Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 09:09

(1962) – Jean-Pierre Melville

Ce film fut pour Jean-Pierre Melville l'occasion de rendre hommage aux films ''noirs'' américains qui l'influencèrent grandement. Sur le plan scénaristique dans un premier temps, ensuite au niveau de la réalisation, travail sur la lumière, le contraste, les cadrages...

Dans le langage de la police un ''doulos'' est un indicateur, ici interprété par Jean-Paul Belmondo. C'est aussi le prétexte pour le réalisateur pour porter son attention sur la proximité, parfois trouble, qui peut exister entre le ''milieu'', du moins tel qu'il existait en France il y a un demi siècle, et la police. L'indicateur faisant office de médium.

Maurice Faugel qui sort de prison n'a qu'une idée en tête : tuer Gilbert Varnove, son ancien patron, qu'il soupçonne d'être l'assassin d'Arlette, son épouse. Sitôt libéré il se rend chez ce dernier, le tue et, histoire de joindre l'utile à l'agréable, s'empare d'une forte somme en bijoux, le défunt étant recéleur, qui devaient être livré à Nuttheccio et Armand. Ce qui ne l'empêche pas, histoire de ne pas mettre tout ses œufs dans le même panier de préparer un casse avec un pote, Rémy. Pour ce faire il s'adresse à un ami, Silien, dont il ignore qu'il est proche des policiers et à qui il fait un peu trop confiance. Celui-ci lui fournit le matériel demandé en vue du cambriolage à venir. Lors du déroulement de celui-ci Silien se rend chez Thérèse, la nouvelle ''fiancée'' de Faugel, et la convainc de lui révéler où doit avoir lieu le vol.

Arrivant sur les lieux la police abat Rémy, en même temps que l'inspecteur Salignari est tué alors que Maurice, blessé, s'enfuit. Il faudra des renseignements fournis par Silien pour qu'il soit arrêté, temporairement, les policiers manquant de preuve contre lui doivent le libérer.

Retrouvant Silien celui-ci lui fait croire que la trahison ne vient pas de lui mais de Thérèse. Trop tard cependant pour arrêter l'engrenage fatal qui va broyer les coupables et les... mais dans ce film il n'y a pas vraiment d'innocent.

Plus que le noir et blanc c'est de nuances de gris qu'il faudrait parler ici tant la proximité est grande entre flics et voyous, pour utiliser un autre titre de film de Jean Paul Belmondo. C'était l'ambition du réalisateur de montre la porosité de mondes plus complémentaires qu'opposés.

Quand sont réunis une bonne histoire, un réalisateur de talent et des acteurs remarquables il serait dommage de bouder son plaisir. C'est presque un reportage sur un univers disparu, celui d'aujourd'hui est bien pire.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 09:00

(進撃の巨人Shingeki no Kyojin) est un manga Shōnen prépublié par Bessatsu Shōnen. Au Japon 14 tomes ont été publiés. La série animée diffusée en 2013 fit beaucoup pour la promotion de cette publication. En France ce manga est publié par Pika Édition.

Cela fait longtemps que des géants ont envahis la Terre contraignant les habitants de cette dernière à se réfugier dans des villes ceintes de trois remparts espacés d'une centaine de kilomètres, pour éviter d'être dévoré par ces créatures monstrueuses et inconnues. le cela fait aussi un siècle que nulle attaque n'a eu lieu. Encore qu'il faille arrêter là le compteur puisqu'un Titan plus grand que les autres, 50 mètres contre une quinzaine ''seulement'', fait son apparition et renverse les protections les plus hautes d'une ville où un million d'habitants s'étaient fait à la paix.

Eren Jäger (エレン・イェーガー ) était un adolescent insouciant, heureux, à l'abri dans une ville qui ne manquait de rien. Pour lui les géants appartient à la légende, on en parle, on surveille l'état des murs mais ils sont presque virtuels puisque personne ne les a jamais vu.

Aussi est-il stupéfait quand il voit arriver ce colosse qui ouvre la voie aux autres derrière lui mais il ne peut rien contre lui, pas plus qu'il ne peut empêcher la mort de sa mère. L'évidence s'impose alors pour lui d'intégrer la section d'élite des soldats de l'humanité luttant contre les titans où il va former une équipe chargée des missions les plus dangereuses, principalement avec Mikasa Ackerman (ミカサ・アッカーマン,), sœur adoptive d'Eren, survivante d'un clan disparu et première de sa promotion, alors que Eren fut cinquième ; et Armin Arlelt (アルミン・アルレルト, ), peu doué physiquement mais compensant ses carences par une intelligence tactique hors du commun.

Le seul moyen de vaincre ces créatures est de frapper derrière la nuque, pour ce faire ils disposent d'engins capables de se déplacer dans l'espace tridimensionnel assez rapidement pour atteindre le point faible des titans. Piloter ces engins est exigeant physiquement et demande de grande capacité de concentration et d'équilibre.

Hajime Isayama eut l'idée des Titans en observant un client ivre alors qu'il travaillait dans un cybercafé, observer un homme incapable de s'exprimer lui donna l'idée de créatures plus grandes mais aussi primaires dans leurs instincts et comportements que l'homme qu'il avait vu.

Pour construire son univers il puisa à diverses sources, la culture japonaise d'abord pour la création du ''mur de la peur'', de la ville allemande de Nördlingen qui derrière son rempart a conservé son aspect médiéval, aux mythologies Nordiques et Grecques et s'inspira d'études sur les expressions du visage pour façonner les masques des robots utilisés par les humains.

Une série connaissant un tel succès ne pouvait se passer de polémiques, certaines vinrent de Corée qui la prit comme un soutien à la politique de Shinzō Abe, d'autres de Hong Kong qui vit dans ces géants venus d'ailleurs une allégorie de la Chine.

En Occident la réception du manga se fit sans ces interprétations, à chacun de se faire la sienne. C'est le talent de l'auteur de permettre à chacun de s'approprier son œuvre. Pourquoi chercher à savoir ce qu'il voulut vraiment exprimer ? Pour autant que lui-même le sache !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 09:00

Que pourraient-ils comprendre de ce que je suis,

De ce que je fis et qui me conduisis là ?

L'amour est merveilleux, c'est ce qu'on m'a appris,

J'ai découvert qu'en fait ce n'était pas cela.

C'est comme une obsession, une crue hormonale,

Détruisant dans l'esprit tout ce qui interfère,

Octroyant l'impression d'un pouvoir maximal,

Qui pourrait incendier jusqu'à cœur de l'enfer.

 

Misérable illusion que l'instinct nous injecte

Pour nous faire avancer sur son propre chemin,

Nous poussant au meilleur, et souvent à l'infect,

Poupées hallucinées, jouets entre ses mains.

J'ai résisté longtemps, jouant au plus malin,

Voulu que mon esprit l'emporte sur la chair...

Mon échec est patent, je ne suis qu'un crétin,

Reste à tout assumer, redevenir poussière !

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 00:01
Encore une ?
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 09:00
Sieste féline
Sieste féline
Sieste féline
Repost 0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 09:00

Kurt et Daniel Kilgore sont frères, ce qui peut arriver, le premier est un agent ''action'' d'un service de renseignements, chargé d'opérations dangereuses et d'éliminations nombreuses. De temps à autres pour soulager ce qui lui sert de conscience il vient se confesser à son frère qui, par conséquent, n'ignore rien des exactions qu'il commet.

Lors d'une mission Kurt tue l'homme qu'il devait exfiltrer de Bolivie, un ''savant'' appelé Shillinger, écœuré qu'il est des expériences de celui-ci sur des cobayes humains. Il laisse derrière lui un cadavre sans voir une ombre s'approcher de la dépouille et voler la sacoche du mort les secrets de celui-ci. Secrets concernant ses recherches sur la réanimation de cellules mortes dans le but de porter la vie à sa limite maximale.

HAUNT

Alors qu'il se promène dans la rue une femme lui plante une seringue dans le cou, une camionnette s'arrête et l'emporte alors qu'il semble avoir eu un malaise. Il va se réveiller attaché à une chaise alors qu'un individu peu sympathique le frappe violemment pour lui faire dire ce qu'il fit du carnet du professeur.

Kurt ne dit rien puisqu'il ne sait rien, il mourra sans savoir ce qui s'est réellement passé. Mourra en partie seulement puisqu'il est ''revenu'' auprès de son frère, seul à le voir et à l'entendre, et que, parfois, ils ne font qu'un sous une forme étrange, surhumaine et violente, appelée Haunt.

Daniel en tant que frère était sous la surveillance des employeurs de Kurt qui trouve son comportement étrange, pour avoir fait appel à un ''nettoyeur'' de leur service, parce que son supérieur hiérarchique a été retrouvé mort, dans de pénibles circonstances, pour fréquenter régulièrement une prostituée qu'il paye avec l'argent récupéré dans les troncs...

HAUNT

Il faudra une tentative d'assassinat contre lui, dans des locaux pourtant bien protégés, qu'il se transforme en public puis répète ''feuille d'automne'' à la femme qui l'interroge, pour qu'il soit pris au sérieux.

 

Qui a volé le carnet, dans quel but, quel rôle joua Mirage dans toute l'affaire ?

Les recherches de Shillinger étaient-elles valides et posséder le carnet permettra-t-il de les poursuivre ?

 

 

HAUNT
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 09:00
Pablo Gargallo ''Portrait D'Angel de Soto''

Pablo Gargallo ''Portrait D'Angel de Soto''

Musée de Troyes - 2
Musée de Troyes - 2
Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Photographie
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 09:00

(Pour toi j'ai tué)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après son divorce Steve Thompson avait quitté Los Angeles. Deux ans plus tard il revient, incapable d'oublier Anna.

Dommage pour lui, Anna est devenu la compagne de Slim Dundee, mafieux de sinistre réputation ambitionnant de ''progresser'' dans sa profession, dont les hommes vont le voir tourner autour de son ex-épouse. Confronté à Slim, Steve ne trouve rien de mieux que de lui proposer l'attaque d'un transport de fond. Ne serait-ce pas le meilleur moyen de gagner beaucoup d'argent et de fuir avec Anna ?

L'agression se prépare, tout est calculé, sauf les impondérables qui la feront échouer, un homme est tué et Steve sera blessé. Profitant des circonstances il passera pour celui qui a fait échouer l'attaque, les policiers ne le soupçonnant pas d'en être l'instigateur.

Mais Steve ne peut rien contre sa passion pour Anna, sitôt sorti de l'hôpital il va la retrouver...

Robert Siodmak construit Criss Cross à la manière de The Killers, usant, mais n'abusant pas, des flash-back, expliquant le présent en nous dévoilant peu à peu le passé. À nouveau nous retrouvons Burt Lancaster, idéal en homme soumis à la fatalité, suivant sans faiblir le chemin qui le conduit au pire. Crut-il jamais qu'il pouvait récupérer Anna ? Sans doute pas mais sans elle son existence ne serait qu'un vide immense dans lequel il se perdrait. Sans doute n'a-t-il pas d'illusion sur Anna, leur relation, le fait qu'elle ait pris de lui tout ce qu'elle pouvait, ni qu'il se soit laissé faire. Par lâcheté, goût de la destruction, conscience de la distance séparant ce qu'il peut de ce qu'il veut.

Comme dans sa précédente collaboration avec Siodmak, Lancaster attend son destin, avec plus de soulagement, me semble-t-il, que d'angoisse. Les fils qui animaient le pantin qu'il est se sont distendus, ne lui reste qu'à tomber sur la scène, où il semblera n'avoir jamais été plus qu'une ombre.

Dans son film Siodmak se plait à repousser ses personnages, jamais loin, rarement proche, entre l'envie et le possible, alors que le destin, lassé sans doute, n'ait le dernier mot et ne baisse le rideau.

Pour la petite histoire il est possible de reconnaître Tony Curtis dans une scène où il danse avec Yvonne de Carlo...

J'aurais garde d'oublier la participation de Miklos Rosza, l'occasion de souligner à quel point la musique soutient l'image, lui donne force et présence.

Tony et Yvonne

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 10:40
Belle ombre...
Repost 0
Publié par Lee Rony
commenter cet article
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 09:00

Je suis un mensonge auquel j'ai fini par croire,

Une hallucination bâtie sur l'apparence,

Un spectre paniqué courant dans un couloir,

Craignant de rencontrer plus que mon ignorance.

 

Je me suis raconté des centaines d'histoires,

Dans des décors sanglants, des ruines magnifiques,

Des palais assombris par la montée du soir,

Annonçant la venue de hordes terrifiques.

 

Arborant les yeux creux de qui est sans espoir,

Pour avoir deviné le réel qui se cache,

Embrassé la peau nue d'un corps dans un tiroir,

Savouré le plaisir qui convient à un lâche.

 

Le miroir à son tour se montre sarcastique,

Il est fait de ces mots qui rongeant mon esprit,

Font de la lucidité un sournois toxique,

faisant du jour qui vient un joyau hors de prix.

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages