Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 07:28

(Pendez-moi haut et court)

Out of the Past - Jacques Tourneur – 1947 – 97'. d'après le roman Build My Gallows High de Geoffrey Homes, pseudo de Daniel Mainwaring alors blacklisté à Hollywood mais auteur, crédité, du scénario réécrit par Frank Fenton.

Jeff Bailey mène la vie tranquille et sans histoire d'un pompiste dans une petite ville tout aussi anodine. Un jour son mécanicien, Jimmy muet, vient lui expliquer dans la langue des signes qu'un homme le demande. Il reconnaît Joe Stephanos, un fantôme venu d'un passé qu'il souhaitait oublier. L'homme déclare à Jeff que Whit Sterling, son ancien employeur, a retrouvé sa trace et entend récupérer la dette que Jeff a contractée envers lui. Jeff un peu contraint accepte la rencontre. Le soir venu, il retrouve Ann, sa petite amie. Tous les deux partent pour Lake Tahoe où Whit les attend, c'est un long voyage et l'occasion d'un flashback nous montrant quel est ce passé, et pourquoi Jeff, qui se nommait alors Markham, voulu disparaître. Alors qu'il était détective privé Markham avait été chargé par Whit Sterling de retrouver la maîtresse de celui-ci qui s'était enfuie avec 40 000 dollars et de ramener l'une en rapportant les autres. Ayant retrouvée Kathie Moffett au Mexique celle-ci nie avoir pris l'argent et s'être enfuie pour échapper à un homme qui la maltraitait et qu'elle craignait. Jeff, malheureusement pour lui, tombe amoureux de la jeune femme et ment à son employeur, puis il décide de s'enfuir avec elle à San Francisco. Whit, suspicieux, envoie à la poursuite du nouveau couple Fisher, ancien partenaire du détective qui les retrouve et leur propose un marché : il veut bien prétendre avoir échoué en échange de l'argent.

Jeff refuse, puisqu'ils n'a pas l'argent. Les deux hommes se battent et l'agresseur est tué par Kathie d'un coup de revolver. Maintenant il faut faire disparaître le corps. C'est l'occasion pour Kathie de prendre la fuite.

En fouillant les affaires de son amante Jeff va trouver un reçu bancaire de la somme qu'elle affirmait n'avoir pas dérobée.

Le voyage fut long pour Jeff et Ann, mais ils sont à la porte de la maison de Whit, il est temps de revenir au présent !

L'ancien détective n'est pas vraiment surpris de retrouver Kathie auprès du gangster, où pouvait-elle aller ? La discussion commence entre les deux hommes et Sterling a une nouvelle proposition à faire à son ancien employé, retrouver Leonard Eels qui lui a volé son livre de comptes et le fait chanter pour ne pas le livrer aux autorités.

Le duel entre Kirk Douglas et Robert Mitchum vaut d'être vu, la réalisation aussi. Un classique du film noir à ne pas manquer.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 07:24
Si c'était vrai...
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 07:54

Purversité : Doctrine affirmant la primauté de la pureté sur tout, qu'elle est le dogme premier, que ne pas le respecter est passible des pires châtiments. Rarement suivi par ceux qui prétendent la défendre.

Sainte Éthique : Déesse médiatique à laquelle feignent de croire ceux qui veulent que l'on pense du bien d'eux.

Sushide : Abus de poissons pas frais ayant l'apparence, mais seulement l'apparence, d'un plat japonais.

Téléviseur : Tue heures né !

Terrain de foot : Salle de shoots à ciel ouvert.

Tyramplaçable : Quand un chef qui se prétend le meilleur veut remplacer celui qui croyait la même chose sans penser qu'il connaître la même sort.

Végétaryen : Individu ruminant une doctrine affirmant la suprématie de l'herbivore sur le carnivore, en meuglant l'idée que lui respecte la nature.

Vie : Synonyme de mort, utilisé à la place de l'autre qui a, allez savoir pourquoi, mauvaise presse.

Zappeler : Oui, je sais, j'aurais dû te téléphoner, mais j'ai eu tant de choses à faire !

Zoautres : Appartenance à un troupeau où chacun est heureux de ressembler à l'autre pour ne pas comprendre qu'il n'est personne.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Mon dictionnaire
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 09:57
Reflet
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 07:33
Trop tard !
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 07:28

Au vrai être un esclave offre des avantages,

N'avoir plus à penser pour ne plus qu'obéir ;

Travailler nuit et jour, gagner de maigres gages,

Accepter en souriant qu'il est bon de servir.

 

Les temps devront changer mais seront-ils meilleurs ?

Viendront des relations qui se diront sociales,

Des salaires et des droits, des congés, moins de peur

Mais plus d'obligations qui se voudront morales.

 

Le masque peut changer, les mots avoir un sens

Paraissant apaisant comme l'est un somnifère ;

Mais rien n'est différent quand on en voit l'essence,

Où est le paradis en plein cœur de l'enfer ?

 

Des planches sous mes pieds, d'autres pour un costume,

Ma vie se définie entre des bouts de bois,

Ai-je vécu longtemps ou suis-je déjà posthume,

N'ayant fait que rêver sans jamais être moi ?

 

Combien de jours, de nuit, à flotter sur le vide,

Porté par des pourquoi dont je fuis les réponses ?

Il n'est pas de destin qui ne soit insipide

Pour qui voit au travers dans quelle ombre il s'enfonce.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 07:04

In a lonely Place – Nicolas Ray – 1950 – 94'

Adaptation du roman du même nom de Dorothy Hugues. 1948.

Dixon Steele est scénariste, prêt à tout, désagréable au possible et suspecté de meurtre. Il est aussi alcoolique, irascible et n'a plus rien écrit de bon depuis longtemps. Bref il est à son maximum !

 

Un soir, après une soirée, il convie une jeune femme à venir chez lui faire la lecture d'un livre dont il est chargé de l'adaptation. Plus tard dans la nuit celle-ci rentre chez elle en taxi.

Classique !

Mais le lendemain elle est retrouvée morte, étranglée, son corps jeté dans un ravin. Tout désigne Steele comme le coupable et la police l'interroge pour le faire avouer. Fort heureusement, Laurel Gray, sa voisine, est amoureuse de lui et affirme qu'il était en sa compagnie la nuit du crime.

Tout semble bien se passer entre eux, Dixon semblant même amoureux, mais son tempérament ne peut changer et bien qu'il fasse des efforts pour se contenir, la violence qu'il recèle trouve toujours un chemin vers la surface. À l'occasion d'un dîner, alors que la musique est douce et l'ambiance au flirt il apprend que Laurel a confié son script à son agent sans l'en informer.

Erreur fatale ! Bien qu'il tente de se contenir, qu'il sache qu'il va donner une mauvaise idée de lui-même et risque de tout perdre, il ne peut se contrôler. Agressée Laurel commence à douter de son innocence.

L'intrigue policière est ici secondaire, les caractères des personnages principaux priment ainsi que le fonctionnement de Hollywood et du star system comme il existait alors.

Si c'est différent aujourd'hui ce n'est sûrement pas mieux !

Dixon oscille entre deux personnalité, Jekyll, sympa, agréable, drôle et sociable, et Hyde, violent, haineux, méprisant pour tous et rejetant chacun.

Gloria Graham est parfaite en Laurel Gray mais Humphrey Bogart est formidable en Dixon Steel, le personnage ressemble à l'acteur, à moins que ce soit l'inverse. Capable de rire pour, en un instant, exprimer la montée de la colère et la certitude qu'il ne pourra la maîtriser.

Sans oublier la mise en scène de Nicolas Ray, élégante, qui montre sans étaler, suggère sans surligner, magnifie sans déifier.

Un tiercé gagnant dans n'importe quel ordre. Ce serait dommage de se priver d'un film moins connu qu'il le devrait.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 07:33

ベルセルク - Kentaro Miura – 1989 – 37 volumes (en cours) publié en France par Glénat

Dans un univers médiéval et fantastique Guts est un jeune homme, mercenaire qui se retrouve dans la Troupe du Faucon, engagée auprès du royaume de Midland, après un pari perdu. Il y rencontre Judo, Rickert, Pippin, Casca et Griffith, son chef qui possède l’œuf du conquérant, un pendentif magique. Le premier nommé se caractérise par la possession d'une immense épée dont le maniement demande une force colossale et s'il n'avait rencontré Griffith qui a entrevu son potentiel qui sait ce qui lui serait arrivé. La relation des deux est forte, camaraderie de soldats qui dépendent l'un de l'autre sur le champ de bataille, et peut-être plus encore. Le second espérant utiliser la force du premier pour satisfaire son ambition.

En Scandinavie, à l'époque des Vikings, le berserk était une rage considérée comme divine mais provoquée par des produits qui l'étaient moins, le berserker devenait alors un guerrier dont rien ne pouvait assouvir la furie tant qu'il était sous l'emprise de cette folie homicide, il ne ressentait ni peur, ni pitié, ni douleur.

Ce qui ne l'empêchait pas de mourir s'il était gravement blessé.

Pas de surprise donc à la lecture de ce manga dont les héros semblent parfois possédés d'une fureur meurtrière qui ne s'arrête qu'avec l'épuisement de son effet, de leurs forces, et de l'imagination du scénariste. À croire que c'est lui que la colère domine tant la violence est omniprésente avec son cortège d'exactions : viol, inceste, infanticide, tortures... Et j'en passe !

Guts et ses amis vont connaître bien des vicissitudes, combattre bien des adversaires, se retrouver dans des situations dont ils paraîtront ne pas pouvoir sortir. Accepter de libérer sa rage devient nécessaire pour survivre, avec la possibilité qu'elle dévore l'âme de celui qui s'y risque. Vouloir le bien n'est pas le gage de la maîtriser, qu'à-t-elle a faire de ces notions humaines sans signification pour elle. Elle promet tant, ouvre la porte sur tous les avenirs espérés et si la conscience devine que ce sont des mensonges elle peut avoir envie d'y croire, juste le temps d'avoir l'illusion d'avoir réussi, juste avant que la porte de l'Enfer ne se referme derrière soi.

Guts sait ce qu'il doit à Griffith mais découvre aussi que la liberté est la condition pour qu'il affronte son destin. Reste à oser s'en saisir !

Pouvoir ouvrir une fenêtre sur le passé je pense qu'en me regardant écrire il y a quelques années j'aurais l'impression d'être un berserker possédé d'une rage impossible.

Sans avoir rien absorbé pour cela.

Ce qui est encore plus inquiétant !

Vous aimez la densité dans l'action, la brutalité dans le dessin et l'ombre qui vous invite ? Ce manga vous attend.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 07:30
Cible
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 10:05
Plafond
Repost 0

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages