Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 08:05

L'année s'achève et avec elle le challenge coréen organisé par PatiVore, autant que ce soit sur une note positive qui permette d'espérer que dans un proche avenir la Corée retrouve son unité.

In Order to Live : A North Korean Girl's Journey to Freedom

Park Yeon-mi (박연미)

Traduit de l’anglais par Séverine Quelet – éditions Kero


Contrairement à ce que veut faire croire à son peuple le président Kim, RPDC ne veut pas dire République Paradisiaque de Corée mais plutôt Régime Pervers, Dictature caractérisée ! Cela nous le savons, ce n'est pas toujours le cas des Coréens du Nord qui subissent la propagande montrant ses dirigeants, et leur leader en particulier, comme des êtres hors du commun les protégeant d'un monde qui leur veut du mal.

Yeonmi connaît son avenir, il ressemble à un cul-de-sac obscur et dépersonnalisant. Elle vit dans ce contexte qui fait d'elle une révolutionnaire, pas une enfant, un rouage d'un système qui fonctionne grâce à elle, pour elle, qu'elle doit servir à n'importe quel prix. Une vie n'a d'utilité qu'en servant le régime, et la mort n'est qu'une sorte de mise au rebut qui ne doit pas affecter leurs autres éléments du système. Le reste du monde n'existe pas ! Son père était fonctionnaire avant de s'installer à Pyongyang où il devient homme d'affaires avant de connaître des difficultés et d'être emprisonné pour commerce illégal. C'est, dit-elle, de voir un DVD pirate du film Titanic, de James Cameron, qui lui fait ouvrir les yeux sur le régime de la RPDC. N'a-t-elle pas vu un de ses ami exécuté pour avoir acheté un DVD d'un James Bond ? Libéré, son père leur conseille de fuir, comme le fit la sœur ainé de Yeonmi, Eunmi.

Avec sa mère pourtant elles organisent leur départ. Le 31 mars 2007, la nuit est froide et obscure, elles descendent la berge abrupte et rocailleuse du fleuve Yalu, alors gelé, séparant la Corée du Nord de la Chine. Les gardes patrouillent, des postes de guet sont situés régulièrement, qu'elles soient remarquées et ils tireront sans hésitation. Yeonmi Park a 13 ans, elle pèse 27 kgs. La cicatrice de son appendicectomie la fait encore souffrir mais il fallait passer cette nuit. La jeune fille glisse, fait du bruit, heureusement le soldat qui les entend leur laisse une chance, sans doute fait-il partie des gardes soudoyés pour cela.

La traversée est périlleuse mais les lumières de Changbai brillent et attirent Yeonmi avec la promesse de pouvoir manger, à cet instant c'est le plus important.

Erreur ! À la place de la police du Nord elles vont connaître les passeurs. Alors qu'elles croyaient approcher de la liberté elles découvrent des difficultés pires que les précédentes. L'un d'entre eux demande des relations sexuelles avec lui sans quoi il les dénonce, sa mère s'offre à sa place. Les autres demandent ensuite si elle préfère être renvoyée d'où elle vient, avec pour perspective tortures puis exécution, ou être vendue ?

Elle choisit le moins pire ! En Chine elle n'existe pas, être réfugié c'est être rien, alors elle se tait, subit, attend, dans des conditions de vie plus dures que celles d'avant. Son père vient les rejoindre, meurt, mais il ne faut rien dire, rien monter, surtout ne pas attirer l'attention. Deux ans avant de pouvoir passer en Corée du Sud avec l'aide de missionnaires chrétiens chinois et coréens elle obtient le soutien de diplomates de Séoul, et (ré)apprend à vivre, dans un pays dont elle ne sait rien, au mode de vie si loin de celui qu'elle connut. Désormais elle étudie à l'université Columbia, voudrait s'orienter vers les sciences politiques (un oxymore?), l'économie, en continuant à parler de la vie en Corée du Nord avec l'ambition d’œuvrer pour que l'avenir de la RPDC ressemble au sien.

Yeonmi a vu les horreurs que les humains s'infligent les uns aux autres mais aussi la gentillesse, les sacrifices dans les pires moments. Survivre demande parfois, souvent, l'abandon d'une part de son humanité.

De la Corée du Nord Yeonmi garde beaucoup de souvenirs, le Yalu d'abord, queue de dragon entre la Chine et son pays qui rejoint la mer Jaune. En hiver les températures approchent les -40° à Hyesan, mais c'est la maison de la jeune fille. Elle est née le 4 octobre 1993, après seulement 7 mois de grossesse. La vie fut pourtant la plus forte, lui donnant une énergie qui lui permit de survivre d'abord et de s'échapper ensuite d'un pays où l'autre peut être un espion, où mourir de faim et de froid est courant. Elle raconte comment chaque jour est un combat jusqu'à ce qu'il soit évident que quitte à se battre autant que ce soit avec l'espoir d'un meilleur avenir.

Tous les Coréens du Nord ne peuvent suivre son chemin mais il n'est pas de dictature promise à durer toujours.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Corée
commenter cet article

commentaires

chenzen, le seul 04/01/2017 19:01

Bonjour Lee.

D'après ce que j'ai lu sur le sujet, c'est la Corée du sud qui n'est pas trop pressée par la réunification des deux Corée, car elle (la Corée du sud) n'a ni les moyens, ni les structures (logements, emplois, écoles..) pour accueillir un afflux massif des Coréens du nord, inévitable.
L'option "bonne relation" est, de ce fait, privilégiée, d'autant que l'immigration Coréenne nord vers la Chine déleste les prétendants au flux.
En second lieu, dans le cas où les deux Corée se réunissent, cela ferait de la Corée (du sud) une puissance nucléaire de fait, devenant un ennemi nucléaire et frontalier possible avec la Chine, ce que ne sont pas prés à endosser les dirigeants sud Coréens. Le Japon pourrait également s'armer à son tour.

Il s'agit d'une question épineuse qui aborde à la fois le flux des millions de réfugiés, et la gestion de l'arme atomique. Séoul préfère "laisser voir".

Lee Rony 05/01/2017 23:16

Bonjour Chenzen, le seul

Je me suis moi aussi pas mal intéressé au sujet, le Sud peut craindre pour son niveau de vie en cas de réunification mais si déplacement de population il devait y avoir probablement serait-il vers le Nord, où la population est moindre et la place plus grande. Une Corée nucléarisée, et américanisée, si près de la Chine, serait une épine dans le pied de celle-ci. Pour autant que le programme du Nord soit au niveau de ce qu'il veut nous faire croire. L'équilibre entre Chine, Corée(s) et Japon est chancelant, une modification des rapports de force pourrait être une source de tensions, peut-être d'affrontements plus que verbaux.
Bien sûr il faudrait que les dirigeants de Pyongyang cèdent la place. Je doute qu'ils en aient l'intention.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages