Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2018 1 26 /03 /mars /2018 08:00
Hotorubi no Mori e

蛍火の杜へTakahiro Ōmori – 2011 – 44' – d'après la manga de Yuki Midorikawa – 10 07 2003

Hotorubi no Mori e

Le calme est total dans ce décor de nature, même les araignées semblent se reposer. Takegawa Hotaru prépare ses affaires avant de partir en voyage. Sa mère lui donne les mêmes conseils que la fois précédente et Hotaru va attendre tranquillement le bus.

Elle se souvient, la première fois qu'elle l'avait rencontré elle avait six ans, elle s'était perdue dans la forêt du dieu de la montagne, celle que l'on disait habité par les esprits. Elle avait peur, et pleurait quand il est apparu devant elle. Un jeune homme portant un masque de chat qui lui affirme qu'il ne faut pas qu'un humain le touche.

Il peut pourtant la guider en utilisant un bâton dont chacun tient une extrémité. Quand elle s'est présenté elle lui demande son nom, ce n'est que quand elle s'en va, en courant, qu'elle l'entend répondre.

À ses questions son oncle, chez qui elle est en vacances, lui explique qu'enfant lui aussi voulait rencontrer les esprits mais qu'il n'y parvint jamais.

Le lendemain Hotaru revient, et Gin est encore là. Mais ils ne sont pas seuls, une étrange créature les observe. Elle y est retourné le jour suivant, et le jour suivant, et le … Profitant qu'il somnole pour lui ôter son masque. Les vacances se terminent, elle va devoir rentrer. Mais pouvoir revenir l'année suivante, et l'année d'après, et...

Elle grandit, change, devient une jeune fille, bientôt elle sera une femme. Les étés ne durent pas et l'hiver qui approche s'annonce glaciale, Hotaru en profite pour offrir une écharpe à Gin, ça pourrait lui servir. Au lycée elle se fait un ami, mais elle pense toujours à son ami et rêve de pouvoir le toucher un jour.

Ce nouvel été Gin lui fait une confidence, comment il fut abandonné bébé dans la forêt, comment les esprits prirent soin de lui et le Dieu de la Montagne intervint pour le sauver. Ainsi n'est-il plus humain sans être vraiment un esprit, son corps est maintenu par la magie. Au moindre contact avec un humain celle-ci s'éteindrait.

Cette année Hotaru est assez grande pour aller au festival organisé par les esprits, ils s'y déguisent en humains.

Hotaru envisage la fin de ses études, l'emploi qu'elle pourrait occuper dans la région pour être plus près de Gin. D'ici là...

Les enfants aiment leurs rêves, ceux-ci peuvent-ils les accompagner toute leurs vies ? Et pourquoi pas ?

Un bijou d'animation, tout en délicatesse. Une vraie respiration.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2017 7 31 /12 /décembre /2017 09:00

Le cinéma d'animation arriva au Japon après 1910, trouver des films ou des renseignements sur cette époque est difficile sans maîtriser le Japonais. Profitons malgré tout de ce dernier jour de l'année pour regarder les quelques documents disponibles. 

Le succès populaire du cinéma s'animation arrivera en 1963 avec Astro le petit robot d'Osamu Tezuka. Depuis il ne fit que croître, sur le grand et le petit écran. Ce blog eut maintes fois l'occasion de démontrer l'excellence des productions nippones.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2017 5 08 /12 /décembre /2017 08:52

絶対零度Aya Moriyasu/Satoko Kashikawa – 23 eps – 2010/2011 - Fuji Television

 

Au Japon il y a 60 000 affaires non résolues. Le 2 novembre 2009 la préfecture mit en place un service spécialisé dans la réouverture de ces dossiers, reprenant les éléments de l'époque avec une technologie moderne.

C'est la nuit du 31 décembre 1999, Kiyomi entre dans le bar où elle travaille. Minuit va sonner, au douzième coup elle lève son verre de champagne avec ses amis.

En avril 2010 des forestiers du site d'Okutama découvrent un squelette, peut-être les restes de Sakota Mai. La (soi-disant) première affaire du millénaire (qui, en réalité débuta en 2001 et pas l'année précédente). Le dossier des 300 millions de yens de la banque Nakanohashi, disparus avec les 3 employées.

Dont Sakota, l'enquête confirme que ce sont ses ossements. La cause du décès est évidente, une balle en pleine tête. À côté un morceau de papier portant un numéro de compte appartenant à Miyamoto, un restaurateur qui, peu après le vol, reçut assez d'argent pour résoudre ses problèmes financiers de l'époque. Celui-ci nie une quelconque responsabilité mais il se souvient de ce qui s'est passé autrefois, la nuit du réveillon 1999.

L'équipe des affaires classées retrouve les témoins, recoupe les témoignages, récupère des images. Elle interroge les familles des disparues, tente de remonter le temps.

Sakuragi est la petite dernière de l'équipe, la plus jeune, préposée à prendre des notes, aller chercher des preuves ou de quoi manger. Elle aspire à plus, et mieux, arrêter un criminel !

Sinon quel intérêt d'être policière ?

En attendant la zone où fut découverte Sakota Mai est explorée, et ne tarde pas à révéler une autre occupante.

Dans un premier temps.

Les ''cold cases'' sont un sujet idéal pour une série policière, permettant de superposer les époques, de retrouver des objets d'autrefois, de fouiller le passé avec les moyens du présent pour détecter les éléments à l'époque indétectables. À ceux-là s'ajoutent le profilage et autre étude du comportement. Avec l'avantage du cadre japonais que les amateurs apprécieront.

Aya Ueto est Sakuragi, la ''novice'' de l'équipe, dont la motivation et l'énergie aideront son équipe à solutionner des affaires dont aucune ne remonte vraiment loin dans le passé, du moins pour la première saison, il me reste à découvrir la seconde.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 09:00

Naomi Tamura/ Hidetomo Matsuda – 2012 – 8 épisodes

La mer est forte, le ciel agité, les restes de la clinique sont battus par les vents. Petit à petit la nature les disloque, un jour, bientôt, il n'en restera rien.

Dans une boite de nuit un homme s'écroule au milieu de la piste, alors qu'ailleurs c'est toute l'équipe du service de chirurgie N° 2 qui démissionne collectivement.

Quelques hommes discutent en mangeant, parmi eux le professeur Torii sur le point d'être nommé au poste de directeur d'un important hôpital. Celui-ci profiterait mieux de la nouvelle si sont téléphone ne sonnait et qu'on lui annonçait une démission collective.

Dans la boite un médecin s'approche de l'homme, l'examine, alors que survient une jeune femme qui lui affirme qu'il faut agir autrement et prend la direction des opérations. Elle pose le diagnostique puis s'en va.

DOCTOR X

L'époque est difficile pour les hôpitaux, crise des vocations, diminutions des équipes, manque de moyens. Pour combler la pénurie, un nouveau type de médecins a émergé, des free-lance, des loups solitaires... dont la chirurgienne Daimon Michiko, aussi connue sous le nom de Doctor X dont le look est bien différent des autres chirurgiens. Peu sont en mini jupe !

Elle est engagé pour remplacer les trois démissionnaires du service N° 2.

 

Dès la première conférence préopératoire elle se fait remarquer en proposant d'autres solutions, plus rapides, moins chères et moins risquées pour le patient, en s'opposant au directeur Kubo, qui n'a plus opéré depuis longtemps. Du coup elle se retrouve cantonnée dans des taches administratives. Ce qui n'est pas une raison pour qu'elle fasse une seconde supplémentaire. À 17 h elle s'en va, et qu'importe si ses collègues la regarde d'un drôle d’œil.

DOCTOR X

Le directeur commence l'opération prévue, les choses se passent mal, il s'écroule, laissant le malade sur la table. Heureusement le Doctor X avait un coup d'avance, elle intervient, bouscule l'assistant et termine, avec succès, l'opération.

Ce qui ne l'empêchera pas de se faire virer par Kubo quand elle maintient son opposition à ce qu'il avait prévu.

Ses collègues sont d'abord ravis de son renvoi, avant de se dire qu'elle était douée, efficace et calme.

DOCTOR X

Mais Kubo a fait son temps, il est temps de le remplacer, le professeur Busujima fera l'affaire. Le combat pour le pouvoir continu, chacun avance ses pions, faisant passer les malades en seconds. Le nouveau directeur rappelle Michiko, et accepte les, nombreuses, conditions posées par le Doctor X. Elle peut regarder les ruines de la clinique de son père avec l'impression d'une revanche obtenue.

Partager cet article
Repost0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 09:07

Kôjin – Natsume Sôseki – Rivages poche / Bibliothèque étrangère – 1991 – traduit du japonais par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura  Résultat de recherche d'images pour "natsume soseki le voyageur"

 

Jirô Descend à Umeda, prend un pousse-pousse, il doit aller chez Okada. Un parent lointain que sa mère lui a demandé d'aller voir. Il pourrait loger chez lui. C'est parfait puisqu'il a planifié un voyage avec Misawa, un ami. Se rendre à Suwa par la ligne Kôshû, passer par Kiso, descendre à Osaka. Après être passé par Kyôto il se rend chez son lointain parent, une personne qu'il n'a pas vu depuis cinq ou six ans. Comme prévu celui-ci se révèle plus chauve qu'auparavant, il possède une maison dont le premier étage propose une belle vue. Le soleil entrant directement fait régner dans la pièce une forte chaleur.

L'épouse d'Okada s'appelle Okané, jolie, de loin. Il en avait dit du mal autrefois, alors que les futurs époux commençaient à se fréquenter sous l’œil organisateur de ses parents. Le mariage est chose trop importante pour laisser seul le hasard et les sentiments en décider.

Reste pour Jirô à prendre contact avec son ami mais Okada ne possède pas le téléphone, en ce début de vingtième siècle la chose n'est pas entrée dans les mœurs.

En attendant pourquoi ne pas sortir, sur la colline, regarder les maisons dispersées et les haies. En ce soir d'été le crépuscule s'attarde longuement. C'est l'occasion pour Okada d'exprimer son interrogation sur l'absence d'enfant dans sa famille. Pour Jirô le lien entre enfant et mariage n'est pas évident.

Le lendemain arriva chez Okada une carte postale de Misawa prétexte à ce que Okané parle de son père qui n'écrivait que sur ce support. Quand Jirô lui demanda si elle voulait des enfants elle rougit sans répondre. En attendant des nouvelles de son ami, Jirô rencontra Sano, prétendant de Osada qui vivait avec sa famille, il avait, aussi, pour mission de rencontrer cet homme pour se faire une idée. Sano avait le front bombé, à part ça il semblait correct.

Résultat de recherche d'images pour "natsume soseki" Aucune autre nouvelle de Misawa, Jirô en a marre d'attendre, il est prêt à partir seul mais une lettre arrive qui donne des nouvelles. Misawa est bien arrivé à Osaka mais est hospitalisé. Avec sa valise Jirô va rendre visite à son ami. Celui-ci avait toujours eu des problèmes digestifs, en partie à cause de sa négligence, une fragilité héritée de sa mère. Il connaissait tous les mots afférant aux affections intestinales. Discrètement interrogée l'infirmière ne put que parler de mal à l'estomac. Jirô en profite pour récupérer la chambre de son ami dans une auberge. Maintenant il lui est difficile de partir et d'abandonner Misawa dont le traitement consiste en poches de glace posées sur son ventre.

En partant, un soir, il aperçoit une femme, de profil, recroquevillée sur un coin de banquette. Sans le dire à son ami il imagine qu'il s'agit d'une geisha. Mais Misawa la connaît et avoue une part de responsabilité dans sa maladie. Un soir de Résultat de recherche d'images pour "tokyo 1906" forte alcoolisation il avait en toute conscience abusé, et forcé cette jeune femme à en faire autant avec pour résultat une double hospitalisation. Sans jamais la nommer Jirô et Misawa parlaient de ''cette femme'' à chaque visite du premier, le second paraissait en savoir davantage chaque jour grâce à l'infirmière, parlant de son travail dans une maison de geishas, qu'elle y était une vedette et ne se permettait pas d'absence malgré une santé fragile.

Un jour pourtant Misawa décide de rentrer à Tôkyô, en train couchette. Le temps presse, Misawa va rendre visite à ''cette femme'' pour s'excuser de l'avoir amené à boire du saké. Plus tard alors qu'ils parleront Misawa évoquera une jeune fille connue autrefois, un peu dérangée et qui ressemblait beaucoup à ''cette femme'', il avait fini par l'apprécier mais elle était morte.

À l'hôpital.

Le temps de se séparer est venu, la gare d'Umeda en est le décor.

Le lendemain Jirô dut retourner à la même gare pour accueillir sa mère, son frère aîné, Ichirô, et sa belle sœur, Nao.

 

Les frères pourront discuter, se connaître, se découvrir, évoquer, pour l'aîné, la difficulté du mariage, sa difficulté à comprendre sa femme, il demandera même à Jirô de l'aider à tester la fidélité de son épouse dont il doute parfois. Passer une journée avec Nao ne semble pas une épreuve pour le cadet. Le climat allongera leur tête à tête. Pour Jirô c'est l'occasion de découvrir qu'il connaît trop mal les femmes.

L'hiver approche.

Résultat de recherche d'images pour "natsume soseki"

Sôseki est au plus proche de la vie, des êtres, de leurs pensées, contradictions, espoirs et craintes. Dans le quotidien qui s'étire il voit les désirs qui s'approchent, la société qui s'impose, encore. Le mariage est important mais qu'attendre d'une femme qui en se mariant perd toute ingénuité ? Dès lors qu'attendre de la réflexion qui se perd en elle même comme une araignée tissant un piège dont elle sera finalement victime ? Laissez-vous prendre par la magie des mots, et l'intelligence des réflexions, sans affirmations pédantes ni démonstrations vaines. Un des personnages le dit : ''L'excès d'intelligence était précisément la source de ses tourments.'' Sôseki était-il tourmenté ? Je peux imaginer que ce n'est pas notre cas, ni à vous, ni à moi.

Mais peut-être suis-je hypocrite. 

Encore un grand merci à PatiVore pour avoir eu l'idée de consacrer ce mois à Natsume Sôseki. 

Partager cet article
Repost0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 09:09

坊っちゃんNatsume Sôseki – 1906 – Le serpent à plume éditions – traduit du japonais par Hélène Morita  Résultat de recherche d'images

 

Tout commence par un aveu, celui du narrateur qui reconnaît n'avoir pour héritage reçu qu'une nature impulsive et risque-tout lui valant depuis sa petite enfance de perpétuelles mésaventures. Écolier il avait sauté du premier étage de son école et perdu, pour une semaine, l'usage de ses jambes parce qu'un condisciple lui avait lancé ''Eh, tu ne serais pas capable de sauter d'ici... Poltron va !''

Même motif, même punition quand il voulut montrer la qualité de son canif ! La cicatrice sur le pouce est toujours là.

Ces ''exploits'' avaient été nombreux durant son enfance, peut-être pour attirer l'attention d'un père ne montrant aucune affection ou d'une mère préférant son aîné.

2 jours avant que sa mère ne meurt il s'était cogné les côtes à l'angle du fourneau de terre ; à la suite de quoi sa mère lui avait hurlé qu'elle ne voulait plus le voir. C'était donc chez un proche qu'il avait appris son décès. Une fois rentré son frère lui imputa la responsabilité de cette disparition, ce qui entrainé en réponse une gifle suivi de critiques sévères.

Résultat de recherche d'images pour "natsume soseki"

La vie à trois s'installa, le frère qui apprend l'anglais mais présente un tempérament de nature féminine, et le père, inactif, lui serinant à la moindre occasion qu'il n'était qu'un raté.

Dans la maisonnée seule Kiyo, la servante, lui manifestait de l'affection, sans qu'il en comprit la raison.

La vie continua ainsi durant les cinq ou six années qui suivirent le décès de sa mère, jusqu'à la mort du père suite à une attaque d'apoplexie. Lui obtint son certificat d'étude et son frère ainé un diplôme de son école de commerce et un emploi dans une société de Kyûshû. Les biens familiaux furent vendus à un chineur, la maison à un homme fortuné, de l'argent dont l'aîné profita largement. Les frères se séparèrent, restai Kiyo à laquelle il ne restait qu'à demander asile chez son neveu, greffier dans un tribunal. Avant de partir pour Kyûshû son frère lui remit sa part, 600 yens, dont il pourrait profiter à sa guise, et 50 yens à donner à Kiyo.

N'ayant aucun but dans la vie c'est la vue d'une annonce pour recruter des étudiants pour l'École de physique qui l'incita à s'y inscrire. Durant trois ans il étudia et réussit à obtenir son diplôme. Une semaine plus tard le directeur le convoqua et lui proposa un poste de maître de mathématiques dans une école secondaire au Shikoku. Pourquoi ne pas accepter ? Avant de partir, et de quitter Tôkyô il rendit visite à son ancienne servante et lui parla de son projet, lui promettant de revenir aux prochaines vacances d'été.

Résultat de recherche d'images pour "vues du japon 1906"

Le village qu'il découvre le déçoit. Le trajet jusqu'au collège l'obligea à prendra une barque, un train, puis un rickshaw. Malgré cela il arriva trop tard. Il s'installe dans l'auberge Yamashiroya. Il fait chaud mais la nourriture est bonne, c'est déjà ça !

Le lendemain il peut enfin rencontrer le directeur, celui-ci le fit penser à un blaireau avec ses moustaches clairsemées, son teint foncé et ses grands yeux. Il va lui falloir se présenter à chacun des autres professeur, chose qui le désole, et au sous-directeur, habillé d'une chemise rouge, censée être un remède pour le corps. Ses cours commenceront le surlendemain. Il profite de son temps libre pour découvrir la ville, et réaliser que le temps n'avait pas joué en sa faveur. À l'auberge il obtient une meilleure chambre et prend le temps d'écrire à Kiyo pour la rassurer.

La visite de son collègue prof de math, le ''Porc-Épic'', le surpris mais celui-ci le convainquit de la nécessité de changer de logement, il connaissait justement une pension qui l'accueillerait, s'il le recommandait. Finalement il jugea celui-ci moins désagréable qu'il l'avait cru, de plus c'était le plus populaire des professeurs.

Résultat de recherche d'images pour "vues du japon 1906"

Botchan est près à commencer ses cours, à découvrir le monde de l'éducation, la province... et cela sera bien loin de la vie qui était la sienne dans la capitale. Un grand roman de Sôseki, un classique qu'il rédigeât après son séjour à Matsuyama. Le Japon change et s'ouvre au monde. Son héros est un homme du peuple alors que Kiyo vient d'une noblesse vaincue par le temps. Le narrateur n'est pas chez lui, il le sent, les autres en sont sûrs eux aussi.

Parviendra-t-il à trouver sa place dans un espace aussi étriqué ? Si vous savez ce qui vous reste à faire si vous voulez le savoir. Un remarquable, et instructif, roman que j'aurais peut-être manqué sans le mois Sôseki proposé par PatiVore.

Partager cet article
Repost0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 10:09

PatiVore nous propose en ce mois de février de rendre hommage au grand écrivain japonais Natsume Sôseki pour le centenaire de sa naissance sous la forme d'un challenge pour lequel il suffit de lire une seule œuvre de l'auteur pour participer. Dans ce blog j'ai déjà chroniqué Ma vie de chat, heureusement d'autres textes sont disponibles, dont celui-ci, le premier de ce challenge, sans doute pas le dernier.

 

KUSAMAKURA – Traduit du japonais par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura – Rivages poche / Bibliothèque étrangère – 1987

Un peintre aime observer, il sait remarquer ce qui se passe autour de lui même s'il n'est pas là pour cela mais pour le calme des montagnes, pour le contact avec la nature et, prenant du recul avec ses habitudes, mieux comprendre son métier, son art ? Et l'art en général dans les formes qui sont les siennes suivant les continents.

L'auberge où il s'est installé après qu'elle lui fut indiqué par une vieille dame est au calme, c'est là où il fait la connaissance de Nami, une femme d'une grande beauté qui, aimé par deux hommes, fut mariée par ses parents à celui qu'elle n'aimait pas.

 

Marcher l'aide à réfléchir, il avance sur le chemin pour oublier son mal de vivre dans un endroit paisible en même temps qu'il regarde son passé afin de mieux comprendre le présent et la raison de sa présence ici. La ville est aussi pesante que stressante, où, sinon en pleine nature pourrait-il trouver le sens de sa vie ? Tout l'interpelle, un simple caillou est une invitation, une fleur est une proposition, tout l'interroge, il veut passer le monde des passions humaine au crible comme du sable, et ne contempler que l'or splendide qui y est retenu.

Résultat de recherche d'images pour "natsume soseki"

Le monde n'est-il qu'un échiquier où chacun habite une case qui définit son univers personnel, une case qui est une cage pour le tigre en lequel la civilisation l'a transformé en lui montrant une liberté à laquelle il ne peut accéder, une liberté que l'art permet d'approcher, sans pouvoir l'atteindre pour autant puisqu'elle est comme l'horizon, toujours loin à mesure que l'on avance.

 

Sôseki est son personnage, peintre avec des mots autant qu'avec des pinceaux, s'interrogeant sur la véracité même de son travail, sur ce qu'il voit, veut, devine, espère peut-être, sur ce qu'il veut mettre dans sa création. Il le dit lui-même dès la première page : Dès que vous avez compris qu'il est partout difficile de vivre, alors naît la poésie et advient la peinture. L'artiste apaise le monde humain et enrichit le cœur des hommes. Les poètes sont plus angoissés que les hommes ordinaires et ont des nerfs plus fragiles. Il cite Wang Wei et Tao Yuanming, avouant leur devoir plus qu'à Faust ou Hamlet.

Résultat de recherche d'images pour "natsume soseki oreiller d'herbes"

C'est un voyage dont Sôseki se fait le guide, nature, poésie et peinture se superposent, avec, comme dans un autre roman lu récemment, une allusion à l'Ophélie peinte par Millais. Un périple à travers l'art et la vie dans le décor du Japon du début du siècle dernier avant que la modernité ne s'impose, en partie apportée en littérature par Natsume lui-même. Il suffit de se laisser prendre par les mots de l'auteur pour voir par ses yeux et admirer avec lui le monde qu'il contemple.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 08:43

Hiroaki & Hiroyuki Seshita – 2016 - 13X25'

 

Combien sont-ils à tirer sur lui, ce monstre insensible aux projectiles qui le frappent. Ce combattant a peur mais il doit retourner au combat, affronter ce ''soldat de dieu''. Et quand il croit l'avoir abattu celui-ci se relève pour combattre encore.

Toubou est une petite ville. Il est 5:00 le réveil sonne, Nagai Kei se lève lentement. Sa chambre est celle d'un étudiant normal, un ordinateur, des livres. Sa mère lui rappelle qu'il a un examen blanc samedi, mais tout se passera bien, il est sage, studieux, plutôt brillant, et s'il ne mange pas beaucoup quelle importance. Ses camarades de classe sont moins motivés que lui qui se moquent de son assiduité, de son ambition de devenir médecin. Et quand ils aperçoivent un jeune de leur âge, ou à peu près, simplement assis sur un trottoir pour manger, ils se moquent, disent que ce pourrait être un ''Ajin''.

AJIN

Le prof parle : prenez votre manuel à la page 247, sur la découverte des Ajin. Ce qu'ils doivent savoir. Les Ajin sont immortels, du moins on dit qu'ils ne peuvent pas mourir même si ce n'est pas prouvé. Le premier a été découvert 17 ans plus tôt en Afrique. Un militaire se faisant appeler ''le soldat de dieu'', il fut arrêté par les américains. 46 Ajin auraient été découvers. Au Japon il y en aurait 2, au moins. Celui qui en capture un sra récompensé. C'est Nagai qui pose la question : 

AJIN

Non, répond le prof, c'est une nouvelle espèce !

Nagai passe à l'hôpital voir sa sœur, Eri(ko), il se souvient du passé, de la mort de leur chien, de son idée : on pourrait aussi bien ne pas le faire. Et cet ami que sa mère lui a interdit de revoir : Kai.

Eri ne se souvient pas, ou ne le veut pas.

Nagai est seul, il rentre à pied chez lui, pris dans ses pensées sans entendre des camarades qui l'interpelle, ni voir le camion qui vient vers lui, et le heurte violemment. Maintenant il est sous le véhicule, ensanglanté. Mais pas suffisememnt blessé pour ne pas en sortir, seul. Mais différent.

''C'est un Ajin !'' hurlent ses amis. Nagai a peur, il hurle, de ce cri qui est une autre spécificité de ces créatures.

AJIN

La police enquête, le recherche, interroge témoins, voisins, et qui a envie de dire quelque chose.

 

Nagai fuit, où il peut, où il n'y a personne, se cache. Il se souvient de son ami, Kai, peut-être le seul qu'il peut appeler. Et qui attendait son appel. Ils se donnent rendez-vous à un endroit qu'ils sont seuls à connaître, près du temple Tsuki. Mais Nagai est repéré, il reprend sa course alors qu'un policier est sur ses talons. Kai intervient juste pour le sauver.

 

Les médias ont retrouvé sa maison, sa photo, le nouvel Ajin est à la une partout. La police est sur les dents, et pas seulement elle, il est impératif de le retrouver, de le capturer.

 

Un troisième Ajin a donc été découvert au Japon !

AJIN

Sur la moto de son ami Nagai prend le temps de la réflexion, il revoit cette vidéo diffusé sur le Net où l'on voit un Ajin se faire tuer encore et encore pour vérifier s'il est réellement immortel. Son ami le rassure, la montagne les abritera.

 

La chasse est ouverte, la concurrence promet d'être rude entre la police et le ministère de la santé. Kai et Nagai sont reconnus quand le premier refait le plein de sa moto par des hommes qui transportent déjà une jeune fille attachée dans leur camion. Quand ils voient la moto s'arrêter et Nagai aller à l'écart ils y voient l'occasion espérée. Pour vérifier si le Ajin est ce que l'on dit ils l'étranglent. Nagai meurt, ressuscite, hurle ! Ce qui fige tout le monde et laisse aux fuyards le temps de s'échapper. Ce que fit la jeune prisonnière du camion. La poursuite reprend, jusqu'à ce que les chasseurs soient bloqués sur un passage à niveau, arrêtés par une ombre étrange...

AJIN

Qui sont les Ajin, quelle est leur origine, leur secret ? Nagai va devoir en savoir plus, comprendre sa nature, échapper aussi à ceux qui veulent la prime promise comme à ces hommes qui les pourchasse pour les ''aider'' et qui vont récupérer Eri. Que s'est-il passé dans l'enfance de Nagai et Eri, qui était ce fantôme noir ? Quels sont les réels pouvoirs des Ajin ? Des Autres ?

 

De l'animation japonaise de qualité, des héros archétypiques mais avec, en plus, une vraie personnalité, le tout dans une histoire bien construite avec pas de séquences sanglantes. Quand à savoir si vous être un Ajin il suffit que vous mouriez pour cela. Si vous ressusciter alors vous en être un.

AJIN

Tenté ?

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 08:55

クロユリ団地 (Kuroyuri Danchi) – Hideo Nakata – 2012 -

Asuka Ninomiya vient d’emménager avec sa famille, son frère cadet et ses parents, dans un immeuble du complexe Kuroyuri. Rapidement, des sons étranges se font entendre depuis l’appartement voisin, le 401, occupé par M. Shinozaki, un homme âgé. Préoccupée par le bien-être du vieillard, elle sonne chez lui, attend, rien ne se passe, puis elle entend un bruit. À travers la porte elle se présente, expose le motif de sa visite, mais personne ne vient ouvrir. Elle sort, visite le quartier, remarque un tas de sacs poubelles. Décor banal d'un quartier sans rien de remarquable. Quand elle salue un enfant qui jouait dans un bac à sable celui-ci s'enfuit.

Dépitée elle rentre chez elle, retrouve ses parents, sa vie.

Sa chambre est mitoyenne de l'appartement voisin, elle pose son oreille contre le mur, va même voir sur le balcon si elle peut distinguer l'appartement d'à côté.

Mais non !

La sonnerie du réveil fait son office, si ce n'est que ce n'est pas le sien qui a sonné avec tant de puissance.

Idem le lendemain ! Au lycée elle entend dire que Kuroyuri est hanté. Mais ce qui surprend la jeune fille c'est que ses parents ont le même dialogue que la veille. Dehors elle retrouve le gamin dans son bac. Il ne fuit pas, et donne son nom, Minoru. Elle peut jouer avec lui pour construire une forteresse. C'est amusant. Il lui dit que son grand-père, qui n'est pas tout à fait son grand-père, habite ici, il montre l'appartement, celui dont la porte resta close la veille.

La nuit suivante Asuka fait un cauchemar, pour couronner le tout le professeur évoque un couple retrouvé mort chez lui... avant de retrouver ses parents elle décide de retenter sa chance avec son voisin. Cette fois la porte s'ouvre, sans qu'elle voit personne. Elle entre, se présente une nouvelle fois, progresse dans l'appartement, son portable en guise de lampe de poche. Une odeur nauséabonde frappe (avant d'entrer) ses narines venant de divers aliments oubliés. Elle continue cependant, regarde les meubles, les photos, tout ce qui est entassé sur les tables. Jusqu'à la chambre... pas de surprise, pour le spectateur, c'est bien le cadavre du propriétaire qu'elle trouve !

Le policier qui l'interroge lui dit qu'il était veuf et n'avait probablement pas eu d'enfant.

La nuit suivante elle entend d'autres bruits... il y a quelqu'un, ses parents doutent. Avant de répéter le dialogue de la veille.

Partant pour le lycée elle voit l'appartement ouvert, entre, se promène, est captivée par des traces de griffes sur le mur, puis, interpellée, sursaute, c'est Sasahara, envoyé d'une société de nettoyage spécialisée dans les tâches de cadavres. Le soir le policier revient, explique que M. Shinozaki est décédé naturellement, ce n'est pas une affaire criminelle. Ouf ! Plus tard c'est Minaru qui vient lui demander de jouer avec lui.

Le lendemain c'est le fantôme du voisin qui la surprendra et lui affirmera qu'elle va mourir. La jeune fille est choquée, cherche de l'aide... son émotion grandira quand elle retrouvera son propre appartement vide, hormis ses affaires.

Mais c'est logique, ses parents, et son frère, sont morts dans un accident de bus qui fit quarante victimes et dont elle fut l'unique survivante. Événement dont elle ne se remit jamais. C'est pour cela que tous les matins se ressemblent, elle revit le dernier passé avec sa famille. L'esprit essaie parfois de masquer la réalité, surtout quand il se sent coupable.

 

Difficile de trouver sa place pour Asuka, ses fantômes sont intérieurs, si présents qu'elle en est venue à s'interroger sur elle-même. Avec Sasahara elle va tenter d'affronter les spectres qui l'entoure, à commencer par celui du voisin.

Reste l'autre.

Minoru !

Difficile de dire non à sa propre envie de tourner le dos à la vie.

 

Hideo Nakata est devenu célèbre avec son premier film, l'adaptation de Ring. Il suivit ensuite un chemin semé d'angoisse, de spectres mécontents dans un environnement déshumanisé. L'horreur gagne de n'être pas montrée, réduite à une attente qui la nourrit. Nul besoin de gore pour effrayer, une ombre, un bruit, un silence parfois, suffisent à laisser planer un doute inquiétant. Tous les fantômes ne viennent pas de l'au-delà, certaines naissent des regrets, de la culpabilité, de l'incapacité à rejoindre le monde des vivants.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 08:41

秋刀魚の味Sanma no aji -  Yasujirō Ozu – 1962 – 113'

Shuhei Hirayama est âgé, veuf et père de famille. Ses amis Horie et Kawaie lui suggèrent régulièrement de marier sa fille unique alors que son fils aîné, Koichi, habite avec son épouse. À la maison il reste donc, outre le patriarche, Michiko et le benjamin de la fratrie, Kazuo. Michiko est la femme de la maison et devine que sans elle son père et son frère auraient du mal à s'en sortir. Quand Shuhei lui pose la question elle affirme ne pas être intéressé par le mariage. Pourtant le vieil homme devine qu'elle est prise entre ses ''obligations'' familiales et son envie de ''vivre sa vie'' à l'extérieur d'un cadre trop étriqué pour elle.

Puisqu'il aime sa fille il comprendra qu'il ne peut faire montre de tant d'égoïsme et que lui trouver un compagnon est son devoir.

Raconté ainsi le dernier film d'Ozu semble à la fois simple et semblable à ses précédents. Ce qui est vrai ! Tout le talent du réalisateur est justement de trouver dans cette banalité matière à représenter une société. Un microcosme à l'image d'un macrocosme, permettant en quelques traits de dessiner le portrait, partiel mais réaliste, d'une civilisation. Comme souvent c'est le père, l'homme, qui voit partir les êtres qu'il aime, celui qui pour dernière compagne se retrouve avec la solitude et le constat d'une époque dévorée par le temps.

 

Le Japon n'est plus ce qu'il était, les villes grandissent en même temps que l'influence du monde occidental. Ozu regarde, témoigne mais ne juge pas, cela ne changerait rien. Il voit le nouveau rôle de la femme, désormais désireuse de prendre son destin en main, non sans que cela s'accompagne de remises en causes et de difficultés à s'affirmer contre sa famille, contre ses parents, contre des habitudes séculaires.

 

Le saké n'a plus le goût qui était le sien auparavant, c'est peut-être pour cela que les hommes aiment à en boire trop, le cherchant au fond de chaque verre pour ne trouver que l'amertume d'un constat implacable. Il sera le compagnon de Shuhei quand sa fille aura quitté la maison, finalement le plus fidèle faute d'être le plus amical.

 

Ce fut le dernier film de Yasujiro Ozu, observateur attentif d'une période de mutation, cinéaste des femmes japonaise et, ici encore, servi par de remarquables actrices, ici Shima Iwashita et Mariko Okada. Que penserait-il des Japonaises d'aujourd'hui ? Plutôt du bien je pense. Regardant les jeunes filles du vingt et unième siècle comme les dignes petites filles des femmes qu'il filma durant sa vie.

Ainsi se termine ce mois aux dimanches consacré à un des plus grands réalisateurs Japonais. Moins spectaculaire que Kurosawa, moins drôle que Naruse, moins historique que Misoguchi mais aussi universaliste qu'eux, par son talent à transcender le quotidien pour en montrer la richesse et cette valeur que chacun peut espérer dans le sien.

Acceptez l'invitation de Yasujiro, prenez le temps de découvrir ce qu'il vous propose. Je suis sûr que vous ne serez pas déçu.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages