Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 06:27

 

Comment débuter ce courrier ? Le premier terme est trop formel, le deuxième pourrait vous mettre mal à l'aise bien qu'il fut justifié. Le troisième est par trop familier. Puis-je cependant vous narrer une anecdote qui peut-être vous fera sourire, bien que j'imagine que maintenant c'est ce que vous faites constamment.

Enfant, j'aimais à voyager mentalement, en particulier en lisant les aventures de Bob Morane, héros rencontré au hasard d'un livre trouvé dans un placard. Les premières pages présentant la liste des œuvres d'Henri Vernes j'eus envie de les lire. Pour ce faire je me rendis dans une bibliothèque de quartier, sur les quais, au rez-de-chaussée d'un petit immeuble. Deux personnes âgées, à l'époque on ne disaient pas des vieilles, tenaient l'établissement et m'inscrivirent, je me souviens des fiches bristols, de l'odeur composée d'un mélange, peu subtil de renfermé et de vieux papier se décomposant.

 

La littérature pour les jeunes ? Au fond à gauche, attention la porte est voûtée, basse, et il y a deux marches. J'opinai poliment et découvris une pièce étroite éclairée par une fenêtre aux vitres sales et une ampoule pendue à un fil. Les murs disparaissaient derrière des rayonnages vers lesquels je me dirigeais. J'y découvris les romans justifiant ma présence mais, poussé par la curiosité, un démon qui ne m'a pas quitté, je visitai les autres étagères pour tomber sur une publication du même éditeur. Fond noir, dessin halluciné d'un(e) spectre sur un cheval à l'œil et aux nasaux sanguinolents.

Le Carrousel des Maléfices était le titre de ce recueil de nouvelles (dont j'ai déjà parlé) et son auteur, vous, Jean Ray ! J'empruntai ce livre sans savoir qu'alors c'était sur ce manège que j'embarquai et que jamais je n'en descendrais ! Cela fait bien longtemps et depuis j'ai lu quasiment la totalité de vos textes, espérant encore découvrir ceux qui m'ont échappés jusqu'à présent ou que des inédits soient découverts tant vous avez publié et ce sous divers pseudonymes, votre nom de plume principal n'étant que le début de vos deux prénoms.

Combien d'heures ai-je passé guidé par vous en des lieux où le banal est déformé pour, peut-être, présenter son vrai visage à une époque où le mien était rien moins qu'attirant.

Je n'eus pas votre existence, que ce soit la vraie ou celle que vous vous plûtes à présenter. Après tout quelle importance ; comme disait, à peu près, je ne sais plus qui, mais il avait raison : Si la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende !

Que d'enquêtes je menai avec Harry Dickson, avant de créer mon propre personnage, il m'arrive de me demander si les deux ne pourraient se rencontrer par une mystérieuse contraction du temps... Je glisse l'idée derrière mon oreille, je la fumerai plus tard. De vous lire et relire influença probablement ma façon d'écrire à mes débuts avant que je ne trouve un style plus personnel plus en phase avec mon époque.

À votre suite je découvris de nombreux auteurs dont je ne donnerais que deux exemples ici : Howard Philips Lovecraft et William Hope Hodgson, tierce royale, il ne manque qu'un nom pour un carré qui aurait une sacrée gueule... Je pourrais en citer beaucoup mais les personnes intéressées se rendront , qui sait si dans l'avenir je ne leur adresserait pas une lettre il se pourrait que je leur adresse une missive prochainement, me risquant même à rédiger leur réponse, je ne suis pas à ça près. En respectant leurs caractères et travaux bien entendu !

L'imaginaire est un puzzle dont il manque toujours la dernière pièce, quiconque veut la rajouter ne contemple plus que l'image banale d'une plate et convenue réalité.


Je ne suis qu'un astéroïde parmi des milliers dans une galaxie formée de rares étoiles dont vous êtes ; croyez-bien que cela m'ennuie de le reconnaître, je me plais à penser que vous direz que je suis mieux que je l'annonce et moins que je ne le sous-entends.


Un reproche à vous faire ? Vous êtes né deux jours trop tôt, à moins que ce ne soit moi qui aie vu le jour avec 48 h de retard, nous aurions pu nous retrouver le 9, un destin ironique ne le voulut pas, disons qu'il fit bien les choses puisque nous ne pouvons les modifier !


Avec vous je me suis embarqué sur un étrange navire dont je n'ai pas encore exploré les plus profondes cales, je devine que m'y attendent de nombreuses autant qu'improbables créatures mais ce sont mes auditrices les plus attentives. Un jour j'espère pouvoir visiter Gand, y reconnaître votre ombre et entendre votre rire alors que je m'apprêterai à emprunter une ruelle trop ténébreuse pour être malhonnête.



Le temps étant une notion relative je peux vous dire, outre un grand merci : À bientôt ! Au fond d'une taverne accessible seulement aux nomades de l'âme, nos verres ne se videront jamais et nous pourrons les entrechoquer à la mémoire de ceux que nous aurons oubliés...


                                                          Votre reconnaissant

                                                                               L R

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Lettres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages