Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 08:40

Historia Spécial – Janvier_Février 2016

 

Catherine Salles

C'est en Arcadie qu'apparaît le premier lycanthrope de la mythologie grecque. Un puissant souverain nommé Lycaon (loup) était riche et père de 50 fils. Cruel et impie il ne reculait devant rien pour dépouiller ses sujets. Zeus, qui aimait se mêler au peuple pour observer les hommes, se présente à lui déguisé en pauvre paysan. Pourtant les Arcadiens devinent sa nature divine alors que le roi est d'un avis contraire.

Reste à le démontrer, pour cela le souverain ne trouve rien de mieux que de servir à son hôte les entrailles de victimes sacrificielles améliorées avec les reste dépecés d'un esclave.

Nul crime n'est pire que l'anthropophagie, tabou chez les hommes et les dieux. Zeus discerne le piège et transforme le roi en loup avant de tuer ses fils. Dès lors quiconque mangera de la chair humaine deviendra un loup-garou dévorant troupeaux et humains. Zeus atterré par ce comportement provoquera un déluge pour engloutir l'humanité !

[Preuve que celui-ci ne fut pas plus définitif que les autres !]

Hérodote est le premier à évoquer la lycanthropie d'un peuple, les Neures, voisins des Scytes, sur la rive gauche du Danube. Un fois l'an tous se transforment pour quelque jours. Dans la réalité il est probable qu'il s'agissait de rites initiatiques voyant les Neures revêtir des peaux et masques de loups. De même ''existaient'' en Arcadie un temple dédié à Zeus Lycéen (Zeus Loup) qu'aurait fait érigé Lycaon, où étaient servi aux fidèles entrailles d'humains et de victimes sacrées. Les consommateurs se métamorphosaient en loup. Parmi ceux-ci on trouve Déménète, athlète de Parrhasie qui ne recouvra sa forme humaine que dix ans plus tard, juste à temps pour remporter à Olympie le prix du pugilat.

Dans le Satiricon, roman de Pétrone, Nicéros est esclave et amoureux d'une cabaretière, Melissa. Voulant la rejoindre à la campagne il est accompagné par un militaire pour le protéger. Sa surprise est grande quand une nuit il voit celui-ci déshabiller, se transformer en loup, et disparaître dans les bois. Partant seul il retrouve Melissa qui lui raconte qu'un loup ayant pénétré dans l'étable y saignât toutes les bêtes. L'animal fut mis en fuite par un esclave qui le blessa au cou. Sur le chemin du retour Nicéros retrouve le militaire et constate, avec effroi, que celui-ci est blessé au cou ! Comprenant sa nature il évitera de le toucher et de partager ses repas.

On est jamais trop prudent.

Croyance populaire voyant les esprits mauvais se transformer en créatures destructrices il y a peu d'exemple dans la littérature antique de loup-garou. Platon évoquera par analogie le goût du sang de leurs sujets par des tyrans semblable alors, moralement, à des prédateurs insatiables.

Les romains redoutaient les loups-garous, et les striges, démons ailés pouvant changer de forme pour pénétrer les maisons, attaquer les nourrissons ou les cadavres, se nourrir de leurs chairs, s'abreuver de leurs sang, pour alimenter leur magie. Les striges sont en quelque sorte des loups-garous femelles !

 

L'OPINION DE LA SCIENCE

Gautier Cariou

Pour la science, la réalité est claire, il n'y a en fait de loup-garou que des cas psychiatriques nécessitant un suivi. Chacun connait ce scénario. Un soir de pleine lune, poils et canines s'allonge, le corps et le visage se déforment pour prendre une forme lupine, l'instinct prend le dessus sur l'humain. Après l'Antiquité c'est l'inquisition qui traque les loups-garous et les condamne à mort.

Les références à ces créatures sont nombreuses mais si elles existent ce n'est pas sous cette forme légendaires mais dans la réalité d'hommes persuadés de se transformer en loup et agissant comme tel : la lycanthropie clinique. Elle se retrouve dans plusieurs maladies mentale comme la schizophrénie ou le syndrome dépressif sévère. En 1988 un homme après avoir battu à mort un homme avoua être un loup-garou. Sa femme témoigna l'avoir souvent entendu hurler la nuit.

Outre des affections mentales la prise de psychotropes peut déclencher les mêmes symptômes. Divers cas attestent des effets de ces produits, un homme qui est pris d'une envie de chasser des lapins pour les dévorer vivants, une femme marche à 4 pattes et tente de mordre le personnel soignant. Rien de diabolique pourtant là-dedans, seulement l'ignorance des maladies induisant ce comportement. Pourtant le médecin Marcellus de Side, au IIème siècle décrit la lycanthropie comme une manifestation possible de la mélancolie. Pline l'Ancien écrit dans son Histoire naturelle ''Qu'il y ait des hommes qui se t transforment en loup et retrouvent leur première forme, on peut en toute confiance assurer que rien n'est plus faux.''

Le mythe du loup-garou pourtant perdura.

John Illis, du Guy's Hospital de Londres, proposa en 1963 que la lycanthropie était causée par la porphyrie, maladie causée par un déficit enzymatique provoquant l'accumulation de porphyrines qui provoque une hypersensibilité à la lumière, augmente la pilosité, notamment sur le visage, une nécrose des tissus et une coloration brunâtre des dents. Symptômes assez spectaculaires pour expliquer l'origine du loup-garou, comme celle du vampire.

Et la lune ? Les études sont contradictoires sur son effet. La croyance en cette influence est appelée ''effet transylvanien'', les observateurs obéiraient à des préjugés culturels.

Et je le regrette, combien j'aimerai me transformer en loup, courir dans les bois, et oublier ces oripeaux humains.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 08:53

Exposition OSIRIS - THERMOUTIS
Exposition OSIRIS - THERMOUTIS
Exposition OSIRIS - THERMOUTIS
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 08:25

Une conviction c'est ce que je pense, un préjugé c'est ce que TU penses.

Je ne cherche pas, je fuis.

Seul le Diable est le même dans les trois (l'étroit) monothéisme(s).

À coller de la culture sur la nature le sapiens confond les deux et oublie la seconde.

Le bien et le mal sont les mâchoires de l'étau qui vous broie.

Si vous ne vous rendez pas compte que je vous autopsie c'est que vous êtes mort.

Maison rime avec prison.

Nulle part est le meilleur endroit où je sois allé.

La nature vous crée, utilise, tue puis recycle.

Sapiens est mon cousin comme Cro Magnon ou Neandertal , pas mon frère.

L'amour déçu fait vite d'un idolâtre un iconoclaste.

 

L'univers est une matriochka.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Aphorismes
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 09:09

坊っちゃんNatsume Sôseki – 1906 – Le serpent à plume éditions – traduit du japonais par Hélène Morita  Résultat de recherche d'images

 

Tout commence par un aveu, celui du narrateur qui reconnaît n'avoir pour héritage reçu qu'une nature impulsive et risque-tout lui valant depuis sa petite enfance de perpétuelles mésaventures. Écolier il avait sauté du premier étage de son école et perdu, pour une semaine, l'usage de ses jambes parce qu'un condisciple lui avait lancé ''Eh, tu ne serais pas capable de sauter d'ici... Poltron va !''

Même motif, même punition quand il voulut montrer la qualité de son canif ! La cicatrice sur le pouce est toujours là.

Ces ''exploits'' avaient été nombreux durant son enfance, peut-être pour attirer l'attention d'un père ne montrant aucune affection ou d'une mère préférant son aîné.

2 jours avant que sa mère ne meurt il s'était cogné les côtes à l'angle du fourneau de terre ; à la suite de quoi sa mère lui avait hurlé qu'elle ne voulait plus le voir. C'était donc chez un proche qu'il avait appris son décès. Une fois rentré son frère lui imputa la responsabilité de cette disparition, ce qui entrainé en réponse une gifle suivi de critiques sévères.

Résultat de recherche d'images pour "natsume soseki"

La vie à trois s'installa, le frère qui apprend l'anglais mais présente un tempérament de nature féminine, et le père, inactif, lui serinant à la moindre occasion qu'il n'était qu'un raté.

Dans la maisonnée seule Kiyo, la servante, lui manifestait de l'affection, sans qu'il en comprit la raison.

La vie continua ainsi durant les cinq ou six années qui suivirent le décès de sa mère, jusqu'à la mort du père suite à une attaque d'apoplexie. Lui obtint son certificat d'étude et son frère ainé un diplôme de son école de commerce et un emploi dans une société de Kyûshû. Les biens familiaux furent vendus à un chineur, la maison à un homme fortuné, de l'argent dont l'aîné profita largement. Les frères se séparèrent, restai Kiyo à laquelle il ne restait qu'à demander asile chez son neveu, greffier dans un tribunal. Avant de partir pour Kyûshû son frère lui remit sa part, 600 yens, dont il pourrait profiter à sa guise, et 50 yens à donner à Kiyo.

N'ayant aucun but dans la vie c'est la vue d'une annonce pour recruter des étudiants pour l'École de physique qui l'incita à s'y inscrire. Durant trois ans il étudia et réussit à obtenir son diplôme. Une semaine plus tard le directeur le convoqua et lui proposa un poste de maître de mathématiques dans une école secondaire au Shikoku. Pourquoi ne pas accepter ? Avant de partir, et de quitter Tôkyô il rendit visite à son ancienne servante et lui parla de son projet, lui promettant de revenir aux prochaines vacances d'été.

Résultat de recherche d'images pour "vues du japon 1906"

Le village qu'il découvre le déçoit. Le trajet jusqu'au collège l'obligea à prendra une barque, un train, puis un rickshaw. Malgré cela il arriva trop tard. Il s'installe dans l'auberge Yamashiroya. Il fait chaud mais la nourriture est bonne, c'est déjà ça !

Le lendemain il peut enfin rencontrer le directeur, celui-ci le fit penser à un blaireau avec ses moustaches clairsemées, son teint foncé et ses grands yeux. Il va lui falloir se présenter à chacun des autres professeur, chose qui le désole, et au sous-directeur, habillé d'une chemise rouge, censée être un remède pour le corps. Ses cours commenceront le surlendemain. Il profite de son temps libre pour découvrir la ville, et réaliser que le temps n'avait pas joué en sa faveur. À l'auberge il obtient une meilleure chambre et prend le temps d'écrire à Kiyo pour la rassurer.

La visite de son collègue prof de math, le ''Porc-Épic'', le surpris mais celui-ci le convainquit de la nécessité de changer de logement, il connaissait justement une pension qui l'accueillerait, s'il le recommandait. Finalement il jugea celui-ci moins désagréable qu'il l'avait cru, de plus c'était le plus populaire des professeurs.

Résultat de recherche d'images pour "vues du japon 1906"

Botchan est près à commencer ses cours, à découvrir le monde de l'éducation, la province... et cela sera bien loin de la vie qui était la sienne dans la capitale. Un grand roman de Sôseki, un classique qu'il rédigeât après son séjour à Matsuyama. Le Japon change et s'ouvre au monde. Son héros est un homme du peuple alors que Kiyo vient d'une noblesse vaincue par le temps. Le narrateur n'est pas chez lui, il le sent, les autres en sont sûrs eux aussi.

Parviendra-t-il à trouver sa place dans un espace aussi étriqué ? Si vous savez ce qui vous reste à faire si vous voulez le savoir. Un remarquable, et instructif, roman que j'aurais peut-être manqué sans le mois Sôseki proposé par PatiVore.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Japon
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 08:11

Historia Spécial - Janvier_Février 2016

 

Gautier Cariou

Qu'en est-il de la réalité du vampirisme ? À Venise en 1576, alors que la peste décime la population, les fossoyeurs découvrent des cadavres qui s'animent, gémissent, dont poils, cheveux et ongles ont continués à pousser alors que du sang coule de leur bouche. Pas de doute, il s'agit de vampires !

Les médecins légistes modernes auraient eu plus de sang froid tant ces phénomènent sont naturels. La rigidité cadavérique s'estompe après quelques heures, les membres se relâchent, provoquant des mouvements post mortem. De même les gaz, le méthane en particulier, s'accumulent lors de la putréfaction et peuvent s'échapper par les voix naturelles, la bouche par exemple, faisant vibrer les cordes vocales. Le corps se déshydratant, la peau se rétracte autour des follicules pileux et des ongles, donnant l'illusion d'une croissance ayant continuée.

 

Dans son livre Vampires, Burial and Death, Paul Barber souligne que le mythe du vampire pourrait venir d'une méconnaissance de la décomposition, mais aussi de la rage, maladie modifiant le fonctionnement du système nerveux, créant une hypersensibiltié à la lumières et aux odeurs, anxiété et agitation. Elle se transmet par la morsure, comme la vampirisation.

En 1985 le biochimiste américain, David Dolphin, de Harvard, évoque la porphyrie erythropoïétique congénitale, ou maladie de Günther. Affection causée par une difficulté à synthétiser les molécules d'hème, un constituant de l'hémoglibine. Elle se traduit par une coloration marron des dents, une photosensibilité cutanée sévère. Les lésions provoquées par la maladie s'accompagnent de nécrose des tissus avec une destruction progressive du nez, des oreilles, doigts et gencives, faisant ressortir les dents du malade. Le tout accompagné d'une chute des cheveux donne une description proche de celle du vampire, celui de Murnau, pas de Browning. Des porteurs d'une maladie aux effets si spectaculaires ne purent qu'être ainsi considérés, et traités, par le passé.

Cette affection est si rare qu'il n'est pas démontrée qu'elle ait pu participer à la création du vampire. Un ou deux cas auraient pourtant pu suffire.

 

Le vampirisme peut être lié à des maladies psychiatriques, certains tueurs en série buvaient le sang de leurs victimes. Il s'agit là du syndrome de Renfield, le compagnon humain de Dracula, induisant une fascination fétichiste pour le sang.

 

Le vampirisme clinique, recherche obsessionnelle de sang à ingérer, n'est pas considéré comme une maladie en soi mais la manifestion d'un délire schizophrénique ou de psychopathie.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 08:34

Warlock – Edward Dmytryk – 1959 – 122'

Un clan de cow-boys à la solde d'un riche propriétaire, Abe Mc Quown, terrorise la ville minière de Warlock. Devant l'échec de la force publique à rétablir l'ordre, des citoyens se réunissent en comité pour trouver une solution. La seule consiste à engager un tueur professionnel : Clay Blaisdell, l'homme aux colts d'or pour des armes aux crosses de ce métal qui lui furent offertes par des admirateurs. Celui-ci est secondé par Tom Morgan, dont le passe temps principal, à part tuer, est le jeu. ils feront preuve de leur efficacité et redonnent à Warlock un semblant d'ordre.

 

Avec pour conséquence d'inquiéter ceux-là même qui les mandatèrent. D'autant que la ville a un nouveau sherif, Johnny Gannon, ex-bandit reconverti dans la défense de la loi. Celui-ci se retrouve entre les exactions des hommes de Mc Quown et l'ordre imposé par Blaisdell et son acolyte.

Le scénario démarre avec une situation déjà vue, une ville veut se protéger et engage un ''spécialiste'' avec les risques que cela lui fait courir. Qui est mieux placé pour affronter des tueurs qu'un autre tueur, pire ? Blaisdell comprend la situation, ne fait-il pas remarquer à ses ''employeurs'' que ceux-ci l'ont vu arriver avec espoir mais le voit rester avec crainte. Malgré son métier il présente de bons côtés, sait faire preuve de mansuétude, et quel acteur aurait pu mieux l'incarner que Henry Fonda dont le regard glacé peut se réchauffer le temps de le dire ?

 

Pour le seconder Anthony Quinn est parfait, primaire au premier abord il va se révéler à mesure que le film avance plus complexe et si sa relation avec Blaisdell est ambiguë rien n'est exprimé. Les deux hommes se complètent et se ressemblent, derniers survivants d'une époque agonisante face au modernisme qui avance et va s'imposer.

Je n'oublie pas Doroty Malone (Lily) qui suivait l'homme aux colts d'or pour se venger en le tuant de la mort de son fiancé, tué par Blaisdell alors qu'elle semble avoir intimement connu Morgan.

 

Impossible d'oublier Richard Widmark, Johnny Gannon, repenti de la bande de Mc Quown qui semble vouloir expier les crimes qu'il commit pour celui-ci.

Contrairement à la majorité des westerns, ici l'opposition entre les bons et les méchants n'est pas flagrante tant les personnages oscillent entre des désirs contradictoires. Les citoyens pensent à leurs intérêts, prêt à tout pour se protéger ils sont vite capable de se retourner contre leur protecteur.

 

C'est presque une tragédie shakespearienne qui se déroule devant nous, Morgan ne murmure-t-il pas à l'image de Lily des vers de Macbeth ? Warlock ne veut pas dire sorcier pour rien et la fin a des relents apocalyptiques. les éléments se déchaînent, les flammes menacent...

Un film mésestimé à (re)découvrir.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 08:21

Doron Paz & Yoav Paz – 2015 - 94'

Les gens ne réalisent pas quand les dieux se font la guerre.

On dit que l'Enfer comporte 3 portes, une dans le désert, une dans l'océan, une à Jérusalem !

Rachel Klein et Sarah Pullmann sont folles de joie, elles partent pour la première fois pour Israël fêter le Yom Kippour. Leur avion pour Tel Aviv est sur le point de partir alors pas question de perdre du temps.dans l'avion elles font la connaissanc e d'un jeune homme, anthropologue, Kevin, qui se surnomme Indiana Jones, qui leur propose de changer leurs plans et de partir pour Jérusalem, Tel Aviv peut attendre quelques jours. Elles arrivent dans un hôtel, s'installent, tout se présente pour le mieux. C'est la pleine saison aussi devront-elles s'installer à l'étage. La chambre n'est pas immense, lits jumeaux, mais elles sont fatiguées après le vol et vont s'endormir rapidement.

Quand Sarah se réveille elle est seule, l’hôtel est désert, un homme qu'elle croise lui dit qu'elle est stupide de ne pas tenir compte des superstitions. Quand une femme en burka apparaît et lui demande de la suivre elle ne peut pas refuser, et ne reconnaît pas sa copine qui s'en amuse. Elle retrouve alors leur copain et un employé de l’hôtel avec lequel elles ont sympathisé. La soirée s'annonçait bien jusqu'à ce que Sarah se fasse voler son sac par un enfant qu'elle ne peut suivre dans les petites rues de la vieille ville. Il n'y avait rien d'important à l'intérieur, à part ses lunettes de vue, la voilà condamnée à porter les googleglass, et ainsi à continuer de filmer tout ce qu'elle voit. Comme ce reportage à la télévision locale qui parle d'un crime venant d'être commis. Ce qui ne doit pas perturber la soirée prévue.

Musique et alcool sont au rendez-vous, mais quelque chose casse l'ambiance pour Sarah qui retourne à l'hôtel. Ses lunettes ne vont pas l'aider aussi s'égare-t-elle, jusqu'à ce que ''Indiana'' la retrouve et la ramène, et qu'ils passent la nuit ensemble.

Pendant la nuit, pour s'occuper, Kevin va parler à Sarah de ses recherches, sur les croyances, les zombies, les néphélines, la faculté de revenir d'entre les morts. Une forme de résurrection !

Le lendemain la visite prévue est celle de la vieille ville, du marché. Kevin s'arrête devant une maison qu'il semble connaître, une maison de fou, où se retrouvent les personnes atteintes du ''syndrome de Jérusalem''. La visite continue, jusqu'au mur des lamentations. Histoire de glisser un vœu Sarah fait celui de voir revenir son frère, mort depuis six mois !

Sarah est mal à l'aise, elle veut partir pour Tel Aviv, comme prévu, mais il faut attendre la fin de Yom Kippour. Mais Kevin arrive en courant, affolé, affirmant qu'il faut partir, maintenant, quelque chose de grave va se passer... apparemment lui aussi est frappé par le fameux syndrome.

 

C'est le Jour du Jugement, Rachel reconnaît qu'elle a des choses à se faire pardonner !

La nuit venue une explosion fait trembler la ville, une attaque terroriste dans la vieille ville. Des militaires déboulent dans l'hôtel, cherchant à entrer en communication avec d'autres militaires. L'annonce est faite que les portes de la vieille ville vont être fermées, il faut partir. Mais pas question de laisser Kevin.

Sarah va être seule pour tenter de le faire sortir de l'asile où il se trouve. Elle trouve les clés, parvient à ouvrir la porte de la cellule du jeune homme, tout autour la folie règne, des êtres bizarres circulent. Mais ce n'est pas le moment d'attendre, il faut sortir du bâtiment et aller... et aller où au fait ? Heureusement ils vont retrouver Rachel et leurs amis à une des portes. Sortir est impossible.

Pourquoi ne pas trouver refuge dans une église ?

Mais que se passe-t-il  ? Est-ce le Jugement Dernier ?

 

Et s'il était possible de quitter la vieille ville en passant par les grottes ? Le voyage sera périlleux... d'autant que Rachel a été griffée !

 

Sûrement pas le film d'horreur du siècle, ni de la décennie, ni même de la semaine. Attendons le vrai Jugement Dernier pour faire la comparaison.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 09:00
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 08:59

Historia Spécial – Janvier_Février 2016

 

Laurent Vissière

Y a-t-il environnement plus apte à ouvrir l'appétit que l'ombre de cadavres empalés en grand nombres autour de sa table ? Ainsi nous est décrit, dans L'Histoire du voïvode Dracula, traduit par Matei Cazacu, un repas de Vlad III. Quand un de ses serviteurs s'approcha en se bouchant le nez, avouant qu'il ne pouvait plus supporter cette puanteur, il se retrouva empalé à son tour, histoire qu'avec la hauteur l'odeur ne l'incommoda plus.

 

Une anecdote parmi d'autres montrant la cruauté du seigneur de Valachie.

Vlad est un Basarab, famille qui règne sur la Valachie. Contrée prospère mais instable, prise entre la Hongrie et l'empire Ottoman. Quand il vient au monde, en 1430, son père est exilé en Transylvanie mais parvient un peu plus tard à se faire couronner prince de Valachie par le roi de Hongrie, Sigismond de Luxembourg qui lui confère en outre deux ordres de chevalerie, celui de Saint-Ladislas, et celui du Dragon, honneur qui aurait valu à Vlad son surnom de Dracul ''Dragon'', et celui de Dracula à ses enfant ''fils du Dragon''. Vlad II est capturé par les Turcs et n'est libéré qu'en envoyant en otage ses cadets, Vlad et Radu. Les Hongrois qui se méfient de lui le mettent à mort avec l'ainé, installant sur le trône valaque Vladislas II. Vlad III lui reste à la cour du sultan. Il découvre un monde où le souverain exerce un pouvoir absolu et où les opposants sont suppliciés.

Il parvient difficilement à rallier à sa cause les principautés voisines dans le but de récupérer le trône de son père, en 1456 enfin il dispose d'une armée. Les boyards valaques l'accueillent à bras ouverts et, pour signifier leur soutien, tue Vladislas II. Cette même année passe dans le ciel la comète de Halley, Vlad III y voit un signe favorable.

Le nouveau souverain entend asseoir son autorité et éliminer ceux qui la mettraient en doute. Qu'une région menace de se rebeller et elle subit ses foudres, les villages sont brûlés et les populations massacrés. Ainsi gagne-t-il son surnom de Tepes ''l'empaleur''. Et il ne manque pas d'adversaire, Dan III qui prétend au trône de Valachie et est soutenu par une partie de l'aristocratie du pays. Le dimanche de Pâques 1459, Vlad invite pour un banquet une cinquante de boyards, peut-être plus. Tous seront empalés. L'année suivante il s'empare de Dan III et le décapite lui-même avant de faire exterminer ses partisans et sa famille, hommes, femmes, enfants et bébés. Les fils ne doivent pas un jour vouloir venger leur père.

Les Turcs sont des adversaires plus difficiles, un moment il accepte de leur verser le tribut qu'ils exigent mais se ravise après une bataille dont il sort vainqueur, avec les hongrois. Quand Mehmed II lui envoie une ambassade, il la fait massacrer. Puis, l'hiver suivant, il franchit le Danube et va mener un raid dévastateur. Infligeant aux Turcs le sort qu'ils réservaient à leurs ennemis. Le sultan de Constantinople envoie une armée de 60 000 hommes contre la Valachie, mais Dracula connait son ennemi, sait lutter contre lui et va lui infliger de grosses pertes. Les Turcs pourtant avancent, en vue de Târgoviste il découvre la ''forêt des empalés'', sur 3 km 20 000 corps pourrissent sur des pieux !

Mehmet II tente un coup, il laisse en Valachie, Radu, avec pour mission de rallier les mécontents, qui ne manquent pas, et promet de rétablir la paix avec les Ottomans. Le roi de Hongrie va arbitrer la situation, proposer une parente à Vlad, et s'emparer de lui lors de la cérémonie, diffusant à travers l'Europe L'Histoire du voïvode Dracula qui fait la liste de ses crimes tout en grandissant sa légende.

L'ancien prince se retrouve en Hongrie, pendant quinze ans il tue le temps, avant, en 1475 de participer à un nouveau conflit entre les Hongrois et les Turcs, remportant de nouveaux succès, regagnant, temporairement, son trône, avant d'être tué au combat. Sa tête sera envoyée, pratique turque, embaumée et remplie de coton, en guise de trophée à Mehmed II.

L'Histoire l'aurait-elle oublié si Bram Stoker ne l'avait arraché à la tombe ?

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 09:00

Marc Fergus / Hawk Ostby – 2015 – 10 X 42'

200 ans dans le futur, le système solaire est entièrement colonisé. Terre et Mars connaissent des destins contraires. La première s'est appauvrie quand la seconde prospère grâce à l'exploitation de la Ceinture d'astéroïdes dont les habitants sont exploités, au profit principalement de Mars.

 

James Holden parle au nom des 5 survivants de l'équipage du Canterbury, un convoyeur de glace qui entendant le SOS du cargo Scopuli se dérouta avec l'espoir d'arriver à temps. Arrivant sur place il découvrit une balise truquée de technologie martienne et le piège dans lequel le Canterbury était tombé, quand des torpilles lancées d'un vaisseau inconnu le frappèrent de plein fouet. Mais James Holden ne va pas rester sans rien faire et enregistre un message racontant ce dont il a été témoin qu'il diffuse partout.

Josephus Miller est natif de la Ceinture en question, sa dernière mission est de retrouver une jeune femme, Julie Mao, dont il sait qu'elle a été engagé sur le Scopuli !

 

Holden et ses camarades, désormais à bord du Rocinante, retrouveront l'engin responsable de l'assaut. Y pénètrant ils découvrent que la porte a été forcée, de l'intérieur, et une forme de vie étrange et menaçante.

Miller débarque sur Eros pour continuer ses recherches. Il est sur les traces de l'Anubis, vaisseau parti de Phoebe pour Eros et qu'il soupçonne de transporter quelque chose de particulier, de toxique. Il imagine que le Scopuli fut envoyé pour l'intercepter et voler la cargaison. Mais l'Anubis n'est pas un cargo et le Canterbury va en faire les frais. Ses membres vont se faire éliminer, à l'exception de Julie qui va être ramené sur le vaisseau agresseur alors qu'une balise martienne est posée sur le Scopuli pour attirer le Canterbury.

 

Mais l'équipage n'est seul à bord de l'Anubis...

 

Holden et consorts font de même, eux cherchent un certain Lionel Polanski, seul survivant du Scopuli puis de l'Anubis dont ils ont reçu le message. Il connait bien Miller et les deux hommes vont se retrouver dans un hôtel, l'un cherchant Lionel Polanski, l'autre sur la piste de Julie Mao.

 

Avant de constater qu'il s'agit de la même personne !

Que s'est-il passé, qui, dans l'ombre, cherche à causer un conflit qui opposerait Mars et la Terre ? Qu'est-ce qui se trouvait dans le réacteur de l'Anubis et y a-t-il un lien entre les deux ?

 

En régle général je me méfie des séries d'anticipation, mais celle-ci propose d'entrée une intrigue digne de ce nom, des décors bien faits, une ambiance à la ''Blade Runner'' montrant les divers aspects d'une société et pas seulement celui qui est concerné par l'action. Bien sûr qu'un policier, bientôt mis à la porte, puisse, même avec l'aide de quelques astronautres, affronter une conspiration cosmique, est peu crédible. Mais, en y réfléchissant, pas moins que tout le reste et la réalisation est intelligente, n'abuse pas des effets spéciaux. Le décor est celui de la science fiction mais l'intrigue est celle d'un polar.

Une deuxième saison est prévue, vous n'aurez donc pas de solution à la fin de celle-ci. Pour une fois j'ai envie de dire : tant mieux, nous n'en sommes qu'au début de la partie.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Serie
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages