Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 16:41

Rebecca Cutter – 2020 – Starz

Krista accompagne son amie Sherry Henry au rendez de celle-ci avec un inconnu mais un besoin pressant la contraint à sortir de la voiture pour s'isoler. Un coup de chance puisqu'alors qu'elle s'est éloignée le correspondant de Sherry arrive, lui demande son nom et l'abat de deux balles avant d'emporter le corps.

Jackie Quones est agent du service fédéral des pêches, elle patrouille en mer pour surveiller que les prises des pécheurs correspondent à leurs obligations réglementaires, nombreuses. Cette situation lui permet d'avoir une plaque de police et une arme, des arguments de séduction qui se rajoutent à son physique et qui séduisent de nombreuses femmes, ce qui n'est pas difficile, Cape Cod est réputé pour être ouverte à toutes les sexualités, ce dont Jackie profite au maximum.

De là à dire qu'elle est addicte au sexe il n'y a qu'un pas qu'elle croit ne pas devoir franchir, de même pour sa consommation d'alcool et de drogues diverses. Elle aime faire la fête et se défoncer.

Après une nuit chaude, dans tous les sens du mots elle sort faire quelques pas sur une plage et aperçoit quelque chose qui l'intrigue, elle s'approche et découvre le cadavre d'une jeune femme.

Tuée de deux balles dans la tête !

La marée monte alors elle remonte le corps et prends des photos qui seront sûrement utile au détective Ray Abruzzo qui sera chargé de l'enquête, et pour cause, Sherry était une de ses indics dans la lutte qu'il mène contre la drogue en général et Frankie Cuevas en particulier, le caïd du coin qu'il put ainsi mettre en prison.

Pas de doute pour le policier, c'est un coup de Frankie qui ''fait le ménage'' avant son procès. Abruzzo est très touché par la mort de la jeune femme, ne lui avait-il pas promis de la protéger ? Un sale coup aussi pour lui mais pas question de se laisser abattre, il y a sûrement moyen de trouver une autre source de renseignements.

Jackie se sent concerné et suit l'enquête de loin tout en conservant ses (mauvaises) habitudes. C'est ainsi qu'elle aura un accident de voiture alors qu'elle avait mélangé des produits qui ne devraient même pas être consommés et sera sous le coup d'une enquête et d'une suspension de son permis de conduire. Ce n'est pas la première bêtise qu'elle fait et il lui est chaudement recommandé de suivre une thérapie et une cure de désintoxication. Elle doit s'y résoudre si elle veut conserver son travail.

C'est un regardant un tableau couvert de photos d'ancien(ne)s membres des AA qu'elle reconnaît un pendentif, Sherry Henry portait le même. Qui était cette jeune femme ? Quiñones enquête et se demande si elle n'était pas avec la victime au moment du meurtre, ce qui expliquerait qu'elle ait disparu.

Sans que cela soit de son ressort elle va enquêter parallèlement à Abruzzo qui s'est ''rapproché'' de la compagne de Cuevas, jusqu'à retrouver la jeune femme Krista mais...

Drogue et alcool altèrent la lucidité et Jackie aura l'occasion de méditer cette leçon.

Rien de novateur dans cette série, c'est vrai, mais sa réalisation et son interprétation font la différence, sexe et violence font bon ménage et si l'on rajoute une touche de romantisme et une goutte de trahison tout est en place pour un cocktail qui en 8 épisodes trouve son format idéal.

Partager cet article
Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 07:47

Christian Torpe – 2017 – Une saison de 10 épisodes – Spike

Bryan se réveille dans les bois chatouillé par une araignée et vêtu d'un uniforme. Il regarde le jeune berger allemand près de lui, note que le chien porte des plaques militaires et qu'il s'appelle Rufus. Dans ses poche il trouve une carte au nom de Bryan Hurt. Le sien ? Rufus se met à aboyer en direction de la brume qui descend de la montagne puis détale dans sa direction. Bryan ne peut le retenir et le perd de vue dans le brouillard. Il s'arrête en l'entendant crier de douleur, repart, et découvre le cadavre de l'animal. Paniqué il s'enfuit dans la direction opposée. En ville il entre dans le poste de police et tente d'expliquer qu'il y a quelque chose dans la brume. Les flics le pensent drogué et l'enferment.

Eve Copland est professeure et son directeur lui fait part des plaintes de parents suite à ses cours d'éducation sexuelle, mal vus dans cette petite ville. Elle va s'en tirer avec une mise à pied et envisage avec Kevin, son mari, de déménager, bien que ce dernier aime beaucoup cette région. C'est l'heure de conduire Alex, leur fille, assister au match de l'équipe de foot du lycée où joue Jay Heisel avec le meilleur ami de la jeune fille, Adrian, jeune gay mal vu de son père et des garçons de son âge.

Dans une étable Mia Lambert échappe à l'homme qui la bat pour la faire parler, le tuant avec une fourche. Puis elle visite la maison où elle habitait, ignorant que la propriétaire est morte. Le nouveau lui conseille de s'adresser au notaire pour récupérer ses affaires. Ça ne lui suffit pas et elle revient la nuit suivante pour fouiller l'abri de jardin où elle a laissé quelque chose. Peu discrète elle est surprise et finit en prison, avec Bryan.

Au petit matin les parents d'Alex la découvre bouleversée, elle raconte avoir bu, trop, et avoir été abusée, par Jay, d'après Adrian. Dehors, Nathalie, une vieille dame s'étonne des grenouilles quittant la rivière, des oiseaux fuyant la montagne, dans les archives du journal local elle trouve que cela et déjà arrivé, que six hommes furent tués, officiellement par un ours... Alex et sa mère décident de s'éloigner, en route elles s'arrêtent dans un centre commercial.

Le brouillard arrive en ville, opaque, surprenant au début il devient rapidement inquiétant par les incidents qu'il provoque, un homme par exemple tue le mari de Nathalie, avant de se suicider.

Dans le poste de police Kevin Copeland qui était venu voir ou en était l'enquête sur le viol d'Alex est aussi inquiet que les policiers, et les prisonniers. Ils échappent à l'attaque d'un policier fou qui laisse échapper un insecte par la bouche quand il meurt. Il faut s'enfuir, l'abri le plus près est l'église où un petit groupe se réunit alors qu'un autre se trouve dans la grande surface.

Lieux et personnages sont en place pour une, nouvelle, série adaptée d'une nouvelle de Stephen King. Rien n'est clair, forcément, sur la nature (?) de ce brouillard, d'autant qu'il y a des militaires dans la région, deux se sont pendus dans le centre commercial comme s'ils savaient ce qui arrivait. L'armée est-elle responsable ? Est-ce pire ? On peut l'espérer malgré le démarrage gentillet. En espérant que The Mist ne suive pas l'exemple de Under the Dome, dont les débuts étaient bons mais dont la trop longue suite avait été poussive. À trop vouloir en faire les producteurs sabotent leur produit.

En espérant ne pas rester trop longtemps dans le brouillard, l'ennemi alors serait l'ennui.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2020 4 16 /07 /juillet /2020 08:00

Ce blog n'aurait pas été représentatif de mes préférences si je n'y évoquais pas une de mes séries préférées : The Avengers, connue en France sous le titre Chapeau melon et bottes de cuir ! Il était temps de réparer cette injustice.

En 1960 Sydney Newman et Leonard White créent cette série qui sera diffusée sur ITV1 de janvier 1961 à mai 1969. il faudra attendre 1967 pour que notre pays la découvre, et quelques années de plus pour que j'en profite à mon tour et ne suive les aventures de John Steed et de ses partenaires, avec une préférence pour celles-ci, déjà !

En fait Steed n'était à l'origine qu'un personnage secondaire, ami du docteur David Keel dont la fiancée est assassinée. Keel veut se venger et avec le soutien de son ami fait arrêter les criminels. Par la suite les deux hommes vont continuer à enquêter jusque dans la saison deux qui verra Steed devenir le premier rôle et être accompagné de Cathy Gale et de Venus Smith.

La première fit beaucoup pour le succès de Avengers en étant la première femme forte à la télévision. Pour la troisième saison Steed et Gale se retrouvent seul et Cathy arborant souvent une tenue de cuir sera les bottes du titre français.

La quatrième saison voit l'arrivée de Emma Peel, celle-ci sera la première à être doublée en français me permettant par la suite de découvrir Miss Peel sans savoir, à l'époque, qu'elle n'était pas la première à porter des bottes de cuir.

Sa beauté fit beaucoup pour amplifier le succès de la série. Diana Rigg tint son rôle la saison suivante avant de renoncer, malheureusement, pour le cinéma, elle y épousa (brièvement) James Bond, et le théâtre shakespearien.

La relation ambiguë entre John et Emma était pleine d'un humour typiquement britannique, l'arrivée de Brian Clemens au scénario poussant la série dans ce sens comme dans le fantastique ou la science fiction, direction que prendra plus encore Chapeau melon la saison suivante avec

l'arrivée de Tara King, sportive, provocante et effrontée, qu'elle fut canadienne et non pas anglaise explique cette nouvelle attitude.

Mais les coproducteurs américains se retirèrent alors, en plein succès, laissant la partie anglaise dans l'incapacité de financer une série aussi coûteuse.

En 1976 pourtant The New Avengers apparurent dans une coproduction franco-anglaise, Steed, âgé, était cette fois encadré d'un duo composé de Purdey et de Mike Gambit. Copier la version originale était voué à l'échec aussi cette version est-elle plus normale, moins fantastique, avec plus d'action et la confrontation étant cette fois entre les nouveaux venus.

L'époque était différente et cette série ne se différenciait pas assez des autres pour avoir retrouver son succès.

Le charme de Diana Rigg et de Linda Thorson, le côté délirant des scénarios, le fantastique, l'humour parfois caustique et la proximité entre Steed et ses partenaires explique le succès de cette série tellement différente et imaginative par rapport à celles qui existaient à l'époque où je l'ai découverte. Sa spécificité explique qu'elle soit encore visible quand d'autres... le sont moins.

Un coup d’œil dans le passé fait parfois du bien, si on en abuse pas. J'essaierais bien un chapeau melon mais qui enfilerait les bottes ?

Partager cet article
Repost0
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 09:48

David A. Rosemont – Discovery Channel – 2017 – 8 épisodes – Netflix

Rien de moins inquiétant qu'une boite aux lettres, le préposé passe, en ramasse le contenu qui va suivre le chemin habituel des lettres et colis jusqu'à leur livraison, cette fois c'est une entreprise qui a l'habitude d'en recevoir. Gil remercie sa secrétaire, se saisit d'un ouvre-lettre et commence à ouvrir son paquet.

Ce sera la dernière chose qu'il fera !

En 1997 l'agent James R. Fitzgerald vit dans les bois, il chasse, cueille, vit dans un chalet de bois isolé au cœur de la nature. Quand il rentre chez lui il découvre plusieurs voitures sur sa propriété.

Un homme l'attend.

En 1995 Fitzgerald est juste diplôme de l'académie du FBI, prix d'excellence ! Ce sera l'occasion d'une petite fête entre amis. Lui qui vient du terrain, de simple policier qu’il fut pendant 10 ans il a su travailler dur pour progresser et atteindre ce stade. Le soir deux hommes se présentent chez lui, un des directeurs de l'école et quelqu'un qu'il ne connait pas, et lui présentent une lettre en lui demandant ce qu'il en pense. Un simple acrostiche, un regard lui suffit à y voir un simple acrostiche.

L'inconnu se présente, il s 'appelle Andy Genelli et dirige le groupe de travail UNABOM. Après six ans de silence l'affaire rebondit avec un nouvel envoi, une nouvelle bombe, et une autre victime. La lettre est du criminel et personne n'avait vu le palindrome, inversé il est vrai. Il propose à James de rejoindre l'équipe, pour un mois, histoire d'apporter un regard neuf.

Le colis qu'il reçoit le lendemain l'amène à se poser des questions. Il ne peut rester dans rien faire !

1997, les arrivants sont les dirigeants de l'équipe UNABOM que Fitzgerald rejoignit, ils lui demandent d'aller voir Ted Kaczynski, l'homme qui est soupçonné d'être le criminel, l'homme que Fitzgerald permit de mettre sous les verrous. Il s'agit de l'inciter à plaider coupable afin qu'il ne puisse pas sortir en plaidant un vice de forme ou en trouvant un biais légal tout en ayant une tribune pour exposer ses idées.

Unabomber, le surnom de Kaczynski, ne veut avoir affaire qu'à lui.

Fitzgerald hésite, comme il le fit deux ans plus tôt, avec le même résultat, il ne peut dire non.

 

La série peut commencer, passant d'une année à l'autre, en montrant le parallélisme et comment James s'y prit pour remonter la piste, se rapprocher de Ted, le comprendre, le connaître, en sentir l'influence sur lui jusqu'à ce se retirer du FBI pour vivre autrement. Mais il débute, il veut trouver le tueur, réussir là où les autres échouèrent, et pour cela il ne reculera devant rien, affrontant ses supérieurs, utilisant ses collègues. C'est un duel face à un adversaire intelligent et dangereux.

Cette série est basée sur une histoire vraie et reprend les faits comme ils se sont déroulés, le moyen de suivre l'évolution d'un enfant trop précoce dans un monde qui ne le comprenait pas, hostile et manipulateur et celle d'un policier qui ne supporte pas les passe-droits et croit en lui.

Un affrontement passionnant dans le cadre pesant d'une institution complexe et peu efficace avec des chefs ayant du mal à sortir de ce qu'ils croient. Pour autant les personnages ''secondaires'' ne sont pas oubliés, une enquête ce n'est pas qu'un tueur et un policier mais aussi des familles qui ne seront pas épargnées.

Peut-être vous souvenez-vous de cette histoire, du moins de sa fin, quand l'Unabomber fut capturé, si oui vous aurez plaisir à entrer dans la matrice pour voir comment elle fonctionna, si non, ce sera comme une aventure vous disant que le danger peut être partout.

Vous recevez parfois des colis...

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2020 7 14 /06 /juin /2020 15:28

Phoebe Waller-Bridge – BBC America – 2018 en production – 3 x 8 épisodes

Entrons dans le EIS CAFE SCHLEKARIA de Vienne, nous y voyons une petite fille mangeant une glace à côté de sa mère, en face d'elle une jeune femme en fait autant en la regardant.

Elle attend qu'il soit l'heure pour elle de faire ce pour quoi elle est venue, celle-ci arrivée elle sort, et en profite pour renverser la glace de la fillette.

Juste pour le plaisir !

Eve Polastri travaille pour le MI5 mais s'ennuie dans cet emploi de bureaucrate, elle qui se rêvait espionne, sur le terrain, parcourant le monde, est bien déçue de ce qu'elle fait. Ce matin le réveil est difficile après avoir fêté l'anniversaire d'un ami la veille au soir. Elle arrive en retard et se le voit souligné par son chef.

Peu importe, l'affaire dont il est question est l'assassinat à Vienne d'un haut dignitaire Russe, Kedrin, en pleine rue mais dans un endroit non couvert par la vidéosurveillance. Le meurtre fut commis au moyen d'une lame très effilée qui tranchant en une seconde l'artère fémorale, la victime s'en rendit à peine compte avant de s'effondrer et de se vider de son sang sur le pavé autrichien.

Eve est sûre que le criminel est unE criminelLE, Victor Kedrin se serait méfié d'un homme s'approchant, pas d'une jeune et jolie femme, mais ses collègues ne prennent pas garde à cette affirmation. Néanmoins elle est sûre d'elle et pour en savoir plus veut interroger la compagne de la victime. Rencontre compliquée, cette dernière est sous le coup de l'émotion, et de divers produits qui altèrent son élocution, d'autant qu'elle s'exprime en polonais et que la traductrice ignore son vocabulaire trop imagé. Heureusement l'époux de Polastri est polonais et puisque Eve a enregistré son entretien il peut traduire, et assurer son épouse que l'assassin est une femme, avec de petits seins.

La jeune femme que nous avons vu manger une glace rentre chez elle, à Paris, croise une voisine, petit sketch entre les deux qui se

connaissent bien, elle rentre chez elle, souffle, les voyages ça fatigue...

Elle souffle jusqu'à la visite d'un homme qu'elle connait bien, Konstantin, celui-ci lui remet un petit bonus pour son ''travail'' et lui en propose un autre, en Toscane. C'est parfait pour Villanelle, le (sur)nom de la jeune femme qui adore les voyages.

Et les épingles à cheveux, pointues et pouvant faire office de seringue pour un résultat plus sûr.

Mais elle ne rate jamais une mission. Et en profite pour obtenir l'adresse d'un fabriquant de couverture en soie. Autant joindre l'utile à l'agréable.

Cette méthode est trop spectaculaire pour passer inaperçue, Konstantin le fait remarquer à sa partenaire, tout comme le fait que la compagne de Kedrin est toujours en vie et qu'il conviendrait que cela cesse.

Eve veut revoir ce témoin, hospitalisée et sous surveillance policière. À l'hôpital, avant d'interroger le témoin elle se rend aux toilettes, et y croise une jeune femme qui lui conseille de garder ses cheveux libres. Eve est aussi de cet avis et prend une minute plus tard le chemin de la chambre.

Pour constater le décès de l'infirmière, des deux policiers, et de son témoin qui a juste le temps de lui murmurer deux mots. Heureusement le jeune traducteur sur qui elle comptait s'était absenté pour aller chercher de quoi boire.

Le lendemain le supérieur de Polastri lui exprime son mécontentement, liste ses infractions qui conduisirent à la mort de 4 personnes et la vire, elle et son partenaire qui n'attendait que cela !

Eve n'en est pas triste cet emploi la décevait, et elle est sûre d'avoir raison.

Il fait déjà nuit quand quelqu'un frappe, elle découvre sur le seuil, non sans surprise, Carolyn Martens, dont la renommé en tant qu'espionne au service du MI6 n'est plus à faire, celle-ci lui fait,

indirectement, une proposition de travail, et lui avoue être sur la piste d'une nouvelle tueuse ayant déjà sévi dans une dizaine de pays depuis deux ans sans qu'il y ait la moindre trace d'elle ! Il suffit à Polastri d'être le jeudi suivant à 9 heures à son hôtel, mais à 9 h 10 il sera trop tard.

Il est des occasions qu'il est impossible de laisser passer parce qu'elles ne reviendront pas. Elle sera au rendez-vous, ce n'est pas divulgacher que de le dire, elle qui déjà avait retenu dans le flot

d'informations qu'elle analyser les agissements d'une tueuse d'un nouveau genre et dont elle reconnaît le style faute d'un mode opératoire répétitif. Elle avait toujours été fascinée par les criminelles allait en affronter une.

La partie d'échec peut commencer, cette fois ce sont les reines qui se font face, chacune cherchant à connaître l'autre, des adversaires que tout semble opposer, mais semble seulement...

J'ai vu bon nombre de séries depuis des années, quelques-unes très bonnes et une majorité de simplement correctes, Killing Eve rejoint le club, très fermés, des exceptionnelles.

L'histoire d'abord, né dans l'esprit de Luke Jennings, d'un côté une fonctionnaire aspirant à une vie plus intéressante sans savoir si elle supporterait d'en payer le prix, de l'autre une jeune, et belle, jeune femme, formée depuis son enfance pour être une tueuse et douée pour cela, pleine de ressources, d'imagination et de charmes, sachant se donner l'apparence d'une petite fille pour qui ne voit pas l'éclat sombre de son regard, le sourire se faisant alors morsure, et mort certaine.

Autour d'elles gravitent une distribution parfaitement choisie. J'ai eu plaisir à retrouver Kim Bodnia, Konstantin, après l'avoir vu dans The Killing et Bron. Tous sont excellents avec en tête d'affiche Sandra Oh, en rupture de Greys Anatomy et, surtout, Jodie Comer, jeune comédienne loin d'être une débutante qui incarne Villanelle avec une inquiétante justesse, jouant de la gamme de son talent pour incarner des personnages différents et des états d'âmes à la limite avec une finesse qu'il convient de saluer. Je ne suis pas le seul à le faire, tous les sites de metacritiques en attestent.

Une deuxième Jodie que je suivrais avec plaisir.

Vous l'avez compris, j'espère, une série à ne pas rater, sinon attention à qui vous allez rencontrer.

Il n'est pas nécessaire d'être une psychopathe pour en incarner une.

Mais ça peut aider...

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 08:00

Akiva Goldsman, Geoff Johns, Greg Berlanti – NETFLIX - 2018

Un chapiteau, la musique s'en échappe, Rachel Roth s'approche, y entre mais découvre une piste déserte et des

gradins vides. Soudain un écran s'allume. Dans les airs des

trapézistes font leur numéro quand une corde lâche, deux artistes tombent...

Mais elle se réveille, ce n'était qu'un cauchemar, sa mère la

calme avant de repartir, en fermant bien une porte sur laquelle sont fixés images pieuses et crucifix.

La pluie ne cesse pas à Detroit, l'inspecteur Dick Grayson est habitué.

Prenant son poste il fait la connaissance de Amy Rohrbach, en provenance de Oakland, sa nouvelle partenaire. Mais Grayson est peu sociable, lui arrive de Gotham !

Rachel prend son petit déjeuner, avec des restes, sa mère est troublée depuis que les aptitudes particulières de sa fille se sont fait jour. Mais pas question d'en parler, elle préfère la prière.

Pas Rachel qui se dépêche pour prendre le bus. Au retour elle trouve quelqu'un d'autre chez elle, un inconnu qui ordonne à sa mère d'avouer que ce titre est usurpé, puis la tue. 

Ce qui provoque une violente réaction chez la jeune fille.

Grayson enquête sur des violences sur une enfant, il observe un suspect, Tyler Hackett, le père, et le suit dans une rue avant d'intervenir, une dizaine de gangsters ne lui font pas peur.

La leçon sera-t-elle suffisante pour Tyler ?

En attendant Rachel préfère s'éloigner, pourquoi ne pas aller à Détroit ? La soupe populaire lui permet de se nourrir, quelqu'un se propose de l'aider, la conduit jusqu'à une voiture... mais elle prend peur, s'enfuit, se fait arrêter par la police.

Et se retrouve face à Grayson. Rachel le reconnaît pour être dans son rêve. Si quelqu'un peut l'aider c'est lui.

Dans les environs de Vienne une jeune femme se réveille dans une voiture, près d'un cadavre, mais doit fuir des hommes mal

intentionnés. Elle rejoint une station service où elle semble se découvrir : Kory Anders, bien que ce nom ne lui dise rien.

Dans son sac elle trouve aussi la carte d'un hôtel où elle est connue pour avoir réservé le dernier étage. Dans un placard elle trouve un homme attaché qui a peur d'elle. À juste raison !

Rachel confie à Dick qu'elle vit tomber ses parents et affirme

que leur rencontre n'est pas le fruit du hasard. En le touchant

elle survole ses souvenirs avant de lui demander de l'enfermer.

Rachel avait raison, sa mère a bien été assassinée. Trop tard !

Quand Grayson veut la retrouver elle a disparue, enlevée par un faux policier, ou un vrai, la différence est difficile à faire.

Kory, ou celle qui a pris sa place, recherche l'homme sur son téléphone, le trouve, mais pas les réponses à ses questions, au contraire. Les cadavres parlent peu.

Une photo peut l'aider, celle de Rachel Roth, évidemment !

Celle-ci se réveille face à l'homme qui a tué sa mère. Lequel se présente comme un sauveur affirmant qu'elle est un danger pour le monde et qu'il doit la tuer pour protéger celui-ci.

Grayson arrive pile pour sauver Rachel, mais pas son agresseur qui est mort d'une horrible façon. À croire qu'il avait raison...

 

Pourquoi Robin a-t-il préféré s'éloigner de Gotham, et de son célèbre partenaire ? Quel est l'étrange et terrifiant pouvoir de Rachel ? Qui est Kory ou celle qui a pris son apparence ? Quand au tigre apparu à Covington il n'a de félin que l'apparence.

L'univers DC Comics est à nouveau porté à l'écran, le premier épisode augure bien de la suite. Ce n'est pas toujours le cas.

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 08:00

R. Lee Fleeming, Jr – Hulu – 10 eps – 2018
 

Cinq adolescentes s'installent au milieu d'un cimetière pour fêter Halloween avant de partir en soirée. Elles discutent, rient, puis cherchent un jeu pour passer le temps et se faire peur, cadre oblige. Quand des bruits étranges se font entendre elles s'inquiètent, à tort, ce n'était qu'un ami qui voulait les effrayer.

Celui-ci parti une d'elle propose Light as a Feather, Stiff as a board (légère comme une plume, raide comme une planche). Le jeu semble enfantin mais Violet propose une version plus drole.

Violet Simmons est une étudiante nouvellement arrivée dans l'établissement, personne la connaît encore et c'est parce qu'un gag avait mal tourné, qu'elle s'était fait inonder de sang à la place de quelqu'un d'autre, que McKenna Brady l'avait invitée à cette soirée en l'ayant vu réagir très violemment.

Brady s'allonge entre ses copines qui passent leurs mains sous son corps, sauf Violet qui est la narratrice, mais elle est mal à l'aise et se désiste pour être remplacée par Olivia.

Le jeu consiste à raconter les circonstances du décès de la personne sise au milieu des autres, ainsi Violet commence-t-elle à raconter la mort de sa copine : en voiture. Alors qu'elle roule trop vite comme à son habitude, elle voit trop tard un camion qui la heurte avec une grande violence. Le corps d'Olivia souffre beaucoup du choc, et Violet le raconte en détail, n'omettant pas de préciser que le bras droit de la victime est retrouvé à 15 mètres du véhicule.

L'étrange est que la jeune fille ait semblé léviter réellement... aux autres d'y passer, et Violet ne manque pas d'imagination.

Mais la Mort semble avoir été à l'écoute cette nuit-là. Les participantes à la soirée meurent comme cela fut décrit.

De quoi inquiéter les survivantes qui voudraient comprendre ce qui se passe avant de connaître un sort funeste.

Peut-être devraient-elles se pencher sur leur nouvelle amie, sur la perte cruelle qu'elle a subi et que sa grand-mère lui remémore, sans oublier cette cicatrice dans le bas du dos... Et quel lien avec la jumelle de Brady dont la mère aime beaucoup trop le vin ?

Maintenant allongez-vous, c'est moi qui raconte.

Vous avez raison de redouter le pire.

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 08:00

The Body – John Hegeman – 2018 – 82'

Des vêtements épars, une télévision diffusant un film en noir et blanc, une bouteille de vin qui goutte sur le sol, et un corps baignant dans son sang. Ce détail n'empêche pas Wilkes de boire un verre et de savourer un fromage rare. Le travail n'est pas fini. Trimbaler un corps passe inaperçu mais sa voiture a vu ses pneus crevés, c'est Halloween. Il lui faut un autre moyen, une rencontre se présente, des jeunes prenant le cadavre pour un artefact.

Wilkes est invité à une soirée, et, proximité des policiers aidant, il accepte d'aller chez Jack. La fête y bat son plein, l'alcool coule à flot, il est au bon endroit avec son colis et son costume couvert de sang. Il en profite pour faire la connaissance d'une jeune femme, Maggie, déguisée en Marie Antoinette. Elle lui propose de le conduire. Un dernier shot avant de partir ?

L'imprévu sait surgir quand il le faut et la vérité se fait jour, c'est un vrai cadavre qui est là, et un vrai tueur. Jack ne manque pas de ressources, d'imagination, mais comment être pris au sérieux quand on dénonce un crime la nuit de Halloween ?

Jack et sa paire d'amis enferment le tueur mais trouvent malin de voler le cadavre puis de fuir avec. Avant que Wilkes ne trouve, avec sa ''partenaire'' le moyen de sortir. Sa livraison n'est pas effectuée et elle présente quelques contretemps. D'abord retrouver son bien avant que celui-ci ne disparaisse, ce qui nuirait à sa réputation. Quand à Maggie elle s'interroge sur sa proximité avec un tueur à gage et les affinités qu'elle se découvre avec lui.

Le trio cherche comment effacer leur compagnon, merci Google !

Maggie et Wilkes prennent un verre et font connaissance avant que le commanditaire du tueur ne se manifeste pour trouver qu'il y a un peu trop d'agitation dans cette affaire. Le temps ne s'est pas arrêté, il reste deux heures. La jeune femme est ingénieure en informatique, une compétence lui permettant de retrouver les fuyards qui se trouvent face à des problèmes techniques. Peut-être qu'un four ferait l'affaire.

Il reste moins d'heure. Tic tac, tic tac...

Maggie trouvera-t-elle le compagnon qu'elle espérait, Jack et ses copains vont-ils s'en sortir ou Wilkes livrera-t-il son colis à temps ? Notez Sasha Grey dans un petit rôle !

Chaque épisode présente une histoire complète. Si vous avez du temps à tuer...

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 08:30

David Hoselton - David Titcher - 2016 – 10 eps

L'affaire fait grand bruit à Londres où un fantôme, Lucy Allthorpe, vient de tuer sœur Fabian ! La police se perd en conjecture, mais ce n'est pas inhabituel chez elle, en revanche l'affaire attire l'attention du Grand Houdini, le maître de l'évasion, et chasseur de charlatans. Alors qu'il vient proposer ses service à Scotland Yard il retrouve dans le bureau du commissionner un certain Doyle, Arthur de son prénom, venu pour la même affaire et l'arrière pensée que cette affaire pourrait combler certaines de ses attentes.

Ces deux gentlemen ont des relations, difficile de leur refuser le plaisir de mener leur investigation de leur côté, pour les seconder l'agent Adelaïde Stratton est mandatée. Les femmes sont rares à l'époque dans les rangs de la police aussi est-elle heureuse de ce rôle, même s'il revient à jouer un simulacre d'enquête. Comment un écrivain et un prestidigitateur pourraient-ils réussir ? Le premier est mal vu à cause de son héros qui réussit où la police échoue lamentablement, le second se croit meilleur que les autres. Ce qu'il est peut-être.

Hein, comment ?

Néanmoins Adelaïde est heureuse de cette opportunité qui peut lui permettre de faire ses preuve autrement qu'en préparant le thé pour ces messieurs.

Néanmoins les investigations commencent, Houdini et Doyle commencent par visiter les lieux du crime, un bureau du couvent de la victime. Winnie, le témoin, a parfaitement vu le spectre traverser le bureau et traverser le mur. Winnie recommence son témoignage, parle de Lucy, de son plaisir de jouer du piano, de comment sœur Fabian lui coupa un jour sa belle chevelure, et sa fille...

Houdini est sceptique, pour lui il y a une autre raison, le vol est le mobile idéal. Doyle lui préfère consulter une médium qui lui donne un indice, un homme, un lapin ! C'est sibyllin mais suffisant pour qu'avec Adelaïde il trouve un suspect.

 

Est-ce le coupable ? C'est douteux puisqu'un second crime est perpétré alors qu'il est sous les verrous. Il faut repartir de zéro. Winnie leur avoue que trois personnes avaient fait de Lucy leur souffre douleur, et, finalement, causé sa mort par trop de mauvais traitements.

Plus qu'une !

Houdini aime sortir, participer à des soirées, celle où il emmène la jeune policière leur fait croiser Yeats, Churchill, Tesla...

 

Tout cela ne fait pas progresser l'enquête, des indices apparaissent qui incriminent Lucy, des phénomènes étranges se passent accréditent l'existence du fantôme. Raison de plus pour Doyle de retourner voir sa médium. Celle-ci lui dit qu'il n'est pas question de vengeance mais de réparation. Pour lui la mort est un mystère que la science peut percer, il a une raison personnelle pour le désirer.

 

Doyle n'excelle pas pour rien à décrire des enquêtes, sans avoir le génie de Holmes il sait regarder, remarquer, comprendre. Ce qui mettra nos enquêteurs amateurs dans de beaux, mais humides, draps.

Premier épisode, sur dix, d'une nouvelle série venue du Canada britannique reprenant l'association des contraires. Le sceptique Houdini qui ne croit qu'à ce qu'il voit, et Conan Doyle qui veut croire en la vérité du surnaturel. Couple improbable mais complémentaire, chacun pouvant faire un pas vers l'autre.

Prometteur.

Partager cet article
Repost0
12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 20:59

Adam Price – 2020 – Netflix – 6 épisodes

Magne, son frère cadet et sa mère, reviennent à Edda, dans l'ouest de la Norvège, une ville qu'ils avaient quitté après la mort du père de famille, mais les temps sont durs et tous vont retrouver la maison familiale et, pour la mère, un emploi, c'est un nouveau départ autant qu'un retour.

S'engageant dans la ville leur voiture doit s'arrêter alors qu'un handicapé en fauteuil est bloqué au milieu de la route. Magne prompt à aider les autres se précipite et pousse le vieil homme quand une femme sort d'un commerce et s'approche. Elle regarde Magne comme si elle le connaissait, l'attendait, et passe la main sur son front, provoquant dans son regard un changement dont il ne semble pas conscient. Mais il faut bouger et l'adolescent regagne sa place. Assis il annonce qu'il va pleuvoir, ce dont sa famille doute. À tort, et quand il veut remonter sa vitre, mécaniquement, il brise le levier.

Une fois installés il faut reprendre les activités normales, pour la mère c'est son boulot de comptable dans la plus grosse entreprise de la région, pour les enfants c'est le chemin du lycée où ils sont dans la même classe. Ils sont présentés et chacun va s'asseoir, Magne se retrouve auprès d'Isolde, une jeune fille passionnée d'écologie et qui ne cesse d'affirmer que la région subit une importante pollution de la port de Jutul, l'entreprise qui fait vivre la ville et sponsorise tout pour gagner une tranquillité lui permettant de faire ce qu'elle veut.

Mais Isolde ne renonce pas, elle tient une chaine youtube où elle affirme sa conviction, montrant les preuves qu'elle trouve, la mort des poissons, des analyses. Que celles-ci soient contestées par Jutul ne change rien, elle affirme que leurs affirmations sont fausses et les études officielles falsifiées. Elle affirme que la fin du monde partira de Edda.

Elle et Magne s'entendent, se sentir à part les rapproche. En sortant du cours la jeune fille trouve la roue de son vélo tordu, un coup de ceux qui la contestent, qu'importe, Magne s'en saisit et la redresse à main nue. Depuis son arrivée il se sent différent, plus fort et même capable de se passer de lunettes.

Quand Isolde lui fait part de son idée de faire des prélèvements au sommet d'un glacier Magne veut l'accompagner. Ce qui est dit est fait mais durant la marche Magne reçoit un message disant que sa mère se sent mal. Impossible de continuer. Les jeunes gens se séparent, elle monte, il descend, et le fait plus vite que n'importe qui l'aurait pu pour finalement découvrir que son frère avait exagéré.

Isolde de son côté persévère, atteint son objectif et s'étonne de ce qu'elle découvre, d'abord la fonte est plus importante qu'attendue mais ainsi un tunnel est accessible. Elle s'approche, s'y engage, trouve une construction dont personne n'avait entendu parler, aboutit à une porte portant la marque de Jutul et interdisant d'aller plus loin.

Avec son téléphone elle fait quelque photos puis décide de rentrer en parapente.

Magne ne peut pas remonter, c'est trop tard, il attend son amie en bas et la voit arriver par les airs, sauf que les choses se passent mal, la jeune fille ne peut éviter les lignes électriques et tombe.

Sa mort est un traumatisme pour son ami et la plupart de ses copains du lycée, sauf pour Fjor, Jutul junior qui n'hésite pas à uriner sur les bougies déposées devant l'établissement pour poster la photo sur instagram. La chose déplait grandement à son père qui lui met une bonne raclée en lui affirmant qu'il y a des choses qui ne se font pas aux humains.

C'est que les choses, et les gens, ne sont pas ce qu'elles semblent à Edda, le lieu où s'affrontèrent dieux et géants, pour voir la victoire de ceux-ci plusieurs millénaires plus tôt.

Les dieux ne sont-ils pas censés être immortels ?

Magne a du mal à accepter la mort de son amie bien qu'il n'ait pas été amoureux d'elle mais de Gry, fille de la coiffeuse et d'un ancien ouvrier de Jutul atteint d'un cancer pour lequel la firme nie sa responsabilité. Mais la jeune fille est plus intéressé par Fjor, raison qui lui fait céder à ses avances pour passer la nuit chez les Jutul et, explorant la maison, découvrir un album de photos dont certaines ont plus d'un siècle et montrent une famille absolument identique. D'ailleurs pendant une soirée dans la même demeure où Magne boit un peu trop il perd au bras de fer contre la mère de famille et alors qu'il se rafraichit voit dans son reflet l'image de quelqu'un qui lui ressemble sans être lui, à moins que ce ne soit le contraire.

Le titre est clair, il est question de mythologie scandinave et la force dont Magne fait preuve indique qu'il pourrait être quelqu'un d'autre, une réincarnation, un héritier... de même le rôle des Jutul est évident, ils ne s'en cachent pas et refusent que leurs projets soient contrecarrés.

Encore une série scandinave, celle-ci puise dans sa mythologie, mais est-ce le terme qui convient où en elle se cache-t-il une vérité insoupçonnée ?

Le Ragnarok est-il proche ?

À moins qu'il ait déjà commencé, auquel cas aurons-nous le temps de voir une éventuelle saison 2 ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages