Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 08:08

Spéciale 农历新年 (Nouvel An chinois)

 

22012012_nouvelanchinois.jpg

 

Long Piao Piao

 

 
    Huang Xiao Jun & The Stylers

 

 
    Sara Chen

 

 
    Long Piao Piao

 

 
    Michelle Xie

 

  

Repost 0
Publié par Herr Basha - dans Sans Blog Fixe
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 07:56

On ne choisit pas sa famille,

De fait je sais depuis longtemps,

Que l'on peut préférer les filles,

Mais qu'il faut faire avec son sang.

Pour une fois j'ai eu de la chance,

La personne qui m'est la plus proche,

Incarne l'effroi et l'arrogance,

Avec la peur mais... sans reproche.

 

Elle était là, elle m'attendait,

Souriant déjà sur mon berceau.

À sa façon elle m'attirait,

Pour que je délaisse pelle et seau.

Nul guide n'eut pu être meilleur,

Pour me mener dans les ténèbres,

Entre charognes et horreurs,

Vers l'autel qui les célèbre.

Union parfait, métaphysique,

le seul qui justifie mon cœur ;

Incestueux, pharaonique,

Mon sang, mon démon, ma noire sœur.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 07:52

20012012_leBAALdesmotsdits.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 07:48

 

 

Encore LEE, encore des mots qu'il me faut vous adresser.

Du fond de ma geôle je vous entends et sais quelle difficulté votre main ressent de ne pouvoir écrire ces mots sans vous dissimuler derrière moi.

 

Moi, au final est-ce un mot dont vous comprenez le sens sans le ressentir, dissimulé que vous êtes depuis si longtemps derrière des attitudes, des noms même sans qu'aucun vous ressemble, ou soit capable de dessiner le fantôme de ce que vous devriez être, de ce que vous ne serez jamais.

Un spectre, n'est-ce pas le terme qui vous convient le mieux ? Qui sait si la mort que vous sentiez proche ne le fut pas plus que vous le pensiez, plus que son souffle c'est sa morsure qui vous réveilla. Comment se fit-il qu'elle ne vous emporta pas, entièrement ? Quelles capacités, quelles forces, firent que la folie à son tour dut reculer, amantes acharnées dont les étreintes, peut-être, se combinèrent, s'équilibrèrent, si bien que, contre toute logique, vous restez lucide, écoutant les échos sans fin de cris qui, s'ils sont de souffrance, n'en sont pas moins la matière qui vous constitue.

Que disiez-vous cette après-midi ? Vous comparant à un sculpteur, à coup de mots vous tentiez de faire naître, de trouver, dans une masse minérale une forme l'attendant. La difficulté à continuer venant de ce que vous vous approchiez du but, de l’œuvre dissimulée.

Les milliers de pages épandues autour de vous sont les éclats de peur, d'angoisse, de pulsions archaïques, contre lesquels vous deviez lutter, chacun volant un peu de votre vie.

Travaux forcés ? La comparaison est juste, qui peut rester face au vide qu'il surplombe sans céder au vertige ?

Pas même vous ! LEE, pas même vous, ni moi, ni aucun de ceux qui vous procurèrent l'illusion d'exister.

L'effroi qui vous envahit désormais n'est-il pas fruit de l'absence qui s'annonce, la sensation qu'il n'y aurait en vous qu'un vide immense. Comme tant d'autres finalement, une vie se résume à parcourir un bout de chemin en imaginant une inaccessible destination.

Ces mots ne sont qu'un lambeau de plus arraché au temps, combien encore jusqu'à ce que vous trouviez... ce qui vous attend ?

Combien...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Lettres
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 06:47

18012012_carnage-politic.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 07:00

 

Le mal même recula quand il fut épuisé.

Parlons de la folie, je l'ai vue dans un coin,

Pleurant comme une enfant de se voir refuser

l'accès à mon esprit pourtant pas si loin !

 

Si céder fut tentant je n'ai point de mérite

à jamais ne l'avoir, un instant esquissé.

Un pantin, quoi qu'il fasse, une volonté l'agite,

Il n'a aucun pouvoir, maintenant je le sais.

 

J'étais fait de pulsions, de carbone et de sang,

D'hormones directives et d'instincts archaïques.

Pourtant dans mon génome, des traits étaient absents,

Besoins fondamentaux, grégaires et historiques.

 

Arrêter de courir, un âm's'taire dans sa roue,

Distinguer par-delà de curieux territoires...

Pour ne plus y penser vous tombez à genoux,

Si vous accélérez c'est pour ne plus les voir !

 

Vous êtes tentés pourtant, en restant derrière moi,

Si vous vous arrêtez vous serez égarés.

Le jeu en vaut la peine, être rien, être soi,

En l'air la pièce tourne mais elle va retomber !

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 07:00

16012012_la-pelle-de-l-ange-copie-1.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 10:33

 

Spéciale Cambodge - janvier 1979 : chute du régime Khmer Rouge

Ros Sereysothea

 

 
    Ros Sereysothea, Houy Meas et Sinn Sisamouth

 

 
    Meas Hokseng et Keo Sokha

 

 
    Pen Ron et Sinn Sisamouth

 

 
    Longvek Borei Band

 

 

Repost 0
Publié par Herr Basha - dans Sans Blog Fixe
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 06:50

 

 

...oui merci docteur, vous rencontrer fut la meilleure chose de mon existence. Combien d'années ai-je fait semblant de vivre, suivant les préceptes de la banalité, oubliant les désirs de ma jeunesse, pas si lointaine il est vrai mais ensevelie dans la routine de la famille et du travail.

 

Parfois me revenaient de ces regrets traînant dans un coin de mes souvenirs, un coup de nostalgie comme un souffle de vent déplaçant, un moment, la poussière du temps qui passe.

 

C'est mon épouse que je dois remercier, c'est elle qui sentait une part absente en moi et me persuada de vous consulter. Vous vous souvenez comme au départ je fus réticent. Quel intérêt de ressortir des images jaunies d'autrefois dont la plupart étaient floues et en recouvraient d'autres encore moins claires. Je n'avais pas compris qu'en me penchant sur elles je les verrais plus clairement, ou peut-être sentais-je que c'était ce qui arriverait ; cette routine que je critiquai je m'y étais fait, elle me rassurait. Les mots en convièrent d'autres, je suivais un fil d'Ariane sans savoir qu'à l'inverse de l'autre celui-ci m'indiquait comment entrer dans le labyrinthe.

 

Les mots devinrent des images qui se diffusèrent en moi, lentement, profondément, germant en inflorescence de désirs et de frustrations grandissants jusqu'à ce que j'en vienne à considérer que s'ouvrait à moi une nouvelle chance, le temps faisait une boucle et s'ouvrait à nouveau le chemin que j'aurais pu prendre il y a dix ans.

 

Une erreur est plus plaisante à commettre quand elle est préméditée. Mais s'agit-il de cela ou de l'acceptation de ce que je suis ? La civilisation est un bocal où circulent tant de poissons rouges que la présence de prédateurs est dans l'ordre des choses.

 

Vous comprenez docteur que, en matière d'hommage, ma première victime devait être ma femme... il va sans dire que je compte sur vous pour conserver le secret, pas de corps pas de preuve n'est-ce pas ? Rassurez-vous, si j'ose dire, je vous tiens au courant. Ne me raccompagnez pas je connais le chemin !

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Nouvelles
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 06:47

 

13012012_samsung-rony.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages