Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 07:02

Science & Santé 1112

 

Intestins et cerveau semblent de plus en plus avoir partie liée et, ainsi, influencer nos vies dans bien des domaines. Une nouvelle science, la psychomicrobiotique, explore les effets de nos bactéries intestinales dans l'émergence de troubles psychiatriques et a déjà à son actif quelques découvertes surprenantes.

La flore de notre microbiote intestinal est composé de 800 à 1000 espèces de bactéries, celles-ci ne pouvant être cultivées en laboratoire leur existence fut longtemps ignorées. La métagénomique, qui permet une analyse globale des génomes des bactéries intestinales à grand échelle a tout changé, ainsi que nous le rappelle Pierre-Marie Lledo. De mieux en mieux caractérisés, les micro-organismes de l'intestin suscitent un intérêt grandissant. En plus des fonctions de maturation du système immunitaire ou des liens établis avec diverses maladies associées (allergie, obésité, diabète...) il apparaît que le microbiote agit également sur le cerveau en ''piratant'' le dialogue entre l'intestin et le système nerveux central. Jusqu'à favoriser certaines troubles psychiques.

 

Des travaux menés au Japon en 2004 montraient que des souris axéniques, dépourvues de microbiote intestinal, présentaient une hypersensibilité au stress. Tendance à l'anxiété et à la dépression également observée dans le laboratoire de Pierre-Marie Lledo, mais que des germes soient réintroduits dans leur système digestif et elles s'activent à nouveau et adoptent un comportement normal. Pour vérifier si l'inverse était vrai les chercheurs de l'institut Pasteur ont induit un état de stress chronique chez des rongeurs provoquant une modification de la population de certaines bactéries. Un transfert de microbiote des souris stressées aux souris saines a démontré qu'il influençait l'état de ces dernières. Une nouvelle hypothèse est apparue : certains troubles psychiques seraient transmissibles d'un individu à l'autre, par voie orale. À l'inverse la flore intestinale pourrait aider à atténuer les troubles. Un traitement psychiatrique conventionnel pourrait être amélioré d'être combiné avec des probiotiques, avance PML, et même espérer pouvoir se libérer des anxiolytiques, en agissant sur le microbiote.

Il reste à déterminer comment agissent les bactéries. En plus de la voie nerveuse, via le nerf vague, la circulation sanguine est présentée comme une des principales voies d'activation. Certaines molécules libérées par les bactéries passeraient par le sang pour atteindre le cerveau. Autre voie d'exploration : le système immunitaire. Cette dernière hypothèse a la faveur de l'équipe du professeur Lledo.

Outre les troubles anxieux ou bipolaires d'autres affections psychiatriques sont ciblées par la psychomicrobiotique. Guillaume Fond, psychiatre à l'hôpital Henri-Mondor et chercheur à l'Inserm, envisage d'analyser la flore intestinale de patients autistes et schizophrènes. Il espère mettre en évidence des marqueurs biologiques qui confirmeraient une anomalie du microbiote et une prédisposition à des troubles psychiques.

 

Les bactéries intestinales nous réservent bien des surprises.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages