Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 07:34

Stefano Sollima – 2015 – 135'

Argent et politique ont toujours fait bon ménage, avec, derrière le premier, des pouvoirs qui restent discrets mais tirent les ficelles. Ainsi Suburra, le quartier d'Ostie, zone périphérique de Rome à la mauvaise réputation, justifiée. Le but est de voter une loi qui permettrait de le transformer en un nouveau Las Vegas. Autant dire que l'ambition est immense, et le pognon qui en découlerait davantage encore. Le pouvoir politique s'implique, il faut aller vite, pour le financer le Vatican est là, en la personne du cardinal Berchet, sans oublier les Familles qui apportent les fonds pour ''motiver'' les députés nécessaires. Leur représentant à Rome est le ''Samurai'', un homme qui aime circuler à moto et faire éliminer les gêneurs.

 

Filippo Malgradi est un homme politique influent, il est marié, a un fils, normal. En dehors de ça il aime les prostituées, mineures si possibles, et la drogue, histoire de pimenter les soirées qu'il passe dans un grand hôtel de la capitale italienne. Il arrive pourtant que les choses se passent mal, ainsi une des deux participantes, la mineure, meure-t-elle d'une overdose. Pas de chance ! Le temps que Filippo revienne à la réalité il laisse sa partenaire habituelle se débrouiller pour se débarrasser du cadavre. Ce qu'elle va faire.

Petite cause grands effets pourrait-on dire ! En effet elle fait appel à Spadino, un jeune homme qu'elle connaît, qui accepte bien sûr. Ensemble ils noient le corps dans un bassin artificiel. Tout pourrait s'arrêter là mais le jeune complice pense à profiter de la situation et inciter Malgradi à lui permettre de monter en grande dans le banditisme en participant à des affaires plus importantes. Pour cela il se rend à la fondation servant de couverture à Filippo, lui fait son petit numéro et repart sûr de lui.

 

À tort ! Le député va se plaindre à son frère afin que Spadino comprenne qu'il doit rester à sa place. C'est Numéro 8 qui est chargé de la mission, un homme qui a du mal à se maîtriser, ambitieux lui aussi et désireux de prendre la place des anciens. Pour gagner en efficacité il tue Spadino. Dommage, celui-ci était le frère de Manfredi Anacleti, chef du gang des tziganes, qui voudrait, lui aussi, prendre plus de place dans l'économie souterraine romaine. Le meurtre de son cadet lui déplaît, il va tout mettre en œuvre pour trouver le responsable. Il mène une véritable enquête. Qui a-t-il vu, quand, pourquoi ? il apprend quel rôle il tint un soir, reste à retrouver la prostituée. Ce qu'il fera en utilisant une de ses relations, puis à faire parler celle-ci en menaçant de lui taillader le visage. Il finit par apprendre le rôle que Numéro 8 tint et décider de le faire abattre. Mais ses hommes ne sont pas les meilleurs, ils échouent non sans ouvrir le feu dans un centre commercial, provoquant d'importants remous néfastes aux affaires. Le Samurai va intervenir, tenter de calmer le jeu, ce que Anacleti accepte à condition qu'il participe au projet Ostie et élimine la compagne de Numéro 8 qui, alors que son fiancé se rétablissait, a abattu leurs assaillants.

Bref tout est en place pour qu'ait lieu un règlement de compte général. D'autant que parallèlement le gouvernement menace de s'effondrer et le Pape de se retirer...

 

Présenté comme un compte à rebours partant 7 jours avant ''l'apocalypse'' la réalisation de Stefano Sollima est rythmée, respectant les lois du genre, la nuit, la pluie, drogue, prostitution, chantage, avec un scénario en prise avec la réalité d'aujourd'hui et des interprètes sachant dessiner des personnages moins caricaturaux que nous aurions pu le craindre. Tout s'enchaîne sur le principe d'un mécanisme que rien ne peut arrêter une fois enclenché, avec une fin attendue.

 

Mais soyons rassurés, ce n'est pas parce que des méchants sont punis que le mal ne triomphe pas. La nuit sera belle, pourquoi ne pas faire la fête, en attendant...

Netflix devrait produire une série à partir de ce scénario. Il le mérite tant la durée d'un long métrage ne permet pas le développement de personnages qui le mériteraient. Avec la même distribution ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages