Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 17:12

マナリアフレンズHepburn : Manaria Furenzu – Hideki Okamoto (d'après le manga de Cygames et Kenji Mizuda) – CygamesPictures – Tokyo MX BS11

Il est temps d'aller en cours pour Anne et Grea, le temps de se pomponner et elles se dirigent vers la salle.

Anna est une princesse et chacune des élèves la salue alors qu'elle arrive au réfectoire pour déjeuner.

Elle préfère se tenir à l'écart, sur la terrasse où Grea est déjà installée. Ça tombe bien, c'est elle que Anne cherchait. Après tout Grea est aussi une princesse, draconique.

C'est l'occasion pour celle-ci pour évoquer le livre qu'elles empruntèrent ensemble, sur la recommandation de Anne. Il est question de Manarai, l'institution où se trouvent les deux jeunes filles, ainsi Grea en apprit-elle davantage sur le royaume et son amie.

La bibliothèque de Manaria contient de nombreux livres en diverses langues, Anne n'y a-t-elle pas trouvé un volume sur le pays des draconiques ? Un royaume où il y a beaucoup de gros animaux.

À la question de son amie Grea révèle que sa mère fut étudiante au même endroit, et qu'elle est mi-humaine, mi draconique.

Le dialogue aurait pu continuer si une autre étudiante ne venait chercher Anne à cause d'un problème dans la bibliothèque. Il semble qu'une espèce de Phénix soit en train de se matérialiser.

Hanna fait ce qu'elle peut pour l'en empêcher mais ça ne suffit pas, il faut l'intervention de Anne.

Un jeu d'enfant pour la princesse qui est une experte en magie et sait quel sort jeter et formule prononcer pour renvoyer la créature d'où elle n'aurait jamais dû sortir. Elle gèle la salle, ainsi un être de feu de pourra s'y installer.

Enfin Anne peut retrouver son amie. Elles vont pouvoir manger, toutes les deux préfèrent le sucré !

Nos deux amies ne sont pas les seules étudiantes, voyons donc Owen, un fier paladin de 17 ans de ce royaume, d'abord chargé de la protection du palais il lui fut confié la protection de la jeune princesse.

Le lendemain Grea montre des signes d'une maladie étrange qu'aucun sort de soin pas plus que les plantes médicinales ne peuvent apaiser.

Petit à petit la draconne se rétablie mais Anne remarque que sa queue a grandie...

La vie se passe entre les cours et quelques sorties. Anne et Grea se voient moins souvent... heureusement il est possible de jouer du piano à quatre mains.

Tout se passerait idéalement si soudain une attaque de monstres n'avait lieu, des créatures qui semblent venir de l'intérieur même de l'école. La victoire se dessine mais les dégâts sont importants.

Qu'importe, nos amies auront l'occasion de se détendre au bord de la mer, que ce soit en jouant au beach-volley ou en nageant, une découverte pour Anne.

Rien n'est simple pourtant entre les deux jeunes filles, rien que de très banal finalement sauf qu'ici il s'agit de princesses de mondes différents et les autres étudiant(e)s craignent un affrontement.

La magie n'est pas que dans l'esprit, elle est aussi, surtout, dans les cœurs !

Les vacances approchent... Peu de violence dans cette Académie mais beaucoup de fraîcheur, ça fait du bien.

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 15:00

Goro Taniguchi – 2019 – studio Shirogumi – Netflix

Sous la pluie cinq enfants et une jeune femme, Milo, entourent un corps recouvert d'une bâche.

Le réveil sonne, Dojima Daisuke se réveille, fait quelques exercices puis se prépare à partir pour le lycée. En chemin il retrouve Lu, sa meilleure amie, tout en repensant aux paroles de Milo, que c'était à lui de protéger ses amis, que c'était sa mission.

En arrivant au lycée il rencontre Mme Yumiko qui remplace M. Sato, mais elle aussi est conseillère d'orientation, elle précise à Dojima qu'il conviendrait qu'il l'appelle Mme Yazama plutôt que par son prénom. Il n'a pas rempli son plan d'avenir ? C'est qu'il ne peut y penser, son seul objectif est de protéger ses amis le moment venu.

7 ans plus tôt, en 2010 Daisuke avait disparu, enlevé par un homme demandant à ce qu'il soit rejoint par ses amis, Marimari, keisaku, Gai et lu, s'ils ne viennent pas il risque sa vie, de même s'ils parlent aux policiers de cet appel. Les enfants ne savent pas quoi faire quand une jeune femme se présente, elle dit s'appeler Milo et être là pour aider Daisuke mais ils devront dire être partis chercher Daisuke seuls, l'avoir trouvé dans les bois et ne rien savoir du ravisseur. Elle fait avant de disparaître une prophétie : un jour tous les 5 seront en danger et Daisuke seul pourra les protéger.

Le soir il reçoit un message sur son smartphone, un avertissement : Être à Shibuya demain est dangereux, il faut y être tous les 6, même pour un terrible combat.

Pas de doute pour Daisuke, le moment est enfin venu ! Ses amis ont quelques doutes et s'en prennent à lui quand effectivement quelque chose se passe, un séisme provoque une panne de courant mais une partie du lycée a disparu, exactement comme Milo l'avait annoncé.

Personne ne comprend ce qui se passe encore moins quand un gigantesque robot sort de terre et écrase une étudiante dans son poing avant d'en enlever d'autres. Daisuke veut se battre mais il ne sait pas quoi faire.

Les choses vont mal se passer quand une jeune femme surgit et s'interpose en se présentant comme Milo et appelant Revisions l'ennemi.

Elle fait entrer l'adolescent dans un robot avec lequel il est en symbiose immédiate, c'est sa marionnette, lui est le marionnettiste. Quand la police survient c'est pour constater son impuissance.

Le combat est périlleux mais Daisuke l'emporte finalement.

Le calme revenu les cinq lycéens peuvent discuter avec Milo mais celle-ci leur affirme qu'elle n'est pas celle qu'ils connurent 7 ans plus tôt.

Tout le monde se retrouve au commissariat où Milo peut expliquer que Shibuya a fait un saut dans le Japon de 2388, qu'elle est une agente de l'ARVH, l'agresseur était contrôlée par des individus du futur, au dehors le peuple a peur, comme toujours. Milo est venue avec trois marionnettes qui ne peuvent être dirigés que par les lycéens.

350 ans plus tôt fut frappé par la propagation d'un mystérieux agent pathogène, les nations s'écroulèrent, le monde est en ruine malgré la disparition de la cause de la pandémie.

Certains agents de l'ARVH possèdent le pouvoir de se déplacer dans le temps et s'en servent pour tenter de sauver l'humanité. Shibuya semble nécessaire pour éviter l'anéantissement bien que Milo ne sache pas encore de quelle façon cela devrait se passer.

Bien des questions sur le passé restent sans réponse, pourquoi Daisuke fut-il enlevé, par qui, quel but poursuivait Milo en le sauvant et celle d'aujourd'hui est-elle la même alors qu'elle est sans souvenir de cet épisode ?

En attendant il faut combattre les Citoyens, les envoyés de Revisions, désormais trois marionnettes sont activées, la lutte peut s'entamer, il en va du salut de l'humanité.

Mais les choses sont-elles ce qu'elles semblent être ? Pourquoi cet envoyé de Revisions veut-il les renvoyer en 2017 en affirmant que Milo et ARVH sont les ennemis ? Le maire, devenu premier ministre autoproclamé, semble les croire, le peuple également qui ne demande qu'à retrouver ses habitudes. Les marionnettes ont été confisquées mais Daisuke n'est pas d'accord.

Entre vérité et manipulation il est difficile pour nos jeunes gens de faire la part des choses et de savoir quel camp choisir et action entreprendre.

Le nouveau premier ministre veut Livrer Milo à Revisions. Il est temps d'intervenir pour nos cinq mousquetaires.

L'animation est réussie, mais ce n'est plus un exploit depuis longtemps, quelques personnages se détachent, Milo, Daisuke et un scénario qui joue l’ambiguïté autant que le mystère, assez pour me donner envie de dépasser les premiers épisodes que j'ai vu au moment de rédiger ces lignes.

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2018 4 20 /12 /décembre /2018 09:18

笑ゥせぇるすまんNEW – Hirofumi Ogura - 2017

(New puisque le manga de Fujiko Fujio A fut déjà adapté en 1989-1992, puis en 1999)

Nakajima est un salary man comme le Japon en compte des millions, l'important est d'être au travail tôt le matin, tard le soir, puis de sortir boire un peu, beaucoup, trop.

Ce qui ne se verra pas le lendemain.

Un midi Sakamaki, un collègue, l'invite à boire un verre dans un endroit qu'il ne connaît pas, le Daydream, en compagnie de charmantes hôtesses. Les deux hommes se singularisent en ne buvant pas d'alcool. Nakajima voit s'asseoir à côté de lui une charmante jeune femme, Haruka. Lui qui est du genre sérieux est très perturbé par sa belle voisine mais quand celle-ci remet son collègue qui voulait lui faire payer toutes les consommations à sa place, il la trouve encore plus attirante. Après tout c'est lui, Sakamaki qui invita son junior.

La solution est trouvée quand un nouvel intervenant affirme qu'il réglera les consommation. Moguro Fukuzou. Sakamaki le connaît déjà, un mois plus tôt il fit sa connaissance alors qu'il buvait tout seul au bar d'un club. Moguro lui parle d'endroits plus agréable où il pourrait se distraire en compagnie de jolies femmes. Le hasard fit que l'endroit où le conduisait, le Daydream, se trouvait dans les fondation de l'immeuble abritant leur compagnie.

Petit à petit les deux employés se détendent, et boivent un petit coup, mais juste un.

Mais le temps passe, il est déjà 1.30. ils sont obligés de partir précipitamment, c'est l'heure de reprendre le boulot.

18h. Le travail fini Nakajima retourne au Daydream, il veut revoir cette si jolie hôtesse. Sa déconvenue est brutale, la Haruka qu'il voit ne ressemble pas du tout, mais alors du tout, à celle qu'il avait vu quelques heures plus tôt. En sortant il tombe sur Moguro qui lui explique que le soir au même endroit c'est un club différent qui est ouvert.

Le lendemain midi ils retrouvent leurs amies de la veille. Moguro est encore là et voyant que les bureaucrates s'en tiennent à des boissons non alcoolisées il leur présente une bouteille dont le contenu devrait leur faire apprécier encore davantage le Daydream. Le whisky the black Salesman. Effectivement la boisson fait de l'effet aux deux hommes qui ne s'en tiendront pas à un seul verre.

Cette fois Nakajima doit payer, 498 000 ¥ mais il n'a que 10 000 ¥ sur lui. Pensait-il vraiment vivre un rêve pour si peu ?

Mitsuko aime faire des achats mais n'a pas beaucoup d'argent alors quand Moguro lui propose une carte de paiement en lui affirmant qu'elle peut l'utiliser comme elle l'entend, elle ne peut se retenir... il avait seulement omis de lui préciser que faute d'argent personnel il lui faudrait rendre ses acquisitions le lendemain. Mais l'important n'est-il pas le frisson de l'achat ? Ainsi peut-elle acheter sans dépenser.

Il lui rappelle bien d'user de la carte avec attention.

C'est bien trop difficile pour elle.

Pourquoi ne pas l'utiliser pour des soins, personne ne pourra les lui reprendre. Elle est si belle en sortant que le soir elle accepte qu'un homme rencontré dans un bar la raccompagne chez elle. Une journée extraordinaire, une soirée idéale, une rencontre inattendue...

Puis celle de Moguro qui lui rappelle ses obligations.

Croyait-elle vraiment conserver ce qu'elle avait acheté sans avoir les moyens de se l'offrir ?

Warau Salesman revisite le mythe de Faust, bien sûr Moguro sait que ses clients ne vont pas résister à ses offres, qu'ils en feront un mauvais usage. S'il est toujours souriant c'est bien pour cela.

Attention aux trop belles propositions qui vous seraient faites.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2018 6 01 /12 /décembre /2018 09:00

アリスの棘 – Takahashi Masanao, Taklanari Mahoko – 2014 – TBS

Mizuno Azumi intègre le CHU Seirin, un établissement de pointe. C'est son premier jour, en tant que médecin, mais enfant il y est déjà venu, 15 ans plus tôt, suivant son père qui y subit une importante intervention en y étant employé comme pédiatre. Et qui n'en sortit pas vivant ! Depuis ce jour elle concentra sa volonté sur un seul objectif : savoir ce qui s'était passé, pourquoi son père était-il décédé durant l'opération, y avait-il eu des erreurs, des fautes ? Et pourquoi le faire passer pour un trafiquant de médicaments et un voleur, sinon pour étouffer l'affaire.

Elle connait les noms, les lieux, les gens, sait qui a fait quoi, et les intervenants de l'époque sont encore là. Sur chacun elle a un dossier, des photos, des notes. Plus qu'une vengeance c'est une croisade. Ce que se disent ceux qui veulent une justice qu'ils estiment mériter.

Ce qui pourrait être le cas.

Autant commencer par l'infirmier, Ebisu, et comme elle aime beaucoup Alice au pays des merveilles, elle peut user de chacun des personnages pour incarner une de ses ''cibles''.

Le chef de l'hôpital lui a fait remarquer que ''les médecins qui accordent plus de temps à leurs patients qu'à la recherche n'ont rien à faire ici.'' Elle a compris, et n'en est pas étonnée.

Un soir alors qu'il est seul Ebisu reçoit une lettre l'impliquant, sur le sol des dossiers médicaux semés tels des cailloux le conduisent jusqu'au toit, tapissé de preuves de son implication, certaines en des endroits difficiles d'accès mais qu'il voudra récupérer quand même. En position instable il est interpellé par Azumi qui lui raconte l'histoire d'une petite fille, orpheline de mère, élevée par son père médecin, Osanai. La situation donne à la jeune fille un moyen de pression qu'Ebisu ne peut nier, il avoue avoir réécrit le rapport médical, en obéissant à Date Risa, la chirurgienne qui osa une technique qu'elle ne maîtrisait pas. Elle aurait put revenir à l'habitude mais s'est obstinée, avec le résultat que l'on sait, faute qu'elle couvrit avec la complicité de tous. (16'52'').

Ebisu est prêt à coopérer.

Le Pr Date est heureuse, son mariage est proche. En attendant elle saisit la première occasion de tenter une opération innovante. Après tout quelle importance, le patient n'est qu'une souris.

Néanmoins Mizuno doit travailler normalement, et un jour elle fait la connaissance de Nishikado, spécialiste de la rubrique médicale du Maicho Shinbun alors qu'il fait des photos des cerisiers en fleurs, comme son père aimait à le faire. Le journaliste qui écrivit l'article impliquant son père quinze ans plus tôt. Le fils du professeur Bandai est également sympathique...

En attendant c'est la belle Date qui est la cible d'Azumi.

Alice au pays des merveilles est un cadeau de son père, il décrit un jeune fille dans un monde inconnu où elle rencontre d'excentriques personnages. Qu'importe, elle croit en elle et continue à avancer. Ce que le père d'Azumi souhaite pour elle.

Et puisque c'est une réception pour le mariage de Date pourquoi ne pas la gâcher ? Avant de ruiner sa carrière ? Elle aussi doit payer pour ce qu'elle fit 15 ans plus tôt. Mais elle obéissait à quelqu'un qu'elle veut bien dénoncer si elle peut survivre. Azumi veut bien la laisser vivre, avec un petit souvenir gravé sur son ventre.

Mais le journaliste se souvient d'elle et sait ce qu'elle veut...

au tour de Chihara, mais lui aussi peut transmettre la responsabilité, à un avocat cette fois, lequel sera la cible suivante et qui pourrait à son tour... La vengeance est un plat qui se mange froid dit-on, attention à ce qu'il n'intoxique pas aussi son cuisinier.

Celui qui se venge doit préparer deux tombes, disait Confucius !

Les séries médicales sont une spécialité des télévisions japonaises, celle-ci ressemble à un drama coréen dans son argument mais en dévie par un traitement plus réaliste, plus sombre en moins d'épisodes en dédiant à chaque coupable un des personnages d'Alice. Celle-ci ne se trouve pas au Pays des Merveilles, loin de là.

Je ne connaissais pas Juri Ueno, elle est aussi déterminée que le rôle l'exige en étant parfaitement encadré par des acteurs que j'ai déjà souvent croisé. Jun Kunimura, Koishi Iwaki entre autre, sans oublier Norika Fujiwara, ancienne miss Japon parfaite en arriviste prête à tout pour faire parler d'elle. 

Heureusement que les médecins nippons sont moins âpres au gain et à la médiatisation que leurs homologues des séries.

J'espère...

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 09:04

悪夢ちゃん– Noriyoshi SakumaRyuichi InomataShintaro Sugawara – 2012 11 eps – NTV

 

Quand Yuiko touche le scarabée faisant office de sonnette celui-ci s'enflamme, s'envole, et va incendier la maison d'où sort en courant un démon cornu, puis le feu grandit, entoure la petite fille... qui se réveille en hurlant.

Ayami Sensei rentre dans sa salle de classe et demande à ses élèves s'ils rêvent. Le premier qui lève le doigt annonce qu'il veut être le footballeur numéro 1 au Japon. Ayami le remercie pour ce quiproquo, en effet, elle ne parlait pas d'ambition mais des images qui viennent alors que nous dormons.

Yuiko se promène avec son grand-père, elle reconnaît la maison de son rêve, s'approche, regarde avec surprise le nom sur le mur, Kobuto (scarabée).

Le cours est fini, Mutoi Ayami en avait marre de jouer à la prof, dans la salle des instits elle retrouve ses collègues. Survient le directeur qui lui annonce qu'il va lui présenter une nouvelle élève qui intégrera sa classe le lendemain.

Vous avez deviné de qui il s'agit !

Kotou Yuiko et Mutoi Ayami font donc connaissance. Quand elles sont seules la petite fille raconte à sa nouvelle maîtresse son rêve et lui demande de sauver Oba-san. Ayami se moque de ce qui n'est qu'un rêve, tout ce qu'elle veut c'est rester chez elle et rêver.

Elle se couche, met un casque, et laisse vagabonder son imaginaire. Elle se voit, jeune fille rencontrant son prince, ensemble ils chevauchent un cheval ailé. Le lendemain c'est elle qui passe devant la maison de Kobuto. Elle s'arrête, regarde, est surprise par un homme à qui elle demande des nouvelles d'Oba san. En partant précipitamment elle croise Yuiko qui lui demande encore une fois de l'aide.

Au lycée elle découvre qu'un blog la présente comme une psychopathe. Ayami se prétend scandalisée mais sait que tout n'est pas entièrement faux. Yuiko, arrivée tôt, attend à l'infirmerie, où l'infirmière regarde le blog, elle aussi se méfie de la trop jolie institutrice et voudrait que la fillette la renseigne... les cours commencent, la nouvelle est présentée à une classe où sa mèche blanche suscite curiosité et moquerie.

Le cours commence, précédé une fois encore de considérations sur les rêves et l'inconscient.

La journée passe normalement, mais en rentrant chez elle Ayami voit que la maison Koburo a brulé,comme Yuiko l'avait prédit.

Le lendemain Yuiko est absente, Ayami se rend chez elle, frappe, et reste stupéfaite, l'homme qui ouvre est le prince de son rêve.

La petite fille la rend responsable de ce qui est arrivé, elle aurait pu sauver Oba-san.

Ayami apprend ainsi que le grand père de Yuiko est un savant capable de transformer les rêves en film, l'inconscient de l'enfant peut se connecter à celui d'autres personnes et Ayami lui est apparue comme une héroïne. L'institutrice surgit dans les rêves de la petite fille, et dans les films restitués par la machine de papy.

En attendant l'institutrice est mise en cause par la mère de l'enfant qu'elle soupçonne d'être créatrice du blog. Elle exige que Mutoi soit licenciée sinon elle avertira le ministère, les médias, et n'importe qui. Quand elle sera dans les visions de Yuiko, que sa vie sera en danger, et qu'elle devra la vie à la femme qu'elle vouait aux gémonies, elle changera d'avis.

Quel est le secret de la jeune femme, cette ombre qui entrave ses relations avec les autres, que peut faire Yuiko de sa faculté ? La série est là pour le montrer. Chaque épisode mettant en scène un cas d'enfant face à une difficulté, avec ses parents, ses amis, sa façon de s'adapter au monde, ses copains de classe. Un drama scolaire comme les Japonais savent en faire, utilisant une science fantastique, ou l'inverse, pour observer, sinon dénoncer, une réalité que beaucoup d'enfants connaissent. Quand au prince charmant, l'est-il autant que cela ?

Une mention pour la jeune Kimura Manatsu qui crie très bien.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2018 3 27 /06 /juin /2018 08:00

ハードナッツ! - Hayato Kawai, Kojiro Hashimoto – 2013 - NHK

Kurumi Nanba étudie la langue de l'univers : les mathématiques. Ce jour là elle reçoit la visite de Natsuko Asao, du département de littérature qui lui demande si elle est bonne au poker et voudrait savoir comment gagner et récupérer l'argent perdu. Kurumi affirme n'avoir jamais échoué. Elle n'y connait rien, mais va apprendre. Cela fait elle participe à la partie, sûre de gagner, les probabilités vont dans son sens. Mais elle perd !

Lors de la présentation d'une formule ''magique'' pour gagner de l'argent en bourse en profitant des crises, une explosion violente se produit. 3ème attentat dans les environs de Tokyo.

Tomoda Tatsuhiko est détective, alors qu'il assiste à une réunion, la nouvelle tombe que le terroriste vient de se livrer, il s'agit de Michiaki Yuzawa, génie des maths, sorti à 14 ans de Harvard mais en prison depuis 15 ans. Il a donné les dates et lieux des attentats avec une grande précision. Une visite s'impose ! 15 ans plus tôt Yuzawa avait perpétré trois attentats, affirmant que le système financier était corrompu et dégradait l'humanité. Après quoi il s'était rendu en échange de la publication de sa thèse.

Tomoda est dans le couloir alors que ses supérieurs interrogent Yuzawa, il en profite pour découvrir les résultats d'examens médicaux qu'il vient de passer. Reprenant l'enquête il pense qu'un mathématicien est indispensable pour en comprendre un autre. Il veut donc voir le professeur Murisaki, celui-ci étant aux USA il tombe sur Kurumi dont il n'imagine pas qu'elle puisse l'aider à craquer un code trouvé dans un livre. Murisaki écoute le policier, comprend ce qu'il attend et demande à être enfermé dans les mêmes conditions que Yuzawa. Le lendemain, elle en est sûr, elle aura trouvé la solution.

Mieux vaux tenter quelque chose plutôt que rien.

Elle va réussir ! Pourquoi ne pas demander à Tomoda de l'aide pour son problème de poker ? La revanche tournera en sa faveur avec une idée simple, mais efficace.

Yuzawa veut bien aider, à condition de sortir, et de rencontrer la personne qui a résolu son subterfuge.

Tomoda est écarté de l'enquête jusqu'à ce qu'il repasse sa visite médicale. C'est néanmoins à lui que Kurumi téléphone quand elle devine un piège, le message n'était pas assez compliqué.

Le prisonnier s'échappe sous le nez de la police.

Pour le connaître la jeune femme va lire sa thèse. De son côté Yuzawa ne reste pas inactif, il devine qui aida la police, identifie Kurumi, l'enlève et l'abandonne finalement dans une usine. Grâce à son téléphone elle appelle au secours son ''partenaire'', avant de deviner qu'il s'agit d'un nouveau piège.

Dehors, saufs, le jeune policier avoue à Nanba qu'il souffre d'une maladie touchant une personne sur 10 000 sans préciser laquelle.

Un nouvel attentat se prépare, Kurumi l'identifie à temps pour sauver les participants d'une conférence, cette fois c'est le policier qui est dans une situation dangereuse. Yuzawa lance un défi à la jeune mathématicienne, si elle trouve le mot de passe elle arrête les bombes mais le détective l'incite à s'échapper. Dehors elle retrouve le terroriste qui s'échappe en voiture.

Celle-ci explose quelques secondes plus tard sous les yeux du policier et de son adjointe du moment.

En fait Kurumi avait compris que c'était d'entrer un mot de passe qui lancerait le compte à rebours. Encore une fois elle avait lu en Yuzawa. L'affaire semble close, seul un nom découvert reste sans objet, jusqu'à ce qu'elle le devine également. Charge au policier de révéler les motivations des complices du criminel.

Kurumi les comprends, très, trop, bien.

La jeune femme reprend ses études, elle rencontre souvent le professeur Koitabashi pour un travail qu'il lui a demandé, elle le retrouvera, mort, la tête sur son piano.

Tomada est fort opportunément chargé de l'enquête. Le duo de l'affaire des bombes va-t-il renaître ? Prouver sa pertinence ?

Devinez ? Sans oublier que l'un et l'autre ont un secret...

Maths et police font parfois bon ménage, dommage qu'ici ce ne soit que pour 8 épisodes ! Kurumi est une mathématicienne pleine de fraîcheur, et Ai Hashimoto qui l'incarne une jeune actrice spontanée qui me fait regretter d'avoir préféré la voie littéraire. Surtout pour en arriver là !

Partager cet article
Repost0
1 juin 2018 5 01 /06 /juin /2018 08:00

ミス・パイロットFuji TV – 2013 – 11 eps

Tezuka Haru, mais vous pouvez l'appelez Haru, est jeune, jolie, serveuse dans un petit restaurant elle aspire à une autre profession. Depuis des années elle postule pour une place dans une compagnie aérienne, n'importe laquelle, sans que jamais une de ses demandes ait été acceptée.

Mais pourquoi ne pas devenir pilote ?

Elle peut déjà participer à la sélection, une chance sur cent d'être prise, c'est peu mais mieux que zéro. C'est l'occasion pour elle de faire connaissance de Taji, lui aussi aspirant pilote mais dont la jeune épouse, Suzu, voudrait qu'il renonce à ce rêve, que serait leur vie s'il était parti si souvent aux quatre coins du monde, d'autant qu'il rencontrerait de jolies jeunes femmes... Elle fait aussi la connaissance de Oda Chisato, une jeune femme elle aussi mais très diplômée et déterminée, assez pour, dans un premier temps, refuser d'être son amie. La concurrence est rude.

En attendant elle postule ailleurs, une entreprise de mariage par exemple, ou de restauration, sa famille ne possède-t-elle pas un restaurant ? Même l'électronique, elle n'a pas d'idées préconçues, pas d'objectif précis. N'importe quel travail fera l'affaire.

Par habitude elle passe les lettres de refus au broyeur, même celle de ANA, la compagnie aérienne pour laquelle elle a postulée. C'est au dernier moment qu'elle s'aperçoit qu'elle a réussi le premier tour. Sa franchise et sa spontanéité ont joué en sa faveur. Le chef instructeur approuve son comportement, son jeune collègue, Kunikida, un peu moins, dit-il, alors qu'en fait elle ne lui paraît pas si désagréable.

1er test au simulateur de vol : impeccable. Pour elle c'est une grosse émotion, et une vraie révélation. Néanmoins ce n'est que le début, les cours seront nombreux, les épreuves difficiles et la sélection drastique. Surtout l'épreuve d'avion en papier !

Hasard, une autre entreprise est prête à l'embaucher.

Mais elle a réussi le troisième tour.

Haru hésite, la responsabilité l'effraie mais elle ce serait dommage de reculer alors qu'elle est proche de la réussite. En plus c'est elle la vedette du Drama !

Les mois passent, Haru continue son apprentissage, elle est accepté dans le programme de formation. Son groupe progressera sous la houlette du capitaine Kunikida, celui-là même qui n'était pas favorable à ce qu'elle soit acceptée.

4 ans d'études les attendent.

La série sera moins longue, seulement 11 épisodes, menés par Maki Horikita. N'attendez pas un reportage pointu sur les études de pilotages et l'entraînement nécessaire, les types d'avions et les procédures diverses et variées à connaître par cœur. Concurrence et sélection, doute et peur d'échouer, jalousie et sentiments seront à l'ordre du jour. Je ne doute pas que quelque romance se fasse jour, surtout avec Maki Horikita, Saki Aibu, Nanami Sakuraba et Nanao. Comment ne pas avoir envie de s'envoler avec elles.

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 07:37

 シュヴァルツェスマーケン – Watanabe Tetsuya – 2016 – 12 x 23'

 
SCHWARZESMARKEN

À la fin de la seconde guerre mondiale l'Allemagne fut divisée en deux pays, et leurs populations vécurent en tant qu'ennemis. En 1967, l'homme entra en contact avec les BETA (Beings of the Extra Terrestrial which is Adversary of humain race) sur la Lune.

La guerre éclata, six ans plus tard les BETA atterrirent à Kachgar, en Asie centrale. L'humanité entra en guerre et dix ans plus tard le front se déplaça jusqu'en RDA, cette dernière, acculée par l'offensive des BETA en Europe, chargea la Stasi, de surveiller la population et de renforcer l'effort de guerre. Les gens s'espionnaient mutuellement, chacun dénonçant l'autre, et réciproquement. Il ne rester plus de dieu, plus personne en qui croire. Choisir était impossible. Les BETA semblaient devoir l'emporter finalement.

Les humains, réunis sous la bannière de l'ONU, ont mis au point des machines, de gigantesques robots, les TSF piloté de l'intérieur et combattant directement. Il en existe de différentes classes, la Laser, qui tire sur les BETA, les Char, qui protègent les premiers...

SCHWARZESMARKEN

Les TSF sont efficaces et détruisent beaucoup de leurs adversaires mais ceux-ci sont beaucoup plus nombreux. L'escadron le plus performant est le 666, dirigé par la capitaine Irisdena Bernhard. Toujours prêt à s'enfoncer dans les lignes adversaires à prendre le maximum de risques.

Les affrontement dans la neige sont périlleux mais les rangs ennemis sont décimés. Ils ne paraissent pas disposer de l'armement leur permettant de contrer les TSF, le nombre est leur premier avantage. Parfois pourtant un robot tombe sous les coups d'un BETA ressemblant à un crabe gigantesque, et son pilote ne s'en sort pas.

Diriger un TSF demande de grandes qualités et les pilotes capables sont rares et parfois d'un caractère difficile. Tout ça dans un climat de méfiance généralisée. Les BETA sont les ennemis mais certains humains aussi. La Stasi a de grandes oreilles. Le capitaine Bernhard n'est-elle pas considéré comme un de ses chiens pour avoir ''donné'' son frère ?

Les combats révèlent les tempéraments mais les temps de repos sont compliqués. Une pilote est morte, il faut la remplacer. Katia Waldheim est une jeune militaire qui vient d'être sauvée, elle ne demande qu'à rejoindre les TSF. Il lui reste à faire ses preuves, sous le parrainage de Theodor Eberbach. Lequel n’est pas enchanté de faire la nounou. Mais Katia a une raison de rejoindre cette unité, elle veut retrouver le général Alfred Strachwitz qui menait le 1er régiment de chars de la RDA sur le front de l'Europe de l'Est. Theodor se propose de l'aider et fait des recherches sur ce général. Il ne trouve qu'une allusion à des combats sur le front de l'Est. La jeune fille avoue finalement, mais est-ce une surprise, qu'elle est sa fille, que le général l'a envoyé à l'Ouest pour la protéger des BETA. Tous les personnages ont des secrets qui se révèlent peu à peu, des blessures, des espoirs, des sentiments peut-être.

 

Mais les combats continuent, parfaite occasion pour que Katia fasse ses preuves... L'important est de ne pas se laisser distraire de la mission, lutter, encore et toujours, ne pas reculer.

Résultat de recherche d'images pour "schwarzesmarken"

Les séries Japonaises de Mechas sont nombreuses, celle-ci se démarque par son cadre historique, le décor de l'Allemagne de l'Est, le poids de la Stasi donnant l'impression que les héros doivent se méfier de tout le monde, les ennemis ne sont pas que les extraterrestres. Être le symbole d'un pays, d'un partie, d'une idéologie est une position difficile, se dire que ceux de l'Ouest ne combattent pas que les BETA attise les craintes, et pourtant les pions devont se faire confiance, au moins temporairement, pour espérer l'emporter. Quand aux arrières pensées des chefs elles se montreront au grand jour dès qu'elles croiront pouvoir s'imposer.

 

 

Irisdena est une capitaine qui ne manque pas de charmes, est-elle une raison suffisante pour monter à bord d'un TSF ?

Pourquoi pas ?

Partager cet article
Repost0
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 08:00

悪霊病棟Norio Tsuruta, Hajime Takezono, Eisuke Naito – 2013 – TBS-MBS

Runa Ogami est une jeune infirmière qui vient d'intégrer l'hôpital Kumagawa. Rien que de très banal jusque-là. Un soir sa collègue Suzuki Ayaka est allé chercher bandes et autres fournitures quand une chambre, la 412, sonne.

Ogami est sommée par sa chef de s'y rendre. Pour ce faire elle utilise une lampe de poche, l'éclaire étant minimal. Elle progresse dans les couloirs, toujours tête baissée, jusqu'à sa destination. Elle entre, se rend au chevet de M. Ishikawa, celui-ci se détourne, demande Ayaka, sous prétexte qu'elle est plus expérimentée, mais ce n'est pas la vraie raison. Suzuki est occupée ailleurs, c'est la chef, qui passait par là, qui va s'en occuper. Ogami sort.

Suzuki Ayaka, les bras chargés, retourne au bureau des infirmières quand elle sent derrière elle une présence. Elle se retourne et voit une écolière, en tenue, couverte de sang qui s'approche d'elle, puis disparaît brusquement. La chef interroge Runa sur le comportement de Ishikawa, mais l'infirmière ne comprend pas. Sur ce, Suzuki revient et parle de ce qu'elle vient de vivre, suscitant la curiosité de ses collègues.

Le lendemain Ogami reçoit la visite de sa meilleure amie du collège, Sakami Manami, qui s'occupe de production de films et voudrait en réaliser un sur l'hôpital Kumagawa qui a la réputation d'être hanté. N'y a-t-il pas une aile désaffectée ? Runa est émue par le souvenir de Saeko, lycéenne, morte sur le chemin de l'école, et qu'elle avait vu. Se faisant une réputation d'étrangeté qui ne l'a pas quitté depuis. Un don qui aurait fait surface au moment de la mort de sa mère. Kumagawa Asahi, est le fils du propriétaire, promis à prendre la direction de l'établissement, pour l'instant il est interne, mais les phénomènes étranges l'intéressent. Un soir Runa se propose d'aller chercher du matériel dans l'aile ''interdite'', dominant sa peur elle y entre, avance... mais s'enfuit quand une ombre griffue se dessine sur les murs. Et cette voix venant de l'ombre qui l'appelait : Runa... Runa...

Asahi est son ami, il la comprend et voudrais en savoir plus et lui confie qu'il fait souvent un rêve : celui d'une femme en kimono blanc, assise, immobile. Ishikawa fait un arrêt cardiaque, toute l'équipe essaie de le sauver mais Runa le voit, debout à côté de son propre corps, puis partir en appelant : Mitsuko, Mitsuko... Le prénom de son épouse morte depuis quelques années.

la réanimation échoue, Ogami garde le silence.

M. Ishikawa était photographe, quelques années plus tôt il avait réalisé des clichés de l'aile désaffectée, et prit une silhouette derrière une fenêtre, un spectre. Mais les photos avaient disparues, les négatifs aussi, et les journaux qui les avaient publiées avaient été retirés puis détruit. Un jour il avait pris des images à l'extérieur du bâtiment, et aperçu Runa dont c'était le premier jour. Sur une des photos de Suzuki il avait remarqué une ombre, de la fumée peut-être, ou un visage... celui d'Ogami. Depuis il la craignait, c'est pourquoi il l'avait repoussé.

Il avait tout fait pour détruire cette image, la déchirant, la jetant, dans les toilettes, par la fenêtre, mais elle était revenue, encore et encore... l'effrayant jusqu'à ce que son cœur lâche ! Entre les deux il s'était décidé à raconter l'histoire du premier fantôme à un journaliste, M. Madarame, qui enquête sur l'hôpital.

    Quelles influences sont-elles à l’œuvre dans cet établissement qui semble menacer malades, soignants et même des personnes trop curieuses, comme Manami, ou ayant un don, comme Ogami. Celle-ci aurait-elle une responsabilité, volontaire ou non, dans ce qui se passe ? Après chaque mort un retour en arrière jusqu'à une scène déjà vue nous permet de suivre l'enchaînement de faits jusqu'au drame.

    10 épisodes de 23', ça passe presque trop vite aussi ne gâcherais-je pas votre plaisir en vous disant que... vous devriez vous méfiez du prochain hôpital où vous serez hospitalisé 

     

    Partager cet article
    Repost0
    27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 08:00

    交渉人 THE MOVIEMatsuda Hidetomo – 2010 – 123' 

    Une prise d'otage a lieu dans un centre commercial où 3 bandits en fuite se sont réfugiés après un accident. Ils retiennent 50 personnes et cherchent la solution pour s'en sortir. La tension monte, la police encercle les lieux, les médias aussi.

    Soudain une jeune femme traverse les rangs des policiers et s'approche du criminel, Tanimura, qui tient un homme devant lui sur le perron. Elle se présente : Reiko Usagi, du Service Spécial d'Investigation, c'est la négociatrice de la police de Tokyo.

    Les truands demandent à partir avec leurs prisonniers mais seul un car de 20 places leur est proposé. La nuit promet d'être longue. Keiichiro Mido, le chef des preneurs d'otages, est plus calme que Tanimura, la preuve, il le descend.N'a-t-il pas promis qu'aucun otage ne serait blessé ?

    À l'extérieur les forces spéciales s'approchent. Un policier étant mort les discussions sont secondaires. Usagi veut s'interposer avec peu de chances d'être écoutée. Quelque chose ne tourne pas rond, elle le sait, pressent qu'il s'agit d'un piège, mais ne peut l'arrêter. Une explosion, les otages sortent en courant, paniqués, un criminel avec eux. Le chef, se rend.

    Le plus jeune otage, Yusuke Kimoto, est sévèrement marqué par ce qui s'est produit. Le SSI essaie de comprendre, un criminel en fuite, le deuxième est mort, le boss est en prison et l'argent récupéré. Quel intérêt d'agir ainsi ?

    De la vie privée de Reiko nous ne saurons rien, sinon que depuis sept ans, chaque semaine, elle rend visite à un tueur en série, sa seule relation semble-t-il.

    Le lendemain elle est à l'aéroport d'où s'envole un collègue, elle reconnaît Kimoto, intriguée elle le suit jusqu'à embarquer avec lui. Elle voit l'homme qu'elle suit passer devant elle, pas un complice, son propre frère, se faufiler dans la soute pour reconstituer deux revolvers qu'ils se répartissent avant de prendre le contrôle de l'appareil. L'instinct de Usagi ne l'avait pas trompé ! À la faveur d'une tentative d'intervention des passagers un troisième pirate se dévoile, le criminel qui avait pu s'échapper, Nakagawa.

    Cette fois la prise d'otage est en plein ciel mais Usagi est encore là, sans être sur la liste des passagers. Un avantage dont elle entend profiter. En attendant la communication s'établit entre la police et le chef des pirates, qui se présente sous le nom de Mark Chapman et demande la libération de Keiichiro Mido, détenu au commissariat de Kamata. Une réponse doit parvenir dans une heure, sinon un otage sera exécuté par minute.

    L'angoisse augmente, surtout quand il apparaît que l'avion dispose de moins d'une heure de carburant... Usagi est pleine de ressources, elle trouve un téléphone satellite lui permettant d'expliquer la situation à ses chefs.

    La tension monte à mesure que le temps passe. Le gouvernement tergiverse, il ne veut pas céder en évitant la responsabilité des 159 morts. Équilibre difficile à trouver.

    Après avoir enquêté durant deux saisons Reiko Usagi eut droit à son film. L'intrigue nous conduit d'un centre commercial à un avion, à chaque fois des otages sont pris et leurs vies mises en danger. Usagi trouvera-t-elle la solution ? Ryoko Yonekura est parfaite, comme toujours, dans ce rôle. Une femme face aux hommes qui leur prouve qu'elle n'a rien à leur envier, au contraire. Elle retrouvera un personnage semblable, Michiko Daimon, dans Doctor-X.

     

    Partager cet article
    Repost0

    Présentation

    • : Lire au nid
    • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
    • Contact

    Bienvenue...

    Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

    Rechercher

    Pages