Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 07:04

En 1973 Hergé visite Taïwan, quelques mois plus tard Li-Chin Lin voit le jour. Il semble qu'il n'y ait aucun lien de cause à effet !

Ainsi la petite Li-chin grandit-elle à Linbian 林邊avant de rejoindre Taipei pour des études d'histoire.Finalement elle s'oriente vers des études artistiques en France depuis 1999, d'abord à l'École Supérieure de l’image d'Angoulême puis à l'école d'animation La Poudrière à Valence. Réalisant plusieurs courts métrages d'animation elle passe à la bande dessinée, pour enfants d'abord, pour adulte ensuite, avec :

Que savons-nous de Taïwan ? Pour la plupart des gens la réponse serait : pas grand chose ! Voila l'opportunité d'en apprendre davantage sur cette île, si petite face à la Chine, si grande, si menaçante, que le régime utilise pour souder sa population. Quoi de mieux qu'un ennemi pour renforcer la cohésion du peuple ? Petite on lui apprend à haïr le méchant communiste (pléonasme) ainsi que le japonais qui colonisa l'île un demi siècle durant. Déjà la petite Li-chin se voit parler le mandarin à la perfection, l'idéal ! puis partir pour glaner moult diplômes dans les plus grandes universités américaines. Mais elle a un défaut, ses parents sont originaires de Taïwan comme leurs parents avant eux. Le mieux c'est de faire partie des Wai-Shen-Ren, chinois venu avec Chiang Kaï-chek. L'élite de la nation ! Elle vient du sud, région mal vue, et sa mère parle le Hakka, langue des iliens, alors que ses grands parents s'exprimaient en japonais, occupation oblige. Des handicaps difficiles à surmonter. L'amusant étant, page 165, la représentation du grand homme et ses initiales...

Je ne vais pas vous résumer cet ouvrage, roman graphique comme on dit maintenant, retraçant le début d'une existence que j'eus la chance de croiser, brièvement, lors d'une dédicace. Parfait pour illustrer le challenge du Dragon de feu.

Dans sa postface l'auteur s'interroge sur l'avenir de son pays natal, faisons-le avec elle, sans illusion mais en gardant un brin d'espoir. Planté dans le sol du réel il aura du mal à survivre, mais qui sait.

05022013_Li-chin-Lin.jpg

L'auteur en pleine dédicace pour l'auteur de cet article. Un grand merci à P9 pour cette superbe photo.

L'amusant, pour ne pas dire l'ironique, est qu'usant du correcteur intégré, il me proposa à la place de Wai-Shen-Ren : maître-chien. Inutile d'en dire davantage.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Catherine 05/02/2013 23:43


Toi aussi

Lee Rony 09/02/2013 09:12



qui se ressemble, se... ressemble !



Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages