Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 21:22

Voici le premier des cinq classiques (五经 Wujing), pilliers sur lesquels repose l'Empire du Milieu et les civilisations qu'il influença.

Le Yi Jing  est aussi appelé ''Livre des mutations'' ou ''Classique des changements''.

Vous connaissez le Yin et le Yang, le principe des contraires complémentaires, la synchronicité jungienne... Ils trouvent leur source dans le Yi Jing (prononcé i ting), système binaire censé permettre de deviner l'avenir et les mutations qui s'approchent.

Depuis trois millénaires, sous des formes qui évoluèrent lentement, ce système accompagne des millions de gens cherchant des réponses à des questions qui, au final, ont peu changées. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, nos interrogations diffèrent peu de celles de nos ancêtres, étant entendu que les réponses apportées par les religions monothéistes sont plus des ''cessations de penser'' que des modes de compréhension.

Ce que le Yi Jing n'apporte pas comme un mode d'emploi à suivre en effaçant jusqu'à la plus infime trace de doute.

Il est composé de 64 hexagrammes, figures combinant des traits pleins (Yang) et redoublés (Yin), se subdiviant eux-mêmes en deux catégories. C'est le premier système basé sur un principe binaire se développpant en 64 états (64 bits ?). Sa naissance suivrait l'invention des trigrammes par Fuxi autant que l'influence de Yu fondateur de la dynastie Xia. Quoi qu'il en fut l'un et l'autre auraient reçu leur inspirations d'hexagrammes dessinés sur une tortue ou un cheval.

Portant un regard moderne sur ce livre, il en sort un style archaïque mais cohérent permettant d'imaginer un rédacteur unique faute d'être le véritable auteur, sans doute faudrait-il mettre ce terme au pluriel.

À titre personnel le Yi Jing trouve son utilité au quotidien si vous avez une décision à prendre, au moins si vous êtes l'interrogateur pouvez-vous également être le médium, c'est nettement moins c... que l'horoscope. Trois pièces suffisent, lancez les, notez les hexagrammes obtenus, vous aurez une réponse. N'oubliez pas de poser votre question par écrit !

 

 

乾 qián le Ciel Créativité, force, initiative.

Le créateur, le cheval (bon, vieux, maigre, sauvage), le père, la tête, le rond, le prince, le jade, le métal, le froid le glace, le rouge sombre, un fruit...

Yi Jing, Livre des Mutations 坤 kun la Terre Disponibilité, adaptabilité, accueil, don de soi.

Le réceptif, la vache, la mère, le ventre, une étoffe, un chaudron, l'économie, l'égalité, le veau avec la vache, un grand char, la multitude, le tronc, le sol noir parmi les autres...

Yi Jing, Livre des Mutations 震 zhèn Le Tonnerre Impulsion, mise en route, secousse.

L'éveilleur, le dragon, le fils aîné, le pied, jaune sombre, une grande rue, un roseau ou un jonc...

Yi Jing, Livre des Mutations 巽 xùn le Vent, le Bois Pénétration, soumission, intériorisation.

Le doux, le coq, la fille aînée, les cuisses, le corbeau, le travail, le blanc, le long, le haut, l'indécis...

Yi Jing, Livre des Mutations 離 lí le Feu Clarté, lucidité, vivacité, éclat.

Ce qui s'attache, le faisan, le fille cadette, l'oeil, le brillant, la cuirasse et le casque, la lance et les armes, la sécheresse, la tortue, le crabe, l'escargot, l'arbre desséché dans sa partie haute...

Yi Jing, Livre des Mutations 坎 kan l'Eau Profondeur, endurance, peur.

L'insondable, le porc, le fils cadet, l'oreille, les fosses, les pièges, l'arc et les flèches, le sang, le rouge, la lune, le bois ferme avec beaucoup de marques...

Yi Jing, Livre des Mutations 艮 gèn la Montagne Rigueur, cohésion, calme, solidité.

L'immobilisation, le chien, la main, le 3e/le plus jeune fils, le chemin détourné, les pierres, les portes, les fruits, les semences, le bois ferme et noueux...

Yi Jing, Livre des Mutations 兌 duì la Brume Aptitude à l'expression et à la communication, joie, légèreté.

Le joyeux, le mouton, la 3e/la plus jeune fille, la bouche (& la langue), la magicienne, écraser/briser en morceau, la voisine, le sol dur et dallé...

 

La balle est dans votre camp, si vous voulez en savoir plus :

 

Dragon2012feu.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 06:07

La corde à laquelle je me pendis céda !

Le bûcher qui devait me consumer gela !

Cent poisons sont un cocktail de choix,

Le couperet fondit en s'approchant de moi.

 

J'ai encaissé les plus forts mitraillages,

La roue même fut sans dommage.

Les chevaux n'ont pas su m'écarteler,

Le lion dans l'arène ne put dévorer.

 

Dans la chaise, aucun courant ne circula,

La loi du Talion elle aussi m'épargna.

J'ai trouvé l'endroit d'où vous observer,

Sur deux poutres de bois je suis crucifié.

 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 06:07

Spéciale Aki Toyosaki (豊崎 愛生)

03062012_Speciale-Aki-Toyosaki--------.jpg

 

 

 

 

 

Dragon2012feu.jpg

Repost 0
Publié par Herr Basha - dans Sans Blog Fixe
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 06:07

02052012_vade-retro.jpg

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 06:07

Quand le sapiens peut, il fait, ensuite il regrette.

J'aurais pu être moins, j'aurais dû être pire.

Ce n'est pas le téléspectateur qui est con mais le con qui est téléspectateur.

En léchant mes plaies j'ai pris le goût du sans.

Je suis chaotique pratiquant.

Les vrais secrets n'existent pas.

Je suis une boule antimythe.

L'amour est une arme de distraction massive.

En politique ce n'est par un karsher que je vais prendre, c'est un lance-flammes.

J'ai claqué la porte sur mes pires horreurs ; pas question de les laisser s'échapper.


Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Aphorismes
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 17:46

31052012.jpg

Repost 0
Publié par 未知の参与者 - dans Sans Blog Fixe
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 06:07

Dragon2012feu.jpg

 

Vous connaissez les peplums, les westerns, spaghettis ou pas ! Au Japon existe le chambara (チャンバラ), ce nom venant des onomatopées rappelant le bruit d'une lame tranchant la chair, il est parfois nommé ken geki (film de sabre) et se définit par quelques règles simples : le héros est un solitaire qui doit suivre le code d'honneur des combattants (le bushidô) sous peine de faire seppuku, mieux connu sous l'appellation de hara-kiri ! Histoire de faire connaissance avec ce genre penchons-nous sur un cinéaste qui fut un maître dans ce domaine et nous livra des chefs-d'oeuvres que je vous invite à découvrir.

Sinon vous savez ce qui vous attend !

 

Tuer ! (Kiru, 1962)

Adapté d'un roman de Shibata Genzaburo, le film suit le destin d'un samouraï dont la bâtardise est un poids impossible à abandonner.

Shingo est heureux avec sa sœur, de laquelle il est très proche, et son père, Takakura. La vie lui sourit, il maîtrise une technique de sabre unique et quasi imparable.

Lors d'un important tournoi, finaliste, il va choisir d'utiliser un sabre véritable, impressionnant son adversaire au point qu'aucune attaque ne sera nécessaire pour qu'il triomphe, attirant sur lui et sa famille l'intérêt du seigneur local, et la jalousie des perdants.

Ceux-ci vont faire courir la rumeur que Shingo est illégitime. Faute de pouvoir le prouver, accusé de diffamation, déshonorés ils décident de se venger en assassinant Takakura et la sœur de Shingo.

Avant de mourir Takakura avoue la vérité à Shingo, il est le fils d'une criminelle condamnée à la décapitation et exécutée par son vrai père comme une ultime déclaration d'amour. Shingo retrouvera un homme vivant avec le souvenir de celle qu'il aima, et tua, et qu'il attend de rejoindre. Shingo finira par trouver un maître à servir, ce qu'il fera avec dévouement, et efficacité, jusqu'à ce que le piège se referme.


La Lame diabolique (Ken Ki, 1963)

À nouveau Misumi adapte un roman de Shibata Ginzaburo, encore une fois un bâtard, cette fois fils d'une femme et d'un chien, appelé Hanpei, le tacheté, mais surnommé 'Inuko' (fils de chien). Sa mère, suivante d'une importante dame, ayant hérité du chien de cette dernière avec mission de s'en occuper comme d'elle-même.

Hanpei voit dans le jardinage le but de sa vie et son père adoptif l'incite à suivre ce chemin. Il a la 'main verte' et ne demande rien à l'existence qu'un cours floral et pacifique.

Mais Hanpei, au hasard d'une promenade en forêt, va rencontrer Daigo Yaichiro, un samouraï solitaire qu'il va observer pendant un an, assimilant sa technique sans toucher un sabre. Talent prodigieux révélé par un hasard malicieux, deus ex machina d'un drame déplaçant ses pions.

Accidentellement Hanpei va tuer Daigo mais le savoir est transmis, un devoir pour le maître, une charge pour son successeur. Désespéré l'élève va briser son sabre mais finira par en trouver un autre, arme légendaire qui aurait appartenu à un célèbre bandit ayant commis de nombreux crimes.

Hanpei est à la limite de l'humain mais s'il aspire à vivre dans l'honneur ce ne sera pas possible, pour autant que cela fut jamais possible qui sait si à la fin il n'aura pas renoncé à une humanité dont il aurait compris qu'il s'agit d'un mythe.

 

Le Sabre (Ken, 1964)

1964, université de Tôwa, Kokubu est le maître du club de Kendô et prépare un important tournoi. Rien n'est plus important pour lui que cette discipline. Son dojô abrite d'une part Mibu qui voit en Kokubu un exemple qu'il tente de copier et Kagawa qui voit dans le Kendô un sport et dans le comportement de son maître une obsession irrationnelle, vingt ans après la fin de la guerre et presque un siècle après la disparition des samouraïs.

Les élèves incarnent la schizophrénie du Japon hésitant entre son héritage et l'avenir proposant à chacun une effrayante autonomie.

Kagawa, pour tenter la 'foi' de son sensei ira jusqu'à lui présenter Eri, incarnation de la femme japonaise en rupture avec l'image classique de l'épouse soumise attendant patiemment le retour de son époux.

En noir et blanc, contemporain, cet ultime film semble déparer la série mais il n'en est rien, cette adaptation d'un roman de Mishima Yukio est le chant du cygne, le chant du sabre, prenant pied dans le vingtième siècle. S'y affrontent le conformisme et la modernité avec un final constatant l'inéluctable passage du temps et la mort des valeurs du passé et la vacuité de celles du présent. Avec le recul du temps rapprocher cette conclusion de celle de la vie de Mishima lui-même me paraît possible comme si la fiction annonçait la réalité.


Un triptyque tranchant à l'image de la maîtrise du sabre, pas de gesticulation : l'attente, la frappe, la mort ! Si vous ne connaissez que Tigre et Dragon ou Le secret des poignards volants, vous serez décontenancés, au début, mais laissez-vous saisir par le charme un peu désuet et la maîtrise de Misumi, vous ne le regretterez pas.

Un mot de Raizō Ichikawa 市川雷蔵, vedette de ces trois films et qui mourut en pleine gloire le 17 juillet 1969 à l'âge de 37 ans.


Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 06:07

Le monde est Spawn !

Après Suture faisons connaissance avec Albert Francis Simmons, second des trois enfants du couple Esther et Bernard Simmons, est lieutenant-colonel dans les Marines, il est recruté dans une unité d'élite agissant aux limites de la légalité. Durant une mission au Botswana un de ses partenaires le tue sur ordre du Directeur Wynn, chef du service en question.

Pour avoir commis moult crimes il se retrouve en Enfer où Malebolgia lui propose de revenir sur Terre pour revoir une dernière fois son épouse, se venger, puis devenir général, le Spawn, des armées infernales attendant de déferler sur le monde.

Comme vous le supposez, passer en Enfer laisse des séquelles, Al Simmons est défiguré comme s'il portait sur son visage les traces de ses mauvaises actions passées. Il va découvrir qu'entre sa mort et son retour cinq années se sont écoulées, sa veuve s'est remariée avec son meilleur ami, ils ont une petite fille, Cyan. Al, devenu Spawn, ne veut pas interférer dans son existence, il s'installe dans les bas-fonds de New York et affronte des gangs de dealers et des créatures fantastiques, cybernétique comme Overkill, néo-angélique comme the Redeemer, ''écologique'' comme l'Amat, céleste comme Angela en faveur de laquelle Spawn viendra témoigner au Paradis ! Et de nombreux autres qu'il serait fastidieux d'énumérer.

Ayant encore du temps libre il recherche son humanité (quelle idée!) et le moyen de vaincre son maître, Malebolgia.

Spawn dispose de capacités hors du commun, comme il se doit, en particulier une cape rouge du plus bel effet qui obéit à ses pensées.

Todd McFarlane après avoir participé à The Amazing Spider-Man obtient la responsabilité d'un comics sobrement appelé Spiderman à la fin des années 1980. Désireux de plus de liberté il participe à la création de Image Comics et crée en 1992 son anti-héros auquel il offrit nombre d'aventures, alternant défaites et victoires amères dans des productions différentes : Angela; Violator ; Curse of Spawn ; The Undead, etc. Homme d'affaire avisé il déclina Spawn sous de nombreuses formes et une impressionnantes série de figurines de qualité dans laquelle s'intégrent des stars du rock, des films d'horreurs, du sport... En 1997 un film sur grand écran s'inspira de sa créature, oublions-le en attendant qu'un autre, digne de ce nom, sorte, ce qui devrait être le cas en 2013 ; la série d'animation (2 saisons) est en revanche de bien meilleure qualité.

Ce portrait succint vous expliquera quel plaisir je prends à fréquenter Spawn, lui croit à la rédemption...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 11:00

28052012_bmh_img_3979.jpg

Repost 0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 06:07

Spéciale Japon - Électro minimaliste


Small Color

 

 

Misato Kinoshita

 

Lamp

 

Ostooandell

 

SôtaiseiRiron

Dragon2012feu.jpg 

Repost 0
Publié par Herr Basha - dans Sans Blog Fixe
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages