Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 08:21

Historia Spécial – Janvier-Février 2016

Catherine Salles

Dans l'Antiquité à la question : Que se passe-t-il après le trépas ? L'homme répond qu'un mort ne l'est jamais vraiment. Il est là, aux côtés des vivants.

Un Grec ou un Romain aurait difficilement su définir un mort. C'est un fantôme impalpable ressemblant au vivant mais sans consistance ni conscience. Il n'est qu'une ombre.

Mourir c'est perdre la clarté du soleil, vivre dans les ténèbres où joie et lumière ne pénètrent pas. L'âme quitte le corps pour descendre dans le monde souterrain des Enfers, obscur et froid dont les fleuves sont de grandes zones marécageuses et puantes où règnent Hadès et Perséphone, où se promènent Cerbère, où attend Charon, où sièges les trois juges, Éaques, Minos et Rhadamanthe et où guettent les Érinyes, Alecto, Tisiphone et Mégère.

Le Tartare est une forteresse d'airain où sont ceux qui furent irrespectueux envers les dieux. Tantale, et son supplice, Ixion, et sa roue enflammée tournant sans fin, Sisyphe, les 50 Danaïdes... Les champs-Élysées sont pour les ''bienheureux'' mais son aspect paradisiaque est un leurre. Dans le monde des morts tout est désolation et faux-semblants sans une trace de plaisir où les âmes attendent de se venger des vivants.

Grecs et Romains témoignent leur respect à leurs défunts pour qu'ils ne reviennent pas les ennuyer. La paix entre les mondes est préservée par des fêtes notées dans les calendriers religieux.

En Grèce et à Rome les âmes peuvent, un jour, revenir dans le monde des vivants, à la fin de février pour les Athéniens, les 24 août, 5 octobre et 8 novembre. Les vivants espèrent ainsi que les morts ne seront plus, hors de ces dates, revenir voir les vivants.

Ces deux peuples avaient un moyen de communiquer avec les morts et d'en faire des intermédiaires avec les divinités, ce sont des tablettes magiques tabellae defixiorum (tablettes de défixion), en plomb, enroulées et percées par un clou. Elles étaient déposées dans un lieu où se trouvent des morts, charge à ceux-ci de les transmettre à la déité concernée. Les demandeurs peuvent être mus par la peur de perdre un procès mais aussi pour qu'une certaine personne tombe amoureuses d'eux. Elles étaient rédigées par des professionnels et contenaient, outre le texte, des formules magiques, des lettres sacrées, des dessins expliquant le vœu... le tout sur des feuilles de plomb de moins de dix centimètres.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages