Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 08:41

Keith Scholey / Alastair Fothergill - 2013

Ne pas confondre avec le film d'horreur de 1976 !

Sky, Amber, Scout.

Découvrez l’incroyable aventure de Amber et Scout deux oursons qui, aux côtés de leur mère Sky, vont apprendre la vie dans l’une des dernières contrées sauvages de la planète : l’Alaska.
Alors que l’hiver s’achève, les deux petits débutent leur apprentissage avec autant d’enthousiasme que d’appréhension et se lancent dans l'exploration de ce qui sera, peut-être, leur domaine. Mais ils n’y sont pas seuls...

Dans des paysages grandioses, nous partageons un an de la vie de cette famille, entre victoires et périls, alors que les jeunes ours tentent de trouver leur place à travers mille péripéties. On les croit puissants, ils sont en danger. On les pense redoutables, ils sont bouleversants.

Une année de la vie d'une famille de grizzlys en Alaska, et leur interaction avec la faune voisine.

Comment l'ours peut-il être à la fois un animal féroce et le symbole de l'animal rassurant pour les enfants ?

Mais férocité n'est pas méchanceté, dans ce domaine une autre espèce domine toutes les autres, heureusement elle n'est pas sur l'écran, en attendant qu'elle ne soit plus nulle part.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 08:34
Bach - Gastinel (What else ?)
Bach - Gastinel (What else ?)
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai entendu
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 08:28

David Ayer - 2014 - 135'

Norman Ellison est dans l'armée depuis huit semaines seulement et le poste qu'il se préparait à occuper était celui de secrétaire avec pour mission de taper 60 mots minutes. Une bonne moyenne !

Au lieu de cela, l'armée US manquant elle aussi d'effectif, il se retrouve muté au poste de mitrailleur dans un tank Sherman M4. La différence est grande ! Surtout pour lui qui est timide, respectueux et croyant. Des qualités qui n'aident pas alors qu'il se retrouve au cœur de l'Allemagne, en pleine offensive en ce mois d'avril 1945 alors que la guerre vit ses dernières semaines mais que les forces d'invasion rencontrent une résistance parfois fanatique.

Don Wardaddy Collier est le sergent qui commande ce char et son équipe, il vient de perdre un de ses hommes et Norman n'est pas exactement le soldat qu'il attendait. Mais puisqu'il n'a pas le choix...

Une nouvelle mission les attend, une de plus, avant la prochaine.

Dans la campagne se cache des unités allemandes blindées gênent la progression des troupes alliées, des tireurs, des canons, des tanks. Don et son équipe c'est le quotidien, pas pour Norman qui va, sur le chemin, hésiter à tirer sur un soldat ennemi qu'il a pourtant vu à cause de la jeunesse de celui-ci, qui en profitera pour détruire un blindé de la colonne américaine. Un moment d'hésitation, de scrupules qui coûte cher ! Mais les combats continuent, leprochain sera autrement plus difficiles face à des soldats cachés, entraînés et un char Tigre qui va détruire les 3 tanks accompagnant le FURY. Pour Norman c'est l'occasion d'entrer de plain pied dans le conflit, plus question de tergiverser, d'hésiter, malgré les victimes qu'il peut faire. Aidé par Wardaddy qui va un peu lui forcer la main !

Prendre une, petite, ville fait partie de la routine du combattant, entrer, progresser, réduire les poches de résistances, capturer les survivants et ceux qui se rendent. C'est l'occasion de ''sympathiser'' avec les civils, de faire des rencontres, brèves, avant de repartir pour une autre destination : un carrefour à tenir pour empêcher la progression d'Allemands se regroupant.

Un point à tenir à n'importe quel prix.

C'est dire que celui-ci risque d'être élevé.

La guerre n'est pas belle, même quand elle approche de sa fin et que chaque camp le sait. Certains veulent finir, d'autres résistent parce qu'on le leur demande, que c'est leur pays, qu'ils croient en ce qu'on leur a mis dans la tête. Mais tous, ou presque ont peur.

Pour survivre il faut s'adapter, laisser de côté ses idéaux, ses illusions sur la civilisation. ''Tu ne tueras point'' ? quand une mitrailleuse te vise et qu'il faut réagir vite la conscience réintègre le fond de l'esprit et l'instinct se repaît des illusions mortes. Norman va apprendre le coût de la guerre. Pour le spectateur, un siège de cinéma est plus confortable que celui d'un tank.

En espérant ne jamais connaître la rudesse de ce dernier.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 08:24

Vous souvenez-vous de ce garçon d'autrefois

Qui était si moqueur et parfois plus violent,

N'y a-t-il une fin qui ferait votre joie,

Épuiserait son cœur en aspirant son sang.

 

Le meilleur ce serait qu'il devienne possible

De capturer une âme en son dernier instant

Avant que dans la mort elle soit inaccessible,

Pour pouvoir répéter à l'envi son tourment.

 

Un jour je trouverai comment aller plus loin,

Comment récupérer l'esprit dans l'au-delà,

Par ses yeux je verrai les plus obscurs recoins,

Ceux que nul autre humain n'a entrevu déjà.

 

Avec quelle espérance ai-je envie de plonger

Par delà ce mur noir qui porte tant de noms ?

Est-ce la curiosité toujours à me ronger

Ou la folie cachée derrière l'ambition ?

 

Si la souffrance était comme un pied dans la porte,

Un moyen de garder un lien avec la vie

Juste assez longtemps pour qu'une conscience assez forte

Regarde, se souvienne et remonte du puits.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 08:21
On s'y perd !
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 09:11

The Legend of Lylah ClareRobert Aldrich – 1968

Lewis Zarkan ne se remet pas du décès de sa femme, Lylah Clare, star hollywoodienne disparue dans des conditions tragiques. Lui qui était un réalisateur de renom s'est peu à peu renfermé à la suite de la disparition de sa vedette préférée. Son ambition désormais est de tourner le biopic de Lylah. Ne lui manque que l'actrice susceptible de l'incarner. La chance va être de son côté quand Bart Langner, maquer... je voulais dire, impresario, lui présentera Elsa Brickmann, troublant sosie de Lylah Clare, bientôt rebaptisée Elsa Campbell.

La jeune femme rêvait de devenir actrice, travaillant avec Zarkan elle découvre les coulisses du cinéma, les perversités des uns et des autres, la jalousie, la mesquinerie, la vulgarité ou l'égocentrisme. À travers son regard sur ce (im)monde Aldrich exprime ce qu'il connait du cinéma, aidé par le succès l'année précédente des ''12 salopards'' qui lui ont permis de gagner une autonomie sans laquelle jamais The Legend of Lylah Clare n'aurait vu le jour. 

Elsa va s'imprégner de son personnage, jusqu'à lui ressembler, jusqu'à l'incarner avec une vraisemblance troublante pour ceux voit à travers elle renaître une idole disparue. Elle prend sa voix, ses attitudes, son audace et sa méchanceté.

Officiellement Lylah est décédée des suites d'une chute dans les escaliers après avoir poignardé un homme qui l'avait suivi jusque chez elle, un ''stalker'' comme on ne disait pas à l'époque ! La réalité est bien différente et Zarkan ne paraît pas étranger au décès de son épouse. Il a néanmoins choisi de garder l'idée de la chute comme cause de la mort de la vedette, de trapèze cette fois.

Kim Novak trouve là son dernier grand rôle et elle donne son maximum dans un double rôle qui n'est pas sans évoquer Vertigo, jusqu'à la chute finale ! Elle est toujours sublime, mais puisqu'elle est une de mes actrices préférées je ne suis pas objectif.

Un comble pour parler de cinéma !

Aldrich n'est pas tendre avec l'industrie du cinéma, ce n'est pas pour rien qu'une publicité, faisant partie du film, montre de jolis toutous mangeant leurs croquettes se transformant en bêtes avides. Ainsi, semble dire le réalisateur en est-il des maîtres de Hollywood qui arrivent avec le sourire et, la réussite aidant, finissent par montrer leurs crocs, souvent faux, et leur avidité de gloire ou d'argent.

La mort rode, c'est elle, là comme ailleurs, qui décide de la fin du tournage.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 09:02

(金田一少年の事件簿Kindaichi shōnen no jikenbo) est un manga scénarisé par Yōzaburō Kanari et dessiné par Fumiya Satō.

Il est prépublié depuis 1992 par Weekly Shōnen Magazine et compilé en 59 tomes répartis sur plusieurs séries. Tonkam qui publiait l'édition française s'est arrêté au vingt-deuxième volume.

Hajimé Kindaichi (金田一 一), est le petit fils du célèbre détective Kosuke Kindaichi, lycéen flemmard mais doté d'une intelligence très au-dessus de la moyenne, ceci pouvant expliquer cela, il se retrouve toujours en prise avec des crimes qu'il solutionne grâce à sa capacité de raisonnement et d'analyse. Aucun détail ne lui échappe et son esprit trouve inéluctablement l'erreur commise par l'assassin.

Son hérédité et ses capacités l'amènent souvent à collaborer avec Isamu Kenmochi (剣持 勇) inspecteur dont la principale qualité est de reconnaître celle de Kindaichi. Il travaille sous la direction du commissaire Kengo Akechi (明智 健悟). Son jeune partenaire l'appelle familièrement papy mais il ne s'en offusque pas. Le commissaire à la différence de son subordonné est jeune, brillant bien que montré rapidement en grade grâce à son père, lui aussi policier. D'abord concurrent d'Hajime dont il s'estime, au début l'égal, il doit rapidement convenir qu'il n'en est rien et qu'il ne peut que tirer profit de l'aide du lycéen.

Hajimé fait le désespoir de sa mère qui rêve pour son fils d'une réussite au niveau de ses aptitudes mais ce n'est pas ce qui intéresse le jeune homme qui s'amuse beaucoup en compagnie de Miyuki Nanase (七瀬 美雪) une amie d'enfance pour laquelle il éprouve plus d'affection qu'il le pense, sentiment réciproque mais que ni l'un ni l'autre ne veulent s'avouer. C'est souvent elle qui par son regard sur les faits porte l'attention d'Hajimé vers le point important qui lui permettra de trouver la clé de l'énigme dans le trousseau des hypothèses et des fausses pistes. Sa curiosité lui fait souvent courir des risques mais Kindaichi est là pour les prendre sur lui bien qu'il ait parfois du mal à sortir de certaines situations. Le détective retrouve souvent une jeune chanteuse Reika Hayami (速水 玲香) qui a rencontré Hajimé pour une fausse émission de télé au cours de sa troisième enquête ''le fantôme des neiges'', le détective étant un grand fan d'une jeune artiste qui n'est pas insensible au charme d'Hajimé. Compétition et jalousie inévitables entre les deux jeunes filles même si Nanase a une longue d'avance.

Kindaichi résout les affaires mais ne sauve pas tout le monde et ne ferme pas les yeux si des amis sont impliqués.

Que serait Sherlock sans Moriarty, il fallait donc un ennemi à Kindaichi, c'est Youichi Takatoh (高遠 遙一) "Le Marionnettiste de l'Enfer". Assassin pour le plaisir, Hajimé s'est promis de l'arrêter.

C'est par la série d'animation que j'ai découvert le manga. Je n'en ai pas encore lu la totalité des tomes publiés en France mais j'y arriverai un jour. Le personnage est sympathique, ses amis également et les énigmes amusantes à suivre. C'est déjà pas si mal.

Pour ce qui est de l'adaptation live je ne l'ai pas, encore, vue. Le cas échéant je vous en ferais part.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:47

(A Walk Among The Tombstones) Scott Frank – 2014 – 114'

Tout commence dans un bar, Matt Scudder le fréquente parce que les policiers n'y paient pas leurs consommations. Alors qu'il déjeune tranquillement trois voyous viennent racketter le propriétaire et lui tirent dessus.

Matt n'oublie pas son métier et se lance, non sans avoir du mal à se lever de table, à la poursuite des agresseurs. Il en tuera deux et blessera le troisième. Un beau score terni par une balle perdue ayant atteint une enfant dans l’œil.

Quelques années plus tard nous retrouvons Scudder que Peter, une relation vient voir alors qu'il mange, dans un autre resto, pour lui proposer une affaire. Scudder hésite, commence par refuser puis se dit qu'il ne risque rien à écouter ce que le frère de son visiteur veut lui proposer alors qu'il n'est plus policier mais pas non plus un détective privé officiel. Il se contente de rendre des services et de recevoir des cadeaux en échange !

Le contrat est simple : la femme de Kenny Kristo a été enlevée puis tuée alors que celui-ci avait payé la rançon. Charge à Scudder de les retrouver et de les amener à Kristo. Matt hésite, regarde autour de lui. La proposition est inhabituelle et Kristo ne lui dit rien qui vaille, pourquoi ne fait-il pas confiance à la police ou appel à des enquêteurs privés officiels. Il comprend vite que son interlocuteur est un trafiquant et qu'il n'a pas signalé la disparition de son épouse, il devrait s'expliquer sur ses revenus, comment il put payer la rançon, et faire face à une curiosité qui lui serait préjudiciable.

Scudder refuse !

Kenny le laisse partir mais ira le voir plus tard pour lui expliquer que son épouse lui fut rendue en morceaux mis dans des sachets comme pour de l'héroïne.

Matt finit par accepter, il va donc mener l'enquête à sa façon, en marge de la police, à la frontière de la légalité, tout en se souvenant de ce qui lui est arrivé alors qu'il était un policier récompensé pour son courage et son efficacité.

Mais pas pour son alcoolisme. Du reste c'est aux AA qu'il fit la connaissance de Peter, lequel ne tient pas longtemps son engagement de sobriété alors que Matt s'y accroche.

L'enquête va être longue, difficile, éprouvante, et montrer que l'épouse de Kristo ne fut pas la première victime, qu'il cherche des tueurs plutôt que des kidnappeurs. Il va remonter le fil des crimes passés en attendant qu'ils recommencent leur tentative d'extorsion de caïds de la drogue, preuve qu'ils connaissent le milieu, comme des policiers pourraient le faire...

Ce n'est pas la première fois que le cinéma met en scène une enquête du héros de Lawrence Block, n'ayant pas vu la précédente je me garderai bien d'établir une comparaison. Liam Neeson est quand à lui impeccable, et meilleur que dans certains de ses derniers films. Il se débat avec sa culpabilité, ses souvenirs, autant qu'avec les tueurs qu'il recherche, tueurs sadiques pour qui le crime est aussi satisfaisant que l'argent qu'ils peuvent soutirer à leurs victimes.

Si le film est un succès, ce que je souhaite, ce pourrait être l'occasion de retrouver Matt Scudder dans une autre aventure. New York grouille de tueurs et Matt est le guide parfait pour faire leur connaissance, par écran interposé, heureusement !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:34

Anthony Stacchi, Graham Annable - 2014

Dans la ville de Chessebridge c'est le fromage qui est le produit ayant la valeur la plus haute, les personnes de haut rang s'enferment pour savourer les produits les plus rares alors que le peuple doit se contenter de quelques miettes.

Sous cette ville se cachent de mystérieuses bestioles, les Boxtrolls, qui portent une boîte en guise de vêtement. Ces créatures sortent la nuit, courent dans les rues en ramassant tout ce qu'ils trouvent pour le recycler, le réutiliser, en faire des machines extraordinaires. Un soir dans la ville un enfant disparaît et les Boxtrolls sont accusés de l'avoir enlevé. Dès lors la psychose règne et un couvre-feu va être instauré pour protéger les habitants.

C'est l'occasion qu'attendait Archibald Trappenard, spécialiste dans la capture de ces petits êtres, dont l'ambition est de gagner le droit de porter un chapeau blanc, signe de la classe dirigeante, celle qui vit dans le luxe et profite des fromages les plus chers. Il propose donc à ''Sa Seigneurie'' le marché suivant : Quand il aura débarrassé la ville de la source de sa crainte.

Bien sûr ces Boxtrolls ne sont pas ce qu'ils paraissent, au contraire, ce sont de petits êtres sympathiques et timides, incapables de violence, et s'ils ont accueilli le petit Eggs dans leur communauté ce n'est pas à la suite d'un enlèvement mais parce que celui-ci leur fut confié par... mais vous en dire plus serait vous priver d'un suspens qui est loin d'être hitchcockien mais qui est la trame d'un film fort plaisant à suivre même si, comme moi, on n'est plus, tout à fait, un enfant.

Le combat va être brutal entre Trappenard et Eggs, aidé par la fille de ''Sa Seigneurie'', Winnie, jeune fille qui ne s'en laisse pas compter et entend bien en savoir plus sur ce petit garçon qu'elle a aperçu une nuit près de chez elle. D'autant que le dératiser n'est pas la seule occupation de Trappenard et que la consommation de fromage a sur lui un effet... que vous découvrirez vous-même.

Le bien et le mal s'affrontent, l'ambition contre l'innocence, dans une ambiance fromagère qui nous fait espérer que le cinéma en odorama ne soit pas pour demain.

 

Ce film est une adaptation du roman Here Be Monsters, d'Alan Snow.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 08:30
Série... dicule !
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages