Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 08:38

Den vita lejoninnan – Henning Mankel – 1995

 

Le 21 avril 1918 trois hommes se retrouvent dans un café du quartier de Kensington, à Johannesburg. Ils sont jeunes, et blancs, en outre ils font parties des Boers, c'est-à-dire des descendants des Hollandais venus s'installer en Afrique du Sud et qui vivent mal d'être devenus une, petite, partie de l'Empire Britannique.

Partis pour préparer l'anniversaire d'un des membres du trio l'un d'eux évoque la mémoire d'un sergent anglais nommé George Stratton. Surprise de ses amis, tous détestent les anglais (on les comprend) dont ils voient la culture supplanter la leur jusqu'à menacer de l'effacer. Bref, ce sergent mourut en avril 1878 lors d'une bataille contre les tribus africaines révoltées. Conscient de la défaite à venir et refusant de tomber aux mains des guerriers xhosas il avait préféré cette solution.

La leçon, explique celui qui raconte, est que face à la défaite qui s'approche mieux vaut mourir. Ou se révolter !

Ce que vont faire ces trois hommes, fondateurs d'un club réservé aux Boers baptisé Jeune Afrique du Sud. Il deviendra la ''Confrérie'', une société secrète avec ses rites et son serment d’allégeance, et un but, défendre les droits des Boers.

Trente ans plus tard il deviendra la première force du pays et permettra que s'impose l'apartheid.

Le 24 avril, Louise Ǻkerblom, agent immobilier, sort de la Caisse d'épargne de Skurup. Elle pense rentrer chez elle mais doit aussi aller voir une maison du côté de Krageholm. Elle n'est pas très motivée mais rater une vente serait préjudiciable à l'agence qu'elle a montée avec son époux. Le plan dont elle dispose n'est pas clair, le GPS n'existe pas encore, elle va donc se perdre et...

 

 

 

Le 27 avril, Kurt Wallander arrive au commissariat d'Ystad, il est de mauvaise humeur après un dimanche désagréable, son père lui ayant annoncé son intention de se remarier, de plus il avait été cambriolé. Tout son matériel électronique avait disparu, et, surtout, sa collection de disques. Vers 9 h 30 Ebba, de la réception, lui parle d'un homme qui veut à tout prix lui parler d'une disparition. Robert Ǻkerblom vient lui parler de sa femme.

 

L'enquête commence. D'abord retracer le trajet suivi par l'épouse. La Caisse d'épargne, la maison qu'elle devait visiter, elle avait laissé un message précisant qu'elle rentrerait à 17 h.

Le policier pense tout de suite qu'il s'est passé quelque chose, la jeune femme avait deux petites filles, une vie bien réglée, dans son couple tout semblait bien se passer. De plus une femme appartenant à l'église méthodiste ne saurait disparaître de cette façon. Dommage que le mari ait attendu 3 jours, par timidité.

Le policier hésite, son instinct l'averti de quelque chose d'inhabituel et d'inquiétant. Il poursuit son interrogatoire puis se met à suivre la piste de Louise.

En quelques heures sa conviction est faite : Louise est morte.

Ce qui n'empêche pas de la retrouver.

Partant de la Caisse d'épargne il essaie de mettre ses pas dans ceux de la jeune femme, il retrouve la boulangerie dans laquelle elle acheta 4 tartelettes pomme vanille et du pain ordinaire. Ensuite il interroge le pasteur Tuereson, responsable de l'église qu'elle fréquentait. N'avait-elle pas un secret, une zone d'ombre expliquant qu'elle ressente le besoin de disparaître ? Mais non, impossible. Rien de ce côté là donc, ni du côté de la voiture dont la description et l'immatriculation ont été diffusées largement. Le plus important étant de retrouver la maison. Difficile, la propriétaire qui décrivit le chemin pour s'y rendre n'était pas cartographe, et Louise ne vint jamais.

 

En fouillant les affaires de la disparue Wallander découvre, cachée, une paire de vraies menottes ; voilà qui le conforte dans l'idée que Louise avait des zones d'ombres pouvant expliquer sa disparition. Juste après cette trouvaille il reçut un appel d'un adjoint, une maison vient d'être incendiée dans la zone des recherches. Inoccupée en attendant que les héritiers se mettent d'accord elle parait avoir été soufflée par une explosion bien trop importante pour être accidentelle. Il fallut attendre que l'incendie soit maîtrisé pour s'approcher de la maison, et un chien policier fit une découverte.

Dans le gravier sale, il y avait un doigt, humain. Noir.

 

La voiture fut retrouvée plus tard, dans un étang, vide.

 

Dans les ruines calcinées une installation radio fut découverte ainsi qu'une partie d'un revolver,  identifié comme un Astra Constable 9 mm, un arme sud-africaine.

Peter Hanson n'est qu'un petit voleur coincé à cause des dettes de jeu de son frère, cette fois il doit trouver quatre pompes typiques du pays. Facile lui dit son commendataire, tu n'as qu'à faire le tour des fermes isolées. Pas moyen de refuser.

La première qu'il trouve est accroché à un puits, il tire, pousse, fini par l'arracher, machinalement il regarde dans le trou.

Et découvre Louise !

Sous l'effet de l'émotion il veut fuir rapidement et a un accident. Quand la police arrive il ne peut taire ce qu'il a vu.

 

À Wallander d'annoncer la nouvelle au néo veuf, avec l'aide du pasteur Tureson.

 

Le commissaire est face à un étrange puzzle, un doigt noir, une morte blanche, une radio professionnelle russe, une arme sud-africaine... et il manque des pièces. Il devra les trouver pour comprendre comment les antipodes se rejoignent.

 

Un Mankell entre Suède et Afrique du Sud avec un Wallander aux prises avec sa famille, tenace et inquiet face à une violence qui ldéstabilise. Lucide et désespéré, l'un va-t-il sans l'autre ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages