Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 15:15

괴물 (Gwoemul – monstre) – Bong Joon-ho – 2006

9 février 2000 dans la morgue de la base américaine de Yongsan le chef de l'établissement ordonne que soient versés dans l'évier des flacons de formaldéhyde. Son employé, coréen, a beau lui dire que ce sont des produits toxiques il ne veut rien savoir, force est au second d'obéir et de vider dans les égouts des dizaines de bouteilles contenant des produits délétères.

En juin 2002 des pécheurs se livrent à leur passe-temps favori dans le fleuve Han quand l'un des deux attrape avec une tasse un petit animal étrange, ayant plusieurs queues, qu'il montre à son collègue. La bestiole ne l'entend pas ainsi et s'échappe avant de s'enfuir en nageant.

Octobre 2006, deux hommes traversent le pont enjambant le fleuve Han, ils rejoignent un ami qui affirme voir dans l'eau un monstre. Eux ne voient rien et se font traiter d'aveugle par le troisième, avant de sauter.

Park Gang-du dort au lieu de tenir le snack familial, sur une berge du Han, il faut que Hee-bong, son père, le réveille pour qu'il fasse son travail. Sa fille, Hyun-seo, arrive pour assister à un important tournoi de tir à l'arc auquel participe la sœur de Gang-du, Nam-joo, arrivée en demi-finale, pas question de perdre son temps à regarder les informations montrant un corps retiré du fleuve...

Le concours commence, Nam-joo se concentre mais il faut travailler pour Gang-du qui doit livrer des bières à des clients, et rejoint un attroupement observant une créature bizarre accrochée sous le pont, avant de se laisser tomber dans l'eau et d'y disparaître.

Temporairement, des promeneurs lancent des aliments dans l'eau. Une mauvaise idée puisque la créature monte sur la rive et leur fonce dessus avec de mauvaises intentions et un grand appétit.

Dans le snack, indifférents au vacarme venant de l'extérieur Hyun-seo et son papi regardent la compétition, Nam-joo malheureusement n'a pas lâché son dernier coup, trop de temps d'hésitation, et est déclarée perdante. Hyun-seo est triste, elle sort sur la berge et à ce moment là seulement se rend compte de ce qui se passe le temps de se faire attraper par la créature qui l'entraine dans le fleuve où elle s'enfonce avec sa proie sans que son père puisse faire quoi que ce soit.

Gang-du se sent coupable de n'avoir pu sauver son enfant mais refuse de croire à sa mort. Il fait bien puisqu'il reçoit un appel de la disparue qui avait son portable sur elle, elle a juste le temps de lui dire qu'elle est quelque part dans les égouts.

Impossible de compter sur la police ou l'armée, la famille Park va devoir se débrouiller elle-même et prendre des risques pour tenter de retrouver Nam-joo, jusqu'à briser la quarantaine mise en place, officiellement parce que la créature serait porteuse d'un virus.

Une simple famille peut-elle être plus efficace que l'armée, avoir le courage nécessaire et le sens du sacrifice pour réussir ?

La réponse est trop évidente pour que je la dévoile.

Sorti en 2006 le film fut un triomphe en Corée où il établit un record d'entrées, dépassé depuis, le portant à plus de 13 millions d'entrées.

Outre ses qualités cinématographiques, mise en scène, scénario, distribution, menée par Bae Du-na et Song Kang-ho, et j'en passe, il faudrait tout citer. Le film est aussi une mise en cause des dommages causés par le comportement humain, le monstre pourrait fort bien être lui plutôt qu'une créature agissant instinctivement, sans oublier des allusions à des désaccords entre coréens et étasuniens.

Un film à voir et à revoir, je viens de le faire, il n'a pas vieilli. Je n'en dirai pas autant de l'auteur de ces lignes...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages