Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 07:07
 
 
 
17022012_FBI_banner.jpg

 

 
Si vous ne cliquez pas  ⤵
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 07:07

À devoir moissonner des âmes par millions,

La mort même en vient à se fatiguer.

Des hommes, avec effort, on creusé des sillons,

Épuisé des rivières pour pouvoir irriguer.

 

Les vies sont plus fragiles que des épis de blé,

Quand veut s'imposer le pouvoir politique,

Rien ne sera servi aux enfants attablés,

Il convient d'obéir aux ordres bolcheviks.

 

Les possédants ou les propriétaires,

Bouches inutiles à éliminer lentement.

Privilégier l'état, principe élémentaire,

L'humain est important lorsqu'il convient au plan.

 

La nature fait le tri, pourquoi ne pas l'aider ?

Oui pour le citadin, non pour le campagnard,

Celui-là nous convient, il va participer,

Les autres s'en iront nourrir les charognards.

 

Génocide ou tuerie, il y a discussion,

Nul ne va demander son avis aux victimes ;

La terre fait de l'engrais des rancœurs, des passions,

Transmute en lendemains jusqu'au produit des crimes !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 07:07

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 07:07

Brandon occupe un bel appartement proche de Wall Street, un étage élevé indiquant sa position dans la société, et dans une entreprise dont l'activité reste floue en étant rémunératrice. L'argent n'est pas un problème pour lui, tout juste un instrument qu'il utilise. Il est allongé, seul, perdu dans ses pensées pourrait-on dire, mais de pensées il semble qu'il n'y ait pas trace dans l'esprit de Brandon, rien qu'un vide immense comme un océan dont il serait à la fois auteur et spectateur.

 

Hors de son bureau Brandon est un consommateur, de sexe, rien ne semble l'intéresser vraiment et, à dire vrai, il semble que le sexe ne l'intéresse pas davantage mais ne soit qu'un exutoire, une addiction dissimulant, à sa propre conscience peut-être, quelque chose de si ancré qu'il ne peut s'en débarrasser. Qui n'a pas, dans un coin du grenier de son passé un souvenir dissimulé par la poussière ?

Sa vie s'écoulerait entre ses routines si sa sœur ne venait s'installer chez lui, sans doute partage-t-elle avec son frère ce souvenir que lui parvint à se dissimuler, maladroitement. Elle chante une nostalgie qui voudrait se figer dans sa voix comme un insecte dans de l'ambre avant, une fois de plus, mais pas la dernière de se vider d'un sang qu'elle renie.

 

Avant qu'elle cherche une mauvaise solution à un vrai problème Brandon essaie de balancer tout le porno qu'il a accumulé, il vide son ordinateur (heureusement c'était pas le mien!) et s'essaie à la normalité avec une collègue de bureau, mais c'est un monde dont il n'a pas les codes et s'il court, après des rencontres ou dans les rues de New York, c'est pour aller nulle part, ce qui, n'est pas différent du but qui attend chacun de nous.

 

 

Aurait-il voulu autopsier un vivant que Steve McQueen n'eut pas produit un film différent. Qui, regardant par-dessus le suaire de ses habitudes ne verrait-il pas un monde incompréhensible, la normal-addiction vaut-elle mieux que les autres sous prétexte qu'elle est plus répandue ?

 

Vous devinez ma réponse.

 

Un film glacé et glaçant, malgré son sujet, pas de couleur mais une réalisation à la hauteur de ses ambitions et une interprétation impeccable. Si vous pensez qu'être ''sex-addict'' est sympa allez voir ce film !

 

Idéal pour la Saint Valentin...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 07:07

Les choses arrivent quand on le veut vraiment, il y a peu, présentant Diabolik, criminel sur papier, j'évoquais le film montrant ce personnage, et sa fidèle (si, si !) compagne Éva Kant.

Qui est capable de voler dix millions de dollars en déjouant la ruse de l'inspecteur Ginko et en utilisant une grue ; qui est capable de voler le collier de la femme de l'ambassadeur de Grande-Bretagne en grimpant le long d'un mur parfaitement lisse ; qui est capable de voler un lingot d'or de plusieurs tonnes ?

Diabolik bien sûr, sinon pour en parlerais-je dans cet article ?

 

Ginko est fou de rage et de frustration, pour arriver à ses fins et attraper le célèbre criminel il trouve judicieux de s'associer à la pègre. Celle-ci kidnappe Éva pour contraindre son amant à se rendre. Qui sera surpris qu'il cède à cette proposition mais parvienne grâce à sa ruse à s'en sortir et à sauver sa complice ?

Personne bien sûr.

Mais le policier n'a pas dit son dernier mot, employant une ruse il finit par coincer son ennemi, celui-ci alors...

Vous voulez en savoir plus ? Ce serait mal me connaître d'imaginer que je puisse dévoiler la conclusion de ce thriller haletant.

C'est peu dire que la réalisation est datée, sixties, psychédélique à souhait, et qu'elle manqua des moyens nécessaires pour employer des maquettes dignes de ce nom, sans parler de la distribution ; à part Michel Piccoli, (des impôts à payer?) elle n'a d'intérêt que par les courbes de la Jaguar Type E et le capot de Marisa Mell, à moins que ce ne soit le contraire... Malheureusement cette dernière au long de sa carrière dévoila plus son physique que son talent avant qu'un crabe funeste ne l'envahisse.

Plutôt que ce long-métrage cherchez les fascicules chez les bouquinistes et dans les brocantes en attendant que Diabolik trouve sur grand écran un avatar à la hauteur de ses mérites.

 

Pour un quinquagénaire DIABOLIK se porte bien, un comble !

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 08:08

Spéciale vînâ

Smt. Rajeswari Padmanabhan

 
    Smt. Padmavathy & Vînâi Jayanthi

 
    Smt. Jyoti Hegde


    Vînâi E. Gayathri

 
    Smt. Kaza Subhashini Sastry

 

Repost 0
Publié par Herr Basha - dans Sans Blog Fixe
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 07:07

Ai-je encore un visage ou est-ce ma cagoule

Qui me tient lieu de face quand autrui me regarde ?

J'officiais en public, si grande était la foule

Qu'autour de moi, debout, se tenaient deux cents gardes.

 

J'avais un partenaire avec moi sur la scène,

Rarement satisfait d'être en ma compagnie.

La plupart pour venir demandaient qu'on les traîne,

Peu étaient courageux une fois dans mon nid.

 

Dans les rues les regards se détournaient de moi,

On murmurait, priait, parfois me maudissait,

Les bigots se risquaient à un signe de croix,

Peut-être était-ce afin de toujours m'éviter.

 

À genoux la plupart avouaient déjà tout,

Me restait simplement à finir le travail,

Une lance en trophée avec une tête au bout,

L'humain pour l'homme n'est jamais que du bétail.

 

Mon rôle a régressé mais dans certains pays,

J'ai encore une place à tenir, et un rôle :

Occire éliminer, et si je suis haï,

Qui me voit approcher ne trouve pas ça drôle !

 

Lee Rony à son tour fait gémir son esprit,

Supplicie âme et être en aiguisant ses mots ;

Qui veut comprendre doit en acquitter le prix,

Avoir un peu de soi qui se fasse bourreau.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 07:07

10022012_agg-and-ass.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 07:07

 

Je suis prêt à parier, symboliquement, que vous ne connaissiez pas ce personnage de bédés et de romans sorti de l'imagination de Luciana et Angela Giussani il y aura bientôt un demi-siècle. Difficile de parler de héros au sens que notre culture donne à ce mot, en effet Diabolik est un voleur qui ne recule devant rien pour arriver à son but(in), s'il faut tuer il le fera sans problème.

D'une intelligence hors du commun, lui aussi, il voyage à travers le monde en fonction de ses envies, accompagné de Éva Kant, magnifique blonde capable de tout pour le seconder. Malgré son nom elle n'a pas le moindre lien de parenté avec le célèbre auteur de Critique de la raison pure, qu'aurait-il pensé de retrouver son patronyme accolé à un tel criminel... mieux vaux qu'il n'en ait rien su.

 

En 1968 le couple fut incarné au cinéma par John-Philip Law et la ravissante Marisa Mell, n'ayant pas vu ce film  DANGER DIABOLIK, réalisé par Mario Bava, je ne peux le critiquer.

Il paraît qu'on trouve tout sur le Net, je vais voir si c'est vrai.

 

     

Rares sont les œuvres dont le centre est un ''pur'' criminel, même Dexter ne tue que des meurtriers pour assouvir ses pulsions, de là à penser que c'est la raison qui me rendit Diabolik sympathique il n'y a qu'un pas que je franchis sans même prendre mon élan, sans oublier sa voiture, une Jaguar Type E, sa non moins ravissante partenaire et une existence aventureuse et périlleuse, poursuivi par l'inspecteur Ginko qui ne peut que constater son incapacité à mettre fin aux agissements meurtriers d'un adversaire que jamais il ne peut retenir captif. Ainsi jamais le bien ne saurait vaincre le mal, sans opposé il ne pourrait plus se définir.

 

Pour revenir au film sus-nommé, ce flic est interprété par Michel Piccoli, finalement une raison de voir cette série B. Au vu de sa tenue, de ses masques et autres aptitudes, il est logique d'en faire le descendant de Fantomas, et l'inspirateur de quelques criminels de fiction tels Kriminal ou Satanik, mais je devine que ceux-là aussi il me faudra vous les présenter.

 

Histoire de tout recycler la télévision, M6, transforma Diabolik pour en faire le défenseur du bien, un comble. Les responsables de cette transmutation étant encore de ce monde peut-être n'est-il pas au courant.

 

Il va l'être...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 07:07

08022012_starwars.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages