Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 07:48

Saul fia - László Nemes – 2015 – 97'

Octobre 1944, Auschwitz-Birkenau. Saul Ausländer doit d'y avoir vécu plus longtemps que bien d'autres à sa participation aux Sonderkommandos, groupes de prisonniers juifs qui assistent les nazis dans leur extermination en nettoyant les fausses douches, mais vraies chambres à gaz, en transportant les corps jusqu'aux incinérateurs puis en dispersant les cendres. Tâches particulièrement difficiles mais qui leur assure une plus longue survie, jusqu'à ce qu'ils soient remplacés par d'autres. Pas question qu'ils échappent au destin commun !

Saul comme les autres se tait, accepte, obéi, un geste de rébellion serait sa condamnation, alors il baisse les yeux, salue en tenant sa casquette à la main. Cela n'empêche pas les manœuvres pour mener la révolte, des nouvelles arrivent prévenant que les troupes soviétiques ne sont pas loin, il faut tenir encore quelque temps.

 

Un jour alors qu'il déplace les corps de la dernière exécution collective il remarque le cadavre d'un enfant et le reconnaît pour le sien. Dès lors il n'aura plus qu'une ambition : lui donner une inhumation digne, dans la tradition juive, et lui éviter la gueule infernale du crématorium. Pour cela il lui faut un rabbin, qui accepte la mission, il lui faut cacher le corps, il lui faut le sortir du camp et l'enterrer. L'entreprise est on ne peut plus difficile. Qu'importe, Saul est volontaire, tenace, inventif. Là où il se trouve que lui reste-t-il pour vouloir, pour espérer, et cet enfant, est-ce vraiment le sien où le moyen de garder un lien avec la vie, même à travers la mort ?

Il faut aller vite, le corps ne résistera pas longtemps, le complot pour fuir avance et l'heure de remplacer les Sonderkommando est proche. Tout s'accélère donc, pourquoi ne pas profiter de l'évasion pour emmener le corps de l'enfant ? Saul n'a plus rien à perdre, le plus important est le but qu'il s'est fixé.

Le film est brutal, le jeu de sa vedette, intense et habité, les images sont glaçantes mais l'horreur est montrée, pas exhibée. Chacun sait que la mort l'emportera finalement, ce n'est pas une raison pour trouver, au cœur même des ténèbres, une raison de (sur)vivre.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages