Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 07:55

Henry Koster – 1950 – 104' 

 

Elwood P. Dowd est un homme gentil, un vieux garçon dirait-on aujourd'hui, de 42 ans, aimable mais quelque peu excentrique puisque son meilleur ami est un lapin invisible de deux mètres qui se prénome Harvey. Pour sa famille il ne fait pas de doute que c'est là l'effet de l'alcoolisme, et/ou, de troubles mentaux qui attendent d'être diagnostiqués, et soignés comme il se doit.

En effet Elwood passe le plus clair de son temps dans un bar où il invite un peu n'importe qui à boire un verre, où même chez lui pour diner. La vie sans cet ami serait bien terne, morose, et pour tout dire, aussi banale que normale, pour lui qui peut confier ses secrets à un lapin qui ne risque pas de les raconter, qui ne le contredit pas, et est toujours présent sans prétendre lui donner de leçon, comme les membres de son entourage, de sa propre famille, qui voient Elwood comme, au mieux un benet, au pire, comme un crétin perturbant dont la place serait dans un établissement spécialisé.

Perspective qui s'approche, en effet, Veta Louise Simmons, sa sœur, souhaite qu'il disparaisse de l'environnement visible de la famille puisque sa fille, Myrtle Mae, est sur le point d'entrer dans le monde avec l'arrière pensée d'y faire sa place, d'abord, et un mariage intéressant, ensuite. Elles redoutent qu'un prétendant découvrant l'oncle ne pense que toute la famille est débile et ne laisse la jeune fille, et ses espérances. Après qu'il se soit fait remarquer lors d'une réception Veta décide de le faire interner. Mais nous sommes dans une comédie et c'est elle qui, à la suite d'un quiproquo, va se retrouver dans une jolie cellule aux parois matelassées.

 

La question pourtant finit par se poser, Harvey existe-t-il bel et bien. Visible par Elwood seulement au départ ses proches semblent accepter son existence et la mise en scène fait tout pour que le spectateur se pose la question.

C'est bien Veta qui va s'avérer la plus ''troublée'' de la famille, son arrivisme forcéné, qu'elle tente d'innoculer à sa fille, ne lui apporte aucune satisfaction, ses relations sont factices et si elle est intéressée, elle n'est pas intéressante. À la différence de Elwood qui sait se faire des amis dans tous les milieux. Lui connait la valeur d'une vie. Ainsi que le disait sa mère ''Si tu veux réussir dans la vie tu dois être très malin ou très gentil''. Après avoir été le premier il conclût qu'être le second est plus valorisant.

Comme la plupart des films de cette époque celui-ci a vieilli, qu'il soit tiré d'une pièce de théâtre se perçoit, surtout si on le sait. Le charme de James Stewart, bien visible lui, opère toujours, et c'est une bonne raison de le regarder.

22 ans plus tard il reprendra ce même rôle dans un téléfilm. La pièce originelle fut à nouveau portée au cinéma en 1998, sous le même titre.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages