas qu'il jouait au dessus de son niveau et n'était-il pas désireux de retrouver une médiocrité finalement moins stressante, sans la contrainte de devoir se contrôler continuellement.

La partie est plaisante mais nul ne doute qu'il faille s'avouer vaincu finalement, l'intérêt est bien d'amasser les jetons devant soi, de les jouer ensuite, puisque les conserver lui était impossible.

Tyrone Power garde l'image d'un acteur jouant de son physique plus que de son talent, à l'image de ce charlatan pourrait-on dire, si ce n'est que lui vaut mieux que la réputation qui lui fut faite. Regarder ce film c'est donc, aussi, lui rendre hommage. Il le vaut bien.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages