Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 08:00

Science & santé 1112 

 

Ne revenons pas dessus, la réchauffement de la planète est une réalité. En 2012 la température globale moyenne était de 0,85° C supérieure à celle de 1880. les conséquences – fonte des glaces, montée des mers et changements climatiques – menacent non seulement la biodiversité mais aussi notre santé avec des effets qui pourraient devenir catastrophiques. L'OMS prévoit pour 2030 250 000 décès par ans dus principalement à la malnutrition, le paludisme, la diarrhée, le stress thermique...

La première certitude est l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des vagues de chaleur qui sont associés à une augmentation de l'exposition au rayonnement ultraviolet qui accélèrent le vieillissement de la peau, augmentent le risque de cancers de la peau, qui engendrent cataractes corticales et baisse de la vue causée par l'opacification du cristallin.

 

L'augmentation globale des température favorise l'évaporation qui devrait provoquer une augmentation des précipitations dans les régions humides, avec un risque d’inondations et de crus, notamment sur les sols très urbanisés. Elles favoriseraient glissement de terrains, coulées de boues et submersions côtières causées par la conjonction de tempêtes et de grandes marées. Le niveau de la mer est monté de 19 centimètres entre 1901 et 2010, elle pourrait atteindre 90 centimètres à la fin du siècle.

L'humidité résiduelle favorise le développement de moisissures qui peuvent déclencher des allergies respiratoires et exacerber d'autres maladies de l'appareil respiratoire, principalement l'asthme et la bronchopneumopathie. L'air même est affecté par le changement climatique, les températures élevées accroissent l'évaporation dans la basse atmosphère de solvants comme les carburants et d'autres composés organiques volatiles, précurseurs de la pollution à l'ozone et favorisant la formation de particules fines. De nombreuses fonctions chimiques se greffent sur ces composés qui, devenus moins volatils, se condensent en particules. La sécheresse multiplie les feux de forêts qui engendrent nombre d'aérosols dans l'atmosphère. Certains ont un diamètre assez petit pour pénétrer dans nos bronches avec le risque d'aggravation ou de déclenchement de maladies chroniques graves. La pollution dans son ensemble a d'ailleurs été déclarée cancérigène en octobre 2013 par le Centre international de recherche sur le cancer.

Résultat de recherche d'images pour "pollution"

À ce tableau il convient d'ajouter la croissance accrue des plantes et, conséquemment, la production de pollen qui deviennent plus allergisants, modifiés qu'ils sont par leur contact avec les polluants qui amoindrissent leur membrane externe. Certaines plantes profiteront de la température pour proliférer et envahir des territoires qu'elles n'avaient pu contaminer auparavant. Les plantes ne seraient pas seules à profiter de ces changements, les insectes en tireraient bénéfices également, surtout les pires. Le moustique tigre par exemple, vecteur de maladies longtemps limitées aux tropiques qui commencent à trouver un terrain favorable chez nous, avertissement d'une situation qui ne fera que s'aggraver.

Il reste possible d'agir, ou de se nourrir de l'illusion que c'est possible. Le pire n'est jamais sûr, du moins jusqu'à ce qu'il soit là et laisse devenir un avenir tel que ce présent n’apparaît pas si redoutable. Vivre autrement, consommer autrement, produire autrement...

Notre société vaut-elle d'être sauvée ? Notre espèce le mérite-t-elle, le désire-t-elle tout simplement ? La bêtise seule est-elle cause d'un comportement aussi toxique ?

 

Heureusement, je n'ai pas de réponses, si c'est votre cas...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Chenzen, le seul 17/09/2016 12:54

Bonjour Lee.

Je ne suis pas de retour de Kyoto, mais me revoilà avec grand plaisir de relire tes excellents articles scientifiques.
L'Homme (en tous les cas certains) ont la fâcheuse tendance à vouloir désigner des responsables à leurs malheurs, c'est un fait, cela leur offrant l'opportunité égocentrique de ne pas se remettre en cause. Les réchauffement thermique , cependant, bel et bien de la seule responsabilité de notre espèce Homo Sapiens Sapiens (comme s'il voulait se confirmer à lui-même qu'il est "deux fois sage ! :+)) ).

A qui la faute spécifiquement ? A dire vrai, ce réchauffement thermique mondial a démarré dès la domestication du feu par Homo Erectus, il y a 450 000 ans environ, car dans la mesure où, pour la consommation de ses aliments, il a brûlé du bois, il a indubitablement rejeté les premières nappes de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. C'était : cuire ou périr.

Ce réchauffement est donc une responsabilité générale, car partout où les anthropoïdes se sont répartis dans le globe, avec amadou ou/et silex, ils ont déboisé et produits du CO2 en abondance. (déboisement massif de certaines régions, brûlis intensifs pour la chasse ou l'agriculture...).

L'erreur de notre espèce, en tous les cas celle des dirigeants économiques et politiques des 19ème, 20ème et 21ème siècle, est d'avoir plongé tête volontaire dans la rapacité et l'appât du gain, poussant l'Ere industrielle dans ses possibilités les pires ; nous en voyons les premiers effets.

Notre espèce, en tous les cas les politiciens et politiciennes responsables, doivent irrémédiablement engager un tournant général et décisif vers les énergies naturelles ET propres, tel le solaire, l'éolien, la force marémotrice, les carburants "verts"... ou alors, Homo Sapiens Sapiens va droit dan le mur et court à sa propre extermination. La Terre est un organisme vivant qui trouve des parades à "nos" excès, son Histoire regorge de défenses de ce type. L'Homme ne lui est pas indispensable.

Lee Rony 17/09/2016 18:30

Bonsoir Chenzen, le seul.

L'homo sapiens n'est-il pas déjà dans le mur ? Le temps de Gaïa n'est pas le nôtre aussi sa réaction nous semble-t-elle lente, elle n'en sera pas moins inexorable.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages