Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 07:21

Flaskepost fra P - Hans Petter Moland – 2016 – 112'

DÉLIVRANCE

Écrire est difficile à la seule lueur d'une lampe de poche. La main roule la feuille de papier, la glisse dans une bouteille, rebouche celle-ci aussi bien que possible avant de la mettre à l'eau.

Rose a envie de boxer, elle invite Assad à venir l'aider, celui-ci est réticent mais fini par accepter, jamais elle ne lui laissera la paix sinon. Après quoi il peut téléphoner, pour tomber sur le répondeur. Justement une affaire arrive, du genre que seul le département V peut résoudre, une affaire de bouteille à la mer. Retrouvée par un ancien militaire sur une plage. Ça tombe bien, Carl Mørck, le chef de l'équipe, revient le lendemain. En attendant Rose et Assad regardent le manuscrit. Avant toute chose il faut l'envoyer au département de microbiologie pour en savoir plus.

À vrai dire Carl n'est pas au mieux de sa forme aussi n'est-il pas venu reprendre du service. Assad doit donc se déplacer, aller le chercher, chez lui. 

DÉLIVRANCE

C'est l'heure de la prière pour les deux enfants de la famille. Tout est calme chez eux. Autour de la maison le vent souffle doucement. Les choses pourtant ne sont pas parfaites pour la famille qui due vendre ses terres. Heureusement Elias, le père, trouva un emploi chez un Horticulteur. Ce soir là un prêtre de leur congrégation vient les voir avant de partir pour un an.

Les premières constatations indiquent que la lettre a été écrite six ans plus tôt, peut-être par un enfant, mais il est difficile de la déchiffrer, l'eau et le temps ont fait leur œuvre. C'est une énigme que Rose et Assad tentent de résoudre. Les mots indiquent un enfant et puisqu'il est question de Jéhovah. Elle pourrait Elle pourrait avoir été écrite par un témoin de Jéhovah. Bien qu'aucun enfant de la secte n'ait été signalée disparu. En enquêtant ils découvrent un Paul, prénom correspondant à la signature qui parait être un P.

Les enfants d'Elias rentrent chez eux, seuls, feuilletant un magasine interdit par leur religion. Une voiture s'arrête, c'est le prêtre rencontré la veille, il convainc les enfants de monter, les y contraint, sans remarquer qu'un homme les a vu. Le soir, des pleurs viennent de la maison.

 

Les parents de Paul sont morts, suicides, peut-être le cadet pourra-t-il leur en dire plus, bien qu'il affirme que son frère ainé s'est taillé. Finalement il accepte de parler aux policiers qui lui font lire la lettre. Il avoue alors avoir été enlevé, avec son frère, il décrit le lieu, parle d'un ronronnement, d'un son métallique, d'un homme parlant norvégien. Il confesse également avoir dû assister à l'exécution de son frère, à coups de ciseaux.

 

La police reçoit justement un appel d'un promeneur décrivant un enfant forcé à monter en voiture. Et si c'était important ?

Retrouver le lieu de détention est impossible, trop de terrain à explorer, ça couterait trop cher. Mais le signalement fait par le promener pourrait être utile, il vient d'une région où réside une communauté religieuse. Le chef veut laisser le commissariat local enquêter mais Carl se souvient que des parents à lui sont malades, il doit leur rendre visite, quelques jours de vacances l'aideraient. Par hasard c'est dans la région du signalement.

 

Carl et Assad, accompagnés d'une enquêtrice locale partent en exploration, jusqu'à sonner chez Elias qui affirment que ses enfants sont en Suède. Mais ils sont sûrs qu'il ment. Encore n'entendent-ils pas la mère pleurer. Ils reviennent le lendemain. Elias et son épouse parlent, racontent la disparition de leurs enfants. L'appel du ravisseur, la demande de rançon. Ils ont reconnu la voix de Johannes. Depuis un an il venait dans leur église, se présentant comme missionnaire, captant leur confiance.

La rançon sera remise, la police sera sur place. C'est un kidnappeur, et un tueur. C'est au moins la troisième fois qu'il agit, le perdre c'est courir le risque qu'il tue deux enfants de plus.

 

Elias doit prendre le train avec l'argent, les policiers sont partout, le piège est imparable. Pensent-ils ! Par téléphone Johannes lui donne la marche à suivre. Il va devoir jeter l'argent !

Il préfère sauter. Pour récupérer ses enfants il est prêt à tout.

Mauvaise idée.

 

Carl et son équipe va avoir affaire à forte partie.

Une bonne adaptation du roman de Jussi Adler-Olsen.

La foi ne sauve pas toujours !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages