Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 07:57

Henri Vernes – Dino Attanasio – 1960 – Marabout

Bob Morane et son ami Bill Ballantine ont bien mérité leur croisière après les aventures qu'ils viennent de vivre. Ensemble ils voguent à proximité de la Nouvelle Guinée. Alors qu'ils pêchent une espèce de missile rouge jaillit de l'eau et s'envole. Alors qu'ils ont manqués se faire renverser voilà qu'arrivent des navires militaires qui les encerclent, les arraisonnent et les font monter à bord. Ils sont fouillés et aussitôt considérés comme des espions et non comme des touristes.

Il est question du peloton d'exécution quand ils sont mis en prison. Morane essaie de garder la tête froide mais Ballantine est moins confiant, surtout quand ils sont conduit à l'extérieur... Introduit dans le bureau du major ils ne voient pas le visage de celui-ci et se présentent. Quand le militaire laisse entrer la lumière ils reconnaissent le Major Briggs, un vieil ami, qui s'amuse bien de les avoir inquiétés. Après un séjour à Aden il vient d'être nommé dans cette base secrète que Bob et Bill violèrent sans en avoir conscience. Connaissant les deux aventuriers en qui il a toute confiance il leur fait les honneurs de la base et leur présente l'oiseau de feu, le dernier né de la technique britannique, un engin terre-air-eau ; à la fois avion et sous marin, doté d'une paire de réacteurs et d'un armement atomiques, volant à 4000 km/h. Morale et Ballantine, pilotes eux-mêmes, ne peuvent refuser la proposition de participer à un essai d'une telle merveille. Le vol, et la plongée, se passent pour le mieux, tout est prêt pour l'essai de l'armement le lendemain.

 

Tout commence parfaitement, la cible est détruire, l'oiseau de feu retrouve ensuite les profondeurs. Mais une demie heure plus tard l'engin n'a pas retrouvé l'air libre, il ne répond pas. Quelque chose a dû se passer ! Une exploration sous-marine ne donne rien, l'appareil a disparu.

 

3 semaines se passent, par hasard Ballantine ''tombe'' sur un article relatant un nouveau méfait des ''écumeurs du Pacifique''. Cette fois ils auraient utilisé un engin inconnu, à la fois avion et sous-marin. Pas de doute se disent nos amis, il s'agit de l'Oiseau de Feu ! Ils ne remarquent pas qu'ils sont suivi alors qu'ils se rendent en taxi à l'Hôtel Pacific où les attend leur ami le professeur Clairambard. Mais celui-ci est porté disparu depuis huit jours. Le plus étrange est qu'un homme le lendemain est venu déposer une lettre destiné à un certain Morane. Celle-ci leur donne rendez-vous, s'ils veulent revoir leur ami vivant, au 40 rue du lotus d'argent.

Une invitation qu'ils ne peuvent refuser. Là il rencontre un homme qui leur donne un mot du professeur, histoire de prouver que celui-ci est toujours vivant et de ''convaincre'' les aventuriers de faire ce qu'on leur dit. Ils obtempèrent donc, confiant en ce que l'avenir leur sera favorable. Mais nous n'en doutons pas.

Ils se retrouvent sur une jonque, partis pour un voyage de plusieurs jours qui les conduit jusqu'à une île, puis dans un refuge sous-marin où ils retrouvent l'appareil volé, et volant.

Finalement leur ravisseur se présent : Dimitri Tchou, un tiers Bessarabien, deux tiers chinois, honorablement connu sous ce nom, moins sous celui de ''Requin Chinois'', chef des pirates de la région. Homme bien renseigné qui avait fait la connaissance de Crawford, pilote de l'Oiseau de Feu et joueur invétéré. Activités qui attirèrent l'attention du ''requin chinois'' qui le convainquit de lui livrer le nouvel appareil.

 

Tout se serait bien passé si le malheureux pilote n'avait eu une violence crise d'appendicite qui en finissant en péritonite eut raison de lui. À quoi bon disposer d'un tel appareil si personne ne peut l'utiliser, se dit M. Tchou. Mais il savait que deux personnes avaient profité d'un voyage à bord de l'Oiseau, connaissant ces individus et leurs compétences il les sut capable de remplacer le pilote manquant, d'où le rapt de Clairembart, la lettre, le voyage, et la présence de Bill et Bob en face du pirate. Difficile de refuser l'offre qui leur est faite sans risquer la vie du professeur. Du moins le temps de trouver une moyen de renverser la situation. Histoire de gagner du temps Morane demande un délai pour maîtriser l'appareil.

 

Les jours vont passer, Bob ne rencontre aucune difficulté, même un calmar géant ne fera pas le poids contre lui, et les canons auront raison du céphalopode. Mais voici qu'un autre problème se présente, les réacteurs montrent des signes de faiblesse, il faut atterrir, et vite ! Une île se présente, et tant pis si elle est habité par des papous cannibales. Et justement, ceux-ci vont intervenir, frapper Morane à la tête, si fort qu'il semblera mort...

 

L'est-il ? Le suspens est intenable, je sais, va-t-il se sortir de ce mauvais pas, sauver l'Oiseau de Feu, mettre fin aux activités du ''Requin Chinois'' ?

 

Bob Morane est un héros qui a bercé mon enfance. Cette histoire est à lire en gardant à l'esprit l'époque à laquelle elle a été écrite. Aucun appareil, officiellement, n'est capable de faire ce dont est capable l'Oiseau de Feu. Cela viendra peut-être. L'important est de se laisser prendre par les personnages, l'esprit aventureux de Morane et de son inséparable ami écossais.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article

commentaires

Chenzen, le seul 27/10/2016 19:05

Bonjour Lee.
De très belles réflexions.
Le langage est issu d'une modification génétique récente, et la partie du cerveau qui va avec. Cette nouvelle cognition a poussé notre espèce Homo Sapiens dans les meilleurs et dans les pires de ses retranchements mentaux depuis. Même si nous pensons faux, nous avons la capacité de déduire, de tenter de comprendre, d'améliorer, et parfois, malheureusement, de soumettre. le langage est à la fois l'enfer et le paradis, tout dépend la plume que l'on prend pour y entrer.

Lee Rony 30/10/2016 11:53

Bonjour Chenzen, le seul.

C'est le langage qui nous permit d'affirmer que nous sommes des Sapiens au point d'avoir fini par le croire. Un autre terme serait sûrement plus adapté. Nous ne sommes que des Pseudosapiens !

Chenzen, le seul 27/10/2016 18:57

Bonjour Lee.
Que de souvenirs ! Une magnifique aventure.

Lee Rony 30/10/2016 12:08

Bonjour Chenzen, le seul.

Morane est un héros de mon enfance, c'est un peu elle que je retrouve en relisant ces histoires. d'un autre temps. Plus simples, sinon naïves, que celles d'aujourd'hui, mais avec un charme que je savoure pleinement.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages