Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 07:39

The Sea of Trees – Gus van Sant – 2015 – 110'

Arthur Brennan n'a pas l'air en forme lorsqu'il se rend au bureau d'embarquement d'une compagnie aérienne japonaise. Sa réservation de la veille, par internet, n'apparaît pas tout de suite, mais ouf, finalement c'est le cas et il peut embarquer. Ce sera vite fait, il n'a pas de bagage et ne demande pas de billet retour. Il faut dire que son but est de ne jamais revenir ! Sa vraie destination est la célèbre foret Aokigahara, celle où se rendent ceux qui veulent se suicider dans une ambiance propice. Une immense mer d'arbres où chaque arbre semble nourri de cadavres.

Il trouve un endroit à sa convenance, un peu en hauteur histoire d'avoir une belle vue sur la forêt. Il pose à côté de lui une lettre adressée à son épouse. Espérant que quelqu'un la trouve et l'envoie pour lui. Quelques pilules, celles que sa femme n'a pas eu le temps de prendre, de l'eau pour les faire descendre. Il suffit d'atteindre la dose suffisante et il s'endormira pour ne plus se réveiller.

Il remarque alors un homme, un japonais, qui passe à quelques pas de lui, sale, perdu, blessé. Sortant de son projet suicidaire il va voir l'arrivant, lui demande si tout va bien, s'il a besoin d'aide. Ce à quoi l'interpellé répond qu'il cherche la sortie, cela fait plusieurs jours qu'il avance, cherche, mais ne trouve rien.

Arthur est trop bon, il lui indique la route, lui passe même sur les épaules son imper, celui qui est si confortable, un cadeau de son épouse. Et puis il se ravise, dans la poche intérieure il y a les médicaments. Il court après l'homme, le rejoint alors que celui-ci se trouve dans un nouveau cul de sac. Finalement il va l'accompagner avec l'intention de revenir en arrière finir ce qu'il avait commencé.

La route est difficile, aucune indication, les arbres se ressemblent, les racines se tendent sous leurs pieds, les rochers n'attendent que leur chute pour leur briser les os.

Brennan oublie qu'il voulait mourir pour aider... mais pour aider qui ? Un homme qu'il n'a jamais vu, un homme ? Ils vont errer, avoir froid, lutter pour survivre, Arthur va trouver en lui une énergie qu'il croyait disparue.

Au moins le spectateur n'a-t-il pas à se forcer pour comprendre dès les premières images que Brennan est un jeune veuf, qu'il ne peut vivre sans sa femme, morte quelques jours plus tôt dans des circonstances à la fois peu crédibles et totalement attendues, le réalisateur se croyant obligé à force de retours en arrière d'expliquer ce qui amena Arthur à vouloir mettre un terme à une existence minée par la culpabilité.

Le couple pourtant allait mal, lui s'obstinait à des recherches en mathématiques qui n'intéressaient personne, elle, se réfugiait dans la boisson, l'affrontement était leur mode de fonctionnement, ce qui ne les empêchait pas de faire des petits gestes l'un pour l'autre, discrètement.

Dommage que le film ait l'air de sortir d'un congélateur. Restent les acteurs qui font ce qu'ils peuvent, et le font bien, la réalisation et la lumière, sans oublier la forêt elle-même, le personnage le plus fascinant dans le miroir qu'il tend à ceux qui s'y rendent. Obscurité et silence pour la majorité, et parfois, un espoir de vie qui ne demandait qu'à surgir.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages