Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 07:33

To Have and Have Not –  Howard Hawks - 1944 – 100' 

Nous sommes en 1942, Harry Morgan est propriétaire d'un Yacht à la Martinique où il emmène des touristes fortunés faire un tour en mer pour pécher l'espadon. Le patron de l'hôtel lui servant de résidence est patriote et gaulliste, à l'époque les deux se confondent, et demande à Harry de convoyer un chef de la résistance venue de métropole pour le faire entrer discrétement. Il a plus confiance en lui qu'en ses amis.

Morgan n'est pas motivé, la guerre ne l'intéresse pas, il s'occupe de sa vie, de son bateau, de l'argent... qu'il n'a pas, d'autant qu'il vient de rencontrer une jeune femme, Marie. Ensemble ils forment le projet de quitter l'île et pour cela ils faut des moyens. Une motivation qui en vaut une autre.

Notre ami Harry, et sa nouvelle compagne, vont donc se retrouver à participer à la résistance française en lutte contre les envoyés de vichy qui veulent éliminer une importante personnalité.

Rien de crédible là dedans, c'est vrai, d'autant que dans le roman original, de Ernest Hemingway, son plus mauvais, d'après lui-même, l'action se passait à Cuba et il s'agissait de trafic de rhum entre l'île et la Floride. Mieux valait déplacer l'histoire et donner à Bogart un rôle qui lui allait comme un gant, celui d'un type normal qui ne veut surtout pas se mêler des affaires des autres et qui y est contraint par les circonstances, et la volonté du réalisateur.

Hawks est un monument du 7e art, excellant dans tous les domaines, livrant ici un classique de plus, sachant coller ses acteurs sur ses personnages, à moins que ce ne soit le contraire. Il n'est que de les regarder pour avoir l'impression qu'ils sont plus qu'ils ne jouent. Inutile d'évoquer sa mise en scène, la qualité de l'image, du cadrage, du noir et blanc... et la musique.

Pourtant si ce film est passé à la postérité c'est aussi, peut-être, surtout, parce qu'il montre la rencontre entre Humphrey Bogart et Betty Perske, devenue, à l'écran, Lauren Bacall. En une scène, une allumette et un regard, aura suffit à ravir le cœur de Bogey pour, avec lui, créer un des couples mythiques du cinéma. L'histoire d'amour entre les acteurs servira celle entre les personnages. Rien que pour cela ce film vaut d'être vu, et même revu, qu'importe si le scénario est tortueux. La vérité n'est pas ailleurs, elle est là, sur l'écran.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages