Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 10:18

D'abord il y eut du bruit. Dans le placard où je me trouvais il me parvint étouffé. Je n'y prêtai pas plus d'attention que cela, l'habitude !

Allongé dans le fond je laissais voyager mon esprit, l'obscurité me protégeait du monde et depuis le temps cet endroit m'était devenu familier, sinon amical. À l'époque je n'imaginais pas une autre vie pour un enfant de mon âge.

Depuis...

 

Les voix ne me dérangeaient plus, elles venaient d'un autre monde et si elles atteignaient mes oreilles mon esprit ne percevait qu'un vague et incompréhensible murmure.

Quelque chose pourtant était différent ce soir là, les cris plus aigus, des sons différents et une sensation étrange dans le ventre, une angoisse naissant de la nouveauté. Je me suis levé, ait posé une oreille contre la porte de bois, les cris étaient des plaintes, des gémissements répondant aux chocs sourds des coups. Me baissant j'ai pu regarder par une fente mais je n'ai vu que le couloir et la lumière venant de la chambre à quelques mètres sur la droite.

Il y eut un coup différent, un cri et un silence qui vint jusqu'à moi telle une ombre dont je ne compris pas sur le champ ce qu'elle signifiait.

Des pas puis une silhouette que je vis sortir de la chambre, regarder autour d'elle, curieuse sans doute de savoir s'il y avait quelqu'un d'autre dans l'appartement, mais un placard n'est pas un endroit où quelqu'un, fut-il un enfant, est censé vivre.

Je vis l'homme de dos, il ouvrit la porte palière et sortit en la faisant claquer derrière lui. J'attendis que la porte de fer de l'entrée claquât pour sortir de mon refuge et aller voir ce qui se passait.

Quelques secondes avant d'entrer dans la chambre je pris ma respiration comme avant de plonger dans une piscine dont je ressortirai différent.

Le sang était encore frais, son odeur me prit à la gorge alors que j'approchai de son corps. Le plus étrange était était le poignard sortant de son ventre.

Quand la police vint je lui expliquai ce qui s'était produit, ce que j'avais vu d'où je me trouvais et pourquoi j'y étais. On m'écouta, nota mes dires et l'enquête suivit son cours jusqu'à l'arrestation du meurtrier et sa condamnation ultérieure à une lourde peine de prison.

À sa sortie je l'attendais, j'avais grandis, appris ; j'étais prêt à faire ce qu'il fallait.

Personne ne retrouva jamais son corps !

Je pensai que prendre les devants était nécessaire, durant le procès il avait affirmé n'avoir porté qu'un seul coup, je ne voulais pas qu'il vienne me poser des questions. 

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Nouvelles
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 14:50

Vous pensiez que les neurones disparaissaient une fois pour toute, que nous en avion un certain nombre qui ne faisait que régresser à partir d'un certain âge. Erreur, il semble que le gyrus denté, une partie de notre cerveau, en produise environ 700 par jours remplaçant de ceux qui meurent. Même si l'équilibre n'est pas respecté cela veut dire que vous pouvez utiliser vos cellules grises, si vous lisez ces lignes c'est bon signe.

Vous aimez l’orthographe, vous pouvez lire des mots incorrectement écrits, à condition que toutes les lettres soient présentes, c'est pareil pour les babouins, une preuve de plus de notre (lointain) cousinage avec eux. Certains d'entre nous se sont spécialisés dans ce domaine, ce n'est pas signe qu'ils valent mieux que ces autres primates.

 

Daniel Kahneman bien que psychologue eut en 2002 le prix Nobel d'économie pour ses travaux montrant le comportement erratique des sapiens face aux risques de gain ou de pertes. Dans son dernier ouvrage il se penche sur la dualité de notre fonctionnement cérébral. D'un côté l'intuitif, de l'autre, le rationnel, avec pour résultat que le premier l'emporte souvent et nous pousse à multiplier des erreurs pénalisantes. Qui n'a jamais fait quelque chose en sachant que c'était ''une bêtise'' mais sans pouvoir s'en empêcher ? Si vous étions plus conscient du présent, plus calme et lucide, alors nos décisions seraient meilleurs et leurs conséquences moins préjudiciables à plus ou moins long terme.

Autant dire que ça ne risque pas d'arriver !

C&V58

C&V58

L'hypnose eut son heure de gloire médicale au milieu du XIXe siècle, avec Charcot, avant d'être rejetée dans les salles de spectacles. Elle revient, par l'étranger, depuis quelques années soutenue par des scientifiques s'intéressant non plus seulement à ses effets mais aussi à son mode de fonctionnement.

Originellement Hypnos est le dieu du sommeil, il soigne les blessures du corps et du cœur pendant le sommeil, normal qu'il ait donné son nom à une technique à la frontière de la lucidité et de l'endormissement.

Après le décès de Charcot l'hypnose disparut des hôpitaux, français, en revanche ailleurs elle continua son petit bonhomme de chemin, en partie en suivant les travaux de Janet, lui-même ancien élève de Charcot. Le chemin fut long et tortueux jusqu'au présent, de nombreux savant l'utilisèrent et aujourd'hui les méthodes modernes d'explorations sont mises à contribution pour tenter de comprendre comment elle fonctionne, car c'est bel et bien le cas.

Les questions sont nombreuses, les recherches multiples, et les promesses pour l'avenir innombrables, autant de raison de lire le remarquable article sur ce sujet signé par de multiples auteurs qui, c'est promis, ne vous feront ni bailler, ni dormir, et si vous êtes fasciné par ce sujet, autant qu'intéressé par les autres, alors ce ne sera pas de l'hypnose mais un intérêt justifié.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 06:20

Tant d'émotions brisées sur des récifs moqueurs,

Et la vie qui se joue de moi tel un pantin,

M'agitant sans répit pour épuiser mon cœur,

Sur cette scène où j'attends que vienne demain.

 

Les fauteuils devant moi sont garnis d'ectoplasmes,

Seuls spectateurs pouvant dans la nuit m'observer ;

Aucun vivant ne pourrait inhaler mes miasmes,

Chargés de cent chagrins et de rêves avortés.

 

Aurais-je vécu quand le rideau tombera ?

Un linceul de velours jeté sur mon absence,

Dans un fossé mon corps fera la joie des rats,

Je n'aurais rien fait de mieux dans mon existence.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 06:17

Son regard en morsure avide de mon sang,

De ma vie, des espoirs auxquels j'ai feint de croire ;

Acérés tel les crocs d'un vampire innocent

Ses yeux plongeant en moi ont vidés ma mémoire.

 

Mieux qu'un venin létal il fige mon présent,

Paralysant hier, interdisant demain,

Expulsant mon esprit hors des routes du temps,

L'enfermant dans l'idée que l'avenir est vain.

 

Mais que suis-je sans lui, moins qu'une ombre oubliée,

Un animal pensant, assez pour s'en maudire,

Voyant sur l'horizon à quoi je suis lié,

 Ce feu bleu attirant plus que j'ose le dire. 

Son regard en morsure avide de mon sang,

De ma vie, des espoirs auxquels j'ai feint de croire ;

Acérés tel les crocs d'un vampire innocent

Ses yeux plongeant en moi ont vidés ma mémoire.

 

Mieux qu'un venin létal il fige mon présent,

Paralysant hier, interdisant demain,

Expulsant mon esprit hors des routes du temps,

L'enfermant dans l'idée que l'avenir est vain.

 

Mais que suis-je sans lui, moins qu'une ombre oubliée,

Un animal pensant, assez pour s'en maudire,

Voyant sur l'horizon à quoi je suis lié,

Ce feu bleu attirant plus que j'ose le dire.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 09:42
... et ça repart, ou pas !
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Des fakes
commenter cet article
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 10:51

Aujourd'hui les superproductions sont nombreuses sur les écrans et attirent, parfois, un immense public. Intéressant donc de remonter aux sources pour découvrir le premier film digne de cette appellation : Intolerance ! Il avait été tourné plusieurs productions disposant de grands moyens, en Italie avec Quo Vadis, aux USA également avec Naissance d'une nation, du même Griffith, dont je parlerai plus tard, mais c'est surtout Intolerance qui, de mon point de vue, est le plus marquant dans l'histoire du cinéma et apte à mériter ce titre.

Intolerance

Griffith est réalisateur depuis 1908 et a déjà profondément modifié la technique narrative quand il décide en 1916 d'être encore plus novateur en racontant quatre histoires alternant sur l'écran, toutes exemplaire de l'intolérance.

La destruction de Babylone par les Perses, cinq siècles avant notre ère.

Jésus est crucifié en Palestine

Le massacre des protestants lors de la Saint Barthélemy au 16ème siècle.

Un jeune homme est condamné à mort au 20ème siècle pour un crime qu'il n'a pas commis.

L'ambition du réalisateur est immense, son échec le sera autant. Le public n'adhérera pas à des séquences trop différentes et liées artificiellement. Du reste la chute de Babylone est un fait de guerre, la condamnation d'un innocent, basée sur une preuve mal comprise, relève plus de l'erreur judiciaire, de plus il ne sera pas exécuté, le gouverneur de l'état intervenant au tout dernier moment pour le sauver. Quand à la mort de Jésus elle relève de la politique et de l'obligation de faire respecter les lois romaines. Peut-on, en outre, imaginer que le christianisme aurait eu ce succès sans la mort de son inspirateur ?

Bref l'intolérance est un masque flou posé sur des épisodes plus ou moins historique pour faire croire qu'ils se ressemblent.

Miriam Cooper

Miriam Cooper

D.W. sortira à part les deux meilleures séquences, la première et la dernière partie de son film avec un petit succès et sans que cela change la destinée d'une œuvre qui reste l'expression d'une ambition mal maîtrisée. Le film est malgré tout un moment de l'histoire du septième art par sa seule existence qu'un cinéphile se doit de connaître.

Griffith avait créé une société de production pour ce film afin d'échapper aux financiers (déjà!) qui voyaient le cinéma comme un moyen de gagner de l'argent, elle fermera ses portes à la suite de cet insuccès mais il remboursera ses dettes jusqu'au dernier cent et fondera plus tard United Artist avec Mary Pickford, Douglas Fairbanks et Charlie Chaplin, une société qui connaîtra un grand succès, chose que lui ne rencontrera plus malgré quelques films notables. Sa fin de vie entre alcoolisme et indigence ne sera pas à la hauteur de sa carrière.

Intolerance
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 09:51

Abeille : Experte en œuvre dard.

Accroalimentaire : Industrie cherchant à nous faire manger moins, plus cher, mais pas mieux.

Animot : Terme au sens difficile à domestiquer malgré les efforts que l'on consent.

Communiste : Gros poison rouge.

FaChination : Curiosité inlassable pour l'Empire du Milieu et sa culture. Il semble que l'auteur de ce blog en soit atteint.

HaLeecination : Tendance à deviner dans l'oeuvre de Lee des vérités si insoutenables qu'elles ne peuvent exister.

Hommnipotence : Idée que l'homme est le référent absolu et définitif de chaque chose alors qu'il marche, sans s'en rendre compte, vers le gibet.

Igloo : Gel house rock.

Sexpectative : C'est un homme ou une femme ? On verra bien...

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Mon dictionnaire
commenter cet article
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 10:41

Star Trek est une série culte, paraît-il, dont l'existence fut courte mais la postérité immense, dépassant les attentes de ses créateurs. Pourquoi un tel héritage ? Mystère !

Je me souviens, vaguement, des premiers films ; quand au feuilleton j'ai dû en apercevoir quelques épisodes sur une chaine ou une autre, ils m'ont laissé une impression mitigée, manque de moyens sans doute, de charisme des acteurs peut-être, à l'exception de Mr Spock.

Il va sans dire que les finances n'ont pas fait défaut à Star Trek Into Darkness.

Loin de là.

into...

into...

Suite du Star Trek de 2009, que je n'ai pas vu, toujours réalisé par J. J. Abrams, il reprend les héros de la série alors que ceux-ci sont jeunes et commencent leur carrière. Tout commence par une mission sur une planète lointaine où le capitaine Kirk contrevient aux règles en se montrant aux autochtones pour sauver Mr Spock. Conséquence logique : il est débarqué de son poste de commandant de l'Enterprise

 

Parallèlement une attaque a lieu dans une salle d'archives, qui s'avérera être plus que cela tout en devant pousser les dirigeant de Starfleet à se réunir. Quelle meilleure occasion pour les éliminer tous.

Raté, nous n'en serons pas étonnés, grâce à l'intervention du capitaine qui devina juste à temps le but de la manœuvre, est-il finaud !

 

Ainsi commence le film, avec un méchant digne de ce nom, traversant le temps pour se venger et tenter une opération de sauvetage tout en déjouant un complot visant à faire éclater une guerre interplanétaire. C'est lui qui est le plus intéressant tant les héros sont propres et lisses. Spock a une bonne tête de playmobil. Les Vulcains doivent être comme ça.

Star Trek...

Star Trek...

Aucun suspens bien sûr, les bons gagnent à la fin (je ne vous apprends rien), difficile d'imaginer qu'il en aille autrement. L'effet eut pourtant était plus fort que les spéciaux qui expliquent le budget du film. Il était important de livrer une réalisation qui conserve les grandes lignes de la série d'origine mais plaise au public de jeunes qui fait, ou pas, le succès des films. Quand ils coûtent aussi cher le champ des possibles se réduit.

 

Darkness, peut-être, mais light ! Heureusement les dollars se voient sur l'écran. Le spectacle est au rendez-vous, les deux heures passent vite, inutile d'en demander davantage. Abrams peut s'attaquer à Star Wars...

Ça promet.

Repost 0
Publié par Lee Rony
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 10:41

J'ai penché l'encrier, que rien ne soit perdu,

L'encre est rare et je veux user de chaque goutte.

Quand il sera vidé, le papier ayant bu

Le dernier de mes mots, sera fini ma route.

 

Un chemin hasardeux, des circonvolutions,

Pleins d'idées qui allaient un peu dans tous les sens,

Souvent un flot d'espoir portait mon ambition

Jusqu'à me retrouver imprégné de violence.

 

C'est signe que je n'ai plus rien à exprimer,

Continuer serait me répéter sans cesse.

Autant en rester là nul besoin d'autre essai.

 

La plume est devant moi qui fut comme une laisse,

M'empêchant d'emprunter des chemins insensés

Où la folie était l'implacable maîtresse.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 09:35

Saviez-vous (question de pure forme) qu'il existe des connexions fantomatique, un phénomène appelé intrication, qui fait que des particules se coordonnent alors qu'elles sont éloignées. Comment ? Mystère, mais cela intervient pour étudier les propriétés de certains matériaux et leurs réactions suivant l'utilisation envisagée.

Dans un autre domaine, au XIXe siècle des chercheurs étudièrent les odeurs émises par les mendiants, considérant que la pauvreté influait su la physiologie. Nulle besoin d'une grande intelligence pour comprendre que c'est vraisemblable.

Au féminin Pulsar est une marque de montre (la mienne), au masculin c'est une étoile à neutrons qui tourne sur elle-même en émettant un signal électromagnétique périodique. Leur vitesse peut croitre d'un seul coup, c'est un glitch, et vous avez, comme moi, appris un nouveau mot. Vérifiez malgré tout qu'il existe dans l'officiel du scrabble avant de le placer sur le plateau.

 

Qui n'a jamais été curieux du comportement des abeilles, de leur société dont certains pensèrent que les nôtres pouvaient s'inspirer ? Animal social s'il en est l'abeille dispose aussi de compétences insoupçonnées jusqu'alors malgré la petitesse de son cerveau, moins d'un million de neurones quand celui d'un homo sapiens approche les cent milliards.

L'usage qu'il en fait prouve que quantité et qualité sont des notions indépendantes !

Rien à voir avec un petit robot subtilement programmé par la nature mais des aptitudes à reconnaître son milieu pour s'y adapter, à se repérer, à différencier les sources de nectar et à ne plus visiter une fleur vidée de ses réserves. Malgré leur mauvaise vue elle différencient leur environnement, utilisant des neurones semblables à ceux dont disposent les vertébrés pour s'orienter. Ainsi est-elle capable, sachant se rendre de la ruche à un point A et à un point B, d'aller de l'un à l'autre pour s'éviter un effort inutile.

De nouvelles méthodes permettent de mesurer l'activité des neurones pour ''lire'' l'activité cérébrale de ces hyménoptères, nul besoin d'un gros cerveau pour comprendre son milieu et vivre en symbiose avec lui, au contraire, il semble que l'intelligence veuille adapter le monde à ses aspirations.

Avec le succès que nous voyons tous les jours, heureusement nos amies butineuses ne s'en rendent pas compte.

Du moins je l'espère pour elle.

Vous tricotez ? Bonne idée, mais avez-vous essayé de réaliser par ce moyen une bouteille de Klein, une bande de Möbius ou des tores ? Pourquoi ne pas vous y mettre ?

Tout cela n'est qu'une petite partie des articles passionnants que vous trouverez dans cette revue, certains demandent une lecture attentive mais le résultat en vaux la peine.

Pour être franc je ne vais pas me mettre au tricot pour autant !

Pour la science (Juillet 2013)
Repost 0
Publié par Lee Rony
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages