Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 07:11

The Return of Doctor X – Vincent Sherman – 1939 – 62'

Le fait est trop extraordinaire pour ne pas attirer l'attention de la presse, en général, et du journaliste Walter Garrett en particulier. Celui-ci commence donc son enquête sur Angela Merrova qui après avoir été assassinée réapparait bien vivante. Pour tenter de comprendre ce qui arriva Garrett demande l'aide de son ami le docteur Rhodes. Ensemble ils cherchent des indices expliquant cet improbable retour. Ils aboutissent au docteur Flegg, savant reconnu qui travaille sur un sang artificiel avec l'aide d'un collègue mystérieux.

Disons-le franchement, nous ne sommes pas là devant un chef d’œuvre de l'épouvante, loin de là. D'abord le Docteur X ici présent est un rappel du film de Michael Curtiz alors que le personnage n'a pas grand rapport avec le premier, mais c'est une façon d'utiliser un succès passé pour en fabriquer un nouveau. Les personnages sont caricaturaux, la mise en scène est propre mais annonce déjà les films noirs que la Warner produira pendant les années 40 avec plus de sérieux et qui donnera quelques chefs d’œuvres du 7ème art, avec, et c'est l'élément qui vaut, le seul, dans ce film : Humphrey Bogart. Celui-ci était son contrat et fait ce qu'il peut, arborant une mèche blanche ressemblant à celle de Boris Karloff dans The Walking Dead.

Il n'a plus longtemps à attendre pour que son talent soit reconnu et soit en mesure de choisir ses rôles. En attendant ce Docteur X ne vaut d'échapper à l'anonymat que par sa présence.

C'est déjà pas mal. Et il ne dure qu'un peu plus d'une heure.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 07:15

Safy Nebbou – 2016 – 105'

Teddy est las du monde, du bruit, du temps qui passe si vite qu'il s'en rend à peine compte. Son métier l'étouffe, les autres l'enferment. Pourquoi ne pas tenter une véritable rupture, couper les ponts avec son milieu pour se retrouver dans une ambiance toute autre où il ferait connaissance avec le froid, le silence, la solitude...

Quel meilleur endroit pour trouver tout cela que la Sibérie. Et, mieux ou pire encore, les rives du lac Baïkal ?

L'installation est rapide, un ami l'accompagne en camion avec le matériel nécessaire jusqu'à la maison qu'il comptait louer, or son propriétaire souhaite maintenant la vendre. Teddy hésite, demande le prix, accepte. Désormais il est chez lui, à la frontière de nulle part, espérant sans doute se retrouver.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dépaysement est total, le silence est absolu et le froid intense. L'imaginer est une chose, le vivre dans des conditions précaires est différent. Le décor est fascinant, la glace semble s'étendre jusqu'au bout du monde. Bien vite il va comprendre que c'est à lui de faire avec son environnement, que le confort occidental n'existe plus, il n'a même pas l'électricité.

Mais il a un fusil, pour chasser l'ours lui a-t-on dit, ce n'est pas son intention, mais alors qu'il est plongé dans le lac par un trou creusé dans la glace il voit un plantigrade s'approcher. Impossible de rester à sa place, sortir est risqué, heureusement l'animal se détourne et va faire un tour dans la maison, histoire de vérifier qu'il n'y ait pas quelque chose à grignoter.

À nouveau seul Teddy, un prénom prédestiné, constate les dégâts, la porte n'opposa aucune résistance et son logement ressemble à une poubelle. Une pendaison de crémaillère version ours !

Une expérience parmi d'autres, comme cette tempête de neige dans laquelle il s'aventure, c'est le mot, pour récupérer des buches. Sans feu sa survie serait limitée et il n'en avait pas assez chez lui. Le décor est uniformément blanc, le vent hurle dans ses oreilles, il trouve le bois mais plus son chemin. Impossible d'avancer, par réflexe il tire, plusieurs fois, tombe, se couche, ça se présente mal.

De l'univers blanc sort une silhouette qui le prend, le jette sur son dos, le ramène et le pose sur son lit. À son réveil il constate mais n'a personne à remercier. Il lui faudra attendre un entraînement, laborieux, au tir, pour rencontrer le même homme qui va lui donner la bonne position.

 

Se peut-il qu'il s'agisse de cet homme, Aleksei, installé dans les bois il y a dix ans pour fuir la police après avoir tué quelqu'un en attendant que son crime fut prescrit ?

La solitude n'empêche pas les rencontres et celle-ci est loin de celles de son ancienne vie.

Inspiré, librement, de l'essai de Sylvain Tesson, un film qui pourrait donner envie d'une telle expérience, à condition d'être sur qu'elle se finira bien. Un tel endroit n'est pas fait pour les hommes affirme Aleksei qui sait de quoi il parle pour y survivre depuis 12 ans. Qu'en sera-t-il du retour à la ''civilisation'' de Teddy, l'histoire ne le dit pas mais chacun peu l'imaginer.

 

J'hésite à prendre mon billet, allez-y d'abord !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 08:00

뷰티풀 마인드Mo Wan-il – 2016 – KBS2 – 14 épisodes

Les hôtesses passent entre les rangées de voyageurs du vol pour Séoul, proposant, thé, café, autre chose... Quand une femme se trouve mal dans un couloir. Branle-bas de combat et code bleu avec demande s'il y a un médecin à bord. Justement un homme est enregistré sous cette profession, Lee Young-ho. Une hôtesse vient le voir, il lit son journal et n'entend pas se déranger, il n'est pas sur son lieu de travail !

Dans les rues de Séoul une voiture de police poursuit un motard qui vient de bruler un feu rouge et roule sans casque, au bas mot c'est 30 points en moins. Gye Jin-seong, la jeune policière qui conduit n'entend pas que ce comportement resta impuni. De plus elle n'hésite pas à se dénoncer à son propre chef pour excès de vitesse. Après quoi elle continue sa poursuite du motard, descendu de son engin pour se ruer dans l'hôpital Huyn Sung dans une réunion de médecins et chirurgiens, hurlant qu'il va révéler la véritable identité du conférencier, M. Kim, au monde.

Le service de sécurité intervient avant la policière. Dommage.

En partant M. Kim Myeong-so croise le chemin du Dr Lee Young-oh, descendu de l'avion, qui l'avertit de la présence d'une bombe à retardement dans son cerveau dont il va se rendre compte avant que s'ouvrent les portes de l'ascenseur, une douzaine de secondes.

M. Kim aura le temps d'y entrer avant de s'effondrer. Mais le cas est assez intéressant pour justifier une émission en direct à la télé. Le Dr Lee convainc M. Kim d'accepter la diffusion, il sait ''des choses'' sur lui.

Le chef de service semble peu apprécier les méthodes du nouveau venu, pourtant il le connaît bien, c'est son fils.

Dans un restaurant Jin-seong attend quelqu'un, pour ce premier rendez-vous elle a suivi les préconisations d'internet. Inutilement puisqu'elle mange seule les deux portions de riz frit commandés. Alors qu'elle va repartir elle assiste à un crime, une voiture heurte, à deux reprises, un homme, lequel finit sur son pare brise. Elle reconnaît le motard du matin. Elle conduit le blessé, au Huyn Sung, où elle retrouve Hyun Seok-joo le médecin avec lequel elle avait rendez-vous. Justement le Dr Lee, neurochirurgien, devrait opérer le blessé, mais considérant les chances de survie, quasi nulles, il ne voit pas l'utilité de cette action. L'officier Gye intervient et lui cite l'article 6, section 2, du protocole d'urgence de l'hôpital faisant interdiction de refuser une intervention sans motif justifiable. Elle s'apprête à arrêter Lee quand son rendez-vous manqué intervient pour proposer une double intervention, thoracique et neurologique.

Kang Cheol-min, meurt sur la table d'une hémorragie.

Je l'ai toujours dit !

Le Dr Lee est satisfait d'avoir eu raison et le fait savoir, au Dr Hyun et à l'officier Gye.

Par ailleurs celle-ci entend enquêter sur ce qui s'est passé, ce qu'elle considère comme un homicide volontaire alors que son ami, le Dr Hyun se demande si tout s'est passé correctement. Il voudrait en savoir plus mais les vidéos de l'opération ont disparues. L'autopsie en dira peut-être davantage.

Gye, plus tard se souviendra d'une marque sur le bras du blessé qui a disparu lors de l'autopsie, il s'agit forcément d'un autre corps. La vidéo de la morgue le prouve, et c'est le Dr Lee qui a fait l'échange ! Gye veut le confronter. Elle veut savoir ce qui s'est passé dans la morgue. Lee (si bien nommé) semble jouer avec elle alors qu'elle lui affirme qu'elle révélera ses crimes. Elle le fera lors de la préparation de l'opération télévisée, diffusant les images montrant le praticien dans la morgue. Rien de probant mais assez inquiétant pour que Lee soit remplacé par So Ji-young.

L'hôpital va mener sa propre enquête, le résultat pourrait être désastreux pour le Lee bien qu'il ne s'inquiète pas. Enfant déjà il montrait des signes d'indifférences aux autres et son père dut lui apprendre à reconnaître les émotions pour en tenir compte, à lire sur les visages ce qui était dissimulé. Avant même d'avoir intégré l'école de médecine il avait acquis une somme de savoirs que des spécialistes ne possèdent jamais et sut faire preuve de ses compétences au moment opportun.

L'opération commence mais le patient réagit mal, fait une embolie, son pronostic est engagé, assez pour que le Dr Lee soit rappelé pour la pratiquer. Il fait preuve d'une maitrise exceptionnelle et sauve la vie du candidat Kim tout en expliquant pourquoi il se trouvait dans la morgue. De plus il n'est pas le seul à y être allé, Hyun en fit autant. Ce pourrait être lui qui a pris le cœur de Kang Cheol-min. Sinon qui, et pourquoi ?

Le manque d'empathie du Dr Lee lui permet de garder son calme en tout circonstance, ses compétences lui indiquant quoi faire, des qualités qui associées peuvent donner un grand chirurgien.

Ou pire !

Le docteur Lee a-t-il intégré cet hôpital avec un but précis ? Si la réponse était non ce drama s'arrêterait au deuxième épisode ! Le duel est lancé entre la jeune policière au grand, mais fragile, cœur, et le chirurgien qui en montre si peu alors que d'autres patients meurent. Sont-ils pour autant destinés à s'affronter, ne pourraient-ils pas se comprendre ? Lee n'est pas doué pour les sentiments mais il a d'autres qualités.

Que se passe-t-il vraiment dans cet hôpital, combien de secrets s'y dissimulent-ils ? Je vous en ai déjà trop dit.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Drama Corée
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 07:20

The Petrified Forest – Archie Mayo – 1936 – 83'

 

Alain Squier est aspirant écrivain qui voyage en quête d'inspiration. Autant dire qu'il ne l'a pas encore rencontrée.

Alors qu'il traverse le Parc national de Petrified Forest il s'arrête dans une station service pour se sustenter, l'occasion de faire connaissance avec Gabrielle Maple, la fille du patron, qui lui avoue qu'elle rêve de quitter cet endroit et de partir pour la France où se trouve sa mère, à Bourges, afin de poursuivre des études artistiques difficiles à mener dans cet environnement. Elle en profite pour lui citer son écrivain préféré, François Villon, et de lui montrer ses premières œuvres.

Bref, le courant passe, mais leur ébauche de romance s'achève avec l'arrivé du boy-friend de la jeune fille, encore qu'il semble que l'un soit plus épris que l'autre.

Il faut partir et Squier est pris en stop par un couple, les Chisholm. Le trio ne fera pas beaucoup de route, arrêté par Duke Mantee et sa bande qui leur ''emprunte'' la voiture avec l'ambition affirmée de passer au Mexique.

À pied le jeune homme retourne à la station service pour avertir Gabrielle. Il arrive trop tard, les gangsters sont déjà arrivés !

Le film est l'adaptation d'une pièce de théâtre, il se passe en majorité dans la station service, la forêt n'apparaît que dans le titre, les décors font un peu cheap et la réalisation est sans imagination, reste le plus important, outre les dialogues, la distribution : Bette Davis dans le rôle de Gabrielle, Leslie Howard dans celui de Squier, et Bogart qui est un gangster dense et inquiétant. Une incarnation qui en annonce d'autres.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 07:30

쓰리데이즈Shin Kyung-soo – 2014 – SBS

1998. Un homme tape un rapport sur son ordinateur, l'imprime puis l'enferme dans son coffre.

2014. Han Ki-joon, ministre des finances, appelle de sa voiture le président Lee pour un cas d’extrême urgence. Le chef de l'état est indisponible, dommage car un camion l'éjecte hors de la route.

Le président discute dans un bar avec un ''ami''. Le ministre Han n'est pas mort mais son pronostic est réservé. Son fils, l'agent Han Tae-kyung, vient le voir à l'hôpital, d'après l'infirmier son père se serait endormi au volant.

Le chef de l'état est sur la sellette, son administration est soupçonnée de manipulation financière et un procureur spécial enquête. Pour l'instant il se déplace avec le convoi présidentiel. La foule est dense autour de lui, malgré le service de sécurité un homme s'approche et lui jette de la farine. L'agent Han est mis en cause pour avoir réagi avec lenteur, il venait d'apprendre le décès de son père. Il doit rendre sa carte et son badge, puis est mis en probation pour avoir failli.

Seul à l'arrêt de bus il voit une voiture s'arrêter, une vitre se baisse, il reconnaît le président qui le convie à l'accompagner et lui demande s'il a récupéré les effets de son père. C'est le cas.

Lors de l'enterrement de son père Tae-kyung voit arriver une jeune policière, l'officier Yoon Bo-won qui s'est intéressée à l'accident de son père et cherche à savoir ce qu'il faisait dans la région de Cheongju. C'est elle qui arriva en premier sur les lieux. Le ministre put lui parler de l'enveloppe qui était à côté de lui, sûr qu'il était qu'elle allait disparaître. Ce fut le cas.

De retour chez lui le policier constate que le bureau de son père a été fouillé. Impossible d'en rester là. La réseau CCTV lui permet de voir un homme sortir de l'appartement et quelle voiture il a utilisé, et, donc, son nom et son adresse.

Il ne s'arrête pas là et se rend à cette dernière, il trouve l'homme, blessé, avant de mourir celui-ci le prévient que Lee mourra le 5 mars. Aux policiers menant l'enquête il tait l'aveu de la victime.

L'officier Yoon enquête de son côté, on lui a signalé le jour de l'accident un camion blanc avec un cercle à l'arrière, or elle en voit un, celui d'un service de communication, arrêté au pied d'un pylône, elle monte, cherche, et voit un décompte arriver à zéro. Elle craint une bombe, c'en est une, mais électromagnétique. Le courant de la région est coupée, y compris celui de la résidence d'été du président, elle-même est projetée au sol, assommée.

L'alerte est déclenchée, dans l'obscurité des gardes ont été abattus, probablement par un sniper. Celui qui tira aussi sur le président. Lequel semble être tombé à l'eau.

Les services secrets comprennent vite qu'il s'agissait d'une EMP, une arme difficile à obtenir. Les rumeurs affirment que la Corée du Nord en possédait une.

Les circonstances de l'attentat impliquent une complicité interne, l'agent Han est soupçonné, mis en garde à vue en attendant les résultats des enquêtes diligentées. Pas question qu'il reste sans rien faire à cause de ses chefs ! Il prend les choses en mains et vérifier son intuition. Il lui faudra convaincre son chef. Si celui-ci n'est pas le traître.

Yoon Bo-won revient à elle après avoir été assommé par sa chute du pylône, elle entend des hommes parler en anglais et prend la fuite, à pied, sa voiture étant inutilisable, mais oublie sa carte de police, c'est ballot !

Que cache le document confidentiel 98 ? Où est le président ? Serait-ce une vengeance ?

Un homme seul contre tous, soupçonné d'un crime qu'il n'a pas commis, un point de départ classique d'un drama coréen. L'agent Han recevra sûrement l'aide de l'officier Yoon. Rebondissements, trahisons et coups de théâtre seront au rendez-vous. Entre deux scènes d'actions si une romance se faisait jour ça ne serait pas pour m'étonner.

Difficile de choisir entre Park Ha-sun et So E-hyun.

Un cocktail savamment dosé qu'il est difficile de ne pas apprécier.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Drama Corée
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 07:37

Black Legion – Archie Mayo – 1937 – 83'

Frank Taylor est ouvrier, rôle que tint rarement Humphrey Bogart. Il est ambitieux et certain d'une promotion à venir, un poste de contremaître est à pourvoir. Celle-ci pourtant lui passe sous le nez pour profiter à un collègue, immigré de fraiche date, ce qui lui déplait, mais à un collègue d'origine étrangère, ce qui lui multiplie sa rancœur.

Sous le coup de celle-ci il décide de rejoindre une organisation militant contre la présence des étrangers, la place de plus en plus grande qu'ils prennent, au détriment des ''vrais'' américains. Celle-ci ne cache pas son idéologie et recourt régulièrement à la violence. Taylor, s'engage avec conviction mais sans voir plus loin que son désir de revanche, pourtant quand, avoir quitté son épouse il en viendra au meurtre de son meilleur ami sa conscience fera un retour inattendu et il dénoncera ses complices.

Le procès sera un soulagement pour lui, l'occasion d'une confession publique et de révélations terribles, et verra de nombreuses condamnation, lui même partira pour le pénitencier avec une condamnation à perpétuité.

 

Ce film est le premier qui voit Bogie avoir le rôle principal, sans qu'il soit un gangster ou un détective privé. Dénonçant des associations comme le Ku-Klux-Klan il connut des difficultés pour sortir aux états-unis, mais aussi en France où l'ouvrier ''usurpateur'' polonais est devenu hongrois.

Bogart affiche déjà son charisme, son talent et sa personnalité, qualités qui seront bien mieux mises en valeur ensuite. Mais cette production vaut aussi pour les faits qu'elle dénonce, démontrant que rien n'a changé depuis 80 ans. Je parie que dans le même nombre d'année un constat identique pourra être dressé. Ni vous ni moi ne serons là pour le voir.

Avec un peu de chance il pourrait ne plus y avoir personne !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 07:36

花街柳巷 Hua Jie Liu Xiang – Carrie Ng / Shirle Yung – 2014 – 85'

Il y a tant de jolies filles que le choix est difficile, mais cet homme sait ce qu'il cherche, une locale, et pas trop cher. Autant dire qu'il ne va pas trouver !

Une des prostituées fait un sondage sur les accros aux putes et pose des questions, genre : Chez une prostituée, vous aimez quoi ? Quelle situation va vous donner une réaction physique :

en la voyant ; pendant qu'elle se déshabille ; quand elle est nue ; quand elle vous touche ; si vous prenez un bain avec elle ? La curieuse est une étudiante préparant sa thèse, et payer de sa personne pour rédiger un mémoire digne de ce nom. Rien ne vaux l'expérience du plum terrain.

Lai surveille tout son petit monde, quelques filles partent et paient leur loyer alors qu'elle reçoit un SMS de Ping qui l'averti que son client est encore là et qu'elle ne peut aller chercher Guizi, sa fille. Lai est serviable mais la petite est malade et elle a besoin d'un médecin, quelle tristesse que sa mère s'en occupe si mal.

Mais Hong Kong est en émoi, six prostituées ont été assinées en un mois, probablement par un même tueur.

Angel Whispers

En fin de journée les filles se retrouvent, avec les hommes ''à tout faire'' de la maison. Guizi débarque et demande après sa mère. Mais Ping n'est pas en mesure d'assurer son rôle, et Lai qui fait le tour des studio ne la trouve pas.

Et s'inquiète.

Ping demeure introuvable. En revanche Lai découvre chez Lung, le réparateur de tout dans la maison une collection d'articles sur les murs et des caméras pour espionner toute les filles.

Appeler la police pour signaler une disparition serait vain.

Dommage parce que Ping n'est pas morte et rampe sur le carrelage couvert de sang pour s'éloigner. Les filles ne peuvent compter que sur elle-même. La jeune femme ne semble pas être sortie mais le batiment est immense et le nombre de pièces considérable. L'exploration commence !

Jusqu'à la découverte de trois corps.

Pour commencer.

Angel Whispers

Lung est-il l'assassin ou veut-il seulement protéger la coupable ?

Angel Whispers

a police débarque, ramasse les corps, y compris celui de Lung, tué, semble-t-il en légitime défense par Ching Ching.

 

À force de dire à un(e) enfant qu'il est un monstre engendré par une prostituée et un mac certain(e)s finissent par le croire, par ne plus trouver dans le monde que la violence pour s'exprimer, et se venger de la mère qui l'a abandonné. Et lui laisser un message. Comment put-elle ne pas reconnaître son propre enfant ?

 

Dommage, il est trop tard.

Angel Whispers

Le cinéma hongkongais fait peu dans la dentelle, ce huis clos en est l'illustration. L'enfance formatrice de la monstruosité n'est pas une nouveauté, ni la citation de Nietzsche. Cette réalisation de Carrie Ng se laisse pourtant voir, le criminel présente une nature inhabituelle et Kabby Hui Nga-Ting est ravissante. Elle a l'avenir devant elle.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 07:15

The Shootist – Don Siegel – 1976 – 100'

Nombre d'acteurs se sont illustrés dans des westerns, pourtant s'il fallait en choisir un qui soit emblématique du genre il est probable que John Wayne arriverait en tête de liste. Rarement bien considéré comme acteur il montre dans ce film, aussi, qu'il pouvait être excellent pour peu que le réalisateur le lui demande.

Dans cette réalisation le rôle et l'interprète se confondent. En effet John Bernard Books, le dernier tireurs légendaires de l'Ouest, vient d'apprendre qu'il souffre d'un cancer. Il rentre chez lui, à Carson City, se faire soigner par son vieil ami, le Dr Hostetler.

Il s'installe dans la pension tenue par Bond Rogers, une veuve, et son fils. Books veut affronter sa fin de vie dignement mais l'imaginer est une chose, le réaliser en est une autre. La maladie le ronge, le fait souffrir, le diminue chaque jour un peu plus. Il ne s'agit pas de s'éteindre doucement mais chaque jour est une difficulté supplémentaire.

De plus c'est un nouveau monde qui naît, un monde dans lequel il n'a pas sa place.

Siegel ne fait pas l'apologie de la violence, au contraire, chaque vie prise par Books est comme un fantôme qui l'accompagne, quand bien même auraient-elles mérité d'être supprimées. Il n'était pas un psychopathe heureux de se servir de ses armes, ceux-ci, s'il y en avait, avaient peu de chance de faire de vieux os. Et si le fils de sa logeuse l'admire JBB veut lui montrer que ce n'est pas justifié. Le cancer qui ronge l'ex pistolero est bien l'expression d'une nouvelle société en train de naître où la loi voudrait remplacer le colt.

Nous savons que c'est rarement le cas, mais la question n'est pas là.

Sa présence excite les convoitise de successeurs éventuels qui n'ont rien compris, d'un journaliste qui voit un article intéressant, un livre peut-être. Même le maire qui imagine sa ville pouvant annoncer que Books y mourut, un bonne raison de la visiter. Sans parler d'une prostituée qui se dit qu'épouser une légende, fut-elle moribonde, est un placement dont elle pourrait profiter, après coup ! Les vautours sentent vite l'odeur de la mort et se bousculent pour profiter du festin.

Books sait ce qu'il est, ce qu'il représente, pourquoi ne pas tenter d'être à la hauteur de sa légende. La mort ne lui fait pas peur, la déchéance, si !

Peu d'action, pas d'indien, cette époque est dépassé. C'est à l'agonie de l'Ouest que nous assistons à travers celle de son dernier gunfighter.

 

The Shootist est le dernier film de Wayne, contrairement aux apparences il ne fut pas écrit pour lui, il est l'adaptation d'un roman de Glendon Swarthout, mais les acteurs précédemment sollicités déclinèrent. Au vu du résultat c'est tant mieux. James Stewart, Richard Boone, John Carradine et Lauren Bacall ont une moyenne d'âge respectable, Ron Howard la fait baisser, chacun tenant un rôle classique du western. Les cartes sont distribuées, elles peuvent s'abattre sur la table. La quinte sera-t-elle flush, au spectateur d'en décider. Lors de sa sortie le film n'eut pas grand succès, son sujet peut l'expliquer. Faites-vous votre idée !

À l'époque il n'était plus malade, le cancer appartenait au passé, mais il est difficile de se débarrasser du crabe. Celui-ci revint, plus agressif. De son dernier duel John ne sortit pas vainqueur, personne n'y est parvenu.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 07:37

Robert Kirkman – 2016 – 10 épisodes

Observer un insecte sur le mur est une chose, se frapper violemment la tête en est une autre, manger des chips, soit, se mordre les doigts jusqu'au sang... disons que c'est moins habituel. On peut en déduire que Joshua a quelques difficultés, pour ne pas dire qu'il souffre de troubles, mais dans cette région, dans sa famille, pour ce genre de trouble on ne va pas voir le psy mais le curé. C'est mieux.

 

Kyle vit seul, dans de mauvaises conditions, essayant de rencontrer le moins de monde possible. Sa sœur, Megan, essaie de le sortir de cet enfermement, le traîne hors de chez lui, un logement où il n'a pas fait mettre l’eau depuis cinq mois qu'il s'y est installé, qu'en ferait-il ? Quand ils font les courses 2 femmes le reconnaissent et lui parle de Joshua et de ses ''difficultés''. Pour l'aider Megan le ramène chez lui, un dîner lui fera du bien, dommage que son mari, policier, voit les choses d'une autrement et se méfie de Kyle. Ne fit-il pas quelque chose d'horrible dans le passé, pour laquelle il a ''payé'' ?

 

Impossible d'oublier ce qu'il apprit lors de sa rencontre au supermarché alors il se rend chez Joshua où il sait retrouver le révérend Anderson. Celui-ci le reconnaît et s'avoue ravit qu'il soit là. Il se souvient que Kyle aida sa mère quand elle en avait vraiment besoin, qu'il soit un enfant alors ne change rien.

OUTCAST

Joshua est dans sa chambre, assis au bord de son lit. Il se retourne, reconnaît Kyle, lui parle du garde-manger où sa mère l'enfermait souvent, des dessins qu'ils faisait sur les murs... et lui saute dessus essayant d'aspirer sa force, sa vie, son âme peut-être.

OUTCAST

L'affrontement fait une pause, Anderson et Kyle peuvent discuter. Le premier est sûr de l'existence de Satan, et de son devoir de le combattre. Kyle est dubitatif, encore plus quand il rend visite à sa mère, en état végétatif depuis longtemps, où à son vieux voisin qui lui prête sa voiture, l'invite à dîner, se souvient l'avoir souvent trouvé sous son porche quand l'enfant fuyait sa mère.

 

C'est l'heure du deuxième round avec Joshua. Kyle doit se souvenir du jour où il a affronté sa mère. Un vrai combat !

Kyle apprendra beaucoup à cette occasion, prendra du recul sur ce qui se passa avec sa mère, et sa femme. Le plus important manque, pourquoi lui, qu'a-t-il de particulier ?

OUTCAST

Après s'être déjà inspiré d'unee bédé, dont il est le scénariste, pour The Walking Dead, Robert Kirkman récidive pour une série d'horreur. Pas de zombie cette fois mais la marque du Diable et un duo pour le combattre.

Prometteur !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Serie
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 08:00

K2

더 케이투 - Kwak Jung-Hwan – 2016 - tvN

Go An-Na est en train de prier quand elle voit des lumières. Papa ! Crie-t-elle ! Mais non, elle descend, la porte est ouverte, sa mère est allongée sur le sol, des médicaments autour d'elle.

C'est la première fois qu'elle pénètre dans un couvent occidental, les nonnes n'ont pas l'air sympathiques mais personne ne lui demande son avis. Des années plus tard elle peut enfin s'échapper. Mais les rues de Barcelone sont difficiles pour elle qui semble ignorer où aller.

Kim Je-ha L'homme est blessé, par la fenêtre il regarde ce qui se passe avant de s'habiller, de sortir. Dans une rue des hommes ont repéré An-Na qui descend dans le métro pour leur échapper. Inévitablement elle heurte Je-Ha qui, comprend qu'elle est coréenne, comme lui. Elle est rejointe pourtant, son poursuivant lui demande de revenir, elle refuse, il se saisit d'elle. Jusqu'à ce qu'elle soit aidé par son compatriote qui élimine l'agresseur, avant de l'identifier comme un flic.

Elle n'ira pourtant pas loin alors que Kim part pour l'aéroport.

Séoul, six mois plus tard. Une banderole publicitaire se détache il faut la replacer, l'employé s'en charge, peu importe qu'il fasse nuit, qu'il soit dans le vide, au-dessus d'un appartement aux larges baies vitrées où Jang Se-Joon, l'homme de l'affiche est en compagnie de sa maîtresse, qui l'a drogué. De sa position il voit l'intrusion de malfaiteurs masqués qui envahissent les lieux et blessent une femme de ménage, ce qui le décide à intervenir. À temps pour la sauver, et voir le visage du député. Il va falloir le retrouver, facile, et le réduire au silence. Pas facile ! Même pour l'équipe d'élite de la principale compagnie de sécurité de Corée.

De retour chez lui le député Jang apprend que sa fille, Anna, s'est enfuie. Encore une fois ! Toujours dans les rues de Barcelone où elle court pour trouver une issue à son enfermement. S'arrêtant au milieu d'un passage pour piéton elle fait face aux voitures, aux lumières, et se souvient de ce qui est arrivé quand elle était enfant, et du crime auquel elle a été mêlée. La mort de sa mère, dont elle s'affirmait responsable. Ce qui n'est plus le cas. Cette fois elle a été prise en photo par un styliste réputé qui mit le liché en ligne, ouvrant une véritable chasse pour savoir de qui il s'agit. Ce qui ne fait pas l'affaire de Choi Yoo-Jin, épouse du député en lice pour le poste de président et véritable tête pensante de sa carrière comme de sa campagne. Le mieux, pense-t-elle, c'est que An-Na soit rapatriée à Séoul, elle y sera mieux gardée.

Pas sûr ! Kim va prendre les devants, aller voir Choi Yoo-Jin pour lui demander d'épargner les gens qui l'ont aidé. Encore une fois le jeune homme s'est mis dans une situation difficile. Mais puisqu'il doit tenir jusqu'au dernier épisode nous savons qu'il va s'en sortir et faire une fois encore la preuve de ses compétences en matière de combat. Ses adversaires éliminés il va réitérer sa demande à Choi Yoo-Jin, avec un revolver pour être convaincant. L'occasion de revoir An-Na, et de reconnaître la jeune fille qu'il avait aidé dans le métro barcelonnais. Son seul moyen de s'échapper est de prendre Yoo-Jin en otage, de fuir en voiture. Le problème des véhicules trop modernes est d'être piratables

Pas étonnant qu'il soit si doué, ancien mercenaire il était le meilleur de chez Blackstone, expert en arts martiaux et autres techniques qui vont lui être utile pour assurer sa survie. Jadis trahi par ses employeurs et recherché il va être engagé par Choi Yoo-Jin pour la protéger. Ayant rejoint la tanière du loup il n'aura plus à en craindre la gueule. Il va découvrir que survivre au milieu de la famille Choi est (presque) plus dangereux que l'Irak, qu'elle est pleine de secrets peu reluisants. Au passage il gagnera son surnom : K2.

Il sera même convié au Cloud 9, le domaine secret de Yoo-Jin.

Ce qu'il faut pour donner un drama. Action, magouilles politiques, vengeance, romance, il ne manque rien. Les personnages sont sympathiques ou malveillants à souhaits, principalement Song Yoon-A qui incarne Choi-Yoo-Jin. Capable de tout pour parvenir à ses fins, à trahir, à tuer, mais si belle et malheureuse que ses crimes deviennent compréhensibles. Le couple vedette, Yoona et Ji Chang-Wook sont jeunes et sympathique, la première est ravissante et le second donne son maximum dans les, nombreuses, scènes d'action. Le scénario est cohérent, les personnages ont leurs caractères, leurs histoires, les dialogues sont plutôt bien écrits et la réalisation rythmée en respectant les codes des séries coréennes. Autant de raisons de la suivre. 16 épisodes, ça passe (trop) vite.

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Drama Corée
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages