Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 08:12

Tetsuya Tsutsui – 2011-2013 - Ki-oon

Tout commence sur le net au travers d'une webcam. Un homme apparaît le visage couvert d'un masque fait d'une feuille de journal. Il annonce qu'il ne fait pas ça pour lui, qu'il se trouve dans une pièce faisant à peine trois mètres carrés qu'il loue 1 700 yens les six heures, boissons incluses... et cent yens le quart d'heure supplémentaire. Peu importe, c'est depuis cette cellule puant la sueur qu'il va changer le monde !

 

La section de lutte contre la cybercriminalité de Tokyo est toute nouvelle, comme son nom l'indique elle est là pour lutter contre les crimes commis sur le Net, elle a même une page sur wikipédia ! Elle vient en plus de la cyber-force qui se contentait de surveiller le Net avec la mission d'intervenir sur le terrain !

 

Le 21 mai, 10 h 00, ville U, préfecture de Tochigi. Des policiers sont là pour arrêter un collégien soupçonné d'upload de jeux vidéo, rien de bien extraordinaire pour nos policiers mais une affaire qui peut engendrer des pertes énormes pour les fabricants de jeux. Le coupable est Shota Masuyama et il est interrogé par le lieutenant Erika Yoshino, un tel poste à 26 ans c'est rare. Elle lui apprend que les pertes qu'il aurait causé sont évalué à 45 milliards de yens. Affaire bouclée, pas de quoi en être fier !

Ce n'est qu'ensuite que la section découvre l'annonce de l'homme au masque de papier et ses prévisions sur le compte paperboy_187. Il met en cause une entreprise responsable d'une intoxication alimentaire de masse dont elle put se tirer en utilisant un vide juridique, il affirme qu'il va se charger de les faire cuire à point ! Or il se trouve qu'un incendie vient de se déclarer dans une société agro-alimentaire d'Ishikawa. Des caméras diffusent en direct des images de l'incident, et montrent que paperboy est sur place !

 

Sa seconde cible sera un lycéen qui travaillant à temps partiel dans la restauration s'amusant à faire frire des cafards pour les glisser en douce dans les plats ! Il annonce qu'un tel gourmet aura droit à son menu spécial jusqu'à ce qu'il ait le ventre bien rempli. La troisième sera un étudiant, Shuji Seki, étudiant dont le tweet excusait le viol commit par un ami à lui, la prédiction est que ce qui va lui arriver devrait le faire marrer. Ce qui ne sera pas le cas ! Le problème est que la description de son ravisseur ne correspond pas à l'image de paperboy prise lors de l'incendie ce qui laisse penser à la police qu'il pourrait avoir des complices.

 

Les vidéos de paperboy rencontrent un écho grandissant sur internet, leur auteur prédit qu'il va continuer tout en soulignant la corruption de médias, traitre au pays et ayant renoncé à leur mission. Justement son annonce suivant met en cause Masayoshi Ikehata, employé d'une société de service internet qui eut la bonne idée de diffuser l'entretien d'embauche passé par un postulant à une place dans sa boîte où il ridiculisait celui-ci. La police se rend donc sur le champ chez Masayoshi. Elle devra faire vite puisque celui-ci est en train de se faire rouer de coup en direct sur internet ! Mais la piste suivi par les policiers ne mène nulle part et paperboy passe entre les, grosses, mailles, du filet. Son intervention suivante ne sera pas une prédiction mais un message adressé à toute personne ayant une situation précaire, un petit boulot, des difficultés. Il ne prétend pas pouvoir rendre leur vie meilleure mais au moins les soulager de leur frustration. Il jure qu'il tuera pour eux et que plus personne ne doit subir en silence. À ce moment là la diffusion sera interrompue suite à un signalement de la préfecture de police. C'était une mauvaise idée. Sur le compte de diffusion de paperboy les avis jusqu'alors majoritairement négatif s'inversent et il rencontre de plus en plus d'approbation.

Néanmoins l'enquête continu en cherchant d'où le criminel aurait pu se connecter, l'étude des caméras de surveillance finit par faire apparaître un jeune homme qui pourrait être l'individu recherché.

 

Les dernières dizaines de pages du premier tome, sur trois, de Prophecy nous montrent qui est paperboy, dans quelle condition il est né et diverses aspects de sa nature dont je ne vous dirais bien sûr rien ici. Quand à la suite je ne l'ai pas encore lu mais ça ne saurait tarder. Tsutsui montre le monde avec violence et crudité au moyen d'un dessin et d'une mise en page de sa vision à la hauteur du sujet choisi.

En attendant que le film sorti en juin 2015 arrive chez nous, ce qui me permettra de vous reparler de Prophecy, et ce n'est pas une prédiction en l'air.

Prophecy
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 07:19
MANHOLE

Tetsuya TSUTSUI – 2006 – 3 volumes – Éditions Ki-oon

7 décembre, 16 h32, le rue marchande principale de Sasahara. Ce sont les soldes, un marchant propose 12 rouleaux de papier toilette pour 248 yens, c'est donné...

Un homme nu, livide, déambule, hagard, mains et pieds ensanglantés, murmurant des mots incompréhensibles. Il vomit du sang sur un passant et s'écroule, mort. À 17 h 14 deux policiers, Shûchi Takimoto et Ken Mizoguchi du bureau d'investigation du commissariat enquêtent et découvrent qu'il est sorti d'une bouche d’égout. Ken est interpelé par sa jeune partenaire, Nao Inoue à laquelle il demande de recueillir un maximum de témoignages.

MANHOLE

19 h 06, salle d'autopsie du commissariat, Tadao Sugano dirige l'analyse du cadavre. Au moment où son aide va planter son scalpel il sent quelque chose bouger et avec une pince extrait de l’œil ressemblant à un vers. Le mort va être identifiée grâce à ses empreintes dentaires, il s'agit du de Yoshito Horkawa, 32 ans, chômeur, vivant au 205 de la résidence Kitahi dans le quartier de Kitamodai. Reste à interroger ses proches, la routine quoi. La résidence Kitahi n'a rien d'engageante et quand ils trouvent la mère de la victime celle-ci n'a pas l'air surprise ni peinée par le décès de son fils. Son appartement est à l'image du quartier, plein de sacs plastiques et de piles de n'importe quoi montrant qu'elle ne se débarrasse jamais de rien. Aux policiers elle montre les cicatrices des sévices que lui infligea son enfant, rien d'étonnant donc à ce qu'elle manifeste peu de peine ! Elle apprend aux policiers que Yoshito était dépendant aux jeux d'argent mais qu'elle l'avait fait entrer, gratuitement, dans un centre soignant les comportements violents et la dépendance aux jeux.

Mais la mère ignore l'adresse du centre, un photographe, ayant récupéré son fils pour l'y conduire. Le téléphone de Mizoguchi sonne, il apprend que la cause du décès est la filariose, maladie due à un parasite. Celui-ci serait source de ses hallucinations mais sa mort aurait été causée par la chute sur le trottoir.

Le 8 décembre, 12 h 12, commissariat de Sasahara. D'un côté la sections des maladies contagieuses du service de santé publique se manifeste, de l'autre, le témoin, Yôchi Amamya, sur qui le mort vomit, s'est présenté pour témoigner. Il raconte ce qui s'est passé, l'homme qu'il a vu venir vers lui, les paroles qu'il marmonnait ''Maman...'' sous le choc il laissa tomber son portable, la police l'ayant récupéré put par ce biais l'identifier. Yôchi a l'air étrange et demande à partir. Après tout il n'y a aucune raison de le retenir. Surtout sans savoir que le pansement sur sa joue cache une plaie faite la veille et par laquelle il fut contaminée par Yoshito.

Épuisé, il se retrouve dans la rue, hagard il ne voit pas venir la voiture qui le renverse. Plus haut Ken apprend que quatre vers ont été découverts dans l’œil droit de la victime, quatre filaire, une maladie qui touche surtout les chiens et les chats ! Il s'agirait d'une nouvelle espèce. Le filaire, s'introduisant dans l’œil de sa victime suit le nerf optique jusqu'au cerveau et se dirige vers l'hypothalamus qu'il dévore avec pour effet d'effacer la faim, le désir sexuel et le sommeil chez son hôte. Cette maladie est transmise par les diptère, ceux-ci peu fréquent en hiver au Japon passent la mauvaise saison au chaud, dans les égouts.

MANHOLE

Le corps de Yôchi est ramassé sur la route, des filaires adultes vont être découvert à l'intérieur comme s'il avait été contaminé par la première victime. Pour compliquer les choses, des taches circulaires sont découvertes sur le cuir chevelu de celle-ci, laissant penser qu'elle fut soumise à diverses expérience. Par conséquent que sa contamination ne doit rien au hasard.

La question centrale est donc de découvrir le centre qui accueillit Yoshita, si quelque chose lui est arrivé ça ne peut qu'être là ! L'enquête s'oriente vers le photographe qui fit office de messager. Le seul indice, fourni par la mère de Yoshita est le lieu où celui-ci avait rendez-vous avec son chauffeur. Un terrain vague !

Les voisins n'ont rien remarqué, mais la bouche d’égout attire leur attention, pourquoi les orifices de la plaque ont-ils été obstrués ? La tentation est forte pour les policiers de la soulever, d'autant qu'un pied de biche semble avoir été opportunément oublié à proximité.

Reste à oser descendre ! Rôle dévolue à Inoue, son partenaire étant trop gros pour cela. Un sac plastique sur la tête, pour la protéger des mouches, une lampe à la main, elle s'engage dans le trou. En bas elle découvre un siège noir entouré de batterie, une table et des appareils bizarres. Fouillant un peu partout elle découvre un livre de photos, de voyage, au Botswana. Elle prend une photo.

Parallèlement Takimoto interroge le père de Yoshita qui lui narre sa rencontre avec le soi-disant ''photographe'' et leur dialogue, portant principalement sur la psychiatrie en général et la lobotomie en particulier, regrettant que cette dernière ait si mauvaise presse qu'elle ne soit plus pratiquée et soulignant qu'il fallait une solution physique pour régler le problèmes des auteurs de crimes atroces. Là il montre le filaire qu'il pense être la solution, parasite capable de pénétrer le cerveau jusqu'à l'hypothalamus pour la ronger jusqu'à gommer les pulsions de son propriétaire. La preuve il la montre en ôtant ses lunettes noires et montrant qu'il n'a plus qu'un œil valide.

En lisant le récit de voyage au Botswana Nao découvre ce que son auteur y apprit en visitant le village des borgnes. Pour les policier il n'y a pas de doute, ce photographe est responsable de ce qui est arrivé et semble sûr d'avoir fait une découverte positive.

Ils ne savent pas encore à quel point !

Il vous faudra lire les deux tomes suivant pour connaître la suite, elle en vaut la peine.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 07:42

名探偵コナン- Meitantei Konan, est un manga japonais créé en 1994 par Gōshō Aoyama et publié dans le magazine Weekly Shōnen Sunday. Il regroupe 85 volumes au Japon, 77, en France.

Shinichi Kudo est lycéen et détective, il a 17 ans mais collabore souvent avec la police. Alors qu'il se trouve dans un parc avec son amie Ran Mouri il surprend une conversation entre deux hommes habillés en noir et appartenant à une organisation criminelle inconnue. Malheureusement il se fait remarquer et les deux hommes pour le tuer l'empoisonnent avec du APTX 4869. Mais ce produit ne remplie pas son office, au lieu de le tuer il le fait régresser jusqu'à ses 7 ans.

Ayant recouvré sa conscience et ses moyens, Kudo se lance à la poursuite de cette mystérieuse organisation, pour agir discrètement il prend le nom de Conan Edogawa et puisqu'il paraît être un enfant réussi à être placé sous la tutelle de Ran Mouri dont le père, Kogoro Mouri, est détective. Il va à l'école primaire de Teitannote où il fonde un club de détectives juniors avec ses camarades de classe : Genta Kojima, Mitsuhiko Tsuburaya et Ayumi Yoshida. Agissant en tant que Conan il s'occupe des enquêtes de Kogoro Mouri qu'il met en transe avant d'usurper sa voix au moyen d'un noeud papillon électroque que le professeur Agasa inventa pour lui. Ce savant étant un des seuls à connaître sa véritable identité. Mouri étant un détective médiocre et passionné de courses qu'il suit à la télévision en buvant de la bière deviendra célèbre grâce au travail de Conan qui se cache derrière lui. Le fait qu'il ait oublié comment il résolut ses affaires lui fait parfois question, heureusement cela ne dure jamais.

Mais Conan n'est pas le seul à avoir pâti d'un effet inattendu de l'Apotoxine, la créatrice du poison, Shiho Miyano, qui travaillait pour l'Organisation des Hommes en Noir partagea cette conséquence après qu'elle se fut rebellée contre ses employeurs, ceux-ci ayant assassiné sa soeur. Parvenue à s'échapper elle prit le nom de Ai Habara et intégra l'école de Conan dont elle connaît l'identité et qu'elle aide dans son désir de retrouver les responsables de son état.

Ceux-ci ne restent pas inactifs pour autant, pour retrouver Shiho ils lancent à sa poursuite Vermouth, espionne experte dans l'art du déguisement qui lui permet de prendre n'importe quelle apparence jusqu'à s'approcher de Conan sans que celui-ci se doute de rien.

Conan va être enrôlé par le FBI et continuera ses enquêtes en même temps que sa poursuite des Hommes en Noir.

Les ''jeunes'' détectives sont un genre en soi au Japon, l'intérêt ici est la difficulté pour le héros de ne pas montrer des réactions incompatibles avec son âge apparent, surtout quand il se trouve en compagnie de Mouri Ran. Situations humoristique et énigmes parfois violentes, souvent intéressantes avec parfois quelques facilités et raccourcis, mais il en va ainsi dans toutes les séries policières. Le tout est mis en valeur par le graphisme alerte de Gōshō Aoyama. À lire comme on regarde un feuilleton, un à la fois, pour ne pas voir de trop près les ficelles d'écriture.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 07:50

Hiroki Endo - 1998-2008 

Hana, Enoa et Rain vivent dans une ferme située sur une île, cultivent la terre, élèvent des chèvres, bref, survivent comme ils peuvent. Alors que les deux premiers s'occupent du potager Rain, au sous-sol, essaie de restaurer des machines sans y parvenir. Hana a été marqué par sa lecture de la bible et s'interroge souvent sur la nature du péché, sur la validité de ses actes alors que Enoa prétend ne pas croire et que Rain s'essaie à l'objectivité. Il est le seul adulte du trio, les deux autres, encore adolescents, s'interrogent sur le fait qu'ils pourraient être les seuls survivants de l'espèce. Il est la mémoire, celui qui se souvient du monde d'avant. Par exemple quand il a retrouvé le père d'Enoa, le major Chris Ballade, après six ans de séparation. L'épidémie s'installait, provoquant affrontements et conflits par la peur qu'elle distillait.

D'où vient cette maladie qui calcifie la peau et nécrose les organes internes qui se liquéfient laissant derrière elle des corps semblant des statues creuses ? Certains affirment qu'elle serait née dans les laboratoires de l'armée US et s'en serait échappé. Mais Ballade affirme que nul ne connaît son origine réelle. Qu'importe que les cadavres s'amoncellent, les militaires continuent à produire des armes, à se méfier de tous, de craindre attentat et terrorisme, instaurent le couvre-feu et la loi martiale. Finalement pour eux c'est tout bénéfice ! La maladie envahie le monde mais au moins un abri survit, isolé par des filtres et une autosuffisance alimentaire et énergétique. Là encore le délire théiste va sévir et un prophète autoproclamé va affirmer que la volonté de dieu est que cette enclave disparaisse pour que ses habitants subissent le sort commun. Il va donc empêcher le fonctionnement des filtres et ouvrir la porte au virus. Rain va pouvoir s'échapper avec les enfants.

 

Eden

Le seul problème c'est qu'il finit lui aussi infecté, le vaccin qu'il a mit au point ne fit que retarder l'échéance. Produit qu'il mit au point en utilisant les globulines de Hana et Enoa, eux ont ''profité'' de l'épidémie, le virus ayant généré une modification de leur ADN.

Ayant pénétré dans les sous-sols pourtant interdits Anoa découvre la tête d'un robot qui va lui raconter son histoire : il s'appelle Chérubin et il est doté de la fonction A.I. Seizième génération, il souffrit d'un virus informatique qui lui fut transmis par un officier devenu fou, après quoi ses données furent effacées et lui désactivé. Mais pas complétement, la preuve !

 

Eden

Les événements vont s'accélérer quand des hélicoptères vont atterrir sur l'île, des soldats, mandatés par l'ONU, en descendre prendre possession des lieux. Contre toute attente Chris Ballade est vivant, du moins son cerveau, le reste de son corps relève de la cybernétique, pas de la biologie. C'est le moyen trouvé pour contrer le virus en attendant qu'un vaccin soit découvert. Petit coup de théâtre tous les militaires n'ont pas le même employeur, la majorité sert un autre maître, le Propater, conglomérat multinational, et leur but est de s'emparer des enfants, pour leur adaptation au virus.

 

Eden

Ce qu'ils vont tenter, sans succès.

Enoa avait promis à Cherubin de lui rendre son corps quand il trouva ce qui restait de lui, il tint parole et Cherubin put intervenir pour protéger ses nouveaux amis.

Reste qu'il faut partir, alors que la maladie gagne Rain qui ne peut plus parler mais dont le regard prouve qu'il est encore vivant. Il faut changer de lieu et trouver, ailleurs, un nouvel Eden.

 

Eden

La seconde partie du manga commence 20 ans plus tard, le fils de Enoa et Hana tente de survivre avec l'aide de Cherubin, il va connaître bien des difficultés, faire bien des rencontres et vivre des aventures qui seront lisibles au long des 17 volumes suivant, tous parus chez Génération Manga. Ce tome finit sur une interview de Hiroki Endo qui évoque sa naissance, ses références et le style qu'il a développé afin qu'il convienne à ce qu'il voulait exprimer.

Je n'ai pas encore lu ce manga jusqu'à sa fin mais il est assez complexe et intelligent, me semble-t-il, pour que m'y risque. 

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 06:51

Depuis l'antiquité, les hommes sont les proies de démons dévoreurs de chair humaine. Pendant longtemps, ils ont espéré la venu d'un moyen pour leur résister. Et finalement, des guerriers d'un genre nouveau, portant sur leur dos une épée gigantesque, font leur apparition.

Face aux démons, le combat de ces jeunes filles, que l'on nomme ''Claymore'' ne fait que commencer !

Ainsi est présenté le volume 1, paru chez Glénat de Claymore, paru dans la collection shonen Jump. Il est intitulé La tueuse aux yeux d'argent et nous présente Claire (クレア), une jeune et jolie Claymore venu dans un village pour tuer un démon.

Ce qu'elle va faire ! Sur les lieux elle va faire la connaissance de Raki (ラキ), dernier survivant d'une famille exterminée par le démon et qui va décider de la suivre en lui faisant la cuisine pour justifier sa présence.

Claymore (クレイモア)

Claymore (クレイモア) est un manga shōnen (destiné aux adolescents – dont je dois faire partie...) créé par Norihiro Yagi et publié depuis mai 2001. Il met en scène des combattantes mi-humaines, mi-démons. Leur nom vient de la grande épée qu'elles portent dans le dos et qu'elles manient avec une grande dextérité. Leurs yeux argentés leur permettent de voir leurs adversaires. Elles existent depuis des siècles et sont exclusivement des filles, les garçons qui furent ''essayés'' ne purent jamais maîtriser leur part démoniaque. Celle-ci finissait toujours par s'éveiller et les dominer, incapables qu'ils étaient de lutter contre elle et le plaisir qu'elle leur promettait. Choisie parmi des orphelines, souvent ayant eues à souffrir des démons leur entrainement vise à maîtriser leur pouvoir sans se laisser submerger. L'énergie démoniaque qui les habite fait qu'elles ont la peau et les cheveux blancs. Chacune porte un numéro en relation avec la force qu'elle est sensée receler, les numéros 9 à 1 sont les plus fortes mais les cinq premières beaucoup plus encore.

Outre un numéro chacune est représentée par un symbole inscrit sur son épée.

En cas de nécessité une Claymore peut laisser venir l'énergie du démon en elle, plus le pourcentage libéré croît plus le risque qu'elle soit submergée grandit.

Leurs ennemis sont les Démons, ou Yomas (妖魔), humanoïdes ayant le pouvoir de prendre l'aspect et les souvenirs de la personne qu'ils mangent mais il ne peut attaquer qu'en reprenant sa véritable apparence.

 

Les démons sont de différentes natures, outre le version basic il existe un modèle premium : les Exaltés (ou Abyssaux), en réalité ce sont d'anciennes Claymores, y compris des hommes de la première génération, qui ont cédé au côté obscur de leur nature, à l’exaltation de l'éveil.

 

 

 

Les Claymores sont formées puis encadrées par l'Organisation qui est leur seule famille et reçoit beaucoup d'argent en échange de leurs opérations de nettoyage. Sa nature est plus complexe et ses buts plus obscurs qu'il n'y paraît, mais cela nous nous en doutions.

 

23 tomes disponibles chez Glénat et une série animée que j'aime beaucoup.

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 07:09

銃夢, Ganmu, « rêve d'une arme » - Yukito Kishiro - 1990

Une catastrophe écologique due à la rencontre de la Terre avec une météorite a conduit l'espèce humaine à la limite de l'extinction - heureusement celle qui nous guette ne fera pas de quartier, mais là n'est pas la question - et conduisit celle-ci à se scinder. D'une part Zalem, une ville suspendue où vit l'élite, et Kuzutetsu, la surface de la planète où survit le reste de l'humanité en profitant des déchets produits par la ville.

Ido explore la décharge en quête de quelque chose qu'il pourrait utiliser pour son métier de réparateur de cyborgs, justement il découvre une tête qui semble intacte. Pourquoi ne pas tenter quelque chose se dit-il, s'il l'avait rejetée le manga s'arrêtait là, ce qui eut été dommage. Bref ! Il réussit dans son entreprise, il adjoint un ''corps'' convenable à la tête, donne à la nouvelle venue, dont la zone mémoire semble inaccessible, le nom de Gally et la considère comme sa fille. Mais l'éducation coûte cher dans ce monde ''d'en-bas'' et pour gagner l'argent nécessaire Ido doit reprendre son métier de chasseur de primes, aidé de Gally qui va révéler une stupéfiante aptitude au combat...

 

Ce manga, loin de Quartier lointain, plonge le lecteur dans un univers cyberpunk où se confronte la nature humaine dans ce qu'elle a de plus primaire, instinctive, de plus ''nature'' donc et l'Humanité, au sens mythique du mot, incarnée, ou révélée, par Gally. 

Gunnm présente la particularité d'être plus populaire en dehors du Japon quand dans le pays qui la vit naître. La plupart des lecteurs de ce pays ayant l'habitude de séries répondant à des codes particuliers.

Gally pour cyborg qu'elle soit, à l'instar de Motoko Kusanagi mais dans un style différent, est attachante, attirante, séduisante, dans un monde où l'humain est flou dans son être. Beaucoup des habitants de Kuzutetsu se sont cybernétisés pour améliorer leur aptitude à la survie, celle-ci dépendant de leurs forces et endurances mais aussi de leur capacité à faire ce qu'il faut, fusse au détriment des autres, et il le faut souvent, la vraie vie étant là plus que dans une Zalem vue, de loin, comme paradisiaque. Considérons que le Paradis, s'il existe, ne saurait être que d'un ennui qui ne serait même plus mortel, somme toute la pire des malédictions ! 

La chimie du carbone nous a produits, pas de quoi s'en vanter ! Celle du silicium peut générer une forme de vie différente mais tout aussi, sinon davantage, digne de ce nom, ou digne tout court !

Gunnm parue au Japon entre 1990 et 1995, en France elle fut éditée par Glénat de 1995 à 1998. À noter qu'à partir de 2001 Yukito Kishiro reprit l'histoire avant la fin pour la prolonger sous le nom de Gunnm Last Order, dans un cadre différent nous pouvons mieux connaître Gally et son passé tout en trouvant sur son chemin bien des questions que nous nous posons tous, surtout moi !

Un manga est peu onéreux, il tient dans la poche, alors laissez de côté les Aventures de Martine ou celles du Petit Nicolas (ras-le-bol!) et découvrez un univers effrayant mais enchanteur, sinon il serait trop ch... mais si vous préfériez ceux-ci vous ne seriez pas là.

N'est-ce pas ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages