Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 07:45

DOSSIER pour la SCIENCE 92

 

Intelligence : Notre cerveau a-t-il atteint ses limites ?

Dans la tête de Néandertal

(Kate WONG)

 

L'homme moderne est-il en droit de se croire plus intelligent que celui de Néandertal. Anatomie, gènes et vestiges culturels apportent des éléments de réponse en éclairant la vie mentale de nos cousins européens disparus.

Entrons dans la grotte de Gorham, à Gibraltar, dont le climat et la situation unique ont toujours attiré des humains. Les chasseurs cueilleurs habitèrent là pendant des dizaines de milliers d'années. L'environnement leur fournissait les ressources alimentaires et il pouvaient consacrer leur temps libre à abattre corbeaux et aigles pour confectionner des coiffes avec leurs plumes. Parfois ils gravaient sur le sol des motifs géométriques dont le sens nous est encore inconnu. Ces groupes se comportaient comme des chasseurs cueilleurs homo-sapiens, en étant néandertaliens.

Ce comportement prouve-t-il que leur niveau intellectuel était au niveau des sapiens qui allaient les remplacer ? Anatomie et génétique indiquent que Néandertal avait des capacités cognitives inférieurs à sapiens, les indices archéologiques attestent d'un niveau culturel proche de l'homme moderne. À Bruniquel de mystérieuses structures composées de fragments de stalagmites agencés par des Néandertaliens, il y a 180 000 ans ont été découvertes.

L'imagerie populaire fait de Néandertal une brute, la paléogénétique nous a appris en 2010 qu'il partage des gènes avec nous ! Un avantage puisqu'il survécu à trois glaciations au cours desquelles la vie due être difficile.

Depuis sa découverte au début du XXème siècle, les paléoanthropologues sont divisés, certains le jugent inférieur cognitivement, d'autres l'estiment du même niveau. Ces opinions influent sur l'explication donnée à l'extinction de Néandertal alors qu'il vécu des centaines de milliers d'années. La comprendre éclairement ce qui distingua notre espèce des autres membres de la famille humaine et expliquerait son succès.

L'examen des empreintes à l'intérieur d'un crâne des circonvolutions du cortex permettent d'en déduire la forme de certaines aires cérébrales. Celui-ci ne démontra aucune différence majeure entre les cerveaux néandertaliens et sapiens. Le premier était un peu plus allongé vers l'arrière mais son volume était comparable au nôtre. Il était parfois plus gros, rappelle Ralph Holloway, de Columbia, il insiste sur le fait que les lobes frontaux, déterminants dans la résolution de problèmes, semblent avoir été identiques chez Néandertaliens et hommes modernes. Les moulages réalisés ne donnent néanmoins pas d'indication sur la structure interne des lobes.

D'autres études sur les fossiles montra des asymétries entre les membres ou des marques d'usure des dents suggérant qu'il existait autant de droitiers chez les Néandertaliens que chez les hommes modernes. Or la latéralisation est une caractéristique séparant sapiens et chimpanzés, elle implique une asymétrie cérébrale associés au langage, un trait essentiel de sapiens.

Des travaux sur la forme des crânes néandertaliens indiquent que son cerveau se développait différemment de celui de sapiens après la naissance. Est-ce la preuve de l'emprunt d'une autre voie évolutive ? Les capacités crâniennes d'ancêtres des néandertaliens, Homo heidelbergensis, âgés de 400 000 ans, étaient moindres que celles de leurs descendants. Il est plausible que le grand volume des cerveaux de Néandertal et de sapiens soit le résultat d'évolutions parallèles. Ainsi, de taille similaires, ceux-ci pourraient avoir été différents, par exemple au niveau de la connectivité des neurones.

 

L'analyse de certains gènes donne un aperçu de ces différences. La publication en 2010 du génome néandertalien permit aux péléogénéticiens de faire des comparaisons. Les gènes n'expliquent pas tout ! Il y a une différence entre le gène et son expression qui peut varier en fonction du contexte et se traduire par des différences cognitives. Des recherches sont conduites sur les porteurs actuels d'un petit pourcentage d'ADN néandertaliens.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages