Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 07:34

곡성 (Gok-seong) - Na Hong-jin - 2016 – 156'         

La petite ville de Gok-seong connait des événements dramatiques, des crimes violents commis par des individus jusqu'alors pacifiques et qui semblent après leur passage à l'acte dans un état d'abattement interdisant toute audition. La première explication est l'ingestion de champignon avariés qui auraient provoqués les hallucinations engendrant les meurtres, laissant les criminels définitivement lésés intellectuellement.

 

Jong-gu est lieutenant dans cette ville, ce n'est pas le plus motivé ni le plus intelligent des policiers, il convenait pour des affaires banales, cette fois les événements le dépassent, largement.

 

Petit à petit une rumeur va apparaître, elle va impliquer un étranger, un japonais installé dans les bois depuis quelques temps et qui serait à l'origine de ces événements. Un homme ne l'a-t-il pas vu dévorer un chevreuil, cru ? Difficile d'y croire et pourtant les événements étranges continuent, jusqu'à ce que ce soit la propre fille de Jong-gu, Hyo-jin, qui soit impliquée, elle aussi montre des plaques bizarres sur le corps et un comportement agressif inhabituel. Peut-être un shaman pourra-t-il être efficace là où la médecine normale paraît démunie. Celui-ci est cher, mais qu'importe, pour sauver sa fille le policier ferait n'importe quoi.

Jusqu'à aller rendre visite au japonais en question, pour l'interroger, accompagné d'un collègue et d'un diacre, seul homme parlant la langue de l'étranger de la région. L'ermite est absent, seul son chien garde la maison. Puisque le propriétaire n'est pas là pourquoi ne pas visiter, illégalement, la maison. Dans celle-ci les policiers vont découvrir des photos, des victimes comme des assassins, prises avant et après les crimes. De là à penser que c'est la preuve de son implication il n'y a qu'un pas que les policiers franchissent allégrement.

Par ailleurs le shaman commence son intervention, lui aussi accuse le japonais, le décrivant comme un fantôme qui doit être arrêté sous peine de faire encore plus de victimes. Un soir, à l'heure du chien, il prépare un sort agressif contre lui et pour délivrer Hyo-jin. Mais celle-ci souffre lors de la cérémonie, supplie son père d'y mettre fin, ce qu'il fait, interrompant les rites.

L'église ne peut pas agir, alors peut-être faudrait-il être plus expéditif ! Avec des amis Jong-gu retourne voir l'étranger pour l'éliminer, sur place ils tombent sur quelqu'un d'autre qui lui aussi présentent des signes d'une malade inconnue et les agresse, cherchant à les mordre, de plus il résiste aux coups, même un râteau planté dans la tête ne lui fait rien, il en faudra bien plus pour l'arrêter. Quand au japonais ils le poursuivront ensuite, le rattraperont, le laisseront pour mort.

L'est-il pour autant, pas sûr, de même, est-il le vrai responsable des événements, qui est cette jeune femme en blanc qui vient prévenir Jong-gu de ne pas rentrer chez lui avant que le coq n'ait chanté trois fois ?

 

Nous sommes loin de Séoul, de la modernité, dans cette campagne les légendes ont encore cours, les peurs ancestrales, le rôle des chamans...

Ni polar, ni film fantastique, The Strangers réuni les genres, les mélanges à plaisir. À la fin de la projection les deux personnes qui avaient vu ce film avec moi semblaient heureuses qu'il s'achève, alors que sa longueur, sa lenteur parfois, avec des sursauts de violence, concourent à renforcer l'histoire. Jong-gu fait ce qu'il peut face à des forces qui le dépassent. S'affrontant à des apparences trompeuses. Qui est bon, qui est mauvais...

Qui est pire ?

Maintenant que vous savez à quoi vous attendre vous trouverez peut-être un ciné projetant ce film. Laissez-vous possédé, vous en sortirez vivant.

 

J'espère.

 

Quoi que...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma Corée
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 07:36

Vladimir Mavounia-kouka – 2013 -

Une femme se regarde dans un haut miroir, elle laisse tomber sa robe de chambre sous laquelle elle est nue, elle passe la main dans ses cheveux, s'observe, en particulier cette trace de griffes qu'elle porte sur l'épaule. Mais son corps lui échappe, de ses poils nait un animal avec lequel elle danse jusqu'à ce que celui-ci prenne la forme d'un loup devenant gigantesque au point qu'elle n'a n'a plus que la taille d'un parasite sur sa peau, les poils aussi grand que des arbres entre lesquels elle tente de courir pour échapper à un loup qui est encore là. Mais elle ne peut aller loin. Tout devient obstacle, l'arrête, la renverse, et le loup la rejoint, la mord, et le sang gicle...

 

Elle danse encore, seule, avec le loup, bête qui l'entoure et fait l'amour avec elle jusqu'à ce que les deux ne fassent plus qu'une, ce qui fut toujours le cas certainement.

La part animale que chacun recèle est si souvent reniée, comme s'il fallait en avoir honte, elle qui ainsi gagne en force, que la solitude semble nécessaire pour lui laisser libre cours, pour la regarder, l'apprécier, l'accepter et l'aimer, pour ne plus la voir en ennemie mais en complice. La pilosité l'incarne ici, oubliée si souvent, effacée, comme pour renier la partie naturelle de l'humain sans comprendre qu'elle en est indissociable.

 

La réalisation, en noir et blanc, violemment contrastée, est à l'image de cette dualité indissociable, que vaudrait-elle de n'être que l'un ou l'autre ? Que vaudrions-nous d'être plus ni l'un, ni l'autre ? Le Paradis est perdu qui voyait cette union incarnée, mais la rejeter entrouvre la porte de l'Enfer.

Un court métrage d'animation usant du motion capture, avec Céline Caron et Nicolas Maloufi.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 07:20

Melissa Rosenberg – 2015 – 13 X 42'

Alias Investigation. Le métier de détective privé ne semble pas fait pour une jeune femme comme Jessica, fatiguant, risqué, mal rémunéré parfois, mais ce n'est pas grave puisque Jessica n'est pas une jeune femme normale. Elle boit sec, ce qui n'est pas rare dans sa profession, elle gagne sa vie principalement en suivant hommes ou femmes pour le comptes de leurs épouses ou maris, toujours prête à regarder ce que les gens cache, à révéler des secrets qui peuvent briser plusieurs vies sans en ressentir la moindre émotion.

Elle travaille en free-lance, pas question de se laisser prendre par un seul employeur, la liberté n'a pas de prix, suit son instinct tout en supportant, difficilement, des souvenirs, des visions, des illusions qui l'assaillent parfois.

Sa nouvelle mission est de retrouver Hope, une jeune femme qui a disparue depuis quelque jours. Jessica ne tarde pas à en retrouver la trace et s'étonne de phénomènes étranges qui la jalonnent, phénomènes qui lui rappellent quelque chose, et quelque chose de déplaisant au point qu'elle envisage de partir pour Hong-Kong, ce qu'elle ferait si sa carte n'était refusée.

Trouver de l'argent n'est pas facile, et la seule personne qui le pourrait doute d'elle. Cet homme que Jessica considère comme une menace n'est-il pas mort ?

Fuir est tentant mais elle ne peut pas laisser tomber Hope, sachant ce qu'elle-ci subit ce qu'elle-même endura pendant des mois avant qu'il se lasse d'elle pour passer à quelqu'un d'autre. Mais retrouver la jeune fille ne sera pas la tirer des soucis, au contraire. La preuve, Hopte tue ses parents dans un ascenseur, ce qui est pratique pour ne pas les rater ! Sans doute suite à l'ordre donné par son ''maître''. La police pourtant sera étonné de retrouver une photo de la criminelle, et de Jessica, avec le même homme.

Il vaut mieux être seule, c'est plur sûr, dit-elle à son reflet sans paraître y croire, surtout avec Kilgrave dans les parages. Et elle s'interroge sur le moyen que celui-ci employa pour éviter la mort.

 

Jessica sait que Hope est innocente, que Kilgrave fait faire n'importe quoi à n'importe qui. Elle insiste donc pour que le cabinet d'avocat qui l'emploie souvent se charge de la défense. Impossible d'éviter le passé, le souvenir de celle qu'elle fut, de cet homme qui l'a domina autrefois et dont elle aurait dû s'assurer qu'il était bien mort.

Puisqu'elle est détective, désormais, pourquoi ne pas mener l'enquête sur ce qui est arrivé ce soir là, sur l'accident, le bus, les ambulances, le conducteur de la seconde qui, lui aussi, connu quelques désagréments... La piste sera difficile à remonter, l'inverse serait sans intérêt.

Après Daredevil Netflix s'attaque à Jessica Jones, personnage moins connu de l'univers Marvel, mais non moins intéressant. Superhéroïne ayant renoncé à utiliser ses pouvoirs pour mener une vie à peine moins anormale. Ces 13 épisodes ne montrent qu'une partie de sa vie, celle où Kilgrave (David Tennant) revient alors qu'elle espérait, peut-être moins qu'elle le croyait, s'en être débarrassé. Une fois de plus Netflix sait mettre en valeur en ''héros'' sans le surexploiter, lui laissant assez d'autonomie pour être crédible. Dosant assz finement force et fragilité pour le rendre vraisemblable. Présentant Kilgrave sans le montrer, dévoilant peu à peu d'où il vient, quel cheminement le conduisit à devenir ce qu'il est. Qui possédant ce pouvoir n'aurait pas tendance à en abuser ?

 

Krysten Ritter est une Jessica jones parfaite, loin de la super-héroïne costumée. Hantée par son passé, sa difficulté à accepter ses pouvoirs et sa peur de l'avenir qu'elle noie dans l'alcool. En attendant de la retrouver avec notre ami DD. Une série aussi sombre que la précédente, genre série noire des années 40, aussi réussie, en souhaitant que Netflix continue sur ce chemin avec la réunion de ces deux (super) héros accompagnés d'amis aussi doués, eux aussi à découvrir prochainement.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Serie
commenter cet article
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 07:17

Richard Price /  Steven Zaillian – 2016 –  HBO & BBC Worldwide – 8 ep

24 octobre 2014, Nasir Khan, plus souvent appelé Naz, est étudiant en science. Pour gagner de l'argent et payer ses études il prend le taxi de son père le soir et c'est sa première semaine. Le weekend est là, il est invité à une soirée, chose que sa mère voit d'un mauvais œil. Alors qu'il est stationné deux hommes montent, il leur demande de sortir, ce n'est pas son véhicule, il n'est pas en service mais ne parvient pas à éteindre son bandeau. Des flics s'arrête auxquels il signale l'incident, ceux-ci demandent aux importuns de prendre le métro sous peine de faire des heures supplémentaires, derrière les barreaux.

Puisque les policiers sont là il leur demande la rue Stanton, ce qui les amuse de la part d'un taxi !

À nouveau quelqu'un monte, cette fois c'est une jolie fille, à qui il tient le même discours qu'aux clients précédents. Il ne va pas la mettre dehors, n'est-ce pas, et quand il lui demande où elle va, elle répond : à la plage. Difficile à Manhattan ! Mais la rivière, OK.

The Night Of

dit-elle ! Naz fait les courses, et le plein, dans une station service, prend deux bouteilles, demande à faire un tour aux toilettes. Ils discutent, il lui explique qu'il rate une soirée à cause d'elle.

Près du fleuve la discussion continue, ils parlent de leurs pères respectifs, du fait d'être là, tranquilles, de la différence entre faire ce que l'on doit et ce que l'on veut.

Elle lui tend une pilule, en prend une... 

The Night Of

Comment refuser une telle invitation ?

 

Son appartement est superbe, son chat somnole sur le fauteuil, il est allergique alors elle met dehors le minet. Ils discutent, s'amusent, avec un couteau à planter entre les doigts. Il voudrait refuser mais elle est... persuasive. Elle sort une jolie poudre blanche, en met à la base de son pouce, lui tend la main ''c'est la fête que tu as manquée'' dit-elle. Le jeu avec le couteau reprend, mais avec un verre de trop il le plante dans sa main. Ce qui ne la refroidit pas, au contraire.

The Night Of

 

Le réveil est difficile. Assis à la table de la cuisine il se lève, monte dans l'appartement, jusqu'à la chambre pour récupérer ses fringues. Il doit rentrer lui dit-il. Mais elle ne répond pas. Il allume, et le regrette aussitôt !

The Night Of

Il est temps de partir ! Mais il a oublié les clés dans la maison, en refermant la porte derrière lui. Il est donc obligé d'entrer par effraction, ce qui attire l'attention d'un voisin qui avait du mal à dormir. Il en profite pour récupérer le couteau qui porte ses empreintes. Cette fois il peut s'en aller, sans avoir remarquer les yeux qui l'observent et voient son véhicule, ni la voiture qui arrive qui manque l'emboutir quand il démarre.

Il ne va pas loin avant que des policiers ne l'arrête. Il n'avait pas vu l'interdiction de tourner à gauche. L'éthylotest lui tend les bras, qu'il refuse et c'est l'arrestation. Ils sont appelés pour un cambriolage, averti par un voisin qui regardait par la fenêtre, les flics pourrait le libérer mais la chef du duo préfère l'embarquer.

Il se retrouve donc au point de départ, prisonnier dans la voiture, le témoin à quelques mètres, et les policiers qui entrent dans la maison.

Pour faire la découverte que l'on sait.

The Night Of

La machine policière se met en route, la brigade d'intervention nocturne arrive, le détective Box arrive sur place. Il ne veut pas d'un homme qui n'a rien à faire là, et il faut le conduire au poste. En chemin il ne peut s'empêcher de demander si elle est morte.

Box commence son enquête. La présence de policiers attire l'attention, y compris celle de deux hommes qui ont vu passer le couple qui est entré dans la maison.

 

Au commissariat se retrouvent donc Naz et le témoin. Naz est fouillé, et le couteau qu'il avait conservé, retrouvé sur lui. Il est temps de parler, Box est justement là pour l'écouter.

Dommage qu'il essaie de s'enfuir, affirmer qu'il n'a rien fait ne plaidera pas en sa faveur, alors qu'arrive le témoin qui l'a vu entrer avec la victime, et qui le reconnaît.

Le détective l'écoute, Naz raconte ce qui s'est passé, de la plage à l'appartement, alors que ses parents s'inquiètent de l'absence qu'ils ont constaté.

Il raconte son histoire, la rencontre, la nuit, son réveil, sa fuite après sa découverte... Les preuves contre lui sont accablantes et son récit peu crédible. Les examens commencent, rien n'est oublié, et ce ne sont que des preuves contre lui.

Le hasard fera passer Jack Stone, un avocat venu pour un autre détenu, qui le remarque et pose des question sur ce gamin qu'il a aperçu. Il partait mais se ravise, il veut en savoir plus et va voir Naz, histoire de faire connaissance. Il lui explique ce qu'il devra faire.

L'avenir du jeune homme s'annonce mal, arrivera-t-il à prouver qu'il est innocent ? Mais l'est-il vraiment ?

Une série HBO ne se refuse pas ! Celle-ci tiendra-t-elle les promesses du premier épisode ? À vous de juger, vous ne risquez pas d'être condamné... 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Serie
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 07:18
15 ans
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 07:18

La Recherche Hors-Série 14

 

La fibre optique (Camille-Sophie Brès)

Dans les années 1970 la capacité de la fibre optique semblait infinie, un demi-siècle plus tard pourtant ses limites sont proches et les chercheurs cherchent des alternatives.

Le verre permet des vitesses fulgurantes d'un continent à l'autre, ses avantages sont nombreux : faible perte de données, immunité au bruit électromagnétique, absence de rayonnement vers l'extérieur, isolation électrique, poids et dimensions réduits. Les masses de données générées par Internet croissent et la limite de cette technologie devient prévisible. Il importe de trouver le moyen de la repousser, en attendant que la suivante soit atteinte à son tour.

Pour éviter que l'information soit brouillée pendant son voyage les impulsions la transportant sont espacées, laissant un espace vide, et perdu. La question était donc de trouver les impulsions adéquates pour transporter nos messages en autorisant un trafic plus important. Ces impulsions dites de ''Nyquist'' existent, elles s'encastrent les unes dans les autres, sans brouiller l'information, il n'y a donc plus d'espace perdu.

Jusqu'à récemment, produire ces impulsions était impossible. Des travaux conduit à l'EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) ont permis une production stable à 99%. Cette technique permet de multiplier le débit par 10 et devrait suffire pour un moment. En attendant qu'une nouvelle évolution permette de dépasser cette limite, jusqu'à ce qu'elle-même...

 

La diode (Riad Haider, Jean-Luc Pelouard, Émilie Steveler)

La diode à semi-conducteur a été consacrée par le prix Nobel de physique 2014 comme la source d'éclairage la plus performante. Dans les années 30, Russell Ohl, électrochimiste chez Bell, étudie différents semi-conducteurs pour des dispositifs radars. En 1940, éclairant un échantillon de silicium présentant une fissure, Ohl découvre que l'effet photoélectrique est amplifié au voisinage de cette discontinuité, d'un côté il note un excès d'électrons (Négatif), de l'autre un défaut, (Positif). Il donne le nom de ''jonction PN'' à la barrière entre ces régions : la diode à semi-conducteur est née. Il comprend que la jonction PN peut servir à l'effet photovoltaïque et dépose l'année suivante le premier brevet décrivant une cellule photovoltaïque constituée d'une jonction PN en silicium.

La théorie des jonctions PN sera élaborée par William Shockley en 1948 puis utilisée dans des dispositifs absorbant ou émettant de la lumière : les photo-détecteurs, les Lasers à semi-conducteurs, les LED et les cellules solaires les plus performantes.

Les LED sont principalement utilisées pour l'affichage et l'éclairage. La très forte amélioration du rendement énergétique apportée par ces LED par rapport aux lampes à incandescence est capitale pour la transition énergétique, l'éclairage représentant un tiers de la consommation énergétique mondiale.

La détection de lumière par des jonction PN trouve de nombreuses applications, l'imagerie dans les caméras et les appareils photonumériques, leurs variantes dans l'infrarouge sont en plein essor pour la vision nocturne, la sécurité et la défense, la recherche de fuite thermique et la médecine.

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 08:08

The Corpse Vanishes - WALLACE FOX - 1942 – 64'

Wallace Fox délaisse un temps le western pour s'attaquer à un sujet horrifique avec pour ''héros'' un savant fou incarné par Béla Lugosi, proche ici de son rôle le plus important par sa recherche de l’élixir permettant l'accès à la vie éternelle. Ici il est un professeur mi biologiste, mi botaniste accompagné d'un trio d'assistants disparate.

 

L'action se passe dans une petite ville où une succession d'événements mystérieux, et malheureux, est source d'angoisse pour la population en général et les futures mariées en particulier. En effet, pendant leurs noces certaines s'évanouissent et paraissent mortes. C'est le moment choisit par notre savant pour intervenir et récupérer le corps. Bien sûr il n'y a pas de cadavres, du moins pas encore, mais des victimes en catalepsie qui, tirées de leur sommeil fatidique, sont les proies d'expériences terrifiantes.

Ces événements attirent l'attention d'une journaliste qui décide d'enquêter. Elle finit par remarquer que toutes les victimes portaient une orchidée qu'un inconnu leur avait offerte. La piste est bonne, elle conduit la jeune femme jusqu'au Dr Lorenz et l'épouse de celui-ci, une comtesse. Couple intriguant dormant dans un cercueil... comme un célèbre vampire dont il est inutile de rappeler le nom ici.

Inutile de faire durer trop longtemps le suspens, elle va comprendre que les recherches de Lorenz visent à soigner sa femme d'une étrange maladie...

 

 

 

 

 

Autant le dire franchement, nous n'avons pas affaire ici à un chef d’œuvre, loin de là, le scénario est simpliste, incohérent tant le coupable est évident, la réalisation est poussive, les acteurs font ce qu'ils peuvent, peu, et Lugosi cabotine en singeant son rôle principal.

Si je ne devais évoquer dans ce blog que les films importants j'aurais fini depuis longtemps. Reste la curiosité face à une production datée. Bien des réalisations récentes, et onéreuses, n'en méritent pas tant.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 07:24

(한류 hangeul, 韓流 hanja) est la ''vague'' culturelle venue de Corée du Sud.

Le terme fut popularisé en Chine quand l'influence de la culture sud-coréenne de divertissement commença à se faire sentir. En effet l'Empire du Milieu fut le premier marché d'exportation auquel s'attaqua le Pays du Matin Calme. D'abord par la diffusion des dramas, feuilletons qui devinrent rapidement populaire par leur façon d'aborder les thèmes universels, l'amour, la famille, le respect, et l'obéissance, dus aux parents, les conflits entre la tradition et l'influence grandissante de l'évolution technologique. Violence et sexualité étant plus souvent suggérées que montrées. Du moins à cette époque pour ce qui concerne la première.

La musique suivit les dramas, puis vinrent le cinéma, les jeux en ligne... La Chine fut suivie par le Japon, Hong Kong, Taïwan et le Viêt Nam. La Hallyu se répandit sur toute l'Asie, aidé par les proximités géographique et culturelle.

La vague profita de la croissance économique que commença à connaître l'Asie avec pour effet l'accroissement du pouvoir d'achat et une nouvelle curiosité pour d'autres cultures. Vis à vis de la Chine la Corée présentait l'avantage de n'être ni les États-unis, ni le Japon, de plus les productions chinoises étaient insuffisantes pour répondre aux besoins de la population. La jeunesse en particulier exigeait des réalisations à son image, plus les séries et émissions qu'appréciaient ses parents.

En 2006 les programmes sud-coréens représentaient plus que tous les autres, d'importations, réunis.

Le succès grandissant de ces œuvres amena les autorités de Pékin à tenter à plusieurs reprises de réduire le nombre des dramas comme des concerts venant de Séoul. À Hong Kong en revanche des chaînes spécialisées furent créées, les dramas étant adaptés aux goûts de ses habitants.

Les ''experts'', il y en a pour tout et, surtout, pour n'importe quoi, affirmèrent que cette mode passerait vite. La réalité est, bien sûr, à l'inverse.

Effet secondaire de l'Allyu, le tourisme en Corée connut une augmentation importante. J'ai toujours l'ambition, ou l'illusion, d'y participer.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Divers Corée
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 08:00

赤川次郎原作 毒<ポイズン (Akagawa Jiro Gensaku Doku) – 2012

La science fait des progrès tous les jours, dans tous les domaines, la chimie n'est donc pas à l'écart de cette tendance. Par exemple pour inventer de nouvelles drogues, moins chères, avec des effets plus violents, mais aussi pour mettre au point le rêve de tout meurtrier : le poison qui ne laisse aucune trace.

Akimoto Shunji est journaliste, il sort avec la fille du patron, ce qui est prometteur pour son avenir, ce qui ne l'empêche pas de vivre avec une autre femme. Le choix est vite fait, surtout quand cette dernière lui apprend qu'elle est enceinte, que son père arrive en ville et veut le rencontrer... bref qu'il ne pourra pas mener cette double vie longtemps. Opportunément un homme l'aborde et lui propose le moyen idéal pour solutionner ses difficultés, le poison évoqué ci-dessus.

Notre journaliste hésite, ce n'est pas rien, mais les avantages sont trop importants pour qu'il leur résiste, surtout que le président l'a menacé du pire s'il rendait sa fille malheureuse.

Quelques gouttes dans le thé. Le poison agit en 24 heures. Il suffit à Akimoto d'être dans un lieu public à l'heure dite, le lendemain.

Il attend donc dans un bar, un autre homme lui adresse la parole, semblant tout savoir puisqu'il compte les dernières secondes avant l'heure fatidique, qui seront confirmées par un coucou suisse marquant le temps passé et l'effet enfin accompli du produit qu'il donna à sa compagne.

 

Un tel poison est idéal pour qui veut éliminer un(e) importun(e), reste qu'il faut le trouver, donc qu'au moins une autre personne est au courant.

DOKU

Pas de nouvelles pourtant, pas d'appel de la police ayant trouvé le corps de la défunte, bizarre. Mais quand il reçoit l'ordre de se rendre, pour un reportage, dans un Love hôtel, le Lojiro, ou un corps de femme vient d'être retrouvé, il ne se doute de rien, jusqu'à ce que le policier lui annonce qu'il s'agit de Otsu Mayumi, sans doute une prostituée ! Pas de surprise pour le téléspectateur quand il découvre sa victime. Incroyable qu'elle ait pu tenir deux rôles si différents, la ménagère banale et la prostituée maquillée.

 

La police est certaine, il s'agit d'une crise cardiaque, pourtant la nouvelle venue à la brigade, en droite ligne de la circulation, Sasamoto Naomi, se pose des questions et veut en savoir plus. Elle découvre que Mayumi avait une liaison avec le cadre d'une société qui la payait pour ses prestations. Mais Akimoto s'interroge, avec elle la vie était simple, presque pauvre. Que faisait-elle de son argent ? Finalement la police trouvera l'homme qui était avec elle au moment de son décès et eut peur quand il la vit mourir dans ses bras. Un gros choc, surtout après qu'elle lui eut annoncé être enceinte de lui.

Akimoto connaissait si mal Mayumi, et quand Sasamoto lui apprendra qu'elle était atteinte d'un cancer et qu'il ne lui restait que six mois à vivre il comprendra l'ironie de son acte. Encore plus quand...

Presque en français...

Presque en français...

Et ce n'est que le premier des treize épisodes de Doku où nous suivrons principalement Sasamoto, entrée dans la police pour enquêter sur la disparition de son père. Au fil de la série, et des crimes, elle va progresser vers la vérité et tenter de découvrir qui est derrière la rumeur courant le Net qu'un poison indétectable existe. Bien sûr cela expliquerait chacune des affaires auxquelles elle est confrontée, cette succession de cadavres tous victimes d'une crime cardiaque foudroyante bien qu'ils n'aient aucun

Les assassins se doivent d'être punis, même si personne ne peut prouver leur crime !

 

Chaque épisode montre un travers de l'esprit humain, avec la même morale qui voit l’assassin être puni par son crime même et les soupçons infondés qu'il cultive, produits de ses propres fautes.

 

Un drama japonais dans les règles de l'art, agréable à suivre. Idéal pour qui ne connaît que les séries américaines.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Drama Japon
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 08:04
Quand le sage montre...
Repost 0

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages