Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 07:26

살인의 추억 (Salineui Chueog) – Kim Won-suk – 2016 – tvN 

Le 29 juillet 2000 des enfants jouent dans la cour de l'école, sauf une petite fille, seule, sa raquette de badminton à la main. Personne ne s'amuse avec elle. Un garçon est aussi solitaire, mais n'est pas intéressé non plus. À la fin des cours il pleut, les deux enfants se retrouvent à attendre, le petit garçon s'en va, tenant son parapluie à la main, une femme vient chercher la petite fille.
 

Il mange seul chez lui, regarde les informations, il y est question de la disparition d'une élève, enlevée sur le chemin de l'école à Jinyang : Kim Yoon-jung, 11 ans. Il la reconnaît tout de suite.
Le lendemain les journalistes grouillent, il ne dit rien, un suspect, Seo Hyung-joon, est arrêté, il voudrait raconter ce qu'il a vu à la police mais personne ne l'écoute.  Seo est en fuite et la police ne trouve rien. Seule la mère de la fillette manifeste, debout près du commissariat, un panneau à la main. Mais le temps passe et le délai de prescription approche...

Dans un bar deux hommes parlent psychologie, comment déduire un caractère par l'observation du comportement. Ils évoquent les couples de vedettes susceptibles de se former quand une policière, l'inspecteur Cha Soo-hyun, de la brigade des homicides intervient pour accuser l'un des deux, Park Hae-young, de fouiller les poubelles, une plainte a été déposée contre lui pour cela. Ce n'est qu'un passe-temps pour Park, et s'il renseigne un journaliste ce n'est pas pour de l'argent. Mais le but de Cha, et de son partenaire, est différent. 
Hae-young est lieutenant, ses collègues lui font la leçon sur ce que devrait être son métier. Quand il s'en va il croise dans le couloir le petit garçon qu'il était, 15 ans plus tôt, quand il était solitaire et que personne ne l'écoutait.

En 2000 l'enquête continue, en vain. Lee jae-han, un policier a trouvé un message de l'enfant, un simple papier tombé sur le sol, signalant que le kidnappeur est une femme. Lee pense que les investigations sont mal conduites et enquête de son côté, solitaire comme l'enfant. Il a également reçu un message affirmant que Seo a été assassiné et ce crime déguisé en suicide.

En 2015 Park Hae-young ne peut pas partir, un camion bloque son véhicule. Il appelle le numéro inscrit sur la carrosserie, en vain. Soudain il entend la voix d'un policier lui parlant du suicide déguisé de Seo, d'un hôpital psychiatrique, une voix venant d'un talkie-walkie dans un sac de déchets à l'intérieur du camion. Il le prend, écoute, mais ignore que le message vient de l'an 2000, quand il s'interrompt brusquement. Le policier vient d'être assommé. Par instinct il emporte l'appareil. Il finit par sortir, et croise la mère de Kim Young-jung, seule, toujours debout avec sa pancarte, demandant que l'enquête aboutisse. Ayant rejoint son bureau il constate que le talkie est d'un vieux modèle, et, surtout, qu'il n'a pas de pile ! Il se souvient pourtant des derniers mots entendus.

Il fourre l'appareil dans son sac et part pour l'asile, désaffecté mentionné par l'enquêteur. La grille escaladée il entre puis explore le bâtiment, dans la cour il s'approche d'une grille. Sans savoir que le policier se tenait là, 15 ans plus tôt. Il regarde, sursaute en découvrant un squelette. Lui reste à appeler l'inspecteur Cha.
Les ossements sont ceux d'un jeune homme, dont le pouce a été tranché par un scalpel. Ceux de Seo !

Hae-young ne sait plus que penser, il a fait des recherches sur le policier, Lee Jae-han s'était nommé, pensant parler à un lieutenant Park. Trois fonctionnaires portent ce nom, aucun ne peut être celui qu'il a entendu. Cha Soo-hyun ne comprend pas, comment le jeune homme savait-il où chercher, et que le squelette serait celui de Seo Hyung-joon.
Il reste 29 heures avant que le crime soit prescrit. Ce qui arrangerait le commissaire Kim Bum-joo.

Park Hae-young peut enfin parler de ce qu'il a vu en 2000, peut-être cette fois sera-t-il entendu. Kim Bum-joo lui affirme que le criminel s'est suicidé une fois son crime commis, que l'affaire est close, définitivement.

Il reste 27 heures. Il faut précipiter les événements, Park fait une déclaration publique affirmant que le kidnappeur est une femme, une infirmière de l'hôpital Sunil, et qu'elle a aussi tué Seo, lui coupant le pouce pour laisser son empreinte et ainsi le compromettre. Utilisant sa connaissance de la psychologie il peut faire le portrait de la criminelle.

Le compte à rebours est lancé. Il faut attraper la vraie criminelle, et la faire avouer.

Park se souvient de cette après-midi pluvieuse, que peut-il faire de plus que déposer une fleur en mémoire de Yoon-jung.

Une polémique sur le délai de prescription éclate, le mieux ne serait-il pas de créer une brigade spécialisée sur les affaires non résolues ? Les citoyens veulent des réponses. 

La brigade va être créée, Cha à sa tête. Elle voudrait savoir ce qui est arrivé à l'inspecteur Lee, celui qui téléphona en 2000 et qu'elle avait connu alors qu'elle débutait. Aurait-il été tué par l'infirmière ? 

Pour corser l'affaire Park reçoit un nouvel appel de Lee Jae-han. Il parle de 1989, du passé qui peut encore changer. 
Ça va recommencer !

Le bureau de la nouvelle équipe est dans un coin, les dossiers s'y entassent. Il ne manque plus que la venue d'un ''profileur''. Leur première affaire sera celle des meurtres en série de Gyeonggi Nambu. L'affaire non élucidée la plus célèbre de Corée. dix victimes attendant l'arrestation de leur meurtrier. Un moyen pour le commissaire Jang de démontrer l'inutilité d'une brigade qu'il fut obligé de monter. Il va y intégrer Park Hae-young, jeune, sans expérience, l'idéal pour plomber l'enquête.

Signal est un drama inspiré de Cold Case et de Frequency, de la première il prit le principe de rouvrir des affaires classées, des seconds (film et série), la communication à travers le temps pour retrouver aujourd'hui un assassin qui put s'échapper hier. Sans oublier Memories of Murder, sur la traque d'un serial killer.

Celui-ci échappe à la plupart des codes des dramas coréens, il y gagne en réalisme, en suspens. La mise en scène suit les comédiens, se met à leur place, les couleurs vives sont absentes, tout est fait pour donner de la crédibilité au scénario. Impossible de passer sous silence les acteurs, cette fois pas de jeunes star venue d'un groupe de K-pop, même si Kim Hye-soo est ravissante. 

Le résultat y gagne. Inutile d'être un dramaddict pour le regarder.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Drama Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages