Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 08:00

Science & Santé 1112

 

Même l'analyse d'images obtenues par résonances magnétique évolue. La start-up grenobloise Pixyl, issue de l'Inserm et d'Inria, et fondé par Michel Dojat, Florence Forbes et Senan Doyle, a conçu une solution informatique qui localise, identifie et quantifie, avec rapidité et précision, les lésions cérébrales, signes de maladies telles que sclérose en plaque, tumeurs cancéreuses, traumatismes crâniens et AVC.

Depuis sa création, il y a 40 ans, l'IRM a progressé. À l'époque, seuls des échantillons de petites tailles étaient visibles, aujourd'hui, en cinq minutes, des images du cerveau en 3D sont réalisables sans produit de contraste. Le problème était que les informations contenues dans les clichés n'étaient que partiellement exploités. Pixyl apporte la solution informatique en segmentant automatiquement, et rapidement, une image et en identifiant et étiquetant chaque pixel volumétrique (voxel).

Tout a commencé avec la rencontre de Florence Forbes et Michel Dojat. Ce dernier, ingénieur, travaillait sur l'imagerie médicale. En 2006 il découvre une publication de la première qui avait mis au point les techniques mathématiques pour détecter des objets fins, comme des lignes, dans des images qui n'avaient rien à voir avec le médical. Il prend donc contact avec elle pour les utiliser dans son domaine, notamment pour visualiser les sillons cérébraux dans les IRM. Deux ans plus tard ils sont rejoint par un jeune ingénieur en génie électronique et informatique, Senan Doyle, qui effectue son post-doctorat à Inria en collaboration avec le Grenoble Institut des Neurosciences (GIN). La thématique de ses recherches étant la segmentation des lésions cérébrales à partir des images IRM dans la sclérose en plaque et les AVC.

Résultat de recherche d'images pour "avc"

Une paire d'année passe encore et le trio participe à un essai dans le cadre du Programme hospitalier de recherche clinique Hermès. Cet essai vise à suivre l'évolution des lésions de patients victimes d'AVC. C'est l'opportunité pour eux de tester la première version de leur programme, ils l'amélioreront grâce aux retours des chercheurs.

L'intérêt de leur programme est flagrant aussi pensent-ils à le commercialiser. N'obtenant pas de réponse positives des fournisseurs d'IRM ils décident en 2011 de créer leur entreprise et intègrent l'incubateur Gravit, devenu depuis GIFT (Grenoble alpes Innovation Fast Track).

Leurs travaux avancent grâce aux infrastructures qui les entourent. Ils déposent la première version testée et validée de leur logicien à l'Agence pour la protection des programmes en 2014. en novembre de la même année ils gagnent le prix ''en émergence'' décerné par Bpifrance.

Les trois chercheurs déposent les statuts de Pixyl en mars 2015.

l'activité de la jeune entreprise est importante, son programme tourne dans le cadre d'un autre programme hospitalier de recherche clinique (OxyTC) piloté par Jean-François Payen qui travaille sur les lésions cérébrales suite à un traumatisme crânien. Les résultats permettront de valider le logiciel au niveau national sur ce type de lésion. Mais la jeune spin-off vise une commercialisation internationale et poursuit le développement de son logiciel qu'elle souhaiterait utiliser via le cloud afin de réduire encore le temps de traitement par image. L'objectif de Pixyl est d'améliorer le logiciel jusqu'à ce qu'il puisse effectuer des diagnostics en temps réel.

L'important, bien sûr, étant de n'en avoir jamais besoin !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Chenzen, le seul 07/10/2016 20:54

Bonjour Lee.

Magnifique compte-rendu scientifique. C'est bien ce que ces trois chercheurs ont réalisé; joindre leurs connaissances respectives afin d'apporter une réponse à des traumatismes et des pathologies non visibles. Cette découverte nouvelle sur l'IRM va, cela est certain, apporter un soutien précieux aux médecins et patients qui n'auront plus à attendre des semaines pour avoir des résultats d'analyses. Un gain de temps qui peut soulager des souffrances et sauver des vies.
La science, quand elle répare les douleurs, est la plus belle science qui soit, et nous devons saluer ces Chercheurs et Chercheuses là. Bravo à eux.

Lee Rony 11/10/2016 16:34

Bonjour Chenzen, le seul.

La science apporte de nombreux progrès, qui ne profiteront pas à tous, tout de suite, mais se répandront peu à peu.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages