Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 08:00
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 08:00

DOSSIER Pour la SCIENCE 92 

Intelligence : Notre cerveau a-t-il atteint ses limites ?

(Michel HABIB)

Les surdoués pensent-ils différemment ? Leur cerveau serait plus fortement connecté et suivrait une maturation accélérée pendant enfance et adolescence.

En 2013 Maximilian a dix ans, il est suisse et vient de passer son baccalauréat de mathématiques et va entrer à l'université. Son père est professeur de maths comme le père de Mozart était musicien. Pour autant les enfants dans ce genre d'environnement qui deviennent des prodiges relèvent de l'exception, moins de 1 sur 10 000.

Le génie est l'exemple d'une faculté issue de la rencontre d'un milieu et d'un 'don'. Les neurosciences s'intéressent aux cerveaux de ces êtres. Fonctionnement différent, agencement particulier des neurones ou des aires cérébrales ?

Le Centre américain de la santé mentale du Maryland, conduite par Jay Giedd, a examiné le cerveau de 307 individus à divers moments de leur vie. S'intéressant à l'épaisseur du cortex, la partie externe du cerveau où sont traitées les informations sensorielles et motrices, et où elles sont combinées pour donner lieu à des raisonnements et des intentions. Au fil des ans il vit se dégager trois tendances. Les personnes d'intelligence normale (QI entre 83 et 108) voient leur cortex s'amincir entre 7 et 19 ans. Les personnes d'intelligence élevée (entre 109 et 120) voient leur cortex s'amincir également mais d'une épaisseur plus grande au départ. Enfin, les personnes d'intelligence supérieur (121 à 149, en grande partie des surdoués) présentent un profil différent. À 7 ans leur cortex est plus mince. De 7 à 11 ans il s'épaissit rapidement pour ensuite s'amincir comme les autres, mais plus vite.

L'épaisseur du cortex dépend du nombre de neurones et de la quantité de connexions les reliant. Il atteint son maximum entre 1 et 2 ans pour les neurones, et 2 à 3 ans pour les synapses. D'autres facteurs modulent l'épaisseur du cortex, par exemple la quantité de cellules gliales et la gaine isolante à base de lipides entourant les prolongements (axones) des neurones. Une fois le maximum atteint, le nombre global de neurones tend à diminuer, comme celui des synapses.on pense que l'élimination de certaines synapses permet l'apprentissage en créant des voies privilégiées de traitement de l'information. Normal donc que le cortex s'amincisse chez les personnes d'intelligence moyenne ou élevée.

Les mécanismes à l’œuvre dans le cerveau en phase de construction sont multiples et étroitement imbriqués. Une certitude demeure : le cortex des surdoués semble plus changeant et plastique que celui des personnes d'intelligence normale. Des facteurs génétiques expliqueraient cette différence biologique mais trouver les bases génétiques de l'intelligence est difficile. L'environnement de l'enfant est important. L'épaisseur du cortex n'est pas la seule différence notable chez les surdoués, les voies de communication entre les parties du cerveau joue un rôle important. Connexions formées de faisceaux de fibres ressemblant à des câbles optiques visible grâce à l'imagerie par tenseur de diffusion.

Le développement de ces fibres de substance blanche semble lié à l'intelligence : plus le QI est élevé plus ces structures semblent développées, principalement du faisceau arqué et surtout de sa partie moyenne nomme territoire de Geschwind, plaque tournante des informations sensorielles, dont les neurones se projettent sur les aires impliquées dans la motricité. La substance blanche véhicule l’information sur de grandes distances au sein du cerveau, faisant travailler ensemble des territoires distants. La communication renforcée entre les parties frontales et pariétales du cerveau semble constituer une composante clé du très haut potentiel intellectuel. Les réseaux fronto-pariétaux sont actifs particulièrement lors de tâches faisant intervenir l'intelligence ''fluide'' (qui permet des réponses multiples à un problème) par opposition à une forme d'intelligence ''cristallisée'' qui suppose de trouver la solution unique à un problème.

Pourquoi le développement particulier de telles connexions entre l'avant et l'arrière du cerveau procure-t-il des capacités mentales hors du commun ? Être surdoué c’est avoir un cerveau où certaines connexions seraient peut-être plus robustes ou efficaces se traduisant par un fonctionnement cérébral particulier dans certaines tâches.

Au repos aussi leur cerveau fonctionne autrement. L'approche dite de ''connectivité au repos'' montre une plus forte connectivité dans le lobe frontal et entre les lobes frontaux et pariétaux, y compris lorsque ces sujets ne font rien de particulier. ''La vertu ne s'apprend pas plus que le génie'' disait Schopenhauer, l'innéité de ces hauts potentiels pose encore question. La génétique n'indique pas de gènes sous-tendant ces particularité.

Heureusement génétique et neuroscience ne nous ont pas encore livré le code du génie.

L'hérédité biologique du génie peutt avoir des inconvénients. Dean Keith Simonton passa en revue plusieurs études et mis au jour un lien entre génie et maladie mentale. Des écrivains auraient leur place dans la catégorie ''psychopathologique''. Les artistes très créatifs apparaissent égocentriques, froids, impulsifs, agressifs et obstinés. Les scientifiques les plus éminents sont réservés, solennels, intrinsèquement inquiets, précis et critiques. Les génies ne constituent donc pas un groupe ''normal''. En 2009 Szabolcs Kéri constata que ces individus portaient une version atypique du gène de la neuréguline 1. variant génétique associé à un risque élevé de développer une maladie mentale.

S'aventurer dans des territoires inconnus et revenir souvent sur ses pas est un trait commun aux génies créatifs. Ils consacrent un temps considérable à maîtriser leur technique mais poursuivent aussi d'autres intérêts. Leur ouverture aux idées nouvelles et l'éventail de leurs centres d'intérêts les stimulent et peuvent enrichier les variations aveugles.

Schopenhauer disait ''Le talent atteint une cible que personne ne peut atteindre ; le génie atteint une cible que personne d'autre ne peut voir.'' Les grands esprits utilisent les mêmes flèches que tout le monde, mais les leurs atteignent des mondes inconnus.

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:42

몬스터Joo Sung-woo – MBC – 2016 – 50 épisodes 

1% de la population opprime, et oppresse, les 99% restant, d'un côté un PDG et ses enfants qui traversent le hall de leur building alors que leurs employés s'inclinent à leur passage, de l'autre un mendiant jouant de l'harmonica dans le métro pour récolter quelques pièce alors que les voyageurs se moquent de lui et le font tomber.

Cet homme pourtant ne prévoit pas de mourir même s'il vole la gamelle d'un chien pour se nourrir. Il doit vivre pour prendre sa revanche sur ceux qui lui ont tout pris.

6 ans plus tôt la famille est réunie pour l'anniversaire de Lee Guk Sheol, quand un homme entre et donne une enveloppe au chef de maison. Celui-ci ayant vu ce qu'elle contient affirme qu'il doit partir. Quelques heures plus tard Guk Sheol et ses parents rentrent chez eux quand les freins de leur voiture lâchent. Après avoir évité un camion la voiture se retrouve en équilibre au-dessus du vide. La mère parvient à faire sortir son fils mais elle ne peut en faire autant, sa jambe étant coincée.

Quand un véhicule s'arrête elle espère être sauvée par la personne en rouge qui s'approche, mais celle-ci au contraire pousse leur auto dans le vide, et s'en va, accordant juste un regard à l'adolescent au visage en sang sur la route. Il se réveillera plus tard, à l'hôpital, les yeux enveloppés de bandages, apprendra le sort de ses parents et qu'il restera aveugle. Sa tante n'est pas peinée parce qui lui arrive, elle était en désaccord avec les défunts à propos de la gestion de leur hôpital, d'un industriel pharmaceutique, Dodo, désireux d'y investir, pour, au passage, s'assurer des tests de médicaments favorables à ses productions. Par coïncidence, et fort opportunément, le laboratoire s'occupant de ces vérifications a brûlé, elles vont devoir être reprises... Quelle chance !

Guk Sheol reste seul, ce n'est pas sa ''famille'' qui va l'aider, et l'investissement de dodo va pouvoir se réaliser.

Il va grandir, seul, aveugle, mais depuis qu'il a perdu la vue son audition s'est accrue dans des proportions considérables, il peut entendre des murmures tenus très loin de lui. Ça tombe bien puisque ses employés s'évertuent à le voler. Étant l'héritier il peut aisément les faire licencier. Mais sa plus grande crainte est que sa tante ne le fasse tuer avant son anniversaire suivant, à sa majorité il sera l'héritier effectif.

Lors d'une visite à l'hôpital Sudo, le sien, il est pris à parti par un malade qui se trouve être le fils, souffrant d'une maladie rare, de M. Cha, chef de ses gardes du corps. Dommage pour celui-ci qui sera renvoyé sur le champ malgré sa demande de pardon. Le hasard, aidé des scénaristes, est malicieux, la fille du garde, sœur de l'agresseur, Jeong Eun, est engagée dans la résidence de Guk Sheol. L'un reconnaissant l'autre immédiatement mais la jeune femme ne fait pas l'erreur de mentir. Elle est donc engagée et entre au service du jeune homme, en devant l'appeler ''jeune maître'', c'est plus chic.

La tante continue à chercher comment évincer son neveu, d'abord en demandant à Jeong Eun de lui rapporter fidèlement ce qu'il fait. Mais Guk Sheol a tout entendu et renvoie la jeune fille, qui en profite pour lui dire ce qu'elle pense de lui.

La signature avec l'entreprise Dodo arrive, Guk Sheol veut l'empêcher mais son avocat le trahit et le fait enfermer. Seul et aveugle que peut-il faire, sinon s’enfuir par la fenêtre, et, alors qu'il cherche un taxi tombe sur Jong Eun qui accepte de le conduire. Ainsi arrivera-t-il juste à temps pour empêcher la signature.

Mais le traître n'est pas la tante, c'est son époux ! S'il n'avait pas une maîtresse, se prêtant ainsi au chantage, il aurait peut-être agit autrement et quand son épouse le menace d'une enquête il affirme qu'il l'accusera d'être la responsable de tout.

Guk Sheol voudrait réengager Jeong Eun mais celle-ci l'évite, alors il fait rendre à M. Cha son ancien travail et au fils de celui-ci sa place à l'hôpital.

Rien ne va plus pour la tante de Guk Sheol, elle veut surprendre son mari, Il Jae, avec Jin Soo, sa maîtresse, le faire accuser d'adultère, et divorcer sans rien lui devoir. Les deux femmes se battent, la tante bascule dans l'escalier. Et meurt sur le coup !

Jeong Eun est revenue auprès de Guk Sheol. Byun Il Jae est débarrassé de son épouse il lui reste Guk Sheol. Il va mettre au point un plan diabolique, une machination pour détruire sa cible, utiliser un faux tueur pour déstabiliser le jeune homme et l'attirer dans un piège où il serait soumis à un virus mutant, le MK2, idéal pour éliminer un gêneur. Jeong Eun et Guk Sheol cherchent l'imperméable rouge que l'assassin affirme être là. Le poison est libéré, les jeunes gens sont enfermés, intoxiqués. Mais M. Cha qui passait par là se rend compte de ce qui se passe et intervient juste à temps. Guk Sheol comprend de quel virus il s'agit, il sait qu'il y a un vaccin dont sa mère lui avait parlé, mais une seule dose qu'il destine à son amie, qui refuse et la lui injecte.

Au final 7 personnes ont été atteintes par le virus qui s'est répandue quand M. Cha a ouvert la porte pour sauvez sa fille. Le faux tueur Go Joo Tae est finalement arrêté, le corps de la tante retrouvé. Le premier affirmera, il est bien payé pour cela, que c'est Guk Sheol qui l'a payé la tuer.

Le jeune homme est arrêté, emprisonné dans la même prison que Go, il espère lui soutirer des renseignements alors que le faux meurtrier a pour mission d'en devenir un vrai, en le tuant. 4 millions de dollars sont autant de motivations.

Bref tout s'annonce mal mais Guk Sheol ne va pas se laisser faire. Il est handicapé mais intelligent, ça l'aidera, et il en aura bien besoin.

Cha Jeong Eun se réveille, le vaccin tiré du sang de M. Lee s'avère efficace, en revanche Go se découvre infecté, seul le sang de celui qu'il devait tuer peut le sauver, un comble ! Et un moyen de pression pour le jeune homme. Go avoue que M. Byun était son commanditaire et qu'il l'a entendu affirmer qu'une opération rendrait sa vue à Lee. Malheureusement Go meurt avant d'avoir témoigné. Byun ne manque pas d'imagination et monte un autre stratagème pour faire accuser son neveu. Il va le faire s'échapper, le récupérer et le pousser à se jeter dans le fleuve Han.

Ils n'ont pas remarqué qu'une jeune femme les avait observé.

Pas de suspens, Guk Sheol a survécu, il va devoir survivre dans la rue, dans une décharge publique. Un nouveau nom, une nouvelle vie mais toujours le désir de prendre sa revanche, aidé de Ok Chae Ryun, la jeune femme qui avait tenté de l'aider sur le pont avant de le voir sauter. Ils vont avoir 48 épisodes devant eux.

J'avoue que c'est un peu long.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Drama Corée
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 08:00

The Flying Deuces – A. Edward Sutherland – 1939 – 69'

 

Laurel et Hardy sont en vacances, en France, à Paris. Ils sont installés dans un hôtel où Oliver fait la connaissance de Georgette, la fille du patron. Il tombe sous le charme de celle-ci, imagine l'avenir, rêve de... rien, puisqu'il apprend que celle-ci est fiancée, à François. Sous le coup de la déception Hardy veut se suicider, en se jetant dans la Seine, lesté d'une lourde pierre, mais François lui propose plutôt de s'engager dans la Légion étrangère, lui-même étant déjà officier dans cet unité.

Ce qu'il fait, en compagnie de son inséparable ami.

 

Autant dire que la situation va les surprendre et qu'ils auront du mal à se faire à la discipline militaire, horaires, manœuvres, exercices... À tel point qu'ils seront condamnés à mort. Ils échappent, de peu, au peloton, en avion mais, le destin est cruel, celui-ci a un accident et s'écrase. Hardy voulait mourir, son vœu va être réalisé.

 

Heureusement, nous sommes dans une comédie. Quand il rentre chez lui, seul, suivant un interminable chemin de terre, Stan retrouve son ami, réincarné en cheval. Impossible de ne pas le reconnaître, celui-ci porte un chapeau melon et une moustache.

Un film du duo ne pouvant se terminer autrement. Laurel aura toujours été le porteur d'émotion du binôme, celui par qui la poésie pouvait passer sur l'écran, entre deux gags, subis plus que joués, par son complice. Le moyen surtout de souligner le talent de Laurel. Plutôt que suivre l'action, observer son jeu suffit souvent à rendre intéressant un film qui ne serait qu'un parmi la centaine tournée par nos compères.

Pas un chef d’œuvre, réussir le passage du muet au parlant avait déjà été réussi, au fil des années pourtant les gags finissent par se ressembler, se caricaturer. La mort de Oliver, permet de changer le point de vue sur cette réalisation. Le spectateur s'attend à voir sortir nos héros, titubant, noir de suie, les vêtements en lambeaux. Et non !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 08:00

DOSSIER Pour la SCIENCE 92

Intelligence : Notre cerveau a-t-il atteint ses limites ?

(James FLYNN)

Plusieurs études montrent que le QI humain a crût pendant le XXe siècle. Quelle est la part des gènes, de l'environnement, de l'évolution de la société dans ces résultats ? Quelles facettes de l'intelligence sont-elles concernées par cette augmentation ?

 

Les études menées depuis plusieurs décennies montrent l'augmentation du QI de la population. L'intelligence humaine progresse, et, surtout, cela se poursuivra-t-il dans l'avenir ?

Les enfants d'aujourd'hui sont-ils nettement plus intelligents que leurs parents ? Les tests de QI sont-ils de bonnes mesures de l'intelligence ? Nombres de paradoxes naquirent de ces interrogations, aujourd'hui nous sommes capables de les résoudre, de mieux apprécier la nature de l'intelligence autant que le gouffre qui sépare notre esprit de celui de nos ancêtres.

Comprendre l'intelligence c'est comme comprendre l'atome, il faut déterminer ce qui en réunit les composantes comme ce qui les sépare. Le premier facteur est celui de ''l'intelligence générale'' noté G. le second, concerne les ''compétences cognitives''. Le meilleur test d'évaluation de ces facteurs est le test de Wechsler pour enfants, ou WISC, utilisé depuis 1947, du nom du psychologue David Wechsler.

Pourtant si entre 1971 et 2002 les élèves de CM et de 4e ont progressé en lecture de 4 points de QI, en terminale on n'enregistre quasiment aucune progression. Preuve que les enfants peuvent lire plus jeunes la littérature préadulte mais qu'ils ne sont pas mieux préparés à la littérature adulte. Entre 1973 et 2000 les progrès en mathématiques correspondent à 7 points de QI. En terminale le gain s'annule. Les enfants maitrisent les compétences calculatoires plus jeune mais n'ont pas progressé dans le raisonnement mathématique.

Portant ces résultats vers le passé nous aurions un individu en 1900 ayant un QI moyen compris entre 50 et 70, quand à Aristote il serait à – 1000 ! bien sûr il n'en est rien dans les deux cas. Nos ancêtres n'étaient pas moins intelligents que nous, leur intelligence était ancrée dans leur quotidien.

L'intelligence est en partie génétique et pourtant l'intelligence globale dans les test semble déterminée par des changements sociaux. Le progrès économique a créé une classe moyenne avec de nouvelles attentes relatives à la stimulation intellectuelle des enfants ; à l'accession à des métiers bien payés où ils doivent faire preuve d'inventivité » ; à des loisirs plus exigeants sur le plan cognitif. Tout le monde souhaite améliorer ses performances, ce qui rehausse la moyenne ; tout le monde cherche à se hisser au-dessus de cette nouvelle moyenne, ce qui la remonte. Il en résulte une élévation spectaculaire des compétences cognitives en une seule génération.

En fait il est difficile de parler d'intelligence, et plus encore de sa mesure. Les données doivent être interprétées avec une connaissance avisée des changements sociaux qui mettent l'accent sur l'une ou l'autre composante de l'intelligence. Il est probable que l'intelligence générale, capacité mentale située au carrefour des composantes de l'intelligence, est restée à peu près identique depuis des siècles.

Quand à la progression du QI certaines prétendent qu'elle s'est arrêtée dans les années 1990, du moins dans les pays industrialisés.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 08:00
Saint-Louis des Français (Rome)
Saint-Louis des Français (Rome)
Saint-Louis des Français (Rome)
Saint-Louis des Français (Rome)
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 08:00

Âmnésie : Oubli, volontaire, que nous avions une conscience, tiens, d'ailleurs, c'est quoi une conscience, elle est où la définition ?

Âmniotique : Climat rassurant fait d'une douce température et d'un environnement hostiles aux interrogations.

Amour : Cocktail hormonal dissolvant la lucidité pour permettre de nouvelles associations de gamètes.

Automobiliste : Individu qui peut passer d'une position assise temporaire à une position allongée définitive le temps de répondre à son téléphone.

Crédoxomane : Individu ayant besoin de sa dose de rites à intervalles réguliers.

Crédoxomanie : Dépendance à l'a consommation de rites et rituels plusieurs fois par jour. Atteint principalement les individus à la personnalité faible. Se transmet souvent par l'éducation.

Droit : Argument du gibier pour échapper au prédateur en lui disait que ce qu'il s'apprête à faire n'est pas autorisé... par les représentants des proies qui l'utilisent pour exploiter les victimes en prétendant les défendre.

Empothéose : Incroyable d'avoir un tel talent pour dire et faire ce qui ne convient pas.

Ensangble : Quel goût commun peut-il être plus fort que celui du sang, que l'on fait couler.

Étiquotest : Regarder attentivement, jusqu'à l'excès, les renseignements disponibles sur chaque produit pour être sûr de faire le bon achat.

Excarnation : N'avoir de personnalité que celle que l'on rencontre avec le risque de conserver un peu de chacun comme un puzzle aux pièces incohérentes.

Grhaines : Petites pensées rances aimant les esprits bornés pour y croître et proliférer jusqu'à l'envahir totalement et qu'il considère qu'elles seules sont valides, permises, justifiées.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Mon dictionnaire
commenter cet article
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 08:00

Fantastique, mythe et modernitéColloque de Cerisy

Éditions Dervy 2002

Ce colloque qui a lieu chaque année à Cerisy-la-Salle réunit pendant l'été, artistes, chercheurs (en quoi?) étudiants... dans le but de confronter idées et points de vues sur des sujets culturels et scientifiques. En 1995 Lovecraft était le principal sujet d'intérêt des intervenants avec pour ambition de faire le point sur cet auteur, 30 ans après la parution du Cahier de l'Herne qui lui fut consacré, à la lumière des travaux les plus récents. Étudiant les divers aspects d'une œuvre située à la confluence de traditions diverses, d'époques en mutations, d'idées nouvelles devant s'imposer au début du vingtième siècle.

HPL se revendiquait l'héritier de divers auteurs, Poe, Machen, Lord Dunsany... s'opposait à la littérature réaliste de son temps et cherchait à retrouver le style du XVIII ème siècle.

L'intérêt de ce volume est de regrouper des points de vue divers sur Lovecraft, ses relations avec la mythologie comme avec une science ouvrant de nouvelles voies.

Cinq parties peuvent regrouper les angles d'approches, d'abord le texte, inaugural, de Maurice Lévy, qui ne craint pas d'en évoquer les limites et défauts, d'y trouver dérives et délires, tout en en soulignant l'importance et l'originalité ; Donald Burleson en rappelle les thématiques principales et comment elles peuvent être placées dans la mouvance de Jacques Derrida et de la théorie de la déconstruction (!). Gilles Menegaldo met en lumière la figure tutélaire de Poe sans que Howard en soit l'héritier ou le continuateur.

Alain Chareyre-Méjan est philosophe et spécialiste d'esthétique, il montre l'importance du son, du cri, dans la fiction de Lovecraft. Roger Bezzoto postule que le monstrueux, non seulement renvoie à l’effroi, mais fonctionne comme discours articulé à une rhétorique. Le montre lovecraftien induit une originalité dans sa prolifération même.

Denis Mellier remet en cause les reproches d'excès souvent fait au natif de Providence, lesquels ont pour but de provoquer une véritable peur cosmique chez le lecteur. Excès et visibilité étant les signes d'une poétique.

Max Duperray met ses pas dans ceux de Randolph Carter, héros du cycle de Kadath, observe l'esthétique et le sublime du texte, plaçant en évidence le motif du visage, et du masque, comme but ultime de la quête. Pour Michel Graux la plupart des textes de HPL ne sont que des récits de meurtres déguisés en récits fantastiques. Le ''monstre'' justifiant la mort du narrateur.

Michel Meurger analyse un corpus de nouvelles et propose un renversement de perspective en regardant non vers le futur mais vers le passé lointain de notre planète. Il repère des motifs récurrents : civilisations anciennes, architecture gigantesque, immensité du savoir, régression et décadence. William Schnabel examine différentes modalité du double en se fondant sur l'analyse de plusieurs textes, ''L'Affaire Charles Dexter Ward'' ou ''L'Abomination de Dunwich'', éclairant la hantise de l'écrivain comme si le double répondait à un besoin inconscient.

La quatrième partie est centré sur le rapport entre ésotérisme et fiction, étudiant d'autres écrivains, tels C. A. Smith ou R. E. Howard prouvant que dans les années 1920 et 1930 un contexte favorisant l'exploitation littéraire d'un savoir ésotérique. De multiples intervenant explorent cette voie, quand à la cinquième et dernière partie elle est consacrée à la relation entre les contes de Lovecraft et le cinéma

21 spécialistes éclairent d'un nouveau jour les créations du Maître de Providence au fil d'interventions passionnantes réunies dans ce livre dont la couverture est due à Philippe Druillet.

Rien n'étant parfait, dans le monde de l'édition comme dans tous les autres, il est amusant de noter la faute, grossière, commise sur la tranche.

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Lovecraft
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 08:00

DOSSIER Pour la SCIENCE 92 

Intelligence : Notre cerveau a-t-il atteint ses limites ?

(Olivier HOUDÉ)

Nos capacités cognitives sont quantifiées, examinées, testées. Les neurobiologistes nous trouvent 8 intelligences et nous serions de plus en plus intelligents au fil des générations. On commence à percer les secrets du génie. Où s'arrêtera le cerveau humain ?

 

Du psychologue suisse Jean Piaget, qui affirma le premier que l'intelligence humaine représente l'optimum de l'adaptation biologique et qu'elle atteint son point d'excellence dans le développement de l'enfant, par la logique et les mathématiques, nous avons une conception monolithique de l'intelligence : les capacités logiques et mathématiques seraient le miroir général du potentiel intellectuel de chacun.

Une vision qui évolue. D'autres psychologues et spécialistes de l'éducation défendent une conception moins unilatérale et plus ouverte de l'intelligence tout en soulignant qu'elle constitue une propriété biologique de notre cerveau. Notre intelligence s'exprime sous des formes multiples et relativement autonomes, l'intelligence logico-mathématique, mais aussi visuelle-spatiale, interpersonnelle, corpotelle-kinesthésique, verbo-linguistique, interpersonnelle, musicale rythmique et naturaliste-écologiste. Ainsi se présente la théorie de Howard Gardner. Ces intelligences sont-elles à l’œuvre dans notre tête ? Peut-on les voir fonctionner ?

Gardner et Piaget s'accordent sur un point : l'intelligence, unique ou multiple, est une fonction du cerveau. Les progrès de l'informatique, des sciences cognitives et de l'imagerie cérébrale montrent en images numériques tridimensionnelles des réseaux cérébraux de l'adulte ou de l'enfant. On voit qu'à chaque bloc correspond une intelligence, la multiplicité des intelligence est donc, dans notre cerveau, une réalité. Quand à savoir ce qui détermine le talent de tel ou tel individu pour une forme d'intelligence, mystère ! Il est clair que l'environnement précoce renforce et développe fortement l'affinité d'un enfant, puis d'un ado, pour l'une ou l'autre faculté. La plasticité neuronale, stimulée dans la famille et à l’école, rendra chaque cerveau unique. Il devient possible de promouvoir une conception dynamique de l'éducation des facettes du potentiel humain.

L'imagerie cérébrale nous apprend qu'une partie de notre cerveau, le cortex préfrontal, est impliquée dans de nombreuses formes d'intelligence. De nouvelles pédagogies permettraient d'exercer cette zone de convergence afin de renforcer les passerelles entre les multiples potentiels du cerveau. Bref, d'apprendre à jongler avec ses intelligences. Il en manque une dans la théorie de Gardner, celle qui permettrait de choisir celle qui est adaptée à chaque situation. Une capacité au-dessus des autres, une méta-intelligence, de sélection. Acceptant que coexistent diverses intelligences il faut une fonction biologique d'arbitrage. Pour moi, le ressort de cette intelligence est la résistance cognitive, la capacité d'arbitrage de notre méta-intelligence.

Le développement des cortex frontaux est donc un enjeu social et civilisationnel. Et il ne coule pas de source !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 08:00

TEXTE : HENRI VERNES – DESSINS : GERALD FORTON – DARGAUD S.A. ÉDITEUR – 1967

Il pleut sur la Dordogne et sur le vieux monastère appartenant à Bob Morane. Bill Ballantine ronchonne, heureusement il a du whisky pour s'occuper. Alors qu'ils se préparent à aller se coucher on sonne à la porte. Le professeur Hunter demande à voir le commandant. C'est un vieil ami, un scientifique qui mit au point une machine à explorer le temps basée sur les vibrations de la lumière avec laquelle nos amis vécurent une étonnante aventure [mais non réalisée en bédé avant celle-ci]. Le savant améliora son engin et vient demander à B&B de la tester pour lui, il vient en effet d'avoir un accident qui l'en rend incapable.

Morane accepte, évidemment !

L'appareil est apporté en pièces détachées, monté, prêt à l'action.

Un essai est prévu pour le lendemain mais la nuit même un homme s'introduit dans l'espèce de soucoupe, tente de l'activer, mais il ignore qu'une pièce manque sans laquelle il ne fonctionne plus. Pour en savoir plus il se cache dans l'engin.

L'heure est venue du test, Morane fait décoller l'engin au-dessus du monastère, active le système de déplacement temporel... et se retrouve au Moyen-âge. Les aventuriers atterrissent puis partent en exploration de la région, suivi de peu par l'intrus qui a compris qu'une pièce manquait.

C'est l'hiver, la neige recouvre la région, les loups sont en manque de proie et portent leur curiosité vers nos amis qui luttent tant qu'ils peuvent. Le combat tourne à leur désavantage mais une troupe de cavaliers menés par une belle jeune fille vêtue de noir et au visage triste survient et font déguerpir les canidés.

Ils se présentent comme des seigneurs étrangers ayant fait vœu de se rendre en Terre Sainte en voyageant tels des troubadours. La cavalière se présente : Comtesse Yolande de Mauregard, puis les invite à égayer les soirées tristes et froides de son château. Alors qu'ils s'y rendent ils notent que les manants croisés semblent craindre la jeune femme. Le soir c'est l'heure du spectacle mais les invités s'amusent peu. Yolande demande alors s'ils savent chanter. Morane s'exécute, avec des chansons de son époque, forcément inconnues de tous.

L'épée du Paladin

L'ambiance se réchauffe, finalement la belle comtesse raconte son histoire et pourquoi on l'appelle la Princesse Maudite. Cela remonte au temps de Charlemagne quand celui-ci fut trahit par Ganelon, lequel par la suite aurait épousé une Mauregard dont Yolande serait la descendante, comme celle du traître.

De son côté le clandestin s'ennuie et décide de se rendre au village. Dans l'auberge il surprend une conversation où il est question de deux hommes accueillis par la Comtesse. Pour notre homme c'est l'occasion qu'il guettait. Il se fait passer auprès d'ennemis de Yolande, les seigneurs de la Hénaurmerie, de son état de chasseur de sorciers, une opportunité que ne vont pas laisser passer Norbert, Sigbert et Ostrebert !

La rumeur commence à courir puis une troupe menée par les Hénaurmes s'approche. L'assaut est donné, violent, mais les agresseurs sont forcés de reculer.

L'épée du Paladin

Mais ce n'est que partie remise. La seule solution est de prouver que Yolande n'est pas la descendante de Ganelon, et la machine à voyager dans le temps va les aider. Bob et Bill sortent discrètement du château et se mettent en route. Ils assistent au piège tendu par les sarrasins qui tuent Roland et sa troupe. Les troupes de Charlemagne arrivent trop tard mais se lancent en chasse des assassins, laissant l'épée de Roland dont Morane entend s'emparer. De leur position Morane et Ballantine voient s'approcher les envahisseurs et vont avertir les Francs, assurant ainsi leur victoire. Pour prix de leur aide ils ne demandent qu'un acte signé de l'Empereur certifiant que l'épouse du traître était une Beauregard et non une Mauregard.

L'épée du Paladin

Retour vers Yolande, avec le précieux manuscrit qu'ils transmettent au roi Charles V qui s'ennuyant après avoir mis les anglais en déroute décide de venir en aide à la Comtesse. Les frères de la Hénaurmerie doutent et Morane leur montre l'épée de Roland comme preuve. Sans se démonter les triplés demandent une preuve, cette épée fracassa un rocher, elle peut le refaire. Le roi accepte l'épreuve et Morane s'approche du bloc, lève sa lame, craignant pour son avenir. Et l'incroyable se produit, la bloc est vendu. Mais ça ne suffit pas à nos trois forbans qui demandent le jugement de dieu.

Pas de suspens, une fois encore Bob et Bill seront vainqueurs !

 

Mais l'heure du départ approche, impossible pour nos voyageurs du temps de rester. Sur le chemin de retour ils sont agressés, assommés, la pièce de la machine est ainsi récupérée par leur passager. Quand ils reprennent conscience c'est pour constater que la machine a disparu. La nuit tombe, impossible de repartir chez Yolande. Ils s'endorment.

 

L'épée du Paladin

Morane se réveille dans son lit avec l'impression d'avoir rêvé et la bouche sèche. Il se lève, se fait mal en marchant sur quelque chose dans le noir puis se rend dans la salle de bains où il trouve qu'il a une sale tête.

C'est à cet instant que l'on sonne à la grille. Le professeur Hunter voudrait voir le commandant Morane. Ballantine se réveille, après avoir fait le même songe que son ami, de plus il est vêtu de la tenue qu'il avait dans ce rêve.

 

Le plus incroyable est encore qu'en rentrant dans sa chambre Morane voit l'objet sur lequel il a marché : l'épée de Roland ! L'épée du Paladin !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages