Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 08:00
La tour Perret (Grenoble)
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 07:06

Un jour par an ce n'est pas trop pour sortir mon âme d'enfant de son bocal. Plus serait lui faire courir des risques...

 

« Ce que j'écris ici ou ailleurs n'intéressera sans doute dans l'avenir que quelques curieux espacés au long des années. Tous les vingt-cinq ou trente ans on exhumera dans des publications confidentielles mon nom et quelques extraits, toujours les mêmes. Les poèmes pour enfants auront survécu un peu plus longtemps que le reste. J'appartiendrai au chapitre de la curiosité limitée. Mais cela durera plus longtemps que beaucoup de paperasses contemporaines. »

 

08 février 1944 

La Fourmi

Une fourmi de dix-huit mètres

Avec un chapeau sur la tête,

Ça n'existe pas, ça n'existe pas.

 

Une fourmi traînant un char

Plein de pingouins et de canards,

Ça n'existe pas, ça n'existe pas.

 

Une fourmi parlant français,

Parlant latin et javanais,

Ça n'existe pas, ça n'existe pas.

 

Eh ! pourquoi pas ?

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 09:11

The Glass Menagerie – Irving Rapper – 1950 - 107'

Alors qu'il est en service dans la marine, Tom Wingfield se remémore sa vie dans un appartement délabré de Saint-Louis avec sa mère Amanda, et sa sœur handicapée Laura. Abandonnée par son mari, Amanda est contrainte de vendre des abonnements, le salaire de son fils employé dans un magasin étant insuffisant. Ce qui ne l'empêche pas de mépriser ses voisins de la classe laborieuse. Elle se fait du souci pour sa fille qui étudie pour devenir secrétaire mais n'est passionnée que par sa collection de figurines d'animaux de verre. Pour assurer l'avenir de Laura elle demande à Tom de trouver un garçon susceptible de la trouver à son goût.

Ce qu'il va faire en la personne de Jim O'Connor ! Or Laura se souvient de lui pour avoir été très populaire dans leur lycée. Feignant d'être malade elle refuse de se joindre au repas mais fini par céder aux demandes de sa mère qui s'arrangera pour les laisser tous les deux ensemble.

Jim est sympathique, pour se rapprocher de la jeune fille il s'intéresse à sa collection puis lui demande de danser avec lui. Peu douée et gênée par sa claudication Laura fait tomber une licorne qui en perd sa corne. Finalement cela lui apparaît comme un signe du destin, la figurine devient un cheval normal, ne peut-elle être elle aussi normale ?

Jim propose à Laura de l'accompagner à la salle de bal "Paradise", Amanda est contente, jusqu'à ce qu'il lui dise être fiancé avec Betty. Laura lui donne la licorne cassée et l'invite à revenir un jour avec sa fiancée, mais après son départ, sa mère accuse Tom d'avoir donné à sa fille des illusions. Heureusement Laura est plus compréhensive. Apparemment délivrée de sa claudication et retrouvant une confiance en soi, Laura attend la visite d'un autre soupirant dans un final optimiste et décalé.

 

The Glass Menagerie – Paul Newman – 1987 – 134'

Ultime réalisation de Paul Newman, injustement oublié comme réalisateurLa Ménagerie de verre est une nouvelle adaptation de la pièce de Tennessee Williams et une des plus réussie, sans doute parce que plus récente que les autres et s'étant débarrassée des codes et d'une façon de faire désormais désuète. Ici les sentiments peuvent s'exprimer sans exubérance ni outrance. Newman a bien retenu la leçon des grands réalisateurs avec lesquels il eu la chance de travailler et eut la chance de travailler avec Michael Balhaus chef opérateur de grande qualité.

Tom (John Malkovich) se dirige vers la maison de son enfance dont il ne reste plus que des ruines. La caméra le suit alors qu'il y pénètre puis s'introduit dans l'appartement qu'il habitait avec sa mère et sa sœur. À l'intérieur il pourra raconter la période qui le vit quitter la maison pour tenter d'exister par lui-même.

Le film respecte la pièce dans sa construction et son découpage. Dans un premier temps nous faisons connaissance avec les personnages, leurs ambitions, rêves, caractères, les chaînes qui les retiennent dont Tom voudra se libérer. Par la suite l'histoire elle-même prend forme et se rapproche du film précédent. C'est la rencontre de Laura et de Jim O'Connor. Nous voyons comment la mère essaie de caser sa fille, ou peut-être de s'en débarrasser. Femme dont la situation est loin d'être ce qu'elle aurait voulu, et ce qu'elle fut à une meilleure époque, elle domine et dirige son petit monde et manipule ses enfants comme sa fille le fait de sa propre ménagerie de verre.

 

 

 

 

La licorne qui se brise est à l'image des protagonistes qui cherchent à se libérer d'une caractéristique qui les emprisonne. La ménagerie n'est plus de verre mais de chairs et d'âmes qui cherchent une réalité difficile à (re)trouver malgré, ou à cause, d'une fragilité qui craint de s'exposer.

 

Deux versions, deux visions d'époques différentes qui en disent aussi long sur elles-mêmes que sur la pièce de Williams, elle même représentative de son temps.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 07:16

Fate/Stay Night (フェイト/ステイナイト) est un jeu créé en 2004 avant de devenir un manga en 2006 par Nishiwaki Datto et le studio Type-Moon. Il fut prépublié entre février 2006 et décembre 2012 dans le magazine Monthly Shonen Ace. En France Pika a édité 17 tomes, au Japon les 20 tomes sont parus.

 

Shirô Emiya, alors qu'il est encore enfant, survit par miracle à un incendie qui ravage une partie de sa ville natale en causant des milliers de morts. Il est recueilli par Kiritsugu Emiya, un homme qui se révèle être un magicien. Celui-ci va s'occuper de lui et l'éduquer comme son fils. Élève au lycée il mène une vie normale, pour ne pas dire banale, s'efforce d'être serviable aussi souvent qu'il le peut. Bref, il est évident qu'il va se passer quelque chose qui va briser la routine de son existence.

Un jour il assiste au combat de deux individus habillés de manière inhabituelle, ceux-ci s'affrontent comme s'il ne devait en rester qu'un. Malheureusement il se fait repérer et s'enfuit. Il ne peut aller loin avant d'être rattrapé, alors que son adversaire va lui porter le coup fatal un étrange pouvoir émane de lui et le protège, temporairement. En effet un nouveau coup va lui être porté... Alors apparaît une guerrière blonde qui s'interpose et le protège avant de lui demander ''Êtes-vous mon maître ?''

Shirô est surpris, mais ce n'est que le début, il va apprendre que régulièrement se déroule un combat entre 7 sorciers, et leurs servants. Le but étant qu'il n'en reste qu'un qui obtiendra le Saint Graal.

Tu parles ! Pense-t-il, mais il devra bien se rendre à l'évidence que c'est bien réel, et que cet affrontement eut déjà lieu, plusieurs fois, pire : l'incendie auquel il échappa de justesse et qui tua sa famille eut lieu pendant le tournoi précédent. Ainsi devra-t-il participer à l'affrontement alors qu'il semble moins doué que les 6 autres maîtres.

Il va faire connaissance avec ses adversaires, les servants de ceux-ci, c'est-à-dire leurs représentant pour les combats. Lui préférerait ne pas s'en mêler, le Graal n'est pas important à ses yeux et il ne voit pas ce qu'il pourrait demander. Néanmoins il devra s'engager, en compagnie de Saber.

7 maîtres donc, 7 servants, chacun étant l'incarnation d'un héros mythique. Saber, experte au maniement de l'épée, utilise Excalibur car elle est l'incarnation d'Arthuria. Elle est avec Shirô et Rin, autre maître et élève dans le même lycée que son concurrent avec lequel elle collabore tout en l'ayant prévenu que ce serait temporaire. Ne sont-ils pas voué à se battre jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un ?

Avançant dans notre lecture nous découvrons les maîtres, les servants, les histoires et caractères des uns et des autres.

Ayant, une fois encore, vu la série avant de lire le manga celui-ci manque de surprise, néanmoins les personnages sont intéressants, complexes et tourmentés. Saber est séduisante, froide et violente en apparence, bien différente une fois son épée rangée et son armure ôtée.

Combien j'aimerais qu'elle me demande si je suis son maître...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 08:12

Aurais-je mieux vécu de ne l'avoir jamais

Croisée ni aperçue par cette étrange fenêtre ?

La folie m'aurait-elle finalement broyée,

Serait-elle devenu l'esclave ou bien le maître ?

 

Ce n'est pas un cadeau, pas même un avantage

De pouvoir regarder au travers des mensonges,

L'humain est un enfant qui serait sans mirage

Perdu dans l'infini plus terrifiant qu'un songe.

 

Le chemin s'est ouvert sans que j'ai rien voulu,

Je regardais ailleurs, attaché à sa voix

Tel Ulysse à son mat en quête d'absolu,

Écoutant les sirènes pour en goûter la loi.

 

J'imagine combien d'esprits furent à ma place,

Soumis à des contraintes qu'ils ne purent endurer ;

Le hasard, je le sais, dans ce palais des glaces

Me donna le pouvoir de savoir où passer.

 

Des peurs et des phobies en récifs attentifs

Fantasmes et pulsions en icebergs aguicheurs,

Goût de miel ou de sang en gouffres réceptifs

Alors que la démence disait être ma sœur !

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 08:06

Monogamythe : N'a qu'une croyance mais ne veut pas la partager avec d'autres.

Muse : Femme de méninges.

Mutilisation : Archaïque façon de faire la quête en feignant d'avoir été amputé d'un membre, d'avoir perdu un œil... Existait au moyen âge, toujours en usage dans certains centre ville.

Mythonner : Préparation psychologique amenant un ''infidèle'' à accepter la ''vraie'' croyance.

Mythrailleur : Illusion justifiant l'emploi de la violence et de toute méthode coercitive afin d'éliminer ses détracteurs. Finalement remplacée au bout de quelques temps par une autre du même genre.

Neuneurologue : Spécialiste des bugs cérébraux, imaginant que le sien fonctionne correctement.

New york : Empire ? Ce tas de buildings !

Noé : Fit de vieux zoo d'un dégat des eaux.

Pitié : Lâcheté. Lâches tes...

Politicard : Son of speech !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Mon dictionnaire
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 07:59
L'oiseau et l'enfant
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 07:38

思い出のマーニーOmoide no MānīHiromas Yonebayashi – 103'

Anna Sasaki est une adolescente solitaire, timide, qui aime le dessin mais n'ose pas montrer ce qu'elle fait par manque de confiance en elle. Elle est mal à l'aise avec les autres et le stress ne vaut rien à son asthme. Après une crise particulièrement violente sa mère adoptive l'envoie à la campagne, au nord d'Hokkaïdo, chez des parents. Le bon air devrait lui faire du bien.

C'est difficile pour la jeune fille de se sentir à son aise dans cet environnement qu'elle ne connaît pas, dans cette chambre qui n'est pas la sienne.

Raison de plus pour continuer à dessiner, activité solitaire s'il en est. Un jour alors qu'elle se promène elle entend des voix, veut passer inaperçue et glisse dans l'herbe puis dévale une pente qui l'amène au bord de marais communiquant avec la mer.

L'endroit la fascine mais plus encore l'immense maison située de l'autre côté. Impossible de résister à l'incompréhensible attraction que celle-ci exerce sur elle. Traverser est facile et pénétrer dans le parc de la demeure l'est aussi. Pas un bruit, pas trace d'une seule présence, poussière et herbes folles semblent avoir pris le contrôle de l'endroit.

Au moment de repartir elle s'apercevra que la marée est montée et que cela lui est impossible. Elle aura pourtant la chance qu'un pécheur de la région passant par là viennent la sauver et la ramène sur la berge. Désormais elle a quelque chose à retrouver, un but.

Par sa famille elle apprend qu'il s'agit de la maison du marais, inhabité depuis quelques années mais en attente de l'installation d'une nouvelle famille qui en a fait l'acquisition.

Alors qu'elle retourne vers le marais une barque semble l'attendre. Pourquoi ne pas l'utiliser, ça lui évitera de se mouiller les pieds. Mais ramer n'est pas son fort et elle va avoir du mal à maîtriser son embarcation et ne réussira que par l'intervention d'une jeune fille blonde qu'il lui semblait avoir déjà aperçue à travers une fenêtre du premier étage alors qu'une femme lui brossait les cheveux. Sans cette intervention son arrivée aurait été plus difficile.

Les deux adolescentes font connaissance, s'entendent à merveille, chacun étant isolée de son côté. Anna fait ainsi connaissance de Marnie, résidente d'une maison inhabitée, mais cela ne l'étonne pas.

Elles vont se revoir, se comprendre comme personne n'aurait pu le faire pour l'une comme pour l'autre.

Elles rient, s'amuse, Anna sera même invitée à une soirée organisée par les parents de Marnie, présentée comme une petite marchande de fleurs.

Un jour Anna découvre une nouvelle famille dans la maison du marais, Marnie n'est pas là mais la nouvelle occupante de la chambre du premier étage l'accueille en la prenant pour elle, lui montrant le journal intime qu'elle aurait tenu. Journal dont les dernières pages sont absentes.

Anna ne comprends pas, elle pense que Marnie est une invention de son esprit...

Ce qui n'est complétement faux. Pour comprendre qui est Marnie, quels sont ces souvenirs, pourquoi elle est là et quel est son lien avec Anna, achetez le, ou téléchargez-le, légalement.

Le dernier Ghibli en date puisqu'il ne connut pas le succès escompté. Après l'échec du Conte de la Princesse Kaguya, le studio a décidé de faire une pause, peut-être pour reconsidérer sa politique. Un film est un produit et sa qualité se calcule, aussi, sur un bilan comptable.

Je préfère ne pas me demander quelle serait ma Marnie ni d'où elle viendrait si je devais la rencontrer... Peut-être êtes vous dans une situation différente. Ce serait sûrement une belle, et émouvante, rencontre. Essayez déjà avec celle que vous propose Yonebayashi !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 07:30

Parmi les motivations transformant un projet en réalité on peut considérer que réunir des peuples peut être un facteur de pacification et de bonne entente entre des peuples qui se découvrant des intérêts communs peuvent enfin se comprendre et s'entendre.

La mer Morte porte bien son nom, depuis trente ans son niveau a chuté de 30 mètres (elle est aujourd'hui à 421 mètres sous celui de l'océan) et sa superficie a diminué d'un tiers. La surexploitation du Jourdain expliquant cette lente agonie avec une forte évaporation due à la chaleur et une faible pluviométrie. Certains hôtels autrefois au bord de la mer en sont maintenant à plus d'un kilomètre. Pour la revivifier l'idée a été lancée fin 2013 de la renflouer avec l'eau de la mer Rouge. Projet risqué techniquement et difficile politiquement.

But principal de ce projet, fournir eau et électricité aux habitants de la région : Israéliens, Jordaniens et Palestiniens. La différence d'altitude entre les mers Rouge et Méditerranée et la mer Morte a depuis longtemps nourris les ambitions des producteurs d'hydroélectricité.

Le projet a donc des arguments solides en sa faveur susceptibles d'intéresser gouvernements et financeurs. En 2005 déjà les pays riverains ont sollicité la Banque mondiale pour l'étudier. Fin 2013, enfin, vint, par un cabinet spécialisé, la recommandation d'un pipeline reliant les deux mers. Il devrait parcourir 180 km, du golfe d'Aqaba à la péninsule de Lisan et pouvoir transférer 2 milliards de mètres cubes par an alimentant une usine de production d'eau potable, par dessalement, et deux centrales hydroélectriques.

Installées à 150 mètres sous la surface, pour ne pas déranger poissons et coraux, deux conduites seront installées et une station de pompage engloutissant 65 m3 par seconde.

Le pipeline devra d'abord atteindre l'altitude de 220 m au château d'eau de Gharandal avant d'entamer sa descente vers la mer Morte entraînant au passage 3 turbines géantes générant 135 mégawatts permettant le dessalement de 850 millions de mètres cubes d'eau douce en 2060.

Sur le papier l'idée est simple, sur le terrain il en va autrement. D'abord les densités et compositions des mers sont différentes, les sels contenus dans l'une et l'autre pourraient produire une réaction inattendue et toxique pour l'environnement par la production d'algues unicellulaire. Les conduites devront être recouvertes de plaques d'acier revêtues de polyuréthane demandant la construction d'usines sidérurgiques sur place pour approvisionner le chantier, sans oublier la production des membranes de dessalement qui devront être renouvelées régulièrement.

Autre difficulté, la sismicité de la région avec la proximité de la faille du Levant. Le dernier séisme ayant eu lieu en 1458 le prochain pourrait atteindre une magnitude 7 sur l'échelle de Richter. La conduite devra donc traverser la faille et pouvoir en supporter le déplacement sans se rompre, une fuite d'eau salée serait catastrophique pour les nappes d'eau douce à proximité du tracé.

La réussite du projet va demander une véritable coopération régionale bénéfique pour chacun. L'hydrodiplomatie et la politique feront-elles bon ménage ?

Faisons semblant d'y croire !

Dans le même ordre d'idée le renflouement du lac Tchad, dont la superficie a diminué de 90%, serait bénéfique aux populations riveraines. Reste à trouver les 800 millions d'euros nécessaires.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 07:00

Cat on a Hot Tin Roof – Richard Brooks – 1958

C'est l'anniversaire de ''Big Daddy'', le patriarche, l'opportunité donc pour la famille de se réunir dans cette immense villa du Sud des états-unis. Maggie et Brick en font partie, un couple qui ne s'entend plus. Brick surmonte difficilement la mort de son meilleur ami, Skipper, dont il impute la responsabilité à son épouse. Pour passer le temps il se réfugie dans l’alcool. Maggie se sent injustement accusée et supporte mal que son mari ne veuille plus accomplir le devoir conjugal. Quand elle se compare à ''chatte sur un toit brûlant'' Brick lui conseille de prendre un amant. Cooper est le frère de Brick, lui et sa famille, son hystérique d'épouse et leur cinq ''monstres sans tête'' sont là pour essayer de capter l'héritage de ''Big Daddy'' dont ils sentent qu'il n'en a plus pour longtemps. Mais Brick est le fils préféré et Cooper va tout tenter pour démontrer qu'il n'est pas digne de ce privilège.

Difficile pour Brick de s'accepter, de faire face à la réalité, que ce soit la sienne ou celle de sa famille. Les apparences vont être difficiles à conserver.

La pièce de Tennessee Williams avait eu un grand succès à Broadway et rapidement un film avait été prévu, mis en scène par Joshua Logan avec Grace Kelly dans le rôle féminin principal. Celle-ci quittant Hollywood pour Monaco fait que le projet doit être revu. C'est Ava Gardner qui est pressentie pour la remplacé avec George Cukor cette fois derrière la caméra. Celui-ci pourtant se retirera en raison des contraintes morales de l'époque interdisant que le sujet principal de la pièce soit traité correctement, c'est-à-dire l'homosexualité de Brick dont Skipper était l'amant plus que le meilleur ami. Mankiewicz se propose mais le script échoira à Richard Brooks qui passera la vraie relation Brick/Skipper sous silence. Plus tard il s'en expliquera, faisant remarquer que l'évidence de l'homosexualité de Brick n'était pas indispensable dans le déroulement du film. Difficile pourtant de justifier qu'un homme puisse ne pas être attiré par Elizabeth Taylor, la rendre responsable du décès de son ami permettait d'expliquer que le personnage de Paul Newman ait perdu tout désir pour son épouse et aille même jusqu'à s'essuyer la bouche après chaque baiser. Le film était une commande pour Brooks dont la réalisation précédente était un échec, il lui fallait se refaire et donc s’accommoder des souhaits de la MGM. Celle-ci aura eu, de son point de vue, raison puisque le film fut le plus grand succès sur le territoire américain en 1958.

Outre l'homosexualité, discrètement abordée, le film traite aussi de la frustration féminine mais aussi sur l'hypocrisie menant les relations dans une famille riche où le deuxième fils est prêt à tout pour s'emparer de l'héritage. Tout est apparences, mensonges, méchanceté mal contenue et besoin de sauvegarder les apparences.

Sans oublier que le patriarche n'est pas insensible au charme de sa bru, allant jusqu'à lui confier qu'à la place de son fils il lui aurait déjà fait une tripotée d'enfants.

La distribution est fantastique mais dominée par une Elizabeth Taylor extraordinaire, prise entre sa gentillesse, surprenante dans cette famille, et des désirs qui ne la laissent pas en paix. Elle retrouvera Tennessee Williams dans le film de Mankiewicz : Soudain l'été dernier. Je vous le présenterai prochainement. Burl Ives est impressionnant dans le rôle de ''Big Daddy'' et Paul Newman rend parfaitement les tourments de Brick, seul depuis la mort de Skipper face à lui-même, entre ce qu'il est et ce qu'il devrait être.

Finalement chacun pourra exprimer ce qu'il a sur le cœur et sur la conscience. Le calme va revenir.

Pour combien de temps, ça c'est une autre histoire !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages