Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 08:00

Jeremy Slater – 2016 - FOX

 

 

New York, un prêtre marche dans la nuit, des chiens l'observent en grognant, quand il lève la tête il aperçoit une fenêtre éclairée et des cris qui en viennent.

THE EXORCIST

C'est l'heure de l'homélie du père Tomas Ortega dans son église, peu fréquentée, d'un quartier de Chicago. Dehors alors que ses fidèles sortent il aperçoit un homme sur le trottoir d'en face. Mais une jeune fille, Casey Rance, le salue avec laquelle il échange quelques mots, demande des nouvelles de sa sœur, Kat, qui fait face à un deuil douloureux. Sa mère, Angela, lui glisse un peu d'argent, les temps sont durs. De l'autre côté de la rue il n'y a plus personne.

 

Le père Tomas ressemble à d'autres, il le pense, pourtant un rêve le hante, récurant, dans lequel il voit le père Marcus tentant d'exorciser un enfant, Gabriel. En vain !

THE EXORCIST

Angela est perturbée, depuis quelques temps, depuis que kat est rentrée, elle perçoit quelque chose d'indéfinissable, des chaises qui bougent, des étagères qui se vident sur le sol, des voix semblant sortir des murs. Des choses qui la troublent et l'inquiète, surtout que Kat manifeste une attitude étrange, s'enfermant dans sa chambre, mangeant peu, communiquant difficilement. Finalement elle va en parler au prêtre. Aussi pénible que ce soit pour elle de le dire, elle pense qu'il y a un démon dans sa maison. Tomas est dubitatif, il a été formé à trouver d'autres explications à des comportements anormaux que la possession démoniaque. Angela insiste, l'invite. Quand un corbeau brise une vitre et reste coincé, éclaboussant de rouge autour de lui. Un signe ?

THE EXORCIST

Chez les Rance Thomas discute avec Katherine, celle-ci explique son comportement comme la séquelle du choc qu'elle subit quelques temps plus tôt et des changements intervenus dans la famille. Son père, Henry, montre depuis quelques mois les premiers signes d'une maladie d'Alzheimer. De quoi déboussoler une adolescente. Sans que cela excuse qu'au dîner elle traite son géniteur de légume, se faisant gronder par le prêtre avant de quitter la table. Saluant Henry avant de s'en aller celui-ci lui parle brusquement de la route 41, St Thomas d'Aquin, du père Marcus. Il répète ensuite ses remerciements au prêtre comme s'il n'avait pas conscience de ce qu'il venait de dire.

THE EXORCIST

Tomas est intrigué, il trouve pourtant de quoi il est question : une maison de repos pour prêtres. Là il rencontre le père Marcus, celui de son rêve et pour le prouver cite des paroles que nul que lui ne connaissait. Mais Marcus lui conseille de se limiter aux actions de bases de son ministère, le reste pourrait être au-dessus de ses moyens.

 

Tomas, bouleversé, retourne chez les Rance, discute avec Angela, lui avoue que pour la première fois il pense avoir entendu la voix de Dieu lui demandant d'aider cette famille, il évoque ses origines, sa grand mère, à Mexico, qui voyait en lui le premier pape mexicain. Comme par hasard, ou pas, du bruit se fait entendre venant d'en haut. L'échelle menant au grenier tombe devant le prêtre. Il ne peut refuser une offre aussi directe. Dans l'ombre il aperçoit une silhouette inhumaine, un rat qui s'enfuit avant d'être écrasé par une main invisible. Celle qui l'attire dans un coin ne l'est pas ! Quand à la silhouette qu'il voit devant lui... 

THE EXORCIST

Le père Marcus sait bien qu'il doit sortir de sa retraite, Tomas n'ignore pas qu'un ennemi l'attend qui pourrait être plus fort que lui...

 

Une continuation du célèbre film de William Friedkin. Les acteurs sont bien choisis, en particulier Alfonso Herrera, la mise en scène est stricte, pas (trop) d'effets inutiles, et l'ambiance est inquiétante et prometteuse. Le cadre quand à lui devrait être plus large que la seule chambre de la possédée. Le Démon a les moyens de s'exprimer sur une plus grande échelle que celle menant dans les combles.

 

J'en salive d'avance.

MERCI

MERCI

Partager cet article
Repost0
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 07:36

Jérôme Cornuau, Jean Christophe Grangé – 2015 – 6 X 52'

Une gare ! Les secours arrivent sur les lieux. Un homme dit qu'il n'a jamais vu ça. C'est probable : un cadavre dont la tête est dissimulée sous celle d'un taureau.

Bordeaux. Hôpital Pierre Janet. Le téléphone sonne (c'est son boulot). J'écoute dit le docteur Mathias Freire, pas encore réveillé. Quelques minutes plus tard il sort réceptionner un homme, un colosse, que des policier lui amène. Un homme qui ne se souvient de rien.

 

Les ''spécialistes'' étudient le corps mais ne trouvent rien, pas de blessure visible. La mort pourrait avoir été causé par étouffement. Un autre incident nocturne est signalé, un homme qui rodait dans les parages et qui a été emmené à l'institut Pierre Janet ! Le lendemain matin une policière, le captiaine Anaïs Châtelet_ vient à l'institut pour interroger l'homme arrivé pendant la nuit. Dans la grande salle il est occupé à tresser des collets. Elle se présente comme psychiatre, prétend avoir signé son admission et commence à l'interroger. Ça tombe bien il aime ça, et raconte son rêve : il marche, il marche... elle lui demande ce qui s'est passé la nuit dernière à la gare et ce qu'il faisait avec une clé à mollette près de lui souillé d'un sang du même groupe que celui de la victime. et pourquoi son tee shirt est tâché de sang ?

Le Dr arrive, interrompt un entretien qui semblait provoquer des réactions chez l'inconnu. Après quoi le psy et la flic discutent mais ne tombent pas d'accord. Après le départ du capitaine le psy commence son travail, fait parler l'amnésique après l'avoir hypnotisé, il répète ce rêve : il chemine le long d'un mur blanc en compagnie de son ombre, il y a des lumières vives, un sable blanc qui ressemble à de la chaux. Il se souvient qu'il travaille sur un chantier. Il s'appelle Mischell, son prénom c'est Pascal. ''Et la gare ?'' demande le médecin. ''Qu'est-ce que tu as vu ?'' Il se souvient du taureau mais refuse d'en dire davantage.

 

Châtelet enquête sur un ''minotaure'', sur la victime qui a été identifiée. Elle recherche un ''psychopathe froid et cruel'', et d'où vient cette tête de taureau, d'une race qui combat dans les arènes.

Finalement les souvenirs de l'inconnu s'avéreront faux, il s'est reconstruit une histoire, c'est un ''voyageur sans bagage''. Psy et policier s'opposent, chacun sûr de son fait, de la conduite à tenir.

 

La victime s'avérera un toxicomane décédé d'une overdose d'héroïne pure. L'origine du taureau a aussi été découverte, autant de piste que va suivre le capitaine Châtelet.

Le hasard faisant bien les choses, quelqu'un semble reconnaître le faux Pascal, il s'appélerait Patrick Bonfils. Freire retrouve la famille de son patient alors que le sang sur la clé à mollette se révèle être celui de la victime. Pour le capitaine l'heure est venue d'interroger celui qu'elle considère comme le principal suspect. Elle arrive opportunément, Bonfils est à nouveau en état de choc, les mains couvertes de sang. Châtelet en profite pour passer les menottes au psy. Sur la route un appel la prévient d'une nouvelle découverte macabre.

 

Un second cadavre, éventré, suspendu à un arbre touché par la foudre. Freire y voit une allusion à Prométhée... un tueur en série semble à l’œuvre. Le plus amusant est quand il s'avère que le foie découvert à l'intérieur n'est pas le sien !

 

Le pire est à venir quand... Le psy et la flic sont donc forcés de faire équipe.

Partager cet article
Repost0
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 07:15

Charlie Higson – 2015 – 10 X 46'

Tout commence dans une rue brumeuse du Londres de la fin du XIXème siècle, deux hommes s'interpellent vivement, en guise de conclusion l'un des deux poignarde l'autre avant de s'enfuir dans les rues de la capitale anglaise. Quand il sera rattrapé les hommes l'appelleront Mr Hyde ! 

 

JEKYLL & HYDE

À Ceylan, plusieurs décennies plus tard, un médecin, du nom de Robert Jekyll s'occupe d'une petite fille, pour la distraire il lui offre une poupée qui change de visage, et d'expression, selon le sens où on la tient. Elle s'apaise mais un camion fou vient percuter le mur du dispensaire, finissant sur la jeune fille. Sous le coup de l'émotion le Dr Jekyll s'approche du véhicule, de 10 tonnes, et le soulève, le temps que l'enfant s'extirpe de sa périlleuse situation.

La chose n'est pas commune et sera relatée dans les journaux dès le lendemain, jusqu'à ce qu'à Londres les avocats du cabinet Utterson tombent sur cet entrefilet. Heureux d'avoir retrouvé la trace d'un homme dont ils s'occupent de l'héritage. Sujet de la missive et motif du voyage que doit faire le médecin. Non sans que son père adoptif ne lui donne son ''médicament''.

Sur le quai de la gare le jeune homme hésite, semble près de renoncer à son voyage, mais son père adoptif a quelques aveux à lui faire, c'est l'occasion ou jamais, à propos du père naturel du médecin. Robert prendra mal la chose et manquera se mettre en colère. 

JEKYLL & HYDE
JEKYLL & HYDE

À Londres des hommes équipés de masques à gaz font face à une créature improbable, cheval à tête humaine, celui-ci leur annonce qu'Il arrive et que contre Lui ils ne pourront rien.

 

Quelque chose arrive et il faut être prêt. Et cette chose s'appelle Robert Jekyll ! Celui-ci arrive en Angleterre, pensant qu'il est attendu, dans la confusion du débarquement il heurte une jeune femme qui perd un carnet à cette occasion. Parfait prétexte pour le jeune homme pour lui courir après, et tomber sur des hommes s'en prenant à elle. Justement ils ne demandent qu'à s'en prendre aussi à lui, histoire de lui donner une leçon.

Pas de surprise, ce sont eux qui vont la recevoir. Et la jeune femme se dépêchera de s'en aller, toujours sur la piste de sa mère alors qu'enfin les envoyés d'Utterson le retrouvent.

 

Pour Jekyll c'est l'occasion d'en savoir plus sur sa famille biologique. Alors qu'il discute avec son avocat celui-ci lui apprend qu'il a découvert ce dosier alors que son père, fondateur du cabinet, cherchait à le brûler. Un infarctus venant interrompre cette activité. Son hériter trouvant ce qui restait des documents explique ce qu'il en est à son vis à vis et comment en utilisant des articles de journaux il en est arrivé à trouver le nom du Dr Vishal Najaran, ami de Louis Hyde, futur père adoptif de Robert.

 

À Ceylan la famille Najaran est agressé par un homme, Dance, qui cherche Robert. Les cartes postales le renseigneront.

 

Son existence excite intérêts et curiosités venant de personnes prêtes à tout pour le retrouver et l'utiliser. Parmi ceux-ci un service secret britannique spécial, ni le MI5, ni le MI6, le MIO : Military Intelligence Other, spécialisé dans les menaces surnaturelles, pour ne pas dire les X-files de l'époque.

 

JEKYLL & HYDE

Ainsi commence l'adaptation en série du fameux roman de R.L. Stevenson. ITV cherchait une histoire se déroulant à la même époque que Downton Abbey. Mystère Hyde attendait cette occasion pour arpenter à nouveau un monde où il aurait tout loisir de laisser libre cours à ses pulsions. Encore qu'aujourd'hui il eut trouvé un cadre encore plus favorable.

 

Entre Tenebrae et le MIO Robert va avoir fort à faire, sans oublier ce personnage en lui qui attend pour s'imposer. Des deux lequel est le vrai, inutile de demander lequel est le bon ! Robert va partir en quête de ses origines. Il ne sera pas déçu.

 

La reconstitution est de qualité et Jekyll bien interprété par Tom Bateman L'histoire est connue mais la télévision recycle les meilleures venant du passé mais le résultat est rarement à la hauteur des espérances, artistiques, et encore moins souvent à celle des attentes financières.

 

Ça ne coute rien de suivre les premiers épisodes pour se faire une idée, c'est ce que je vous invite à faire, surtout si vous craignez que Hyde ne vienne vous rendre une petite visite.

Partager cet article
Repost0
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 07:55
Une série passionnante !
Partager cet article
Repost0
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 07:49

Amazon studios – Michael Rymer – 2015 – 10 x 60'

 

Nous sommes en 1962, jusque là rien que de très banal, si ce n'est que le monde que nous voyons diffère du nôtre. Dans celui-ci les vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale ont changés de places avec les perdants. Les états-unis sont divisés en deux, l'une nazie, à l'Est, l'autre japonaise, côté Pacifique, entre les deux un no man's land tient lieu de frontière. Hitler est âgé, malade, parkinsonien bien qu'il le cache, Goebbls et Himmler sont sur les rangs pour lui succéder avec pour arrière pensée de reprendre le conflit où il s'est arrêté en s'en prenant aux Japonais. Après tout ils sont les plus forts et disposent de la bombe. Ne l'ont-ils pas utilisé pour assurer leur succès ? Une reprise du conflit paraît inévitable.

The man in the high castleThe man in the high castle

Dans ce monde, proche de ce que fut l'univers soviétique, tout le monde est surveillé, espionné, la surveillance s'exerce partout et les forces de sécurités ne relâchent pas la pression pour découvrir d'éventuels résistants. Et il y en a. Peu !

 

Joe Blake, dans un cinéma, reçoit une adresse, s'y rendant il se fait embaucher par un fabriquant de machines à café et doit conduire une cargaison vers la zone neutre, à Canon City, avec quelque chose en plus dont il ignore la nature. Parallèlement Juliana Crain, appelée Jules, assiste à l'assassinat de sa demi-sœur Trudy par la police japonaise à San Francisco, celle-ci pourtant eut le temps de confier à son aînée un sac, et son contenu. Chez elle Jules regarde ce dont il s'agit, un film, un reportage d'actualité montrant une réalité où les vaincus sont les nazis et les japonais. C'est un trucage lui dit son fiancé, un film réalisé par un homme qui se fait appeler le Maître du haut château... La jeune femme doute, tout semble si réaliste. Elle veut poursuivre la mission de sa sœur et aller au rendez-vous que celle-ci avait, avec un homme qu'elle ne connaît pas.

The man in the high castleThe man in the high castle

La police est active, elle investie l'atelier au moment ou Joe s'en va, la plupart de ses collègues sont tués mais il parvient à s'échapper, lui aussi est en route pour rencontrer quelqu'un qu'il n'a jamais vu.

 

Jules est arrivée, après s'être fait voler son sac dans le car, heureusement elle avait conservé le film sur elle. Elle attend, par hasard rencontre un jeune homme dans la même situation, un certain Joe...

 

Frank Frink, son fiancé se fait arrêter, torturer, par les Kempetaï, la police nippone, menés par l'inspecteur en chef Kido, lui aussi sur la piste du film que transportait Trudy, un film dont le furhër lui-même pense toxique pour l'avenir du Reich. Un film qui montre le monde non tel qu'il est mais tel qu'il pourrait être. Les japonais interrogent le jeune homme, rudement, d'autant que Frank, ayant un grand-père juif doit être éliminé, sa sœur et les filles de celle-ci également. À moins qu'il ne disent quel bus prit Jules. Un si petit renseignement pour sauver une famille entière qui attend dans une petite salle, confortable, avec de grandes arrivées d'air. Le progrès est partout, la version D du Zyklon est rapide et inodore. En principe.

The man in the high castle

C'est que les autorités japonaises sont sur les dents, le prince hériter et son épouse arrivent et doivent se rendre au mémorial des victimes nippones de la guerre. L'héritier du trône est conscient de la fragilité de la situation, de la réalité du pouvoir de son père, de l'ombre attendant d'envahir, à nouveau, le monde.

 

Juliana et Joe, ensemble, suivent la piste des films. La jeune femme obtient un rendez-vous pour leur véritable destinataire, le Maître du Haut Château dont il s'avère qu'il n'en est pas à l'origine mais les récupère pour en retirer des renseignements. L'un et l'autre sont désormais pris dans un engrenage qui ne les relâchera plus et les entraînera plus loin qu'ils auraient jamais pensés aller.

 

Pour en savoir davantage vous savez ce qui vous reste à faire, je ne vais pas gâcher votre plaisir.

Philip K. Dick fut déjà porté sur les écrans, films et séries ont déjà rendu hommage à une œuvre qui le mérite par sa qualité, sa lucidité prompte à soulever le rideau des apparences, quitte à imaginer ce qui s'y trouve. Est-ce faux pour autant, faites-vous votre idée.

 

La réalisation dispose des moyens nécessaires pour un résultat de qualité. La reconstitution est parfaite, combinant la réalité et des évolutions techniques, made in Germany, qui n'interviendront que plus tard, comme un avion ressemblant au Concorde. Bien sûr la musique n'a pas connu de bouleversement dans les années cinquante et l'art ''dégénéré'' n'est pas de mise. La construction est elle aussi une machine parfaitement agencée où chaque personnage interagit avec les autres pour faire avancer l'intrigue. Heureusement je n'avais pas lu le roman auparavant, il semble que ceux qui l'ont fait verraient quelques différences.

 

Et si nous vivions dans l'illusion nous aussi ? Si les vainqueurs de 1945 n'étaient pas ceux que l'on nous dit ? Le Yi King peut-il m'aider ?

 

Chut !!!

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 07:20

Melissa Rosenberg – 2015 – 13 X 42'

Alias Investigation. Le métier de détective privé ne semble pas fait pour une jeune femme comme Jessica, fatiguant, risqué, mal rémunéré parfois, mais ce n'est pas grave puisque Jessica n'est pas une jeune femme normale. Elle boit sec, ce qui n'est pas rare dans sa profession, elle gagne sa vie principalement en suivant hommes ou femmes pour le comptes de leurs épouses ou maris, toujours prête à regarder ce que les gens cache, à révéler des secrets qui peuvent briser plusieurs vies sans en ressentir la moindre émotion.

Elle travaille en free-lance, pas question de se laisser prendre par un seul employeur, la liberté n'a pas de prix, suit son instinct tout en supportant, difficilement, des souvenirs, des visions, des illusions qui l'assaillent parfois.

Sa nouvelle mission est de retrouver Hope, une jeune femme qui a disparue depuis quelque jours. Jessica ne tarde pas à en retrouver la trace et s'étonne de phénomènes étranges qui la jalonnent, phénomènes qui lui rappellent quelque chose, et quelque chose de déplaisant au point qu'elle envisage de partir pour Hong-Kong, ce qu'elle ferait si sa carte n'était refusée.

Trouver de l'argent n'est pas facile, et la seule personne qui le pourrait doute d'elle. Cet homme que Jessica considère comme une menace n'est-il pas mort ?

Fuir est tentant mais elle ne peut pas laisser tomber Hope, sachant ce qu'elle-ci subit ce qu'elle-même endura pendant des mois avant qu'il se lasse d'elle pour passer à quelqu'un d'autre. Mais retrouver la jeune fille ne sera pas la tirer des soucis, au contraire. La preuve, Hopte tue ses parents dans un ascenseur, ce qui est pratique pour ne pas les rater ! Sans doute suite à l'ordre donné par son ''maître''. La police pourtant sera étonné de retrouver une photo de la criminelle, et de Jessica, avec le même homme.

Il vaut mieux être seule, c'est plur sûr, dit-elle à son reflet sans paraître y croire, surtout avec Kilgrave dans les parages. Et elle s'interroge sur le moyen que celui-ci employa pour éviter la mort.

 

Jessica sait que Hope est innocente, que Kilgrave fait faire n'importe quoi à n'importe qui. Elle insiste donc pour que le cabinet d'avocat qui l'emploie souvent se charge de la défense. Impossible d'éviter le passé, le souvenir de celle qu'elle fut, de cet homme qui l'a domina autrefois et dont elle aurait dû s'assurer qu'il était bien mort.

Puisqu'elle est détective, désormais, pourquoi ne pas mener l'enquête sur ce qui est arrivé ce soir là, sur l'accident, le bus, les ambulances, le conducteur de la seconde qui, lui aussi, connu quelques désagréments... La piste sera difficile à remonter, l'inverse serait sans intérêt.

Après Daredevil Netflix s'attaque à Jessica Jones, personnage moins connu de l'univers Marvel, mais non moins intéressant. Superhéroïne ayant renoncé à utiliser ses pouvoirs pour mener une vie à peine moins anormale. Ces 13 épisodes ne montrent qu'une partie de sa vie, celle où Kilgrave (David Tennant) revient alors qu'elle espérait, peut-être moins qu'elle le croyait, s'en être débarrassé. Une fois de plus Netflix sait mettre en valeur en ''héros'' sans le surexploiter, lui laissant assez d'autonomie pour être crédible. Dosant assz finement force et fragilité pour le rendre vraisemblable. Présentant Kilgrave sans le montrer, dévoilant peu à peu d'où il vient, quel cheminement le conduisit à devenir ce qu'il est. Qui possédant ce pouvoir n'aurait pas tendance à en abuser ?

 

Krysten Ritter est une Jessica jones parfaite, loin de la super-héroïne costumée. Hantée par son passé, sa difficulté à accepter ses pouvoirs et sa peur de l'avenir qu'elle noie dans l'alcool. En attendant de la retrouver avec notre ami DD. Une série aussi sombre que la précédente, genre série noire des années 40, aussi réussie, en souhaitant que Netflix continue sur ce chemin avec la réunion de ces deux (super) héros accompagnés d'amis aussi doués, eux aussi à découvrir prochainement.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 07:17

Richard Price /  Steven Zaillian – 2016 –  HBO & BBC Worldwide – 8 ep

24 octobre 2014, Nasir Khan, plus souvent appelé Naz, est étudiant en science. Pour gagner de l'argent et payer ses études il prend le taxi de son père le soir et c'est sa première semaine. Le weekend est là, il est invité à une soirée, chose que sa mère voit d'un mauvais œil. Alors qu'il est stationné deux hommes montent, il leur demande de sortir, ce n'est pas son véhicule, il n'est pas en service mais ne parvient pas à éteindre son bandeau. Des flics s'arrête auxquels il signale l'incident, ceux-ci demandent aux importuns de prendre le métro sous peine de faire des heures supplémentaires, derrière les barreaux.

Puisque les policiers sont là il leur demande la rue Stanton, ce qui les amuse de la part d'un taxi !

À nouveau quelqu'un monte, cette fois c'est une jolie fille, à qui il tient le même discours qu'aux clients précédents. Il ne va pas la mettre dehors, n'est-ce pas, et quand il lui demande où elle va, elle répond : à la plage. Difficile à Manhattan ! Mais la rivière, OK.

The Night Of

dit-elle ! Naz fait les courses, et le plein, dans une station service, prend deux bouteilles, demande à faire un tour aux toilettes. Ils discutent, il lui explique qu'il rate une soirée à cause d'elle.

Près du fleuve la discussion continue, ils parlent de leurs pères respectifs, du fait d'être là, tranquilles, de la différence entre faire ce que l'on doit et ce que l'on veut.

Elle lui tend une pilule, en prend une... 

The Night Of

Comment refuser une telle invitation ?

 

Son appartement est superbe, son chat somnole sur le fauteuil, il est allergique alors elle met dehors le minet. Ils discutent, s'amusent, avec un couteau à planter entre les doigts. Il voudrait refuser mais elle est... persuasive. Elle sort une jolie poudre blanche, en met à la base de son pouce, lui tend la main ''c'est la fête que tu as manquée'' dit-elle. Le jeu avec le couteau reprend, mais avec un verre de trop il le plante dans sa main. Ce qui ne la refroidit pas, au contraire.

The Night Of

 

Le réveil est difficile. Assis à la table de la cuisine il se lève, monte dans l'appartement, jusqu'à la chambre pour récupérer ses fringues. Il doit rentrer lui dit-il. Mais elle ne répond pas. Il allume, et le regrette aussitôt !

The Night Of

Il est temps de partir ! Mais il a oublié les clés dans la maison, en refermant la porte derrière lui. Il est donc obligé d'entrer par effraction, ce qui attire l'attention d'un voisin qui avait du mal à dormir. Il en profite pour récupérer le couteau qui porte ses empreintes. Cette fois il peut s'en aller, sans avoir remarquer les yeux qui l'observent et voient son véhicule, ni la voiture qui arrive qui manque l'emboutir quand il démarre.

Il ne va pas loin avant que des policiers ne l'arrête. Il n'avait pas vu l'interdiction de tourner à gauche. L'éthylotest lui tend les bras, qu'il refuse et c'est l'arrestation. Ils sont appelés pour un cambriolage, averti par un voisin qui regardait par la fenêtre, les flics pourrait le libérer mais la chef du duo préfère l'embarquer.

Il se retrouve donc au point de départ, prisonnier dans la voiture, le témoin à quelques mètres, et les policiers qui entrent dans la maison.

Pour faire la découverte que l'on sait.

The Night Of

La machine policière se met en route, la brigade d'intervention nocturne arrive, le détective Box arrive sur place. Il ne veut pas d'un homme qui n'a rien à faire là, et il faut le conduire au poste. En chemin il ne peut s'empêcher de demander si elle est morte.

Box commence son enquête. La présence de policiers attire l'attention, y compris celle de deux hommes qui ont vu passer le couple qui est entré dans la maison.

 

Au commissariat se retrouvent donc Naz et le témoin. Naz est fouillé, et le couteau qu'il avait conservé, retrouvé sur lui. Il est temps de parler, Box est justement là pour l'écouter.

Dommage qu'il essaie de s'enfuir, affirmer qu'il n'a rien fait ne plaidera pas en sa faveur, alors qu'arrive le témoin qui l'a vu entrer avec la victime, et qui le reconnaît.

Le détective l'écoute, Naz raconte ce qui s'est passé, de la plage à l'appartement, alors que ses parents s'inquiètent de l'absence qu'ils ont constaté.

Il raconte son histoire, la rencontre, la nuit, son réveil, sa fuite après sa découverte... Les preuves contre lui sont accablantes et son récit peu crédible. Les examens commencent, rien n'est oublié, et ce ne sont que des preuves contre lui.

Le hasard fera passer Jack Stone, un avocat venu pour un autre détenu, qui le remarque et pose des question sur ce gamin qu'il a aperçu. Il partait mais se ravise, il veut en savoir plus et va voir Naz, histoire de faire connaissance. Il lui explique ce qu'il devra faire.

L'avenir du jeune homme s'annonce mal, arrivera-t-il à prouver qu'il est innocent ? Mais l'est-il vraiment ?

Une série HBO ne se refuse pas ! Celle-ci tiendra-t-elle les promesses du premier épisode ? À vous de juger, vous ne risquez pas d'être condamné... 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 07:50

Sam Esmail – 2015 – 10 episodes

Elliot Alderson, est un informaticien parmi des milliers. À New York il travaille pour Allsafe Security dans un open space où chaque ingénieur est dans un petite space, face à son écran, occupé à résoudre les problèmes des personnes qui l'appellent. La situation est difficile pour lui, se confronter aux autres l'angoisse, aussi dès qu'il arrive rejoint-il son poste de travail.

Il semble devoir constamment faire un effort pour garder un lien avec le réel, pour autant que le numérique ait un lien autre qu'illusoire avec celui-ci.

Il a déjà eu des ''problèmes'' dans le passé, ce qui ne l'empêche pas de passer son temps à hacker les autres, à espionner leurs vies pour déterminer si le comportement de celui-ci ou celui-là est correct. Dans le cas contraire il se prend vite pour un cyber-justicier et n'hésite-t-il pas à intervenir en usant de chantage pour rétablir la situation, comme pour s'occuper de sa psy qui entretient une relation avec un homme dont elle n'est pas la seule préoccupation.

Loin de là.

Au passage il va récupérer un petit chien que le goujat maltraitait.

Pour supporter son existence Elliot use de produits illicites qu'une voisine lui fournit. Une voisine, une amie, lui qui entretient si peu de relations avec les autres.

 

Il rencontre ''par hasard'' un anarchiste connu sous lenom de Mr Robot qui dirige un groupe de hackers appelé ''Fsociety'' dont le but et de changer le monde, en mieux bien sûr, en effaçant les comptes des plus grandes banques et entreprises mondiales afin que chacun puisse redevenir maître de sa vie. La cible principale est le E Corp, que Elliot appelle Evil Corp), par ailleurs le client principal d'Allsafe Security.

Changer le monde est le rêve de beaucoup d'esprits persuadés de savoir ce qui est bien. Les révolutions sont censées améliorer la situation du plus grand nombre, réduire les inégalités et apporter la paix à chacun. Mais la première syllabe dit bien ce dont il s'agit et l'ensemble n'est que l'action de faire un tour sur soi-même pour revenir à son point de départ.

 

Or, où est le point de départ d'Elliot ? Où le conduisent ces rails qui se perdent dans l'illusion d'un monde meilleur ?Les choses ne sont pas ce qu'elles semblent et l'espoir est un mensonge qui permet de supporter le présent. Sauf pour Elliot qui n'a de celui-ci qu'une perception partielle. Il veut améliorer le monde sans le connaître, imaginant un futur dont il a une vision partielle, pour des individus qui ne seraient plus capables de s'organiser. L'idéal est beau parqu'il est inaccessible.

 

La folie semble un abri quand la réalité est menaçante. Comment amener le monde à la conscience sans savoir ce qu'elle est ?

En guise de double d'Elliot, nous avons Tyrell Wellick, arriviste prêt à tout pour grimper l'échelle de la réussite, sans voir qu'elle repose sur le vide elle aussi.

 

La réalité est courbe, ainsi ceux qui semblent opposés finissent-ils par se rassembler, se ressembler, se superposer,,, jusqu'à l'évidence qu'ils ne font qu'un !

L'idéal pour profiter de cette série est d'en garder les épisodes pour les voir l'un après l'autre, avoir une vision d'ensemble est le meilleur moyen de la comprendre. Sans oublier l'interprétation cohérente dominée par Rami Malek.

 

 

Qui frappe à la porte d'Elliot ?

Partager cet article
Repost0
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 09:00

Drew Goddard - 2015 - NETFLIX

L'adaptation au cinéma en 2003 n'avait pas rencontré le succès, ce qui était pour le moins justifié, sa vedette regrettant même d'avoir participé à ce film. Encore aurait-elle dû réfléchir avant.

Résultat de recherche d'images pour "daredevil netflix"

 

Néanmoins Matt Murdock reste un personnage qui méritait une seconde chance, douze ans est un purgatoire suffisant.

Netflix se charge de récupérer le héros né en 1964. un film ça ne pouvait suffire à présenter un héros finalement complexe, entre son enfance, son handicap, et le talent dont il hérita lors de l'incident qui le priva de la vue.

Daredevil est un personnage moins célèbre et reconnu que Iron Man ou Spider-Man, il fallait donc prendre le temps de le présenter, chose que seule une série permet.

Les premiers épisodes permettent donc, en alternant passé et présent, de suivre l'évolution de Matt, de comprendre les événements qui l'amenèrent à être ce qu'il est, tant pour ce qui est de ses dons que de son caractère, hérité de son père. Encore faut-il préciser qu'il s'agit ici de l'adaptation de la version imaginé par Frank Miller dans The Man Without Fear,

Résultat de recherche d'images pour "daredevil netflix"

 

Tout commence dans le quartier de Hell's Kitchen, Murdock père fait ce qu'il peut pour élever son fils depuis que la mère de celui-ci est partie, ce n'est pas simple pour lui, boxeur, qui doit accepter des missions peut reluisantes pour nourrir son enfant. Lequel connait bien des difficultés, qu'il surmonte toujours dignement. Jusqu'à ce jour où pour sauver une personne âgée il se jette devant un camion qui se renverse pour les éviter, perdant ainsi sa cargaison de produits toxiques qui se renverse sur le jeune garçon qui perdra la vue.

Dans un premier temps, avant de découvrir que ses autres sens se sont développer dans des proportions incroyables.

Matt réussira à survivre à cette épreuve, à la mort de son père, fera des études jusqu'à devenir avocat. Il s'installera avec son ami Foggy Nelson (Elden Henson), avant de rencontrer Karen Page (Deborah Ann Woll) qu'il sauvera avant de l'engager comme secrétaire.

Pas de héros sans vilain, ici, et les amateurs de la bédé le reconnaitront, nous avons Wilson Fisk, surnommé ''le Caïd'', celui dont on ne murmure pas le nom sous peine de mort. Lui aussi vient de Hell's Kitchen, que son père voulu changer en se présentant aux élections. Un père difficile, et c'est peu de le dire. Un méchant dont les buts sont louables mais dont les moyens le sont beaucoup moins.

Résultat de recherche d'images pour "daredevil netflix"

Lui et Murdock partagent l'ambition d'améliorer les choses dans leur quartier, de façon opposées et inconciliables.

La série est menée avec assez d'intelligence pour ne pas tenter de rivaliser avec un film, l'action est crédible et Matt reste à hauteur d'homme, s'éloignant de ses origines marveliennes ; il n'a pas de super pouvoir lui facilitant la tache et doit faire avec ses moyens. Il n'a même pas, au début de la série, le costume qui est sa marque, avec les petites cornes ''diaboliques''. Il n'est pas non plus un gentil et sa propre violence l'effraie comme la peur de céder à celle-ci.

Daredevil est un personne sombre qui a sa place dans la nuit, et au cœur de celle-ci il trouve des allié(e)s qu'il n'attendait pas.

Marvel s'installe sur un créneau jusque-là trusté par son concurrent DC Comics, maitre d’œuvre de séries telles : Smalville, Arrows, Gotham ou The Flash.

 

Cerise sur le gâteau, ayant trouvé sa place sur une plateforme payante il gagne en liberté et peut s'adresser à un public adulte.

Vivement la deuxième saison ! 

Partager cet article
Repost0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 08:08

Ófærð - Baltasar Kormákur – 2015 – 2 x 90' et 6 x 52'

Deux jeunes gens roulent à moto sur une route de campagne, le garçon aime la vitesse et sa copine le laisse faire, sans doute sont-il pressé de rejoindre leur nid d'amour pour y passer un moment d'intimité. Ce qu'ils font ! Quoi de mieux qu'un joint pour détendre l'atmosphère, pour se sentir bien ? Il n'empêche que la nature a des contraintes poussant le jeune homme à descendre aux toilettes, c'est là qu'il se rend compte qu'un incendie s'est déclaré dans le bâtiment et s'est déjà propagé...

 

Vendredi 6 février. Andri Olafsson visite le père de son ex-femme avec ses filles, elles ont le droit de voir leur grand-père, ce qu'il ignore c'est que Agnès, va venir, c'était prévu, mais avec son copain, Sigvaldi, ça ne l'était pas ! Impossible de l'éviter alors autant faire contre mauvaise fortune...

Plus tard il reçoit un appel, des pêcheurs viennent de trouver quelque chose dans leur filet qui devrait l'intéresser, après tout il est le chef de la police. Ce qui ne lui épargne pas de se sentir mal en découvrant un buste d'homme ! Il est probable que celui-ci a été jeté du ferry qui approche. André donne donc l'ordre que personne ne débarque. Incroyable qu'un crime de ce genre ait lieu dans endroit d'ordinaire aussi calme, et soumis à un climat si hostile, d'autant qu'une tempête s'annonce. Mauvaise publicité à venir pour l'endroit qui a entamé des pourparlers avec les Chinois qui souhaitent établir un port dans cet endroit. Islande et Chine ne sont pas voisins, loin de là, mais si des navires passaient par la voie polaire l'Islande serait à mi-chemin de l'Empire du Milieu et des USA. Certes il faudra des terrains, beaucoup, lesquels ont des propriétaires, qu'il faudra indemniser, et l'accord de tous, ce qui n'est pas encore fait. Loin de là !

 

La victime reste inconnu, la police doit interroger tous les passagers du Ferry, le plus vite sera le mieux. Pour l'instant ils restent patients mais ça pourrait ne pas durer. André monte à bord, et demande au commandant d'immobiliser son navire, il est possible que les jambes, bras et tête soit à bord. Mais l'embarcation est danoise, il faut un mandat d'un juge de ce pays pour le fouiller. En attendant l'enquête commence.

Andri examine les blessures, causées par un couteau de taille moyenne, 7 plaies, la même arme pourrait avoir servie pour couper les membres et la tête.

La tempête augmente, Agnès et son copain qui viennent en voiture de Reykjavík ont des difficultés ; l'école doit fermer, chacun doit rentrer chez lui avant qu'il soit trop tard. Les flics de la criminelle doivent arriver, du moins, devraient arriver. Impossible, leur avion ne pourrait atterrir... Andri va faire face à une situation qui s’aggrave, le commandant du navire laisse débarquer les voitures, dans l'une d'elle se trouve un membre d'une mafia lituanienne spécialisée dans le trafic d'êtres humains. Celui-ci parvient à prendre la fuite à bord d'un camping-car. Un véhicule non prévu pour affronter un tel climat et qui finit sur le bas-côté. La poursuite continue à pieds. Heureusement elle ne sera pas longue. Dans le feu de l'action les policiers n'ont pas vu que le camping-car n'était pas vide.

Qui est la victime, qui est l'assassin, quel est le mobile du crime, est-ce le seul problème qui soit arrivé avec le Ferry ? Les passagers ont été regroupés mais la cohabitation si elle doit durer posera des problèmes, Andri lui même est dans une situation personnelle complexe et n'a pas l'habitude de ce genre de crime. L'ambiance est glaçante et pas seulement à cause du climat, quand les gens sont nombreux, dans un petit espace et qu'ils peuvent penser qu'un tueur est quelque part, tout peut arriver. Surtout que dans le ferry se trouvait Hjörtur Stephenson, le jeune homme de la première séquence. Alors que son amie, Dani trouva la mort lui s'en sortit, même s'il fut soupçonné d'être responsable de l'incendie, et s'il affirme que quelqu'un l'a sorti des flammes alors qu'il était intoxiqué par la fumée.

Dani, était la sœur d'Agnès et leur père ne parvient pas à faire son deuil.

Le lituanien s'évade.

Un petit garçon, las des moqueries des filles de Andri, part, seul.

Les deux gamines essaient de le retrouver avertirles adultes.

Le buste disparaît après que des photos aient été diffusées sur les réseaux sociaux.

 

Bref, tout part en vrille. Et une avalanche menace.

L'Islande est un beau pays, difficile où l'obscurité prend ses aises, exactement ce qu'il faut pour donner une bonne série, à apprécier, au chaud.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Archives

Pages