Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 06:13
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 07:08


















 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 07:01
Dans l'Ombre des murs - 8 
 

                                                  09


Vivant ? Mot curieux, nouveau jouet difficile à manipuler.

Les mots coulent, je me sens cascade, ruisselant. Émerger de la folie est plus ardu que sortir de son bain. L’esprit se vide des images qu’il crut siennes, des pensées qui, un temps, l'animèrent.

Poignard ? On dirait une clé, je la vois plongeant dans ma jambe, cherchant une serrure qui ne serait pas définitive. L’acier tranche mes chairs, lacère mes muscles, par réflexe je le jette, saisis les lèvres de ma plaie, bouche de l’Enfer, baiser diabolique, les écarte pour plonger une main à l’intérieur. Détaché des sensations je regarde quand une vague de souffrance remonte, mascaret de douleur alors que le sang forme une tache s'élargissant sur le sol.

Saisir l’os, l’arracher, ne plus bouger, enfin affronter l’ennemi.

Est-ce la raison de ma présence ici ? Auquel cas je ne m’étonnerais pas. Perte de sang, lésions cérébrales irréversibles, s’infliger un tel traumatisme traduit un grave trouble de la personnalité. Je n’ai pas souvenir de quiconque tentant de mettre fin à ses jours de cette façon, ce n'était pas mon but, seulement à m’arrêter d’écrire pour comprendre en observant de près ce qui me pourchassait.

Des mots, l’enfant joue avec ses cubes, l'image lui déplait, facile de la renverser pour en trouver une nouvelle, distrayante un moment, nous ne lui en demanderons pas davantage.

Regarder ma cuisse, trouver la cicatrice ou ne rien découvrir ? Cela ne reviendrait pas à avoir une explication plausible.

Quel endroit me conviendrait mieux. Penser, utiliser mon énergie, pas de contraintes, puiser dans mes souvenirs, lancer les mots, espérant qu’ils remonteront une prise intéressante et nourrissante.

Creuser, creuser encore, chercher à m’épuiser, à ce que tombent les barrières intérieures. Comment croire en ce qui est ou semble vrai ? Facile avec des mots, ils ne signifient rien, mais qu’ils aient un sens et la peur reviendrait. Et j’aurais peur qu’elle ne le fasse pas ! Peur de pouvoir faire face, de me percevoir vivant. Alors vous comprendrez que ce mot me terrifie !

Creuser, puiser dans ce flot d’émotions, porter les mains à mes lèvres. Découvrir que je ne ressens rien, que je ne tiens rien, que…

Dites-moi professeur, pensez-le fort j’entendrais ! La nuit ne tombe pas, ma perception du temps est-elle différente où s’étire-t-il comme en un rêve ? Il me reste un piège à comprendre, une mort à accepter. Je ne reviens pas de la mort j’en viens, tout simplement.

Fermer les yeux, voler, plonger dans l’espace, que rien n’arrête mes pensées. Ces murs me bornent et s’estomperont quand ma densité sera assez grande pour vivre sans limite extérieures.

Pour un peu je me serais attendu à apercevoir un enfant collé contre le mur, faisant tout pour passer inaperçu, celui que je fus, autrefois, quand je mimais les autres…

Je le revois, un parc sis sur les contreforts d’un massif montagneux, seul face à une paroi en surplomb, mur lisse, moqueur. Je pourrais le retrouver, imaginer ce qu’il ressentait, le rendez-vous qu’il prenait avec maintenant. Déjà j’avais besoin d’une limite devant mes yeux pour l’imposer à mon esprit, comme quand plus tard je trouvai refuge dans un placard, les murs à portée de mains, rassuré sur l’extérieur, pouvant plonger vers l’intérieur.

Seul il attendait, le sachant il aurait tout fait pour refuser cet écho d’un futur en formation qu’il était trop jeune pour assumer.

Mots comme des plaies suintantes, je regarde mes mains, mes pieds, Les clous du destin ont disparu, les aurais-je arraché ? La patience est ma plus sûre qualité.

J’ai eu si peur de moi. Fantasmes peluches, délires en compagnons de jeux. Rangés dans leur boite, oubliés dans le passé, qu'en faire.

J’ai voulu, j’ai cru, j’ai attendu, en vain, aucune aide ne vint, encore que le moindre contact m’eut brisé comme un choc peut détruire le diamant le plus pur, je ne parle pas de ma valeur, seulement de ma dureté, de mon désir de luminosité transparente.

Yeux fermés j’entends le flot des pensées courant dans cet endroit. Délires, souffrances, qu’y pouvez-vous sinon tuer l’être pour anéantir ses tortures, en faire des zombis, et encore, il est des zones où la chimie ne peut rien, où seul l'esprit trouve sa voie.

J’imagine les couloirs, chaque patient dispose de son territoire, celui-ci se tient près de la porte, celui-là près du radiateur, la douceur le rassure, la chaleur, enfant peut-être était-il battu et restait-il des heures dans un coin, tant de choses s’expliquent ainsi.

Celle-ci comptant ses pas, sa survie en dépend. Mais elle hésite, se trompe, le croit, recule et recommence encore et encore, autant de territoires synonymes de survies individuelles, de comportements ayant le même but. Le mien est d’écrire, et j'eus l’avantage que nul n’en prit ombrage, sans quoi je serais arrivé plus tôt.

J’aurais trouvé mon rôle de sauvegarde, une machine sans ruban ni feuillet. Le geste, taper sur les touches, le bruit m’aurait rasséréné, j’imagine quelqu’un me confiant du papier, qu'aurais-je écrit alors.

J’avance professeur, les graviers me blessent mais j'aime ça. Je tourne en rond, hamster ayant accédé à la bipédie. Rongeur qui s’arrêterait soudain de courir dans sa roue, hésiterait en lançant des regards inquiets autour de lui, comment, conscient, continuer ?

Souris blanche observant l’expérimentateur, cessant de courir, s’approchant du bord, levant la tête et plongeant son regard dans celui du laborantin pour le défier, lui dire qu’elle sait, sans mot, seulement par l’avertissement de l’instinct, par l’envie d’essayer quelque chose, par lassitude d’un comportement non naturel.

Le scientifique s’amuserait d’abord, ensuite … Que se passerait-il si les animaux de laboratoire cessaient de coopérer ? S’ils décidaient de renverser les rôles, n’est-ce pas déjà le cas ?

Combien de vos pensionnaires sont-ils fous professeur ? D’une folie comprenant le réel, s’y adaptant pour le manipuler en retour ? Je refusais de parler, de dicter, pas assez rapide, l’acte plus personnel m’eut rendu les choses plus difficiles en leur donnant une clarté plus grande. Maintenant c’est différent, j’imagine écrire, mes doigts courent sur le clavier, habitude !

Tant de murs sont en nous, dédale inutile, nous nous voulons cobayes pour détaler sans lever les yeux et découvrir que personne ne nous observe. J’eus besoin d’un regard attentif, utilisable. Le vôtre !

Vous ne m’en voulez pas professeur ? N’est-ce pas ?

Ai-je encore du temps ? Oui, juste assez.

C’est suffisant. Bienheureux les malcomprenants ! Pour les autres il existe des endroits comme celui-ci, gîtes amicaux, un peu limité côté confort mais sympa malgré tout.

Bienheureuses les ombres au pays des ténèbres !

J’ai senti sur les lèvres le contact de sa bouche. Sa pestilence était si forte que j’en fus arraché au sommeil. Si j’ai raison…

Raison ? Quel mot dans ce contexte ! Contexte, et en verlan ?

La mort en examen de passage en classe supérieure, niveau plus complexe, plus évolué ou à la béance du néant ? Et si cela relevait du choix personnel, moi, que puis-je vouloir de quoi ai-je envie ?

La Camarde fut la compagne de mes jeux, répondant à mes ordres, je la donnais, l’imposais par les mots sur le monde entier. Combien de presque semblables dans cet hôpital, la craignent-ils de l’avoir vue de trop près, combien tombèrent-ils dans la folie faute d’une réalité suffisamment forte pour les réceptionner.

J’ai saisi le sein de la folie, accroché par la force brute de l’instinct, de la vie. Le sevrage est difficile.

Je suis entré dans le mirage, appréciant ses promesses, sa voix, ses formes, pour résister à mon désir de rejoindre le troupeau. Si je l’eus jamais ! Je me souviens, ne le supportant plus, descendant du car transformé en bétaillère, incapable d’aller au cinéma, courant le long du mur dans la direction inverse de mes dissemblables.

Ils voulurent me retenir, me proposant une place intéressante, avec plein de faux avantages, de possibles en bulles de savon attendant d’éclater pour me rire au nez.

Enfermé, isolé, je pus commencer de vivre.

Chaque grain de sable de ce désert est un mot, chaque dune l’illusion de l’aboutissement alors que c’est l'immensité qui est la réponse. Je le sais maintenant après avoir failli ne pas comprendre.

Un sursaut au dernier moment. Je reconstitue une pensée à partir de son ombre qui laissa en moi une cicatrice profonde. Lame d’acier fouillant mes chairs… ou autre chose ? Ce qu’il fallait pour me retenir.

Regarder mes jambes, savoir, ce serait facile, y ai-je droit ?

Le métal froid, un hurlement qui me réveille, je ne désirais que la paix de l’oubli, mais non, j’ai crié pour vivre encore. Encore…

Approcher le gouffre, entendre son appel, me savoir capable d’y disparaître, il le fallait pour le geste de recul salvateur.

Dans mon enfance j’ai puisé les solutions pour passer au travers. Pour survivre ai-je fait autrement ?

Des bruits, je fus entendu, on vient me secourir, avantage d’habiter près de la caserne des pompiers.

Masque à oxygène, transfusion, c’est la vie des autres dont j’avais besoin, de cette façon je prends sans voler ce qu’on me donne.

Moins différent que je le pensais, défricheur d’un possible terrifiant.

J’aime cette expression "possible terrifiant !" Elle est claire n’est-ce pas professeur. Vous la comprenez.

Ai-je agit ainsi, ai je sauté dans une rivière glacé ? Dans un cas comme dans l’autre la représentation se suffit à elle-même.

Elle m’aime ?

Et si c’était vrai !

Elle… mais qui ?

Cela devrait me dire quelque chose, elle. Oui, je me souviens, c’est loin mais si marqué que je ne pouvais l’oublier.

Une image pour seule compagnie. Aurais-je tenu sans éprouver de sentiment ma résistance était inutile. Alors elle donna à ma vie le ciel dont elle manquait. La lumière existant en moi devait être sollicité, dans l’obscurité totale les mots m’eussent anéanti.

Le lui ai-je dit ?

Je me souviens d’une rencontre, moment d’une intensité hors du commun. En cet instant, quand elle devint réalité, je réalisai le péril de ma situation. Restant fictive elle m’aurait accompagnée sur le manège d'un délire définitif.

Je l’ai touchée, embrassée avant de partir sans me retourner, errant dans la ville les yeux pleins de larmes.

Elle fut l’incarnation du réel dont j’avais besoin pour que les ténèbres ne deviennent pas intégraux. Ce point de lumière aux confins de la lucidité. Je peux penser que je ne la reverrais jamais.

Belle histoire n’est-ce pas ?

Vous ne dîtes rien, jaloux !

Savez-vous ce que vous êtes professeur : Le chien de berger de la banalité, rêvant de quitter le troupeau.

Je suis bien sur mon chemin, seul, suivant la crête, regardant les espaces m’entourant, vous devinant tout en bas, si loin que je doute que vous existiez encore.

J’aime la sensation du vertige, la violence de l’appel, le mal que je me fis plus que celui que je commis. J’aime le présent et l’avenir même s'il prouve que je délire. L’important est de passer un moment sympa.

Le couteau, la rivière glacée ?

Était-elle là alors où y eut-il une autre rencontre ? Vous le savez mais il vous manque une pièce du puzzle, la seule que je détienne encore, la plus importante, celle qui explique tout.

Ai-je été à l’hôpital, le normal je veux dire ? Retour au point de départ, chance de renaissance, j’imagine la curiosité autour de moi, une blessure pareille ne se voit pas tous les jours, et puis les voix, les commentaires. Je suis si loin et pourtant je vois, j’entends. Comme tant d’autres, par en dessus, après coup peut-être, qu’importe, je ne cherche pas la vérité, seulement la vraisemblance, la cohérence !

Et maintenant ? Quelle porte à ouvrir, sur quelle suite du chemin. Combien de fois me suis-je déjà posé la question,?

Y a-t-il seulement une sortie ?

Penser, chercher lucidement ce que je dois trouver. Quelque question que je pose, je peux me répondre ce que je veux, et son contraire.

Croire en mes délires m’aiderait. Qu’est un fou doutant de ses récits ? Un simulateur ou un individu dangereusement éveillé ? Suis-je ici pour y croire ? Pour que la démence s’empare de moi ?

Des semaines de coma, mon cerveau lésé au moment de retrouve la surface, l’éveil se poursuit, pénible. Il ne s’agit pas d’ouvrir les yeux, de sourire en criant à la cantonade. Je poisse d’interrogations qui se détacheront une fois les réponses trouvées.

Me rendormir, laisser les murs se refermer et m’engloutir. Laisser ce que je peux de ma vie, et si je ne donne pas la bonne direction au moins en interdire une pour l’avoir explorée sans y trouver mieux que mon destin. Je suis au carrefour, tant de voies s’offrent que je crains qu’elles ne conduisent à une seule destination.

Il doit y en avoir une bonne, je me fais confiance pour oser la choisir.

* *

- Bel endroit pour un Centre de Reconstitution et Rééducation Mentale ! Appellation moins désobligeante qu’asile de fous. Une réserve d’inadapté d’un côté, de pauvres types friqués de l’autre, des cobayes et des payants, c'est intelligent.

- Je suis heureux que vous le reconnaissiez.

- Sans me forcer, il y a tant à faire. Je me souviens avoir été captivé par la neurologie. La difficulté des autodidactes n’est pas d’apprendre ou comprendre, c’est de tout mettre dans l’ordre. Vous le pourriez ?

- Vous voudriez vous y mettre sérieusement ?

Trop tard, mais pour vous tout se tient, une pensée ne peut être séparée de son milieu physique, comme un comportement s’explique par le contexte familial ou social. Il y a une forme de reproduction.

- L’idée est bonne mais vous connaissez la vanité des spécialistes, chacun croit détenir le vrai savoir et méprise les autres disciplines.

- Un esprit assez ouvert pourrait faire l’union des recherches dans des domaines pas aussi éloignés qu’ils en ont l’air.

- Je crains qu’il n’existe pas.

- Pas même vous ?

- Vous voulez me flatter mais je connais mes capacités.

- Ce n’est pas grave pour moi. Je songeais à ces âmes errant en vain.

- Servir autrui leur apporterait un soulagement ?

- Oui, quelque état de démence qui ait été atteint il reste une part de soi au cœur de circonvolutions mystérieuses, inexplorées, comme la surface de notre planète. N’y a-t-il pas encore des endroits où notre curiosité ne nous fit pas aller. Que savons-nous des secrets de notre encéphale… Je me sens partir dans le discours pseudo-scientifique logique pour un psychotique cherchant à étayer ses théories en prenant pied sur des réalités qu’il croit dominer. Peu importe c’est un jeu et s’il ne sert à personne je me serais fait plaisir et vous aurais apporté l’illustration que vous cherchiez pour je ne sais quel article comme : " Le génie et la folie finirent par se mélanger !"

- Se mélanger ou s’unir pour avancer de concert vers les terres inconnues de la psyché humaine.

- Ce serait bien ! J’évoquais un substrat résistant du soi profond, accessible par certaines émotions, réceptif à une satisfaction, celle de ne pas souffrir pour rien. Oui, la Passion est une clé incomprise par ceux qui l’utilisèrent. Se sacrifier, dans le sens premier. l'opportunité manque mais peut-on la provoquer ? Utiliser la souffrance serait un médicament plus efficace que les vôtres, esclaves chimiques de vos perversions médicales, avec pour risque de soulager vraiment la cause de ses tourments. Le nourrisson ressent ce qu’on lui dit sans connaître les mots. Un malade mental n’est pas loin de cet état.

- Jolie comparaison. Vous auriez aimé qu’on vous parlât, bébé ?

- Cela m’aurait troublé, déséquilibré. Malgré les apparences je prêche pour ma paroisse, elle est si peu fréquentée, même par moi. Les murs se lézardent, les vitraux sont tombés, je marche dans la nef et les craquelures de la voûte appellent le désespoir.

- Je ne pensais pas que vous prendriez cette comparaison.

Dans l'Ombre des Murs - 10

Repost 0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 06:58

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 06:53

 

Bien des gens n’ont besoin que d’une dispense de moralité pour jouir des souffrances de leurs semblables.


Si le monde est ainsi c’est peut-être que nous n’étions pas capables de faire autrement.


Le bonheur dissout le temps.


La folie ne se nourrit pas longtemps de mots !


Si au moins les réponses m’étaient inaccessibles.


Mon enfance était trop lucide pour être innocente.


Le pire sait attendre.


On peut supporter l’angoisse par la violence ou l’imagination.


L’homme n’est plus un animal parmi les autres mais un animal contre les autres.


C’est déjà un talent que de réussir sans en avoir.


Être mort est une qualité dont certains artistes abusent.


L'achèvement de mon œuvre signerait mon arrêt de mort.


Je ne suis pas soluble dans la connerie ambiante.


La morale est la muselière de l’intelligence.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Aphorismes
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 06:36
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 07:20

 




Agonie ; Bétail ; Castrat ; Chasseur ; Crâne ; Commission (parlementaire) ; Couple ; Déconvenue ; Droit ; Échafaud ; Ego ; Eugénisme ; Grenouilles ; Jalousie ; Journal ; Laisse ; Logique ; Majorité ; Raison ; Souvenir ; Usurier ; Vipère ; Verts ; Vison ; Voile.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Mon dictionnaire
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 07:17
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 07:06
Dans l'Ombre des Murs - 7 
 

                                                  08


Est-ce le message de ces murs ? Je les ai touchés, leur ai parlé. Ils représentent ma peur d'un monde hostile. Je suis dans une cage et heureux d’y être malgré ce que je dis, craignant d’en sortir, de me découvrir inutile dans un monde qui ne m’attend plus.

Dormir sur le sol, à l’abri de ces amis près desquels je vis depuis si longtemps. Eux sont réels, eux... Je suis un animal accédant à la lucidité. J’imagine que parmi nos ancêtres il s’en trouva un pour deviner l’atrocité du chemin se présentant, criant pour le refuser, incarnant cette peur dans un désir apocalyptique inconscient qu'ainsi même il obéissait à l'ordre de la vie.

Redevenir minéral, dormir enfin d’un sommeil sans rêve.

L’âme est un piège, une porte sur l’Enfer. Est maudit qui y a accès. Géhenne véritable, pas cette vision ridicule de démons en sabots, à la queue fourchue, précipitant dans des cuves d’huile bouillante les damnés prisonniers de leurs mauvaises actions, celui guettant qui goûta au fruit de la connaissance, à sa pulpe de lucidité. Le Paradis est le drogue de l’oubli, la plante faisant dormir les yeux ouverts.

Je comprends pourquoi quand je fus traité de Diable je le pris pour un compliment. L’est qui touche à la conscience et risque de ne pas supporter ce contact.

Diable tentateur, prometteur, frappant à la porte de sa cellule, maudissant qui ne croit plus assez en lui pour ouvrir.

J’ai frappé à cet huis mais je suis heureux qu'il soit resté clos. Je me serais précipité. Heureux de courir mon esprit n’aurait plus accepté de s’arrêter, n’aurait pas compris de le devoir. L’inflation l’aurait dilaté hors des limites du raisonnable. Heureux fut-il d’être obéi, heureux ces mots qui se tarirent. Par leur absence, la porte resta fermée et mes hurlements heurtant les cloisons me revinrent, compréhensibles.

Le pire est de réussir. Que faire une fois atteint le bout du chemin, se sachant capable de marcher sans destination accessible. Les pièces du puzzle se mettent en place, l’image finale sera ce dont je suis porteur, ces promesses qui me dépassent. Je suis un bourgeon sur l’arbre de l’éternité, un possible dont rien ne dit qu’il s'incarnera.

Être clair m'est difficile, je cherche mes mots, feins de les choisir, me répétant, guettant au travers de ce fouillis une sortie accessible.

Je suis sur le vide, seule position pour attirer le troupeau, je sais ce qui se trouve en dessous et que j’aurais pu, dû, y tomber. J’ai fermé les yeux en l'espérant mais spontanément je fis appel à des capacités que j’ignorais posséder. La sur-conscience qui me dirige sut les employer. Je vois le gouffre, entend ses serments, il sait que, le voulant, je ne pourrais plus y disparaître.

Y précipiter mes pseudo-semblables, les laisser couler autour de moi, flot d’inutiles se perdant à jamais, ensuite relever les yeux, regarder, tendre les bras à qui resterait.

Ils m’imploreraient, me supplieraient, me prieraient… Une prière c’est l’âme s’interdisant de chercher en elle du secours.

Ils me haïssent de ne pas tomber avec eux. Encore que…

Au contraire, heureux de ce qu’ils verraient comme le Paradis, celui où le soi s’efface. Rester debout, yeux ouverts, lucide face au monde. Voilà l’insoutenable. Le plus intéressant est de se laisser dissoudre pour croire en d'infantiles royaumes où un père omnipotent prendrait les décisions. Être l’ombre d’un possible dans une nécropole d’âmes perdues dans un océan sans limite.

Et moi ?

Un rôle si important peut-il m’échoir quand cette pensée ressemble au délire d’un faux prophète ? Le mot est joli, lourd d’une réalité que ne comprennent pas ceux qui s’en vêtent. Je le crains, sur mes frêles épaules il m’engloutirait.

Je souris, imaginant mes ouailles se croyant en route pour la Terre Promise, en fait ce serait du gouffre annoncé dont ils hériteraient. Ils me remercieraient de les avoir conduit. A quoi bon s’installer dans un désert si c’est pour ne trouver d’unité que dans les difficultés ? je propose une solution définitive à toutes les interrogations.

L’absence !

Je sens la rage qui m’habitait, l’animal en moi luttant contre les contraintes, une chance qu’il ait conservé ses crocs, ses griffes. J’ai voulu me vider dans mes textes. J’ignorai qu’ainsi je me trouverai.

Je me voyais écrire pour un jour taper le mot FIN, l'ayant tapé j'ai dû commencer une nouvelle histoire.

Le sang fait une belle encre quand il est frais, en moi il a perdu la vie qui lui donnait son éclat, qu’il m’en reste assez pour dessiner mon nom sur une tombe, sur la couverture d’un livre, j’aurais voulu… Le réel s’est enfui, j’ai fait au mieux pour ne pas m'égarer.

Je tourne autour du pot pour ne pas voir. Proche je change de sujet. La danse des murs, Le jeu consiste à les traverser, symboliquement. Ils disent ma peur de vivre, de me trouver. Je quitterai cet endroit ayant accepté intérieurement d’être ce que je suis et seulement cela. Ce serait pas si mal si j’en juge par mes efforts pour m’aveugler.

La solution est en moi, bien qu’à la différence du professeur je n’eus jamais envie de la chercher. Elle me serait utile pourtant.

Pour moi ? Je pensais aux autres, à la différence entre un individu et un objet. Question de psychopathe !

J’aimais ce mot par ce qu’il sous entendait d’individu noyé dans ses peurs et sa démence, se voyant tout puissant, sans doute. J’en fus proche dans mes meilleures années, mes idées filaient, les pages s’accumulaient, j’avais perdu tout recul sur moi-même. Être plus qu’un prophète, quasiment un dieu n’ayant qu’à vouloir pour obtenir.

Je ne suis jamais parvenu à ce niveau d’aliénation. C’eut été claquer la porte derrière moi sans possibilité de la voir se rouvrir. Non que je sois libre mais j’ai pu m’aventurer hors des contraintes-berceaux entre lesquelles je tins assez longtemps pour grandir, regarder, puis accepter ma situation. Je fais mes premiers pas d’âme. Je tâtonne, cherche, hésite, je ne sais que faire mais je trouverai. Je tombe, recommence, dans quelques temps la clarté se fera, mon cerveau aura réussi les connexions adéquates. Alors je saurais marcher, alors je songerai qu’il est possible de courir !

Schizophrène est aussi un joli mot. Un esprit se scindant, s’ouvrant, une forme de naissance. Folie sage-femme, j’aime !

Mon cœur s’accélère, lui se souvient, ces moments d’émotion intense, la peur se mélangeant au désir, l’envie irrépressible me submergeant tant que je ne me rends plus compte que je cède. Je saisis l'utilité du pont, je voulais sauter, physiquement, psychiquement j’avais disparu depuis longtemps dans un tourbillon dépassant les profondeurs imaginables, fracassant les limites concevables.

J’étais, non ! Je n’étais pas, je n'étais plus, absence secouée de courants intérieurs incontrôlables.

J’aimerais que la pluie tombe, que le vent se fasse tempête, mais le soleil reste bien qu’il y ait plus d’ombre que de lumière. Dans cette pénombre l’esprit, à l’aise pour fonctionner, puise en lui-même des savoirs qu’il ignorait receler. Je peux douter de mes sens, les murs semblent tangibles pourtant, mais un esprit sait se mentir, agir sur ses zones de perceptions. Le corps est une extension du cerveau pour garder un contact avec l’univers physique, pas le plus important, le plus simple, comme un berceau.

Un berceau ?

Oui, corps-couffin, corps-couveuse. Il m’aida à vivre, à grandir, un jour je le quitterai, sans le détruire. Ma mort sera différente. Ce paradis imaginé, cette faculté intégrée à notre personnalité la plus intime que nous percevons sans la définir. L’enfer c’est l’impossibilité de dépasser la barrière du concret. Avons-nous une chance ainsi que l’affirment certaines théories ? Pourquoi pas, mais elles sont d’accord pour une libération finale, pour estimer que la suite de réincarnations doit déboucher sur… Qui y fut et en revint pour en parler ? Le couloir, la lumière, le possible en devenir, l’espoir de la vie, son futur que nul ne put entrevoir. Nul…

J’aime cette image, la mort murmurant à mon oreille les secrets qu’elle tait d’habitude. Une réalité que j’exprime à ma façon, avec des mots, des analogies. Ces mots s’adressent à ceux tentés par ce chemin, peut-être la vérité que cherche le prof, après son grand-père, comme tant d’autres, depuis des siècles.

Idée folle professeur ? Vous entendez mes paroles ? Est-ce le but de votre quête ? Lucidement, comment vous libérerez de la réalité, de la matérialité au point de l’oublier, au point de passer le pont, d’aller ailleurs, pensez-vous, vraiment, en être capable ?

Et moi ? Je l’espère ou le redoute ?

La folie en couveuse, en intermédiaire. C’est elle Charon, pourquoi ne pourrait-il être féminin, guidant l’âme par-dessus le fleuve des peurs, des délires et des terreurs.

Un pont ! J’use d’images symbolisant des concepts imprécis. J’ai pris celui-ci puisant dans mon enfance l’élément convenable.

Un pont ? Un passage sur le flot de la démence, et moi en sortant ! J’y suis tombé tôt, manquant m’y dissoudre, en réchappant par hasard puisque miracle est un mot inquiétant. Qui cède au courant ne trouve rien sinon un châtiment au prorata de son défi à la Création.

Un pont sur lequel j’ai pris pieds, joues humides de larmes de terreur, tremblant d’une folie me tenant la main. Je me souviens, la noirceur du fond, l’envie de remonter à la surface. Je le sais maintenant, la solution est mauvaise, au contraire, il importe de creuser, d’utiliser ses ultimes forces pour cela. Sortie il y a, mais de l’autre côté. Ainsi peut-on échapper à l’attraction du trou noir en l’utilisant pour foncer au travers. J’ai creusé, me suis cassé les ongles, arraché la peau, mes os servirent de pioches, rien ne pouvait m’arrêter, j'agissais sans comprendre, spontanément. Entrevoyant la réalité de ma situation j'aurais reculé devant le chemin à parcourir. J’ai laissé filer le temps, pris dans ma tâche, rien ne devait m’importuner ni s’interposer.

Cela vous rassure professeur de penser que je continue mon délire, croyant en sortir j’y replonge. La folie rend le monde de l’autre impossible, alors qu’il est, pour le spectateur, seulement inaccessible.

Vous sentiez ce monde, le désirez, avez pu le toucher au travers d’esprits qui luttèrent, s’enhardissant au plus près du pire mais la démence fut la plus forte, ils chutèrent de la barque ou se jetèrent du pont. La noyade semble l'unique échappatoire. Immersion totale, un baptême dans la démence.

Un baptême, une immersion ?

Je fus plongé tôt dans ce flot, il se révéla nourricier mais mon âme en souffrit, l’alimentation inhabituelle sollicita en elle des souvenirs que les millénaires n’avaient pas effacés. Ce "lait" me convint, venu plus tard je l’eus régurgité. Pour l’admettre il est nécessaire qu’il soit l’aliment premier.

Les choses deviennent… J’allais dire : plus claires, disons cohérentes. Je sais, un dément tient un discours inattaquable et lui démontrer qu’il se trompe est impossible. Vous échafauderez pourtant un discours théorique que vous réciterez pour vous convaincre que j’ai tort, que je fuis une réalité si banale que je lui ai substitué un possible aux dimensions de l’éternité où l'individualité aurait disparue, où je serais composant d’un tout avec lequel je ne ferais qu’un.

Mon cœur se souvient de cette époque d’avant ma conscience. Il se souvient de ce qu’il fit, de ce qu’il ressentit.

Folie en berceau, en nourrice, autant de représentations de la même idée, une part de moi se nourrissant d’ailleurs. Si mon corps avait besoin d’aliments basiques mon âme téta goulûment autre chose, aspirant le maximum pour croître, pour dilater cet esprit, socialement admissible, culturellement formaté. J’ai brisé après avoir feint de l’accepter une armure de médiocrité trop fragile pour me retenir. Reste ces murs et derrière eux un destin que j’entrevois désormais.

J’ai creusé, je me souviens, la souffrance, les larmes. Les émotions me chahutèrent, un cyclone qui aurait pu me disloquer. Je revois l’enfant que je fus, se croyant non-vivant par l’absence renvoyée par son entourage.

Éclaboussures de sang, le mien, et si je commis tant d’atrocités dans l’irréel ce fut pour calmer ma douleur la pensant l’écho de celle infligée à mes victimes.

J’ai tant tué, j’ai sacrifié !

Joli mot, excuse de tant de crimes perpétrés par qui dissout sa vie en prenant celles des autres. Les miens furent imaginaires, immolations à une idole insatiable, forçant le poignard dans ma poitrine en quête d’un cœur qu’il voulait arrêter, ambition dépassant ses moyens. J’ai senti l'acier me pénétrant, le sang coulant sur ma poitrine, un choc, résistance, une côte, je dois continuer mais les forces me manquent, je cille, m’effondre…Au réveil je regarde, tâtonne, rien, ni blessure ni couteau, j’ai cru si fort en cet acte qu’il impressionna la réalité, le commettant je n’eus pas souffert davantage.

Folie professeur ? Amie, celle qui me mit dans la main une arme virtuelle, qui me fit commettre des crimes de papier en y croyant si fort que j'en fus dispensé dans la réalité.

Je voulais frapper encore… En corps, oublier l’âme, être tangible.

Atrocité ?

Inciter une mère à tuer son époux pour sauver ses enfants, la regarder pleurer devant le cadavre, et tuer ses enfants malgré tout, partir en la laissant seule sachant l’appel de la mort irrépressible.

J’ai fait pire que tuer ses enfant, je les ai mis en pièces comme on découpe un poulet, en les maintenant en vie le plus longtemps possible, comme seul l’imaginaire le permet. Il ne s’agit pas, à l’instar de Sade, de perpétrer des crimes vrais mais d’éprouver le désir de tuer, de ressentir la jouissance de l'acte. Si j’y avais pris du plaisir me serais-je contenté de les écrire ? J’aurais voulu le vivre, ne serait-ce, aurais-je cru au début, que pour établir une comparaison.

Impossible ? Je vous entends professeur ! Vrai, céder à cette pulsion eut été vouloir remonter à la surface. Au contraire je creusais pour passer dans le monde de l’inversion des valeurs, des réalités, où l’esprit perçoit derrière les apparences les fils qui les maintiennent, où l’âme devine des secrets qu’elle se craint capable d'apprécier.

Par les mots je me suis enfoncé en moi, j’ai trouvé un cadavre puis un autre, ces illusions que vous voulez obligatoires, illusions sociales de devoirs reposant sur la certitude qu'ils sont inévitables. Une vache a-t-elle conscience de son étable, de sa vie ? Vous rêvez d’autres champs mais la barrière vous fait peur, simple barrière de bois où fils de fer barbelés , rien de risqué, vous pourriez passer au travers, il vous suffit d’accepter d’en être capable, ce n’est pas si difficile.

Pour qui la comparaison est-elle désobligeante ?

Je suis une vache moi-même ? C’est ce que vous murmurez et le train du délire passe devant moi, si long qu’il semble sans fin, je suis dans ce convoi professeur, c’est vous le spectateur.

Je passe du coq à la vache… Les mots fuient, hémorragie spirituelle.

Atrocités, crimes, creuser, m’enliser sans ouvrir les yeux, seul je pouvais y parvenir, dans mon placard, courbé sur ma machine regardant les mots surgir devant moi, les comprenant à peine.

Seul…

Tant d'horreurs professeur. Que devais-je fuir ? Finalement incapable de trier mes pages j’aurais voulu tout anéantir, conservant un savoir qui tiendrait en peu de pages. J’ai produit beaucoup mais l’important tiendrait en un mince volume. J’espère parvenir à l’écrire, à réduire mon œuvre en ses éléments fondateurs, effacer le décor inutile.

Dénuder l’âme, effacer les illusions, les peurs, admirer les murs nus, comme ceux qui m’entourent. Haut, droit glacés, les pièces sont si vastes que je pourrais croire qu’un seule contient l’univers. Une fois admis ce qu’elle est, compris son utilité, il est permis d’en sortir, une fois sa peur vaincue on peut trouver la porte, l’ouvrir, arpenter cette vaste maison, mais attention aux salles pièges, il y en a beaucoup, plaines de gens bêlant de vaines prières devant des parois couvertes de représentation de ce qu’ils ne seront jamais. Le croyant n’idolâtre que l’image de ce qu’il voudrait être. Comment être déçu sinon en entendant l’inutile murmure de ces implorations, en réalisant ce qu’il recèle de petites envies, ce qu’il traduit de grandes peurs.

Vous vouliez entendre cela professeur, ces murs sont différents des vôtres, je veux dire de ceux de vos si hospitalières chambres. La douceur est un décor singeant ce que vous croyez être bien, anéantissant la réalité.

Laissez le dément aller au bout de lui-même ? S’il se tue et bien il aura assumé son destin, prouvé qu’il ne pouvait pas aller plus loin. Vos produits atténuent son état, en apparence, en le réduisant à quelques instincts fondamentaux. Souffrant il aura une chance de transcender sa folie, même si, d’y avoir cédé, prouve qu’il ne peut traverser un pont sur lequel il ne sait pas être. Pas moyen de le découvrir professeur, le voir ne suffit pas, vous y êtes déjà, non ?

Je vous sens déçu, dommage, consolez-vous, c’est moi qui suis fou, vous vous souvenez ? Ma cohérence est l’habitude de raconter des histoires, pas de vrai début et une fin n’en étant pas une, ainsi voyez ce que vous voulez, vous avez les moyens de continuer à vous satisfaire d’une question que vous savez insoluble.

Prendrez-vous un couteau ? Dans votre main, et votre poitrine il serait vrai. Votre cœur serait mécontent d’être ainsi percé.

Comment ? Vous voulez affronter la mort, vérifier qu’à travers elle s'ouvre l’avenir ? C’est vous qui êtes fou ! Fou de croire mes paroles, quand bien même elles seraient vraies, puisqu'elles vous disent que vous ne pouvez avancer, et si j’ai tort il n’y à pas d'ailleurs à trouver.

La confiant à votre petit-fils tout recommencerait.

En vain professeur. Ne portez pas un fardeau qui ne vous appartient pas, posez-le, en vous retournant vous le verrez tomber en poussière. Ce ne serait pas trahir, seulement accepter d’être vous-même. Le plus difficile n’est-ce pas ? Sur ce plan nous nous ressemblons, chacun cherche ce qu’il est, le sent proche et craint de l’attraper par peur de se voir différent de ce qu’il crut.

L’air est pur ici, j’aimerai qu’il fasse plus froid, voir ma respiration se condenser, ainsi penserais-je être vivant.



Repost 0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 07:01
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages