Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 14:49

04082011_gitane.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 06:47

Ma rage s'ébrouant,

Sur des murs de papier

Jeta ses hurlements,

Jusqu'à s'en épuiser.

 

Rêva-t-elle ces murmures,

Gémissements, douleurs ?

Hurlements et injures,

Cet effroi dans le cœur ?

 

À son réveil elle vit,

Ces taches un peu partout.

Était-ce du sang noirci,

Des espoirs un peu fous 

Le temps fut son allié,

Ainsi elle découvrit,

Ce qui l'avait créée,

Engendrée, nourrie.

 

Elle vit également,

Dans le regard d'autrui,

Que paraître dément,

Apportait peur, mépris.

 

Mieux valait être sage,

Se faire inoffensive...

Semblant morte la rage

N'en est que plus nocive !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 06:44

02082011-Malobaro-.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 06:36

 

Yanji est une ville chinoise où vivent un grand nombre de Sino-coréens surnommés ''Joseon-Jok'' dont la moitié vit de divers trafics, Yanji étant située entre la Corée du Nord et la Russie, ces deux pays n'ayant pas de frontière commune mais étant séparés par une étroite bande de terre chinoise. C'est la cité où tout est permis, surtout ce qui ne l'est pas...

Gu-nam (Ha Jung-woo) vit comme il peut entre son taxi, divers boulots afin de payer ses dettes, et les salles de jeux où il ne fait qu'aggraver son cas. Sa femme est partie en Corée du Sud pour trouver un travail mais depuis son départ il est sans nouvelle.

 

 

Jusque-là rien qui justifie un film, cela va changer quand Myun (Kim Yun-seok), un trafiquant local lui propose d'effacer sa dette en échange de l'accomplissement d'une petite mission : tuer quelqu'un. Rien que de l'habituel, n'est-ce pas ? Gu-nam hésite mais comment peut-il refuser, hein ? Par conséquent il accepte et embarque pour la capitale de la Corée du Sud. Sur place il va d'abord essayer de retrouver son épouse censée travailler dans un restaurant. Pas de surprise, pour le spectateur, elle n'y est pas. Il va traîner un peu car tuer n'est pas dans ses habitudes, d'autant qu'il doit apporter un pouce de sa victime en guise de preuve.

Le temps passant et son pécule fondant il se décide à passer à l'action. Immeuble normal, sa cible occupe le dernier étage. Première surprise l'ascenseur ne veut pas l'y conduire, il se contente de celui d'en-dessous. Deuxième surprise, une grille de fer barre l'accès au niveau supérieur. Tout va être plus compliqué que prévu, beaucoup plus.

 

Sinon que regarder pendant 2h20 ?

 

  

Argument simple pensez-vous, certes, mais le scénario multiplie les rebondissements, mensonges, trahisons, double-jeu, c'est une toile d'araignée dans laquelle chacun se débat pour survivre.

 

Et ça ne va pas être de la tarte !

 

Dire qu'un thriller (tel ''J'ai vu le Diable'') coréen est dynamique et violent relève du pléonasme, ici pas de pseudo histoire d'amour censée apporter un peu d'air et qui ne génère que de l'aérophagie, les méchants sont méchants et les bons, s'ils le sont vraiment, ne le restent pas longtemps. Heureusement, pour nous et pour lui, Gu-nam va révéler beaucoup d'ingéniosité et d'endurance.

Na Hong-jin (나홍진) avait réalisé The Chaser en 2007 où il montrait des qualités de réalisateur que sa nouvelle œuvre confirme, dire qu'il va falloir attendre des années avant son prochain opus. Je n'oublie pas les acteurs - c'est peu de dire que la place laissée aux actrices est réduite, une mention, pour le plaisir, pour Tak Seung-eun (탁성은) – en particulier Kim Yun-seok (김윤석) et Ha Jung-woo (하정우), les deux étaient présents dans le film précédent de Na Hong-jin qui ont dans ce film, cette arène pourrais-je dire, la place d'exprimer leurs talents.

 

Amusons-nous du titre français (?) alors que dans le monde entier il s'appelle The Yellow Sea traduction littérale du titre original Hwang Hae (황해).

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 05:12

 

Spéciale Amy Ying (甄秀儀) - Chine, années 60-70

 

31072011_Speciale-Amy-Ying------.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Herr Basha - dans Sans Blog Fixe
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 05:36

 

- Vous pensiez que ça allait fonctionner ?

- Non, bien sûr que non, on s'amusait.

- Encore l'influence de vos jeux vidéo et autres séries.

- C'est de notre âge, j'reconnais que c'est con mais on a rien fait de mal. Pour vous dire la vérité on pensait que la maison était vide, la porte n'était même pas fermée à clé.

- C'était une raison pour entrer ?

- Ça en était une pour penser que nous pouvions le faire.

- Tout ça pour invoquer le Diable ?

- Pour faire semblant, on sait bien que ça pouvait pas marcher. Bon on est désolé d'avoir fait intrusion chez vous, la porte c'est bien par là...

- Je vous en prie.

- Bizarre, je voyais pas la maison si grande, on a juste suivi le couloir jusqu'au salon, c'est tout. Où est la sortie ?

- Ailleurs !

- Ailleurs... Vous êtes qui vous ?

- Celui que vous vouliez voir, vous voyez, y croire ne fait pas que ça marche mais ne pas y croire ne fait pas que ça échoue...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Nouvelles
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 06:43

29072011_Erreur_fatwale.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 07:09

 

Une catastrophe écologique due à la rencontre de la Terre avec une météorite a conduit l'espèce humaine à la limite de l'extinction - heureusement celle qui nous guette ne fera pas de quartier, mais là n'est pas la question - et conduisit celle-ci à se scinder. D'une part Zalem, une ville suspendue où vit l'élite, et Kuzutetsu, la surface de la planète où survit le reste de l'humanité en profitant des déchets produits par la ville.

 

Ido explore la décharge en quête de quelque chose qu'il pourrait utiliser pour son métier de réparateur de cyborgs, justement il découvre une tête qui semble intacte. Pourquoi ne pas tenter quelque chose se dit-il, s'il l'avait rejetée le manga s'arrêtait là, ce qui eut été dommage. Bref ! Il réussit dans son entreprise, il adjoint un ''corps'' convenable à la tête, donne à la nouvelle venue, dont la zone mémoire semble inaccessible, le nom de Gally et la considère comme sa fille. Mais l'éducation coûte cher dans ce monde ''d'en-bas'' et pour gagner l'argent nécessaire Ido doit reprendre son métier de chasseur de primes, aidé de Gally qui va révéler une stupéfiante aptitude au combat...

 

 

Ce manga, loin de Quartier lointain, plonge le lecteur dans un univers cyberpunk où se confronte la nature humaine dans ce qu'elle a de plus primaire, instinctive, de plus ''nature'' donc et l'Humanité, au sens mythique du mot, incarnée, ou révélée, par Gally. 

Gunnm Galerie photo

Gunnm présente la particularité d'être plus populaire en dehors du Japon quand dans le pays qui la vit naître. La plupart des lecteurs de ce pays ayant l'habitude de séries répondant à des codes particuliers.

Gally pour cyborg qu'elle soit, à l'instar de Motoko Kusanagi mais dans un style différent, est attachante, attirante, séduisante, dans un monde où l'humain est flou dans son être. Beaucoup des habitants de Kuzutetsu se sont cybernétisés pour améliorer leur aptitude à la survie, celle-ci dépendant de leurs forces et endurances mais aussi de leur capacité à faire ce qu'il faut, au détriment des autres s'il le faut, et il le faut souvent, la vraie vie étant là plus que dans une Zalem vue, de loin, comme paradisiaque. Considérons que le Paradis, s'il existe, ne saurait être que d'un ennui qui ne serait même plus mortel, somme toute la pire des malédictions !

 

 

La chimie du carbone nous a produits, pas de quoi s'en vanter ! Celle du silicium peut générer une forme de vie différente mais tout aussi, sinon davantage, digne de ce nom, ou digne tout court !

Gunnm parue au Japon entre 1990 et 1995, en France elle fut éditée par Glénat de 1995 à 1998. À noter qu'à partir de 2001 Yukito Kishiro reprit l'histoire avant la fin pour la prolonger sous le nom de Gunnm Last Order, dans un cadre différent nous pouvons mieux connaître Gally et son passé tout en trouvant sur son chemin bien des questions que nous nous posons tous, surtout moi !

Un manga est peu onéreux, il tient dans la poche, alors laissez de côté les Aventures de Martine ou celles du Petit Nicolas (ras-le-bol!) et découvrez un univers effrayant mais enchanteur, sinon il serait trop ch... mais si vous préfériez ceux-ci vous ne seriez pas là.

N'est-ce pas ?

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 06:16

27072011_27ans-jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 05:30

 

La vengeance est un plat qui se mange froid, chacun le sait, mais elle est encore meilleure quand elle est réchauffée, et réchauffée encore, alors là oui, elle est savoureuse et laisse dans l'âme un dégoût de soi que, probablement et heureusement, vous ignorez.

 

Soo-hyun est agent secret, ce qui suppose des qualités mais aussi ce que l'on pourrait appeler des défauts. À tout prendre mieux vaut avoir les deux que rien du tout, mais la question n'est pas là. Malheureusement, pour elle, sa fiancée croise la route d'un tueur en série sadique (pléonasme?) et inventif. D'elle la police ne retrouvera que la tête (c'est dommage !), l'enquête mène à plusieurs suspects sans que rien ne soit décisif pour en désigner un. Qu'à cela ne tienne se dit Soo-hyun qui décide de régler leur compte à tous, pourquoi tourner autour du pot ! Ici pas question de ''présomption d'innocence'', de temps perdu à chercher des excuses aux pires tueurs, les habitués de ce blog savent que si j'avais à choisir entre le loup et l'agneau je n'hésiterais pas même une nanoseconde.

 

Le dernier sera le bon, façon de parler, et Soo-hyun va découvrir une folie criminelle que même lui n'imaginait pas, le monde des agents secrets est feutré, propre serait trop dire, celui qu'il va fréquenter est primaire, sanguinaire, sale et sans remord.

 

Une histoire de vengeance comme nous en avons vu des caisses ? Bien plus que cela, et bien pire.

 

''Que celui qui lutte avec des monstres veille à ce que cela ne le transforme pas en monstre. Si tu regardes longtemps au fond de l'abîme, l'abîme aussi regarde au fond de toi.''

Ainsi parlait Nietzsche dans Par delà bien et mal ! Ainsi Soo-hyun en observant Kyung-chul va-t-il apprendre qu'il lui ressemble plus qu'il le pensait.

 

 

Vous pensez sans doute que nul n'a le droit de se faire justice, que la loi du talion est indigne d'une société civilisée, mais soyez rassuré, la société dans laquelle nous vivons ne l'est pas, ce n'est qu'une cage faite de trois parois seulement, c'est dire si en sortir est aisé, pour qui accepte d'y laisser les illusions que la ''culture'' nous a appris. Si les serial-killers ont tant de succès c'est bien qu'ils incarnent ce désir que tant ont de se débarrasser des chaînes sociales. Le problème étant que sans elles le territoire qui s'ouvre est effrayant, obscur et propices à rencontrer ces monstres dont parle Nietzsche, à ce détail près que ce sont eux qui regrettent cette confrontation !

 

 Lee Byung-hun et Choi Min-sik incarnent, c'est le cas de le dire, ces deux personnages, le premier a tout du jeune premier, le second en est l'antithèse, mais les apparences sont trompeuses et quand l'occasion se présente de gratter le vernis ce qui apparaît est... différent. Horrible direz-vous, et alors ?

Kim Jee-woon signe là un film éprouvant, ultra violent dans ses images, dérangeant par son scénario mais sublimé par une réalisation

spectaculaire, esthétique, outrancière parfois mais le sujet s'y prête. 2H20 dont on sort soulagé que ce ne soit qu'un film mais accompagné de quelques questions. Vous en dire davantage gâcherait votre plaisir et l'affrontement final semble une chute en enfer... à vous de voir si le saut vous tente.

 

 

 

La Corée est le pays du matin calme dit-on, sans doute, mais pas des nuits douces, et c'est tant mieux !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages