Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 07:53

智取威虎山 - Tsui Hark – 2015 - 144'

Après la capitulation japonaise en 1945 la guerre civile continue en Chine où des bandits profitent de la situation pour faire régner la terreur dans le nord-est du pays. Hawk est le plus important, derrière les remparts d'une forteresse qui semble inexpugnable juchée au sommet de la Montagne du Tigre. Il dirige ses milliers d'hommes et les envoie razzier les environs, tuant quiconque se met en travers de leur chemin, et même, plus simplement, pour le plaisir.

L'Unité 203 de l'Armée de Libération Populaire arrive dans la région quand elle surprend des hommes habillés de faux uniformes installés pour la nuit dans une gare. Raison de plus pour intervenir rapidement. Ce qu'elle va faire, ne laissant filer que deux individus qui filent prévenir leur chef. La 203 en profite pour prendre leur place. Étant dans une gare il n'est pas étonnant qu'un train arrive, celui-ci amène des renforts, limités, un éclaireur qui connait bien la région, et une jeune, et jolie, infirmière. C'est peu mais mieux que rien.

Continuant leur avancée l'Unité arrive dans un village où vivaient quelques parents des soldats la constituant, certains sont encore là, affamés et craintifs, les autres sont morts sous les coups des brigands. Pas d'autre solution pour les soldats que d'intervenir pour mettre fin à cette situation et pacifier la région au nom de la révolution en marche.

 

Un seul problème, de taille, justement. Trente militaires peuvent-ils affronter un millier de bandits lourdement armés. La réponse est forcément oui, qu'importe la disproportion des moyens, le droit est de leur côté !

Aucun doute qu'ils vont réussir, non sans sacrifices bien sûr.

Le film de Tsui Hark s'appuie sur le roman ''Tracks in the Snowy Forest'' de Qu bo, classique de la littérature populaire chinoise, basé sur l'histoire vraie d'un soldat, ici l'éclaireur, qui infiltre le quartier général de bandits et d'une bataille inégale, sans être dans les proportions du film. Un monument célébrant l'héroïsme, le sens du sacrifice, la camaraderie, bref, toutes les valeurs dont se pare le communisme surtout quand il combat les nationalistes qui ne peuvent qu'être des criminels qu'ils convient d’éradiquer. Tout y est, les costumes, la représentation de la jeune infirmière, ses couettes et ses joues roses semblent sorties tout droit d'une affiche de propagande.

Pourtant Tsui Hark parvient à s'approprier l'histoire, d'abord en la faisant commencer, et se terminer, aujourd'hui, incluant cet épisode dans un ensemble cohérent mais montrant l'évolution du pays et des mentalités qui eut lieu en soixante-dix ans en sachant surligner des actions impossibles, théâtralisant les combats, maquillant ses acteurs pour en faire des archétypes d'une autre époque, la tête de Hawk par exemple, sans les ridiculiser pour autant, mais montrant à quel point l'image et la réalité qu'elle est censée représenter peuvent être différentes.

Au-delà de cet exercice Hark fait la démonstration de sa virtuosité, sa gestion des scènes d'actions sur fond de neige. L'assaut final est impressionnant et la scène d'attaque du tigre, c'est sa montagne, est magnifique.

 

Du grand spectacle, j'allais dire : sans super-héros, presque un mensonge.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Chenzen, le seul 27/10/2016 18:42

Bonjour Lee.
Un très beau film qui mêle, intensément, l'histoire et l'action.
Depuis quelques années, la Chine produit de superbes films sur son histoire réelle, sur son passé lointain et proche, faisant découvrir au monde une intimité mal connue, à des années-lumières des caricatures occidentales racistes, du type "Marco Polo", ou "Les 55 jours de Pékin". Cette fois ci, c'est la Chine qui raconte son histoire, et même si elle est parfois édulcorée - cinéma oblige - elle n'en demeure pas moins u très large champ de connaissances et de cultures.
Je préfère (question de sensibilité) le cinéma Chinois au cinéma Coréen, trop "fantastique" à mon gout.
Shanghaï est en train de détrôner même Hollywood.

Bien à toi.

Lee Rony 30/10/2016 12:27

Bonsoir Chenzen, le seul.

Le régime Chinois qui surveille le cinéma s'arrange pour qu'il présente les faits qu'il raconte de la ''bonne'' façon. Mais tous font la même chose. Les productions Coréennes historiques sont parfois plus critiques face aux réalités passées, quand à leurs autres productions le fantastique est souvent le piment relevant un plat pourtant déjà épicé. Quel dommage que l'un et l'autre aient si peu de place sur les grands écrans de notre pays. Heureusement il est possible d'en profiter malgré tout. Ouf !

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages