Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2019 3 24 /07 /juillet /2019 16:30

さよならの朝に約束の花をかざろうMari Okada – 2018 - 115'

Les métiers à tisser sont en pleine activité, sur chacun une jeune fille travaille, les fils verticaux représentent le temps qui passe, les horizontaux sont le labeur. Leilia s'amuse en courant vers la falaise pour sauter dans l'eau,

elle demande à Maquia de la rejoindre mais celle-ci a trop peur pour s'y risquer. La matriarche, Racine, demande à Maquia pourquoi elle pleure, c'est parce que je suis seule réponds la jeune fille. Bien qu'elles fassent

partie de la tribu des isolées, parce qu'elles vivent des siècles, elle n'est pas seule pour autant. De sa fenêtre elle aperçoit Leilia rejoignant Krim, son prétendant alors que les fleurs bleues se mettent à scintiller.

Juste avant que des montres volants, des renatos, attaquent. Maquia veut prévenir la matriarche mais ne la trouve pas, toutes les salles sont vides. Les créatures volantes se posent, des hommes en descendent.

Le seigneur Izor vient voir la matriarche pour l'emmener jusqu'au palais de Mezarte et capturer les femmes, toutes. Sauf Maquia qui parvient à s'échapper en attrapant un dragon devenu fou à cause de la ''maladie des yeux rouges'' et qui finira par s'écraser laissant la

jeune fille seule dans la forêt très loin de l'île des oubliés. En marchant elle tombe sur un village de nomade, y

rencontre un voyageur et trouve un bébé pleurant dans les bras de sa mère morte. Maquia le libère et l'emmène.

En voyageant elle débarque dans une ferme, veut prendre du lait pour le bébé mais est découverte par la propriétaire qui prend soin d'elle avant de la présenter à un cousin qui veut bien garder le secret. Maquia est une

Yorf, un peuple craint. Maquia rejoint les deux fils, et la chienne, Honora, de la fermière. Puisqu'elle sait tisser sa compétence va être mise à contribution. Quand au bébé il sera prénommé Ariel.

Le temps passe, Honora meurt, Maquia a un message tissé de son peuple, sa meilleure amie doit épouser le prince Azel. Elle doit partir et trouve un passage sur un bateau sur lequel elle retrouve Krim, il fait partie de résistants qui veulent libérer Leilia.

Mais celle-ci refuse, elle est enceinte.

Ariel et Maquia continuent leur route, elle doit assurer sa survie et celle de son ''fils'' qui se montre remuant au point qu'elle lui en fait le reproche. Finalement elle trouve une place dans une auberge de Dorail et assure leur subsistance. Ariel trouve du travail mais la vie est compliquée pour lui qui trouve dans l'alcool un piètre réconfort conscient de ne pouvoir protéger sa ''mère''.

Il doit partir, sûr que ce sera mieux pour chacun. Ainsi peut-il cacher qu'il veut s'engager dans l'armée du roi de Mezarte. En défilant il entend qu'une Lorph du même âge de la princesse a été capturé, Leilia ne semble plus capable de procréer et le roi veut voler l'immortalité.

Mais les rénatos sont mourant, eux qui assuraient la suprématie du royaume sur les autres disparaissent l'un après l'autre permettant à ceux-ci de préparer leur vengeance.

Les troupes ennemies attaquent, par mer d'abord, puis par terre envoyant les soldats envahier la forteresse royale que Ariel essaie de défendre comme il peut. Au moins parvient-il à survivre, maintenant c'est lui qui est père et à Maquia de s'éloigner.

Elle ne sera pas la seule à devoir le faire.

Être immortel est une qualité qui n'est pas forcément un avantage, comment aimer quelqu'un qui vieillit alors que soi-même restons jeune ? Comment ne pas exciter la jalousie ou susciter la crainte ?

Hormis ses incontestables qualités graphiques ce film bénéficie d'un scénario où les situations nourrissent les personnages, et pas l'inverse comme c'est trop souvent le cas. La violence n'est que révélatrice des personnalités dans un monde où les femmes dominent même quand elles sont victimes du désir des hommes qui n'ont que la force pour avantage.

Pour prévisible qu'elle soit la fin reste émouvante quand le destin s'impose à chacun et qu'il convient de l'assumer en feignant de rester digne. Oser se laisser aller est tellement agréable. Après tout l'amour se vit au présent, nul, malgré les promesses qui lui sont faites, n'est sûr de ce qu'il connaîtra vraiment.

Dommage de passer à côté. Comme il le serait de ne pas voir ce film.

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 18:00

 亜人 - Katsuyuki Motohiro – 2017 – 109'

d'après le manga de Gamon Sakurai

 

003 est réinitialisé, les tests reprennent, par l'amputation d'un bras qui sera suivi de celle d'une jambe, au niveau du genou, les deux faites à la scie électrique mais sans anesthésie, ça nuirait aux résultats ! 003 se rapproche de la mort mais reste lucide, à même de s'interroger sur sa situation.

Pourquoi est-ce à lui que cela arrive, qu'à-t-il fait pour mériter ça ?

Il se souvient de ce qui s'est produit cette après-midi là, il s'appelait encore Nagai Kei ; traversant la route il s'arrêta sur la chaussée sans entendre un camion arriver.

Celui-ci le heurta, violemment, et l'envoya à plusieurs mètres, en sale état probablement. Mais non, quelques secondes plus tard il se relevait alors que des curieux s'étaient arrêtés pour voir ce qui se passait, certains murmurèrent ''C'est un Ajin !'' C'était la seule explication possible en effet.

Les Ajin sont une nouvelle espèce ''humaine'' découverte depuis peu et qui au Japon quand ils sont identifiés sont placés sous protection à Tokyo. Nagai est le troisième officiellement dénombré.

En réalité il en va tout autrement, ces créatures, considérées comme demi-humaines, sont étudiées de près, disséquées de leur vivant et sans être endormies sous prétextes qu'elles seraient la clé précieuse de l'évolution de l'humanité.

Il est évident que ces recherches dirigées par le professeur Yô Tozaki doivent rester secrètes, le public comprendraient mal que de tels traitements leur fussent imposés.

Les choses vont se passer autrement, une explosion retentit, l'alerte est donnée une intrusion est repérée, deux hommes viennent de pénétrer qui connaissent bien ces lieux. Tanaka et Sato furent emprisonnés eux aussi et soumis, durant deux décennies pour le second, aux pires tourments. Sato put s'échapper et revint libérer son semblable, ensemble ils viennent récupérer Nagai.

Les gardes sont nombreux mais ne font pas le poids face à Sato qui maîtrise son pouvoir. Il parvient à détacher Nagai mais quand il lui propose d'abattre quelques-uns de ses bourreaux il refuse.

Sato est déçu, plus encore quand Nagai veut protéger les survivants en se battant contre lui. Le jeune homme découvre alors le vrai pouvoir des Ajin.

Sato et Tanaka sortent du laboratoire où les attendent tous les mé(r)dias du pays. Sato se présente, parle de Tanaka, de ce qui se passe derrière les murs censés protéger les Ajin. Il montre des images de meurtres et d'expériences conduites pour aider les grandes entreprises comme Grant qui expérimente de nouveaux médicaments ou Forge Heavy Industries qui produit du gaz toxique illégal, sans parler de sécurité routière où un Ajin est plus efficace qu'un mannequin.

Les Ajin sont immortels mais ressentent la douleur. Sato demande des droits civils pour les Ajin et une région autonome.

Ils s'esquivent ensuite habilement alors que Nagai après avoir sauté du toit et s'être réinitialisé en bas fuit hors de la ville où Mme Yamanaka l'héberge.

Nagai a une sœur, Eriko, interrogée par les services officiels dirigés par la garde du corps de Tozaki le seul à savoir qu'elle est une Ajin elle aussi. Sato a envoyé Tanaka pour l'enlever pour peser sur la décision de Nagai

alors que le professeur affirme que les affirmations de l'Ajin sont mensongères et les images montrées de simples créations de synthèse.

Nagai n'aime pas ce qu'il est et s'en ouvre à sa sœur qu'il vient voir discrètement. Sato avertit que si ses conditions ne sont pas remplies un attentat spectaculaire sera commis. Ce qui arrive quand un avion fait exploser l'immeuble du Ministère de la Santé, du Travail et du Bien-être à l'heure prévue sous les regards de la nation entière. Sato se retrouve au milieu des décombres alors que l'unité d'assaut spéciale de la préfecture essaie de l'abattre. En vain.

Il en profite pour présenter une nouvelle demande au gouvernement...

Nagai est sûr d'une seule chose, lui seul qui peut arrêter Sato...

Après avoir été un manga à succès, une série d'animation de grande qualité, Ajin passe au live non sans quelques simplifications, format oblige. Néanmoins cette production est rythmée, sympathique bien que réalisée sans imagination mais avec des ''fantômes'' plutôt bien rendus.

À voir pour vous donner envie de découvrir l'anime ET le manga en se demandant si vous n'êtes pas un Ajin. Guettez un camion, on ne sait jamais !

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2019 3 03 /07 /juillet /2019 08:00

Fumihiko Sori – 2017

Les enfants, Ed(ward) et Al(phonse), sont fiers de ce qu'ils viennent de produire grâce à l'alchimie et courent le montrer à leur mère qui les félicite. Fous de joie ils se mettent à courir alors que derrière eux leur mère s'écroule.

Morte.

Face à la tombe ils évoquent les homonculus, des êtres artificiels, peut-être pourraient-ils faire revenir maman, alors que créer des humains par alchimie est interdit.

Ce n'est pas une raison et ils se mettent au travail.

Évidemment les choses se passent mal.

Un homme court dans les rues de Reole, il pense avoir échappé à son poursuivant, il n'en est rien et celui-ci lui saute dessus d'un toit et lui demande, gentiment, son anneau. Ce qu'il refusera bien sûr. Et se défendra, avec la bague et ses pouvoirs. Qui ne suffiront pas, jusqu'à ce qu'il comprenne que son adversaire est le Full Metal Alchemist. Malheureusement le FMA s'il l'emporte sur son adversaire, aidé de son armure de frère, doit admettre que la bague ne portait pas la pierre philosophale et se laisser emmener par l'armée.

Qu'importe, le combat eut des spectateurs intéressés, un trio malfaisant et avide de pouvoir.

Ed et Al, ce sont d'eux qu'il s'agit sont devenus alchimistes d'état, ce qui ne les empêche pas de mener leur enquête pour trouver la pierre philosophale. Ed est devenu un jeune homme, de taille modeste, alors que son frère dut s'abriter dans une armure pour ne pas disparaître.

Officiellement l'armée, à laquelle appartiennent les frères, réfute l'existence de la pierre philosophale que cherche Ed afin de rendre à Al son corps disparu alors qu'ils étaient enfants.

Ed et Al sont hébergés chez leur lieutenant colonel, Winri, amie d'enfance des premiers y trouve sa place, c'est elle qui fabrique les membres mécaniques de Ed, bien que celui-ci finisse toujours par les détruire.

Dans une vision Ed rencontre un être se présentant comme le monde, ou la vérité, où... tout, et entend lui montrer ce qu'il cherche. Et Ed est aspiré, emporté, jusqu'à apercevoir sa mère. Ed se souvient, quand il voulu faire revenir leur mère.

Ed et Al vont rencontrer, sur proposition du général Akuro, Tucker, un pionnier de l'alchimie bioorganique, les chimères, qui pourrait les aider dans la recherche de leurs corps. À Tucker il raconte ce qui s'est passé, comment Alphonse perdit son corps et qu'il dut payer l'âme de son frère avec ses membres en vertu de la loi de l'échange équivalent. Tucker donne une piste à Ed, le Dr Marco, un homme qui en sait beaucoup sur la pierre philosophale. Mais Ed, et Winri, arrivent pour voir leur hôte tué par une femme porteuse d'un étrange symbole. Il a pourtant le temps de lui donner un indice important, et de lui parler d'un labo numéro 5.

De retour chez Tucker Ed surprend son secret, les chimères qu'il fabrique sont habitées par des esprits humains.

Tout va se compliquer avec la mort du lieutenant colonel par le colonel mustang, mais les homonculus peuvent prendre n'importe quelle apparence, alors qui est le vrai coupable, Ed pourra-t-il réussir à corriger son erreur d'enfance et à rendre son corps à son frère ?

La version animée était excellente, celle avec de vrais acteurs souffre de la comparaison et de la contraction de l'histoire en deux heures seulement. Ce genre de transposition est rarement une réussite, néanmoins si la quête de la pierre philosophale vous intéresse vous pouvez vous laissez tenter en oubliant pas que l'alchimie est une science, pas de la magie, qu'elle obéit à des lois impossibles à contourner.

Le pouvoir est une tentation, la culpabilité une envie de changer les choses, contre toute évidence. Une bonne leçon !

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2019 1 24 /06 /juin /2019 18:00

ミス・シャーロック (Misu Sharoku) – Junichi Mori – 2018 – Hulu  HBO – 8 eps

Wato Tachibana est tranquille dans l'avion qui la ramène de Syrie, elle en profite pour relire les 19 lettres.

À l'aéroport elle retrouve le Dr Mizuno Takayuki, l'auteur des dites missives, et lui avoue combien celles-ci la réconfortèrent. Tout se passe pour le mieux jusqu'à ce qu'une explosion se fasse entendre et que l'homme s'effondre devant la jeune femme qui reste tétanisée avant de retrouver ses réflexes de médecin et de se précipiter sur son collègue. Elle ouvre sa chemise et découvre une très grave blessure contre laquelle il n'y a plus rien à faire.

Le Dr Mizuno, 49 ans, chirurgien, est mort et la police commence son enquête, l'inspecteur Shibata prend des photos sur l'ordre de son supérieur, l'inspecteur Reimon Kantarou, en redoutant que ce soit pour les envoyer à ''cette excentrique''.

Mais Akiko, l'épouse de la victime est arrivée, les policier veulent l'interroger dans une autre pièce et découvre ''l'excentrique'' en train de faire l'autopsie dans un lieu non fait pour cela, mais il ne faut pas perdre de temps.

Pas question de passer à côté d'un élément important. Elle en profite pour faire connaissance avec l'épouse la collègue, elle a des questions à leur poser, une autre pièce sera plus agréable.

Pas de doute pour Sherlock, il s'agit d'une bombe liquide, appelée le ''Pied du Diable'' qui a explosée à l'intérieur du Dr Mizuno. Elle a retrouvé la puce à circuit intégré utilisée pour déclencher l'explosion à distance.

Mikuko n'a rien noté de particulier depuis le matin, et Sherlock lui pose des questions, indiscrètes pour la plupart, sur ses relations intimes, si elle était fidèle, ce qui provoque un malaise chez la veuve et l'indignation du docteur Wato qui lui reproche sa grossièreté.

Dans la nuit une nouvelle explosion frappe un promeneur à Tokyo.

Tachibana le lendemain se rend chez Sherlock, au 221B évidemment, la police lui a donné l'adresse.

Elle rencontre Kimi Hatano, la loueuse de la consultante, qui lui confie que Sherlock n'est pas le vraie nom de sa locataire, elle l'adopta après un certain incident. Sherlock ne répond pas, c'est son habitude quand elle est perdue dans ses pensées, alors la proprio n'hésite pas à ouvrir.

Sherlock était devant son ordinateur, quand elle se retourne c'est pour se moquer des vêtements de Wato qui refuse de porter un vêtement, même Hermès, taché du sang d'un corps démembré, en revanche quand elle reçoit l'appel signalant le second cadavre elle veut la suivre.

La victime s'appelle Ryuichi Kurimoto, 26 ans, sans lien avec le Dr Mizuno bien qu'il soit mort de la même façon. Selon les témoins il murmurait des choses sur le diable. Sherlock renifle le corps et détecte quelque chose de sucré, l'odeur d'un produit fabriquant de la brume dans une boite de nuit.

Le tampon sur le dos d'une main de Ryuichi les renseigne, Sherlock et Wato s'y rendent et apprennent que le mort y rencontra Kuuya Kurisaki, un DJ faisant office de dealer auprès de riches clients, genre docteurs et autres...

En discutant avec Akiko Tachibana lui avoue qu'elle ne veut plus être docteur, elle s'est trop sentie inutile pour persévérer, quand elle reçoit un appel de Sherlock, c'est l'occasion de faire la connaissance du frère de celle-ci, il travaille pour le cabinet du bureau des renseignements, ils ont rendez-vous chez POLDHU une start-up fabriquant un comprimé digital communiquant avec un smartphone depuis l'intérieur du corps. Il apparaît que Kuuya reçut 4 échantillons en tant que donateur important à la société.

Petit à petit Sherlock met en place les éléments du puzzle et comprend que l'assassin voulait se venger du meurtre de sa fille en transformant un DJ en arme.

Mais derrière tout cela...

Wato voudrait aussi savoir d'où vient ce surnom de Sherlock !

Avant d'avoir une réponse elle apprend que son hôtel a brûlé, il ne lui reste plus rien, seule solution, loger dans la même maison que Sherlock... Ce qui était écrit depuis le début, nous savons bien que le Dr Watson, revenant de guerre où il fut blessé, trouva une chambre dans la même maison que Holmes et qu'ils finirent pas enquêter ensemble. Watson étant le narrateur des aventures du duo.

Conan Doyle n'imaginait pas que ses héros changeraient de sexe et de continent, ce fut d'abord Watson qui devint une femme, asiatique déjà, dans Elementary, restait à ce que Sherlock suive le même chemin. Ce qui n'est pas (encore) le cas de Kento (Mycroft) !

Avec Yūko Takeuchi (Sherlock) et Shihori Kanjiya (Wato).

Une version innovante qui ne manque pas de charme(s) dans un cadre inhabituel où Wato-san doit encore lutter contre ses traumatismes.

Autre changement, Sherlock joue du violoncelle !

Tiens, pourquoi cet homme rajouta-t-il des moustaches au tableau ''Sachiko'' ?

Et cet enfant qui injecte du poison à un bébé ?

Bref, qui est Stella Maris ? Ou faut-il l'appeler Moriwaki ?

J'espère qu'il y aura une saison 2.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2019 5 14 /06 /juin /2019 13:06

Kurîpî - Kiyoshi Kurosawa – 130' (adapté d'un roman de Yutaka Maekawa)

Matsuoka est en prison pour huit meurtres, l'officier Takakura Koichi l'interroge régulièrement.

Le criminel est en attente de transfert, peut-être est-ce pour cela qu'il profite d'un relâchement de la surveillance

pour s'échapper de la salle où le policier le questionnait. Mais il ne peut aller loin malgré la taille de la prison, il prend une otage pour tenter de parlementer.

Takakura essaie de parlementer, s'approche, se retourne à la demande du tueur qui en profite pour le frapper dans le dos avant de planter son arme, une fourchette, dans la gorge de son otage qui s'effondre. Sans protection Matsuoka est criblé de balles.

Logique !

Un an plus tard Takakura n'est plus policier mais enseignant à l'université, les risques semblent moins grands !

Il emménage avec son épouse, Yasuko, et leur chien, Max, dans une nouvelle maison et font le tour des voisins pour se présenter.

La première personne qui leur ouvre n'est pas des plus sympathiques, au moins est-elle directe, la seconde, celle des Nishino est déserte.

Ses cours portent sur la criminalité, plus spécialement sur les tueurs en séries classés en 3 catégories, les organisés, les désorganisés et les mixtes. Les analyses définissant les deux premières sont précises et aident aux arrestations, la dernière est imprévisible.

Un de ses collègues s'intéresse à un cas de disparition survenu six ans plus tôt, celle de Yohei et Kyoko Honda ainsi que de leur fils Yosuke, leur fille en revanche, Saki, n'a pas disparue. Takakura se souvient, elle n'arrêtait pas de changer de versions et son témoignage fut classé irrecevable. Mais il n'est plus policier et ne veut pas se rendre sur la scène de crime comme son collègue le lui demande.

De son côté Yasuko retourne sonner chez les Nishino, cette fois un homme répond, Masuyuki, il accepte les chocolats mais ne laisse pas entrer la jeune femme.

Finalement l'ancien policier s'est laissé convaincre, ensemble ils se rendent chez les Honda, à Hino, sans entrer dans la maison.

Un ancien collègue, Nogami, vient le voir à ce propos, lui aussi s'interroge sur ce qui s'est passé, se demandant si la fille n'y serait pas pour quelque chose. Takakura s'en défend mais le cas l'intéresse. Eux aussi se rendent à Hino, et ont la même impression d'un lieu étrange. Ils y rencontrent Saki Honda et se présentent comme des universitaires.

Nishino profite de rencontrer Takakura pour se plaindre de la curiosité de sa femme, l'ex-policier l'écoute, s'excuse, et le rapporte à son épouse en soulignant qu'il pense que ce voisin est un sale type. Le lendemain il rend visite à Saki, qui le reçoit, lui parle.

De son côté Yasuko use de ses talents de cuisinière pour rendre visite à son voisin avec l'idée de rencontrer son épouse alors que d'un regard Mio lui conseille de partir. M. Nishino lui explique que son épouse est malade, en dépression depuis un certain temps, une amie lui ferait du bien.

Saki se sent en confiance avec le professeur, elle lui parle, évoque des souvenirs qui reviennent et ses doutes quand à leur véracité. Elle se souvient d'un homme qui la regardait, elle à sa fenêtre, lui dans son jardin de la maison d'en face.

Nogami s'y rend et trouve 5 corps, les Honda, probablement et les habitants de la maison, les Mizuta.

Un jour Mio prend à part le prof et lui avoue que cet homme n'est pas son père mais un parfait inconnu.

Il est temps d'en savoir un peu plus sur M. Nishino. Nogami se rend chez lui, entre...

Le soir une explosion a lieu chez les Nishino ! 3 cadavres seront retrouvés, celui de Mme Nishino, de sa mère, l'autre...

Et Mme Takakura qui semble envouté par son voisin.

Du moment que Max va bien.

Kiyoshi Kurosawa distille l'angoisse avec un minimum de moyen, le scénario, la mise en scène et les acteurs suffisent. Avec lui le pire n'est jamais sûr, et le meilleur encore moins. À croire que l'innocence est une illusion à laquelle il est préférable de ne pas croire. Ça tombe bien, c'est mon cas.

L'esprit est fragile et manipulable, combien de victimes posent elles même volonté et conscience sur le billot et sont reconnaissantes au bourreau de les en débarrasser ?

N'est-ce pas ?

Partager cet article
Repost0
8 juin 2019 6 08 /06 /juin /2019 18:00

Shigeyuki Miya – 消滅都市2019 – madhouse

Dans un laboratoire une jeune fille, Yuki, se fait installer sur la tête un ensemble de quoi capter son encéphalogramme, elle ferme les yeux.

Sur une scène un groupe de cinq jeunes filles salue le public avant d'entamer sa nouvelle chanson.

Au milieu d'une rue, entre les passages pour piétons elle attend en pensant que tout cela pourrait disparaître, abruptement, sans prévenir.

Alors que tout semble s'écrouler autour d'elle Akira se jette sur elle pour la sauver alors que la ville explose.

Seule dans une chambre immense elle voit la porte violemment ouverte par trois hommes encapuchonnées qui s'approchent d'elle, quand l'un des deux

assomme les deux autres, révèle son visage et somme Yuki de se dépêcher. S'échapper du bâtiment va être difficile, pourquoi pas en passant par une fenêtre ?

Mais il n'est qu'un simple ''livreur'', il doit la livrer à un commanditaire pour remplir son contrat.

Malheureusement sa vespa est moins rapide que l'hélicoptère qui les suit. Ils s'engouffrent dans un tunnel alors qu'au milieu de la route une femme lumineuse, une ''âme'' d'un des disparus, les

attend, impossible de l'éviter mais elle se retrouve perché sur le vélomoteur alors que Yuki se met à lui étrangement.

L'hélicoptère est toujours là, Takuya, le pilote se jette dans le camion qui les attendait, ainsi sembleront-ils n'être pas sorti du tunnel.

Trois ans plus tôt une catastrophe se produisit qui fit des millions de disparus, Yuki seule fut retrouvée bien qu'aucun corps ne put être retrouvée.

Peut importe pour le jeune homme, il a terminé sa mission et une nouvelle va lui être proposée : se rendre à Lost, la ville annihilée, bien que le périmètre soit bouclé et des recherches mystérieuses entreprises par le gouvernement. Ceux qui ont enlevé Yuki ont décrypte un message émanant de ce ''néant'', il vient du père de Yuki, lui aussi est porté disparu depuis trois ans alors qu'il tentait d'empêcher le phénomène Lost de se déclencher.

C'est à Lost que doivent se trouver les réponses. La mission de Takuya est donc d'escorter Yuki.

Alors qu'il est allé retrouver son meilleur ami et discute avec lui Yuki en profite pour s'éclipser et se promène dans la rue où une femme l’interpelle et lui recommande de retourner d'où elle vient.

Sur ce Takuya la retrouve juste au moment où les autres allaient la retrouver. Heureusement le jeune homme est un champion sur son scooter. Pourtant ''l'Âme'' déjà affrontée est de retour, plus dangereuse que les autres poursuivant, elle va gagner quand Akira surgit de nulle part pour les aider et que Yuki libère son pouvoir.

Sans pouvoir éviter un autre piège tendu devant eux. Mais Yumiko veut sauver Yuki elle aussi quitte à trahir son organisation.

Il est temps de prendre la direction de la ville disparue, Geek, l'ami de Takuya est au volant, c'est lui qui s'étonne de l'annonce du spectacle des SPR5, un groupe qui pourtant est au nombre des disparus, lui qui en tire la seule conclusion possible : ils ont reculés dans le temps, pire, ils sont pris dans une boucle temporelle et sont trois mois avant l'accident. Il n'y a qu'un moyen de revenir au monde réel !

Mais une nouvelle explosion a lieu à Tokyo laissant un trou gigantesque alors que Takuya et Yuki étaient à proximité, le premier est gravement blessé, la seconde est indemne.

L'inspectrice Negishi commence à interroger Yuki qui accepte de lui raconter ce qu'elle vécut alors qu'elle était entre les mains de Lacuna Chemicals. Entreprise qui prétexte du secret industriel pour refuser de laisser la police visiter ses locaux et use de son influence auprès des autorités pour que la policière se fasse remonter les bretelles. Elle n'abandonne pas pour autant.

Elle a tort !

Quel est le secret de Lost, pourquoi Yuki n'a-t-elle pas subi le sort des autres et ceux-ci sont-ils morts ?

Et quel lien avec Le foyer de la lueur d'espoir ?

Je ne vous dis pas quoi faire pour le savoir !

Partager cet article
Repost0
3 juin 2019 1 03 /06 /juin /2019 05:06

イングレスYūhei Sakuragi – Studio Craftar – Netflix – 2018

(Adaptation du jeu de réalité augmenté du même nom)

Les organisations mondiales ont commencé des programmes de recherche secrets séparés en deux tranches : ''illuminés'' et résistance'' alors qu'il roule sur une autoroute urbaine Christopher Brandt

discute avec Jack Normal, son chauffeur-garde du corps, il lui montre la photo d'une jeune femme, une chercheuse pour Hulong,

dont il sait la vie en dan... Il n'a pas le temps de finir sa phrase que leur véhicule subit des tirs venus d'une voiture qui s'est

rapprochée sans qu'ils la remarquent, un pneu ayant éclaté le chauffeur ne peut éviter l'accident mais sans conséquence pour lui ni pour son passager. Cependant les tirs reprennent venus cette fois d'un

hélicoptère, le chauffeur doit se dissimuler et ne peut empêcher que soit embarqué celui qui était la cible de cette attaque, tout juste parvient-il à s'échapper lui-même.

Slalomant entre de gigantesques computeurs justement la jeune femme de la photo essaie d'échapper à ceux qui la traquent et d'envoyer un message, mais c'est en vain, elle est rejointe et capturée

justement au moment où arrive Brandt qui peut ainsi s'adresser à elle, signe qu'il la connait bien, il sait qu'elle ne voit pas le monde comme les autres, elle voit l'invisible

et ainsi le connaît mieux que n'importe qui.

Il reconnaît être là pour la sauver, la reconnaissant comme une collègue, une Sensitive. Elle a découvert la vérité, voulu l'exposer, il est là pour l'aider, la guider, lui montrer le chemin de la vérité de ce monde.

Une énergie violente semble émaner de Christopher et une violente explosion a lieu dans le centre de recherches.

Quand les secours et la police sont là il n'est question que d'une fuite de gaz, ce qui laisse les enquêteurs dubitatifs. La jeune femme est allongée sur un brancard, c'est l'unique rescapée, la seule témoin et elle ne paraît pas avoir beaucoup souffert du choc.

Elle est la seule piste des policiers. Arrive à cet instant, fort opportunément, Makoto Midorikawa, un enquêteur psychique, individu capable de voir les souvenirs des objets.

Dès qu'il touche la jeune fille il voit ce qui s'est passé, le souffle d'énergie qui a littéralement désintégrés les hommes qui étaient là.

Tout juste a-t-il le temps de dire cela à ses collègues qu'arrive le représentant de Hulong Corporation Security qui entend reprendre le contrôle.

Au dehors Jack Norman arrive à proximité de l'institut. Disposant de lunettes spéciales il distingue ce que les yeux humains ne peuvent voir. Les policiers eux doivent repartir, c'est un ordre du Directeur Général. Les hommes de Hulong embarquent la jeune chercheuse sans voir que le chauffeur a placé un traceur sur leur ambulance.

Chez lui Makoto ne peut oublier ce qu'il a vu, il cherche sur le Net et reçoit sans l'avoir cherché le dossier de la jolie blonde,

Sarah Coppola, une australienne, en même temps que des messages affirmant que le monde est en danger et qu'il est le seul à pouvoir l'aider.

Son téléphone lui donne une localisation sans qu'il sache qui la lui envoie, tout juste lui est-il précisé que ce n'est pas un jeu. C'est son premier portail ! Il doit se dépêcher ou ce monde... les messages sur son écran disparaissent d'un coup, ne lui reste qu'une adresse. Impossible de refuser d'y aller d'autant que l'application lui explique comment entrer dans la bâtiment et même retrouver Sarah.

Au moment ou il va la toucher il est saisi à la gorge par Jack qui avait suivi l'ambulance et lui pose des questions : Qu'est-il arrivé là-bas ? Où est Christopher Brandt ? Makoto répond qu'il a été appelé, qu'on lui a demandé d'aider Sarah. Celle-ci se réveille brusquement et peut l'aider en assommant son agresseur. Ensemble ils s'enfuient, lui ne sait pas pourquoi il l'aide, elle ignore la raison de son enlèvement !

Par téléphone il reçoit une nouvelle indication, il doit retourner au centre de recherche Hulong. Obéir aiderait la mémoire de Sarah.

C'est le cas, elle se souvent qu'elle était chercheuse et avait fait une découverte, qu'au moment de l''exposer elle s'est fait prendre.

Il est question d'une ''matière exotique'' nommée XM qui affecte la psyché humaine. Les recherches portaient sur le moyen de l'exploiter.

Elle supplie Makoto de la croire.

C'était sans compter sur Jack Norman de Brandt qui survient pile à cet instant !

Ce que le trio ignore c'est que des troupes d'intervention de Hulong sont là prêtes à agir avec pour ordre de prendre la femme et d'éliminer les hommes. Mais le garde du corps n'est pas manchot et élimine les soldats laissant le temps à Makoto et Sarah de s'enfuir. En courant Sarah explique les effets de XM.

Cette fois Makoto découvre une nouvelle application, INGRESS, en même temps qu'une voix lui expliquant ce qui se passe. Makoto clique sur ILLUMINES, ainsi aura-t-il le pouvoir de détruire les portails bleus en utilisant une force verte.

Mais les ennemis des fuyards sont puissants et rapides, ils diffusent la nouvelle que Sarah, la victime de l'explosion, a été kidnappée par l'enquêteur. La jeune femme propose à Makoto de se séparer, elle ne veut pas l'entraîner dans une affaire qui le dépasse.

Bien sûr celui-ci ne peut l'abandonner, puisqu'elle n'a pas retrouvé l'intégralité de ses souvenirs il pourrait toucher sa bague...

Il peut remonter au moment où Sarah fit une découverte terrible dans les ordinateurs de Hulong.

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2019 5 31 /05 /mai /2019 18:00

真夜中のオカルト公務員 Tetsuya Watanabe – studio LIDEN films – 2019

d'après le manga de Tamotsu Yôko

Gare de Shinjuku, quartier de Kabukichô, il est tard, Miyako Arata se présente à la mairie affirmant avoir été affecté au service des contacts nocturnes.

Le gardien l'oriente : c'est au fond, il faut dépasser les ascenseurs jusqu'à la porte de la cantine et tourner à gauche. C'est la première porte !

Il frappe, entre dans un bureau, vide, quand une explosion qui dégage un max de fumée le surprend en même temps qu'apparaît un homme portant un masque à gaz. Celui-ci ôté l'arrivant se présente :

Theo Himezuka. Survient un nouvel homme Sakaki Kyôichi que Theo agresse en l'accusant de se servir de lui.

Une sonnerie résonne, c'est 19h, l'heure d'entrer en action pour le service que vient d'intégrer Miyako. Ils vont sortir, leurs activités se déroulant majoritairement à l'extérieur. Theo et Kyôichi vont devoir initier le petit nouveau à leurs réelles occupations. Miyako fait la connaissance avec sa première fée, puis avec bien d'autres créatures censées n'exister que dans les contes et légendes.

Bien que surpris il ne manifeste pas de peur, pas de doute, la sélection a été bien faite.

Les enquêtes du service portent sur les activités des Autres, terme génétique regroupant toutes les créatures non humaines. Alors qu'ils délimitent un périmètre ils tombent sur la rencontre d'une ange et d'un Tengu (démon), couple

semblable à Roméo et Juliette, ces créatures sont censées être opposées ; les clans s'organisent pour s'affronter, et ils risquent de le faire en ville ce que le service doit empêcher autant que possible.

Le conflit semble inévitable d'autant que Theo et Kyôichi ne comprennent pas ce qui se passe réellement. Arata, contrairement à eux, comprend ce que disent les Autres.

Chaque camp repart mais un nouvel arrivant survient qui se dirige vers Arata et l'appelle Abe no Seimei sans que celui-ci comprenne de qui il s'agit ni ce que veut dire avoir ''l'oreille de sable'' mais sous le coup d'une émotion inconnue il s’évanouit.

S'éveillant il rencontre Senda, le directeur du service, et peut réfléchir à ce qui s'est passé, à cette ''oreille de sable'' qui est le pouvoir de comprendre une langue sans l'avoir apprise. Arata se souvient de ce que disait son grand-père.

La nuit est passé le petit nouveau peut rentrer chez lui où viennent peu après le retrouver ses deux collègues. Pourquoi ne pas en profiter pour explorer les affaires du grand-père, elles sont, bien rangées, dans un chalet à l'écart.

Surprise, un chat à deux queues sort de derrière les caisses, il observe Arata et ses yeux s'agrandissent, il se met soudainement à grandir et se jette sur lui, pour le lécher.

C'est un Autre, un nekomata. Et Miyako se souvient du chat blanc aux yeux bleu avec lequel il jouait enfant : Yuki. Le nekomata est là pour veiller sur le contenu du chalet comme il le fait depuis très très longtemps.

Mais les Autres sont nombreux, de types différents et plus ou moins amicaux, Arata et ses amis vont avoir fort à faire pour

régler les problèmes, sans compter sur le mystères du pouvoir du jeune homme et de ses origines. Serait-il vraiment la réincarnation de cet occultiste de l'époque de Heian ?

Qui est, ou qui était, Seimei ?

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2019 4 30 /05 /mai /2019 08:00

ダンダリンSato Toya, Satoru Nakajima – 2013 – 9 épisodes – NTV 

 

Tout commence quand plusieurs hommes pénètrent dans une maison, font le tour du propriétaire et s'arrêtent devant un superbe poisson bleu, solitaire dans son aquarium. Un combattant ne saurait supporter quelque présence que ce soit.

Après quoi ils sortent des cartons et emballent tout !

 

Quelques temps plus tôt, alors que toute l'équipe de la Direction de l'inspection des normes du Travail faisait sa gymnastique une nouvelle recrue entre et se dirige vers le directeur sans se soucier des mouvements des autres. Elle se présente : Danda Rin, mutée d'un autre bureau pour une raison sur laquelle elle ne reviendra que pour dire qu'elle fit son travail.

 

Justement, Danda est à cheval sur le règlement, elle connaît le moindre article de loi et remarque immédiatement un employeur en faute sur le plus petit détail. Dans ce cas il lui faut intervenir. Elle veut absolument défendre les droits des travailleurs, et parfois cela peut aller contre leurs propres intérêts où leur causer de grandes difficultés, faire appel à l'Inspection du Travail étant rarement bien vu. De plus elle se heurte souvent à la lenteur, pour ne pas dire la passivilité, de ses collègues qui laisseraient volontiers passer telle ou telle situation parce qu'elle leur semble difficile, demander du temps et des risques. Qu'importe, Danda ne se laisse pas démonter, elle fait preuve d'une volonté inébranlable et ne recule pas devant l'immensité de la tâche. Ses collègues finissant par reconnaître qu'elle avait raison.

Le monde du travail est compliqué, il y a les lois et la façon de les appliquer, le relationnel compte beaucoup, entre le chef du bureau et quelques personnes influentes par exemple, le drama permet de survoler le monde des relations patron/employé, la volonté des premiers d'exploiter les seconds, en oubliant que parfois le salarié abuse de la situation. Les situations où les travailleurs sont exploités par leurs employeurs sont innombrables. Impossible en 11 épisodes d'en faire le tour.

N'oublions pas le petit jeu de séduction entre les inspecteurs mâles et Komiya, la seule inspectrice, avant Danda, de la section. Le plus amoureux n'étant pas le plus beau, ce qui ne lui enlève pas ses chances.

C'est un drama n'est-ce pas. Pas le meilleur que j'ai vu, mais Danda dans son obstination est touchante, comme si elle cachait un lourd secret, une blessure, une cicatrice qu'elle refuse de montrer mais ne peut oublier. Elle se drape dans le droit, une allure renfrognée et un costume étriqué qui ne rendent pas hommage à Takeuchi Yuko.

Pourquoi quelqu'un lui adresse-t-il des promesses de mort par SMS ? Pour en savoir plus vous savez quoi faire.

Heureusement quelqu'un récupère le poisson !

Partager cet article
Repost0
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 18:49

 ブギーポップは笑わない Shingo Natusume – 2018 – Studio Malhouse – 18 épisodes ( nouvelle adaptation des romans de Kouhei Kadono illustrés par Kouji Ogata

Takeda semble attendre quelqu'un quand un couple d'étudiants de ses amis passe devant lui en souriant, imaginant que la personne lui a posé un lapin, ce qui semble être le cas.

Pourtant le jeune homme attend, jusqu'à voir un homme aux cheveux blancs traverser la foule en titubant sans que personne lui vienne en aide.

Ce qui arrive finalement sous la forme d'une jeune femme dans une drôle de tenue, un long manteau et un haut chapeau. Takeda semble reconnaître Miyashita qui apostrophe les badauds et leur indifférence.

Le lendemain les cours reprennent et le directeur commence par souligner que quatre étudiantes de l'académie ont fugué depuis le début de l'année, il exhorte les autres élèves à parler s'ils savent quelque chose. Takeda écoute distraitement et reçoit un SMS de son amie.

Pourtant quelques minutes plus tard il lui semble apercevoir la silhouette de la veille, si reconnaissable, sur le toit d'un bâtiment, il se précipite et retrouve effectivement la personne en costume en laquelle il reconnaît son amie. Pourtant celle-ci lui affirme que c'est faux, qu'en réalité elle est Boogiepop, une espèce de personnalité multiple, ce qui laisse notre étudiant pantois.

La jeune femme poursuit en affirmant que bien que personne ne semble l'avoir remarqué l'humanité toute entière est au bord d'une grave crise.

Dans la bibliothèque Takeda va prendre Le cri du cœur quand son smartphone le

rappelle à l'ordre, encore un message de Miyashita Tôka qui s'excuse de n'avoir répondu à aucun de ses appels, affirme aller mieux mais n'être pas sortie depuis hier. Elle n'a fait que dormir ! Il n'est pas surpris, il a été prévenu que la mémoire de son amie serait modifiée pour lui cacher ses absences. Takeda voudrait en savoir plus mais Boogiepop n'est pas un mauvais esprit, ses apparitions sont spontanées. Elle remonte à la surface quand elle sent une anomalie à proximité, d'où son nom, elle apparaît comme une étrange bulle d'air.

Une montre a élu domicile dans l'école affirme-t-elle, qu'il accroisse son activité et le monde sera condamné.

L'étudiant est curieux, dans Le cri du cœur il trouve une explication du trouble de la personnalité multiple, elles sont l'expression autonome d'un potentiel refoulé dont la réalisation serait malsaine ou destructrice pour le sujet ou son entourage, le premier ne faisant aucune distinction entre bien et mal.

Boogiepop pense plutôt avoir un devoir à accomplir en rapport avec la crise de l'humanité sans qu'elle sache pourquoi elle.

Takeda voudrait-il la ''soigner'' ?

Parmi les étudiantes court la rumeur de Boogiepop qui attaquerait les filles quand elles sont au sommet de leur beauté avant qu'elles ne s'enlaidissent. Elles connaissent la cape, le chapeau noir, pas de doute, c'est une sorcière.

Quelques-unes demandent son avis à Suema, une ''spécialiste'' des criminels. Boogiepop serait-elle Kirima Nagi ? Si elle dessinait un portrait robot, ce serait quelqu'un qui reste dans son monde et semble assez intraitable.

Mais Boogiepop est-il une fille ou un garçon ?

Qu'importe les rumeur, Takeda connaît la vérité, comme il sait que Boogiepop n'a plus besoin de costume, la crise a été évitée. L'heure des adieux a sonné. Le monstre a été vaincu, mais pas par elle.

La ''personnalité multiple''disparaît, ce qui laisse la place à Miyashita Tôka, la ''vraie'' c'est ainsi l'occasion de rencontrer Kirima Nagi.

Rien d'étonnant non plus à ce qu'une drogue circule, distribuée par Kusatsu Akiko, récréative en apparence, jusqu'à ce que celles qui en prenaient commencent à disparaître, jusqu'à Akiko elle-même. Il semblerait que Kirima Nagi ait prit la suite du trafic. Suema veut en savoir plus, elle mène son enquête en allant voir Nagi, ainsi apprend-t-elle que la jeune fille est la fille de Kirima Seiichi, un écrivain que Suema adore littéralement. Dommage qu'il soit mort quand sa fille avait dix ans.

En fait Kirima Nagi elle aussi combat ce qui se passe dans l'académie et les effets de la drogue, elle sait qu'une manticore se cache quelque part.

Mais elle est aussi identifiée comme une adversaire dont il convient de se méfier. Mais la manticore sait copier les humains pour se glisser parmi eux, les influencer et faire circuler une drogue composée des propres cellules cérébrales de qui la donne.

Et qui est Echoes cet être surévolué venu sur Terre juger l'humanité ? Dommage que son clone soit devenu un mangeur d'hommes.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages