Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 09:00

La réalité sucera vos os.

Dans le désert de la vie vous voyez des mirages auxquels vous croirez avant que vos cendres n'aillent le rejoindre.

La norme c’est le chaos.

Entre les femmes et les médocs j'ai choisi !

Connaître les règles morales n'empêche pas de les transgresser. Au contraire .

Vos races sont affamées mais leur fin est au menu.

Sur mon blog sera marqué : Repost en paix !

Dans science il y a si, scie...

Ne surestimez pas ce dont je suis incapable.

Le lion disant à la gazelle : Je vais te dévorer ! Se vante-t-il ?

Méfiez-vous des jusqu'au bouddhiste !

J'aimais choqué pour exister dans le regard, et l'esprit, de l'autre. Maintenant... maintenant je m'en fous.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 09:00

Ce ne sont pas des mots, ce sont des cendres.

Voit le troupeau qui s'en extrait.

Combien de buts une fois atteint valaient-ils les efforts faits pour cela ?

Un long voyage n'est pas un long chemin.

L'intelligence permet de comprendre mais surtout d'accepter ce qu'elle ne comprend pas.

La voracité, la goinfrerie d'images, de jeux et autres stimulations extérieures ne visent qu'à se détourner du puits qui se creuse, ou se révèle en nous, dévoilant une réalité insupportable et mythicide !

la vie est un baton merdeux dont on se débarrasse en ne le transmettant pas.

La peur est un fil sur lequel je marche sans ressentir de vertige mais le plaisir de regarder de l'autre côté !

Les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément des amis mais peuvent être des complices.

Je ne peux pas plus écrire ce que je pense que faire ce que je désire. 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 08:27

Monophrénie : Croyance emplissant, et définissant, la totalité d'un esprit, ou de quelque chose qui y ressemble.

Moralophage : Doctrine se présentant comme la ''vraie'' morale, celle qui dévaluant les autres et ceux qui y adhèrent permet de combattre celles-ci en éliminant ceux-là.

Mucovichydose : Maladie consistant au raidissement de certaines voies cérébrales rendant difficiles, puis impossibles, que de nouvelles puissent apparaître. Ne subsiste qu'une partie du passé semblant rassurante, comme un paradis enfantin.

Mythisme : Doctrine se présentant comme nouvelle et comme un progrès par rapport aux plus anciennes. Apparut chez l'homo sapiens pour expliquer ce qu'il percevait autour de lui comme en lui. Elle prit diverses formes qui finirent par s'entretuer au fil des derniers siècles de cette espèce avant d'être remplacée par une autre étape de l'évolution débarrassé de ce besoin archaïque.

Narcistique : Utiliser son corps pour en faire une œuvre ''d'art''. Celle-ci ne pouvant jamais être terminée le corps finira par ne plus ressembler qu'à la réalité psychologique de son possesseur.

Pèlerin : Faucon quand il vole, vrai quand il marche.

Psychanalytique : Conviction qu'une théorie mentale est capable de solutionner tous les problèmes auxquels se confronte un esprit, sauf celui dont il est le symptôme.

Recthomme : Personne dont le besoin de règles et de contraintes ne laissent qu'une place infime à sa personnalité, qui n'en demande pas plus.

Saoulitude : Bien sûr que la bouteille n'est pas quelqu'un ni une vraie présence, mais faute de mieux il faut s'en contenter.

Tairapie : Payer pour parler pour ne rien dire.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:25

Les contraires s'affrontent comme un individu fait face à son reflet.

Un monothéiste veut une monosociété, un monopeuple...

Repue, la bête s'apaise, rêve, invente et s'amuse, crée une culture divertissante. Jusqu'à ce qu'elle se réveille !

L'avantage des machines c'est que ne mourant pas elle n'ont pas besoin ''d'oublier'' la mort par la création de mythologies rassurantes mais illusoires et finalement mortifères.

Mes blocages ne vous protègent pas de moi, ils ME protègent de moi !

Vous êtes de la poussière et moi un balai !

Même un bourreau finit par se fatiguer.

J'hésite entre les bons défauts et les mauvaises qualités.

La première qualité de l'intelligence est de se cacher.

Certains sont mort-né, moi je suis né-mort ! 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 07:12

On ne peut être mort que durant ce que l’on nomme vie.

Avoir toujours échappé au mal n’est pas un bien.

Je me veux d’autant plus faible pour ne pas accéder à ma force.

Le risque c’est, peut-être, de n’en pas courir.

Je prends appui sur les œuvres des autres penseurs, le temps d’explorer les moules qu’ils formèrent.

Ne pas écrire pour être lu est une forme de lâcheté.

Ce qui différencie le pervers du vicieux c’est que le premier sait prendre des risques à la mesure du plaisir qu’il veut !

Le problème que je parais avoir n’est pas dans mes défauts mais dans l’emploi de mes qualités.

Vouloir apprendre à un tueur en série à aimer c’est comme vouloir apprendre à un paralytique à courir.

La normalité est un asile aux dimensions de la société.

Partager cet article
Repost0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 07:12

Qui descend du saint Je ?

Le bonheur est désespérant par nature.

Les mêmes psycauses produisent les mêmes méfaits.

Comprendre est au dessus de vos moyens.

Vox popuLee, vox Dei !

Méfiez-vous des serments à sornettes.

L'esprit ment et il aime ça.

Le pire n'est pas de n'avoir rien à perdre, c'est de n'avoir rien à gagner.

Si une balle arrête les mots elle accélère la pensée.

J'ai toujours su être dans un zoo, maintenant je vois que ce n'est pas en visiteur.

Être sociable, être conscient… dilemme !

Le sapiens est curieux, il mange de la viande et s’étonne de pouvoir finir dans une assiette.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 07:13

Le couloir de la mort part de la maternité.

Faut-il que j'exhume mon père pour le tuer ?

L'absence de chaines est plus contraignante que leur présence.

J'ai arrêté mes études mais c'est moi qui ait fini en prison.

Ne goûtez pas mes mots ils sont empoisonnés.

Je laisse des traces de sang pour retrouver mon chemin.

La noblesse est faite pour être décapitée, la bourgeoisie pour être méprisée et le peuple pour être exploitée.

Je suis une bougie froide à la flamme gelée.

La politique c'est la poule aux oiseux d'or.

Le chemin difficile est le seul conduisant quelque part.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 07:18

 

Le bien et le mal ne s'équilibrent pas, ils s'annulent.

Je ne crois pas en ''dieu'' parce qu'il n'existe pas, je ne crois pas en ''l'homme'' par ce qu'il existe 

Le corbeau aussi a un chemin de croâ !

Quelle différence entre un réseau social et un collecteur ?

J'ai longtemps pris les autres pour des spectres alors que c'est moi qui suis un fantôme.

Tuer détruisit en moi le goût de devenir un tueur.

Être entre 2 cultures c'est risquer de finir écartelé ou écrasé.

L'ordre mort râle !

L'intelligence est à la bestialité ce que le dresseur est au fauve.

Je jette de l'huile sur le feu, mais de l'huile bio !

Edgar Hoover était fermé.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 07:34

L'exception est aussi nécessaire à la règle que l'inverse

Exterminer l'homo sapiens ne serait pas détruire l'humanité mais lui permettre d'apparaitre.

La mort est sans effet ni conséquence, à la différence de la vie.

J'ai semé des idées folles en des esprits obscurs.

L'argent est moralophage.

Je suis heureux d'être le dernier crâne au sommet de cette montagne de squelettes.

La croyance est minérale, stable et immuable, elle ne peut que se briser.

Mon jardin secret est un cimetière.

Le mépris est le maximum qu'espère la plupart des individus. Encore est-ce au desus de leurs mérites.

Chaque croyant porte les crimes commis au nom de son culte.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:47

Les pages sont le temps coulant dans mon sablier.

Pour vendre son âme au Diable il faut en avoir une.

Le temps tourne dans le sens d'une aiguille d'un monstre.

Combattre le ''mal'' ne revient, le plus souvent, qu'à s'en servir.

La loi protège le coupable sans, parfois, lui éviter la culpabilité.

Le destin a arraché de mes mains les clous de la banalité.

Mon œuvre majeure est posée sur l'horizon.

Une raison de ne pas mourir ne remplace pas une raison de vivre.

Je tiens mon rôle pour sortir de scène.

On voit la paille dans l'oeil de son voisin, pas l'apôtre dans le sien.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages